AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070380961
212 pages
Éditeur : Gallimard (03/03/1989)
3.5/5   15 notes
Résumé :
Six histoires vraies - et d'autant plus incroyables - dérobées aux archives dormantes et aux mémoires anonymes, couvrant les scandales des plus puissantes familles du royaume de Naples, du XVème au XVIIIème siècle. Le Prince Carlo Gesualdo, immortel musicien, assassin de son épouse adultère et de son amant ; Lavinia, la religieuse, et Pier Francesco dont les folies érotiques mettent à feu et à sang le couvent de Saint-Archange, lieu d'abominations ; Masaniello, le l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gavarneur
  12 septembre 2021
C'est étonnant qu'il n'y ait ici aucun compte-rendu de lecture de ces Chroniques napolitaines. Est-ce un sujet si difficile ? J'avoue que je n'ai pas un sentiment univoque en refermant ce livre. Il se présente comme une suite de récits d'événements réels « couvrant les scandales des plus puissantes familles du royaume de Naples, du XVe au XVIIIe siècle ».
L'un au moins de ces scandales est connu (au moins de mélomanes dans mon genre) : le prince et compositeur Gesualdo a assassiné sa jeune épouse et son amant. Tous sont entre l'invraisemblable et le difficilement croyable : joli choix pour des faits réels. Quasiment tous baignent dans une atmosphère de sexe et de mort, et il faut souvent avoir le coeur bien accroché pour supporter des détails pervers et surtout extrêmement violents, la justice et la religion de ces époques ne reculant devant aucune horreur pour obtenir et sanctionner leur « vérité ».
Cependant, par-dessus un évident désir de choquer, Jean-Noël Schifano montre surtout une écriture extraordinaire, faite de phrases longues et contournées, et de mots rares et précieux. Et c'est la première qualité que j'ai aimée dans ce livre, bien qu'elle exige une lecture attentive et parfois fatigante.
Au fil des pages, j'ai de plus en plus apprécié l'amour de Naples que l'auteur veut nous faire partager. Au-delà de quelques notes proches du cliché (tout napolitain est la proie de désirs violents, tout se sait toujours à Naples...), il construit une ambiance faite de paysages (Le Vésuve, ses laves ardentes, ses secousses, les falaises, la mer, les ports de pèche, les avenues et les ruelles, les palais et les souterrains...) et de sentiments partagés par l'élite et la foule.
Retenez vos vomissements, que seul le Vésuve éructe ses flots dévastateurs, et aimez avec Jean-Noël Schifano l'éternel peuple de Naples et avec moi son écriture baroque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
VanrosVanros   06 novembre 2016
En pleine canicule, entre deux et quatre heures de l'après-midi, les rues de la ville sont presque désertes. Les noires dalles de lave vous renvoient des bouffées brûlantes qui vous suffoquent. Le feu est sur votre crâne, le feu est sous vos pieds : aucune issue ; les vicoli, ce réseau serré de veines qui irriguent d'un sang lourd et fiévreux le ventre boursouflé de Parthénopé, la sirène échouée, ne vous mènent nulle part. Vous êtes prisonnier, suspendu dans les filets ardents de Naples. A deux pas des forges de Vulcain, l'air soufré du soufflet infernal excite les démons, qui enfourchent le passant et le précipitent dans les torrents de roches ignées. Vous êtes une âme du Purgatoire aux ailes de flammes et aux flammes vous léchant, vous consumant, jambes et sexe, jusqu'au ventre, une de ces Âmes que vous rencontrez par groupe de quatre ou cinq, à chaque coin de rue, dans leur niche de verre, la Femme, le Prêtre, le Jeune Homme, le Soldat, le Borgne, parfois, étrange cyclope barbu réchappé du Tartare pour se trouver pris dans un lac de feu, tous agitant désespérément leurs bras tendres et leurs seins tendus sur le fond cramoisi du piperne creusé.
Avant qu'il ne soit trop tard, léger touriste venu du Nord, file dans ton gîte, ferme ta porte, tes fenêtres, tes volets, allonge toi nu sur un drap - notre linceul poméridien, d'où l'on ne ressuscite qu'à la tombée du soleil. Ces heures étouffées où la terre et les cieux flambent ne sont pas pour toi, frôleur de cités rêvées ; ce sont les heures des grandes passions inassouvies, les heures de l'amour incertain et de la mort évidente, les heures où la mer noircit, les heures figées que ne connaît aucune autre ville du monde, et qu'à Naples on appelle "les heures contraires".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gavarneurgavarneur   14 septembre 2021
La tour ronde fut à grandes lampées lactées bue par l'espace aux grondements chtoniens, des merlons à sa base évasée, sifflée par les serpenteaux giclants, crépitants, tonnants, tourbillonnants, sibilants, craquéclaboussants de salpêtre, de soufre et de projectiles étoilés à l'éclat métallique, qui sillonnaient, aveugleurs affolés, la trombe flambante.
Page 142
Commenter  J’apprécie          51

Videos de Jean-Noël Schifano (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Noël Schifano
Jean-Noël Schifano - E.M. ou La divine barbare .Jean-Noël Schifano vous présente son ouvrage "E.M. ou La divine barbare" aux éditions Gallimard. http://www.mollat.com/livres/jean-noel-schifano-divine-barbare-roman-confidentiel-non-finito-9782070141098.html Notes de Musique : Enrico Rava - Stefano Bollani - 12 Birth of A Butterfly, var.
Dans la catégorie : Histoire de l'ItalieVoir plus
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Histoire de l'Europe>Histoire de l'Italie (66)
autres livres classés : naplesVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2217 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre