AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782742761029
131 pages
Éditeur : Actes Sud (30/05/2006)
3.77/5   60 notes
Résumé :
A la lecture de ce très beau roman, on se dit que la narratrice, d'origine irlandaise et traductrice de romans francophones, a beaucoup travaillé le style, peaufiné la syntaxe. On y ressent une rigueur, presque une jubilation dans l'acte d'écriture qu'est le sien, comme s'il s'était agi de... faire l'amour aux mots. Belle perspective! Bref, une sensualité latente qui fera plaisir à toute personne amoureuse de la langue française.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  14 décembre 2016

"D'un seul coup, j'étais transportée dans la vieille maison du langage, à mi-chemin entre la terre et le ciel. J'ai l'air de divaguer, mais il n'en est rien: je venais d'entrer dans un lieu, un domaine, un univers où j'étais à l'abri des malheurs de ce monde et où, monsieur Waterman et moi, malgré la différence d'âge, nous avions la possibilité de nous rejoindre." (p. 77)
Une très émouvante histoire entre un vieil écrivain, dont l'existence entière est vouée à l'écriture, et une très jeune femme, traductrice, et admiratrice de cet auteur dont elle rêve de traduire les textes. Ce qui se fera; Par cette entreprise intellectuelle, on voit se construire une complicité entre ces deux personnes d'âge et de caractère différents...
A travers ce goût , cette passion commune du travail sur les mots, se crée un apprivoisement étonnant et lumineux...
Alternent de très belles descriptions de la nature, des animaux, de vieux chevaux de course retraités auxquels notre traductrice lit des textes d'Isabelle Eberhardt....; Chevaux écartés de la vie active comme les humains, semblent savourer , eux aussi, la musique des mots !!...
Comme dans "Chat sauvage"...une enquête surgit, à partir d'un petit chat noir abandonné par une vieille femme, avec un bref mot ,énigmatique dans son collier... Notre écrivain et notre traductrice partiront à la recherche de cette femme , de son histoire, et tomberont sur une très jeune fille, malmenée par les circonstances de la vie... Je n'en dirai pas plus !!
Un très bon moment de lecture, pleine d'humanité et de bienveillance...qui réchauffe le coeur et la tête !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
Malice
  21 février 2013
Ce livre est une véritable merveille. Il y a un clin d'oeil à Volkswagen Blues.Dans son livre "Volkswagen Blues", Jack Warteman partageait sa traversée avec une jeune fille d'origine indienne, métis "La Grande Sauterelle".
Là, dans son dernier roman nous restons à Québec, mais Marine est d'origine Irlandaise. On retrouve Jack Waterman quelques années plus tard, il se lie d'amitié avec Marine. Elle est traductrice et elle est entrain de traduire son livre sur la piste de l'Oregon (Volkswagen Blues justement). Autre clin d'oeil San Francisco, ville qu'affectionne Jacque Poulin : "J'étais très heureuse, presque sur un nuage, au moment où je suis partie de San Francisco dans un camping-car..."
Le petit clin d'oeil à son éditeur français , Marine a fait un séjour en France à Arles, elle a rencontré Hubert Nyssen (l'éditeur d'Actes Sud), le petit homme moustachu qui fume la pipe. Il lui parle de l'auteur de la piste de l'Oregon, Jack Waterman.
Jacques Poulin nous cite au passage le destin de nombreux irlandais qui ont quitté l'Irlande à cause de la famine, pour échouer à la Grosse -île.
Marine est un personnage terriblement attachant, c'est le personnage central du roman. Elle habite dans un châlet au bord d'un étang, en compagnie de chats, d'un héron bleu, d'un renard roux, ratons laveurs...sur l'île d'Orléans.
Ce livre me rappelle mes vacances à Québec dans une maison au bord d'un lac, mais sans chats ...
Très beau passage sur l'apprivoisement clin d'oeil à Saint-Exupéry: le Petit Prince.
Jack Waterman la rejoint le week-end, mais il habite dans le vieux Québéc, dans une tour.
Très mignon aussi comme une petite intrigue policière se profile dans ce récit feutré. Un petit chat noir échoue chez Marine. Marine et Jack découvre dans son collier un message. Ils vont devoir mener une petite enquête sur une mystérieuse adolescente qui leur met le coeur à l'envers.
Dans ce livre on retrouve pour notre plus grand bonheur la petite musique de Jacques Poulin, les chats, l'amitié, l'amour pour les mots la littérature etc ... Jacques Poulin est un auteur très attachant car de livre en livre, il nous fait aimer son pays.

Lien : http://livresdemalice.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Loht
  21 octobre 2018
Une femme et un homme pour qui les mots sont essentiels… Ils les partagent en toute passion mais ne verbalisent pas le lien amoureux qui les unit. L'une est la traductrice des oeuvres littéraires de l'autre. Ils vivent des quotidiens étrangement communs et indépendants.
La rencontre d'une mystérieuse jeune fille, en perte d'équilibre, cristallise leur relation.
C'est un roman des paradoxes : jeunesse et maturité, nature et urbanité, liesse et tristesse cohabitent en ces pages. Ainsi que les chats et les ratons laveurs…
Poétique et subtil, ce livre d'où montent les accords savoureux du dialecte québécois nous fait revivre à nous même !
Commenter  J’apprécie          70
Errant
  17 février 2020
Fidèle à ses habitudes, voire ses obsessions, Poulin nous parle ici de littératures, d'un vieil homme fragile et d'une belle jeune fille, ainsi que, bien sûr, de chats. le mélange a bien fonctionné cette fois-ci, donnant lieu à un conte envoûtant, bien dosé, presque crédible. Si certaines coïncidences semblent un peu tirées par les cheveux, on pardonne à l'auteur; nous ne sommes tout de même pas dans un roman policier! Il y a une quasi suite à ce livre et j'espère y retrouver la magie qui a si bien opéré dans celui-ci.
Commenter  J’apprécie          40
Protin
  06 juillet 2018
Roman plein de charme et de subtilité, qui me rappelle un peu "les années douces" de Hiromi Kawakami, tant par la simplicité du style que par le thème: les liens de tendresse entre un vieux monsieur et une jeune femme. La nature et les animaux sont extrêmement présents autour de ces deux personnages solitaires.
Un petit bémol cependant concernant le style, pourtant très travaillé dans sa simplicité: le recours trop fréquent à l'interpellation du lecteur, du genre, au milieu du récit, de: "si vous voulez savoir", ou bien "si vous voyez ce que je veux dire". Cette fausse allure de style parlé, qui cherche peut-être la connivence du lecteur, a le don de m'agacer!
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   14 décembre 2016
Le premier texte d'elle [ Isabelle Eberhardt.] que j'ai trouvé se lisait comme suit :
" Pour l'instant je n'aspire qu'à [...] dormir dans le silence et la fraîcheur de la nuit, sous des étoiles filantes tombant de très haut, avec pour toit l'immensité sans fin du ciel, et pour lit la chaleur de la terre, en sachant que personne, où que ce soit sur la Terre, ne se languit de moi, que nulle part l'on ne me regrette ou l'on ne m'attend. Savoir cela, c'est être libre et sans entraves, nomade dans le grand désert de la vie où je ne serai jamais rien d'autre qu'une étrangère" (p. 49-50)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
ArtesiaArtesia   20 mars 2017
-Bravo la petite musique est là.
Dans ses yeux, une lueur me fait comprendre qu'il pense vraiment ce qu'il dit. Et il propose:
-Racontez-moi comment vous faites…
-Hum! Je choisis des mots simples et concrets…
J'essaie de faire des phrases courtes et j'évite les
inversions autant que possible. Je ne mets pas un
mot très bref à côté d'un mot de plusieurs syllabes…
Si un mot finit par une consonne, je lui trouve un
compagnon qui commence par une voyelle. Et je
lis mon texte à voix haute pour entendre comment
ça sonne. Mais le problème…
-Je sais, dit-il. Le mot juste, en anglais, n'est pas toujours celui qui s'harmonise le mieux avec
ses voisins.
-Voilà! Et alors la musique n'est plus la même.
-C'est pas grave.L'essentiel, c'est qu'elle reste
dans le même ton. Au fait, comment vous appelez-vous?
-Je m'appelle Marine.
-Chère Marine, le ton, c'est ce qui compte le
plus en littérature. Et personne n'en parle jamais.
C'est presque aussi important que les yeux verts et
les taches de rousseur!
Il me salue de la tête, se lève à moitié puis se
rassoit.
-Ah! Je connais quelqu'un qui pourrait vous
louer un chalet à l'Îles d'Orléans. C'est un coin assez
sauvage, sans confort, mais habitable à l'année. Le
chalet est caché dans une petite forêt...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
tamara29tamara29   23 mai 2021
Un jour que je passais à Arles, dans la vallée du Rhône, et que j’avais posé mon sac à dos sur un quai, étant aux prises avec une vague de mélancolie, j’ai été abordée très poliment par un petit moustachu qui avait d’épais cheveux gris et fumait la pipe. Après avoir partagé avec moi son sandwich jambon-beurre et son café, il m’a invitée à boire au bar voisin. C’est difficile à croire, mais le bar faisait partie d’une librairie qui, elle-même, faisait partie d’une maison d’édition.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24fanfanouche24   13 décembre 2016
-Etes-vous une liseuse ? demanda -t-il
-Bien sûr, dis-je.
-Qu'est-ce-que vous lisez en ce moment ?
- des recueils de correspondances. Je lis les lettres de Kafka à Milena, les lettres de Tchekhov à Olga, celles de Rilke à Lou Andreas-Salomé...
(...)
-Ses livres ressemblent à la vie. Ils contiennent des souvenirs imprécis, des photos jaunies, des sentiments vagues, des chansons d'autrefois, des rencontres de hasard, des conversations dans les cafés...Et le lecteur doit reconstruire tout ça, comme s'il s'agissait d'un casse-tête.
-Ca veut dire que la vie vous apparaît comme une histoire en pièces détachées ? (p. 21-22)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24fanfanouche24   11 décembre 2016
En définitive dans cette affaire, il s'agit bien de couple et nous parlons d'amour. Oui nous parlons de traduction dont la définition est, d'abord, d'être un transport. Transport de langue ou transport amoureux. [Albert Bensoussian / Traduction et création ]
Commenter  J’apprécie          180

Video de Jacques Poulin (1) Voir plusAjouter une vidéo

Jacques Poulin : Chat sauvage
Olivier BARROT présente dans une rue de Montréal, le livre de Jacques POULIN "Chat sauvage".
autres livres classés : traductionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
177 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre