AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Catherine Makarius (Traducteur)
ISBN : 2749914159
Éditeur : Michel Lafon (01/06/2011)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Dany et Joanne Lindstrom partent camper sur la côte Ouest, dans la chaîne des Cascades. Mais l’excursion tourne au cauchemar. Dany meurt dans des circonstances mystérieuses et la jeune femme se retrouve seule, livrée à une nature hostile.

C’est alors qu’un charmant inconnu lui propose de la guider. Il connaît la forêt et ses dangers. Joanne n’a pas le choix : pour survivre, elle doit lui faire confiance…
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  15 septembre 2015
Ann Rule est à la littérature ce que le médecin légiste est à la médecine. Armée de son bistouri scripteur, elle dissèque des affaires, trifouille dans leurs viscères et leurs fluides, pour livrer des constatations objectives, sans jugement personnel. C'est la raison pour laquelle son style précis peut paraître aride, dépourvu d'émotions, plus proche d'un reportage que d'une bluette. D'autre part, avant d'en arriver aux événements qui constituent le sujet de ses romans, elle retrace minutieusement la biographie des principaux protagonistes afin de fournir des éléments de compréhension susceptibles d'éclairer, sans l'excuser, leur comportement au moment des faits.

Dans “En toute confiance” qui est pourtant une histoire imaginée et non un fait divers, elle utilise les mêmes techniques d'investigation et d'écriture. Les premiers chapitres sont donc une longue et méticuleuse reconstitution de la vie de Duane depuis sa naissance et même avant celle-ci, puisque le prologue daté de 1957, relate la bien triste et courte vie de Loreen, sa mère, qui sera toujours pour Duane “la seule femme et le resterait éternellement. Etourdie, indécise, craintive, trop craintive pour être là quand il avait besoin d'elle” (p. 56). Illettrée, elle même abandonnée par sa mère, Loreen s'est enfuie à 16 ans, a été recueillie par une troupe de forains, qui l'a officiellement exploitée comme danseuse. Mais c'est officieusement qu'elle monnayait son corps. C'est dans ces conditions qu'est né son fils Duane, peu avant qu'elle meure tragiquement, à 24 ans.

Avant d'entrer dans le vif de son sujet, Ann Rule présente aussi Danny et Joanne Lindstrom, couple dont l'amour s'essouffle face à leurs échecs répétés pour devenir parents. Danny, policier à Natchitat est le coéquipier de Sam Clinton. Ah Sam ! Bien que ce ne soit pas annoncé par la quatrième de couverture, j'ai vu en lui le personnage principal de ce roman, qu'il traverse de part en part, avec son humanité et sa bienveillance de flic désabusé, plusieurs fois muté, esquinté par un mariage raté et une relation sans issue avec Nina, une collègue. Réfugié dans l'alcool, il a connu de nombreuses traversées de déserts affectifs et professionnels et vit dans une caravane pourrie en compagnie de son chat. Autant incapable de se passer de femmes que de nourriture, “il les appelait toutes Mon Coeur, et ne s'engageait jamais, même s'il s'efforçait de rester assez longtemps pour qu'elles ne gardent pas le souvenir d'une aventure d'une nuit, pas assez longtemps toutefois, pour qu'elles puissent souffrir de son départ”. (p.74)

Ce n'est qu'une fois tous ces préalables accomplis, nécessaires pour comprendre comment et pourquoi les personnages vont se croiser, que peut démarrer la randonnée fatale, à partir de la page 151, dans la deuxième partie du roman intitulée Stehekin. Stehekin appartient à la chaîne des Cascades. Sauvage et montagneuse, elle était originellement peuplée par les Indiens avant qu'ils ne soient déportés dans la réserve de Columbia à l'arrivée des colons blancs, suivis de peu par des prospecteurs, puis par des industriels qui avaient flairé la bonne odeur du cuivre, chargée d'effluves spéculatives. Livrée depuis la fermeture des mines à des randonneurs expérimentés, Stehekin est enveloppée de mystère, notamment en ce qui concerne la présence, sur son territoire, de grizzlys, de crotales, de cougars. Bien que le dernier grizzly ait été aperçu dans les années 60, la crainte de sa rencontre, toujours vivace dans la mémoire collective, dope l'adrénaline des intrépides marcheurs.

Danny et Joanne entament leur escalade, et ce n'est pas un grizzly qu'ils vont croiser mais Duane, aussi redoutable, mais en plus, fou. Comme l'ours, Duane est roux, haut de 2,00 mètres, lourd, massif, indompté, rompu aux techniques de survie en milieu hostile. Etonnante, non ? Cette ressemblance entre l'homme et l'animal. Débarrassé de Danny, Duane réduit Joanne à l'état d'esclave. Pour adhérer à l'histoire, il faut admettre que sous le choc des événements dramatiques vécus, Joanne a instantanément perdu la raison. Incapable d'assimiler la violence des faits, un fusible a fondu dans son cerveau créant un court-circuit qui la coupe de l'insupportable réalité. Elle devient dépendante de Duane parce que lui seul, s'il ne la tue pas, peut la sortir de ce cauchemar. Je fais confiance à Ann Rule pour s'être parfaitement documentée avant de relater un trouble psychiatrique qui peut paraître aux lecteurs bien installés dans leur canapé, irréaliste.

J'ai apprécié cette lecture, au suspense savamment dosé, à l'écriture nette et sans bavures, et au dénouement en adéquation avec les thèmes abordés. “En toute confiance” aurait pu s'intituler “Mortelle randonnée”, mais c'est surtout à “Délivrance” de John Boorman que j'ai pensé tout au long de cette histoire.

PS : triple zéro pointé pour la 4ème de couverture, nulle et non avenue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Derfuchs
  24 août 2019
Dany est flic dans l'état de Washington. Joanne s'occupe de lui et du foyer. Entre dispute et réconciliations, Dany accepte une spermographie et, sans attendre le résultat, amène sa femme camper en montagne histoire de s'entraîner à faire un bébé. Dans la montagne il y a des ours et, de temps en temps un grizzli. Ils rencontrent un randonneur qui les épie depuis leur domicile. Il s'agit d'un dérangé, orphelin de fille-mère, livré à lui même parmi des forains, tueur en série de femmes dans plusieurs états, condamné que pour des délits mineurs. L'homme se joint pour la nuit au couple et disparait pour revenir affolé au matin suivant et entraîner Dany à la chasse à l'ours puisqu'il a été, soi-disant, attaqué par une femelle défendant ses petits. Lors de la chasse Dany est tué par...l'ourse, dixit l'homme. En fait il a été froidement abattu par ce dernier lequel veut Joanne pour lui depuis qu'il l'a vue, pensant qu'il s'agit de la réincarnation de sa mère morte. Joanne vivra un véritable cauchemar qui lui fera perdre la raison, lui faisant croire que l'homme qui s'occupe d'elle est Dany. ce dont elle ne démordra plus.
La disparition se confirme et des secours sont envoyés.
La longue descente aux enfers de Joanne et sa folie font froid dans le dos quant-au génie déployé par l'être huùain pour s'approprier un autre être humain jusqu'à son propre esprit et amener la culpabilité de ce qui arrive sur une personne totalement innocente, naïve certes mais innocente et désarmé devant l'adversité.
Il faudra beaucoup plus que de la commisération, de la persuasion et le d'affection pour amener Joanne à retrouver ses esprits et revenir à la réalité. Elle reviendra enceinte de l'autre, Dany étant dans l'impossibilité de procréer. le bébé qu'elle mettra au monde, pour l'entourage et avec l'aide des médecins et de l'omerta locale restera pour tous l'enfant de Dany.
Rule avec ce roman abandonne son style façon rapport de police pour un récit réaliste, bien conté à l'écriture bien sentie, lisse et agréable malgré le contexte et les longs moments passés dans les montagnes. On ne s'ennuie jamais car Rule a bien préparé son histoire notamment le prélude au départ en vacances et la fragilité des êtres et de leurs relations. Dany tient la baraque et sans lui sa femme est un corps dont on aurait supprimé les médicaments ou des muscles sans os ni soutien, un corps qui s'affaisse tant la béquille est l'autre. le salopard dépasse en méchanceté ce qui peut être lu dans les journaux et quand on sait que Ann Rule ne relate que des faits réels... La dimension psychologique de la situation et la transformation de l'esprit de Joanne est un morceau de bravoure et d'écriture. de prude, cette dernière devient accro au sexe, c'est le syndrome de Stockholm dans toute son horreur. le mot est juste c'est horrifiant de penser que l'on puisse être dominé et avili à ce point par l'un de ses semblables.
Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
angelita.manchado
  21 janvier 2012
Je ne vais pas beaucoup vous dévoiler sur ce livre. Il met en scène trois hommes et trois femmes.
En premier lieu, un chapitre est consacré à la mère de Duane.
Ensuite, nous avons l'histoire de Dany et Joanne ainsi que de Sam. Dany est policier. Joanne est sa femme depuis près de quinze ans et ils tentent d'avoir un enfant. Sam est lui aussi policier. Il a un passé sentimental assez lourd. Passé qui lui a causé de nombreux problèmes d'alcoolisme. Il considère Danny un peu comme son petit frère. Il souhaite que rien ne lui arrive. Sam sera un des éléments après la disparition de Dany
Ensuite nous avons Duane, par qui le malheur arrive puisque Dany disparaitra et Joanne sera à la merci de Duane pour sortir de ces montagnes.
Et pour finir Nina, juriste hors-pair, ancienne compagne de Sam qui va tenter de sauver ce dernier de la prison.
Après avoir fini (enfin !) la sage des Chevaliers d'Emeraude d'Anne Robillard, je me suis plongée dans ce livre d'Ann Rule. Les chroniques des Chevaliers seront publiées en février. Ann Rule, l'auteur qui relate avec sang-froid et sans parti pris de nombreux crimes commis aux Etats-Unis.
Je suis une habituée d'Ann Rule. J'ai lu tous ces romans. Ce que j'ai constaté sur les deux-trois derniers romans se confirme avec celui-ci. J'ai lu, voilà j'ai lu. Mais je n'ai pas été subjuguée comme pour les autres enquêtes. J'ai subi la plume d'Ann Rule, le déroulement des faits. Car voilà, il y a des faits qui se déroulent. On n'arrive même pas à avoir de la compassion pour les personnages. Peut-être pour Sam, et encore. Car la fin me fait m'interroger. Reste-t-il avec elle parce qu'il a des sentiments pour elle ? Sûrement. Reste-t-il avec elle afin qu'elle éviter de sombrer dans la folie quand elle s'apercevra que son fils, malgré tout ce qui a pu été dit, n'est pas celui de Danny ? Je le pense aussi. La fin laisse prévoir ça. Sam est le “mauvais” flic mais c'est un bon flic. Les procédures, il s'en moque. Il fonctionne à l'instinct, au feeling, à l'amour. Il fonce tête baissée. Son but était de retrouver Dany et Joanne. Il les a retrouvés mais ça l'a choqué. Un choc suivi d'une arrestation. Mais comme tout flic, il ne raisonne qu'avec les preuves. Les sentiments et les expériences humaines n'ont pas lieu de cité. Sauf qu'il faudra bien qu'il fasse avec pour retrouver la liberté, même si elle fait mal.
On peut peut-être avoir quelques sentiments pour la mère de Duane, qui a eu cet enfant si jeune, qui l'a aimé mais qui ne s'en est pas occupé. Aurait-elle vécu plus longtemps, est-ce que cela aurait changé quelque chose quant à l'avenir de son fils. Duane, un petit garçon intelligent, débrouillard et bien obligé. Il cherche cette mère partie trop tôt. Et ses fantasmes, sexuels, se reportent sur de nombreuses femmes qu'il a tué. D'ailleurs, on ne sais pas si la police a poussé son enquête un peu plus loin. Je ne le pense pas. Des femmes sont mortes, enterrées sans sépulture, attendues ou pas par de la famille. Elles ont croisé le chemin de ce chasseur, prédateur. le livre d'Ann Rule a-t-il ouvert d'autres enquêtes. D'habitude, elle nous laisse quelques pistes.
Par contre, même si Joanne subit le pire. Je trouve qu'elle sombre très vite dans la folie, trop vite. Quoique, je ne sais pas comment je réagirai si une telle aventure m'arrivait. Elle comprend très vite qu'elle doit faire à Duane, même si lors de leur première rencontre, elle a vite senti le danger. Mais elle comprend également que pour s'en sortir, elle est à sa merci et doit faire tout ce qu'il lui demande. Pour tomber aussi vite dans ce piège (deux jours), elle ne devait pas être très résistante et forte émotionnellement. Mais il est fort possible que le cadre, la promiscuité ont été des éléments moteurs de cet état de fait. Je ne sais pas. Ca me dérange beaucoup.
En ce qui concerne Duane. Je ne sais pas. je suis également mitigée. Il ne m'inspire rien. On en apprend en définitive très peu sur lui. Tueur en série, oui. Mais c'est tout. On ne sait pas réellement comment il a vécu son passé, comment il a tué toutes ces femmes. C'est sûrement normal (cf. plus haut). Sa virée, en plus, tourne au cauchemar, car il tombe malade et il n'est plus maître de ses moyens. Donc, oui, il a enlevé Joanne. Oui, il l'a violée. Oui, il a été violent avec elle et avec les autres. Oui, il a eu une superbe capacité de survie. Oui, il doit être condamné. Mais je reste sur ma faim avec la fin de Duane.
Donc, comme vous pouvez vous en rendre compte, j'espère que le prochain Ann Rule sera plus consistant.
En plus, je me suis rendue compte que ce roman était vendu 4 € au lieu de 20 en vente privée ce mercredi. Comme quoi, il n'a pas eu beaucoup de succès. Car cela ne fait pas énormément de temps qu'il est vente.
Lien : http://angelitamblog.com/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sofynet
  05 mai 2012
J'avoue que j'ai été un peu surprise en commençant le livre. Mais agréablement, ce qui n'est pas un mal. Je pensais que dès les premières pages, je serai plongée au coeur de la montagne, au coeur du drame qui se joue entre Danny, Joanne et .... Mais en fait pas du tout. Et je trouve que la quatrième de couverture est un peu réductrice. L'auteur construit une atmosphère en présentant chacun des personnages, en nous en expliquant le passé, et toutes choses qui peuvent en éclaicir la psychologie. Elle crée une ambiance, noue les liens entre eux, avant de les plonger dans la tourmente. Et de fait, le lecteur a eu le temps de s'attacher ou de se méfier de chacun d'eux, de balancer vers l'un ou l'autre, de se demander ce qui va leur arriver. Et en cela encore, j'ai été déçue que le résumé annonce d'entrée de jeu certaines choses que l'on pourraient découvrir soi-même.
Les personnages principaux sont donc tous présentés. Cela prend bien sur quelques pages. Mais le style de l'auteur fait que ce n'est pas du tout pesant. Dès le départ, je me suis attaché à certains et me suis demandé comment aller se dérouler le drame pour eux (à défaut de pouvoir me demander ce qui aller leur arriver). Sam par exemple (le collègue et ami de Danny) m'a beaucoup "plu". Son côté sombre, ses difficultés en font un personnage particulièrement attachant, comme certains de ces "flics" de polar.... Joanne m'a quand a elle tout de suite semblée fragile, mise en porte à faux par un certain manque, prête à sombrer au moindre problème.... Quand à Duanne.... Non, finalement, je préfère ne pas en parler et vous laisser découvrir. Et lorsque le drame se joue, chacun y prend sa place naturellement, les personnalités s'entrechoquent et/ou se transforment, pour faire encore monter le suspens. En cela, j'ai trouvé ce roman bien construit et très prenant.
Le style de l'auteur est très agréable. Léger sans être simpliste, direct et propre à ce type de roman, il nous plonge dans l'ambiance également. le découpage en chapitres assez longs au début, lors de la mise en place des personnages, puis beaucoup plus courts, rythmés, condensés lorsque l'action bas son plein rejoint l'aspect de ce roman en deux temps (présentation/action). Les détails sont précis sans sombrer dans le gore, les scènes présentées de façon à ce qu'on en ressente la part d'horreur sans en être dégouté. Quand à la fin.... Je vous laisse la découvrir...
J'ai beaucoup aimé ce thriller donc, qui me donne grandement envie de plonger dans le reste de la bibliographie d'Ann Rule.
Lien : http://sofynet2008.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
argali
  24 février 2013
Je referme ce livre sur un sentiment négatif. Pourtant, il n'est pas mal écrit (ou traduit), l'histoire aurait pu être accrocheuse, mais je ne suis entrée en empathie avec aucun des acteurs de ce drame et surtout pas avec l'héroïne qui aurait dû, je suppose, m'émouvoir quelque peu.
Ann Rule est inspectrice de police à la base. Elle a délaissé ses formations de jeunes policiers et ses collaborations avec le FBI pour se plonger dans l'écriture et chercher à comprendre le fonctionnement des tueurs en série. Forte de cette info, j'ai cru découvrir un bon auteur, bien informé et plongé dans une enquête palpitante. Hélas, le suspens m'a à peine fait frémir.
Les faits s'enchainent sans émotion, sans qu'on ne ressente de la compassion pour ces êtres qui vont voir leur vie basculer en un seul week-end. Pire, de grandes zones d'ombres restent en suspens. Ainsi tous ces meurtres révélés que l'on ne cherche même pas à comprendre et ces infos que l'on ne recoupe pas.
Ce « thriller psychologique » m'a vraiment laissée sur ma faim. Peut-être parce que la psychologie des personnages n'est pas exploitée à fond, juste survolée. Peut-être parce que Joanne est trop vite vaincue, perdue et pas du tout combattive. Cela enlève beaucoup de force au propos.
Finalement, le seul personnage qui vaut la peine ici, c'est Nina. Malgré ses fêlures, ses failles, elle est flamboyante. Hélas, elle ne fait que passer.

Lien : http://argali.eklablog.fr/ro..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   31 août 2015
Les unions malheureuses réclament des spectateurs, Sam. Devant eux, on peut faire semblant un peu plus longtemps que tout va bien.

Page 133 - Le Livre de poche
Commenter  J’apprécie          190
namelessnameless   01 septembre 2015
Elle était trop confiante. (...) Elle croit encore que l' amour et la tendresse gouvernent le monde.

Page 162 - Le Livre de poche
Commenter  J’apprécie          220
namelessnameless   02 septembre 2015
Dans les petites villes, où chacun peut entendre son voisin respirer, rire, pleurer, et parfois le surprendre en flagrant délit d'adultère, chaque nouveau scandale vient combler le vide.

Page 495 - Le Livre de poche
Commenter  J’apprécie          122
SkrittSkritt   19 juillet 2011
Un flic contraint de tirer sur un homme ne s'en sort pas indemne. [...] C'était l'une des lois silencieuses des gardiens de l'ordre public : ne tire pas, car la balle te fera plus mal encore.
Commenter  J’apprécie          60
SkrittSkritt   13 juillet 2011
Il avait décidé que la morale était affaire de chacun, que chacun avait son idée du bien et du mal, et que, de toute façon, ce que l'on disait et faisait coïncidait rarement.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Ann Rule (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ann Rule
Documentaire sur Ted Bundy dont Ann Rule en fait le sujet de son livre « Un tueur si proche ».
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1709 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..