AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marthe Lomont (Traducteur)
ISBN : 2266139967
Éditeur : Pocket (03/06/2004)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 141 notes)
Résumé :
Pâques 1974. Kate Carrington, alors âgée de douze ans, se retrouve orpheline en Afrique, continent méconnu et envoûtant. Ses parents, Sarah et Michael, deux missionnaires australiens, ont été assassinés dans la brousse, en Tanzanie, près de la frontière rwandaise.
Puis vint le retour vers cette Australie qu’elle ne connaissait pas encore, la vie dans les pensionnats de la mission, ses études d’infirmière. Surtout s’endurcir, devenir imperméable aux autres po... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (26) Voir plus Ajouter une critique
isajulia
  07 avril 2013
Fille de missionnaires australiens, Kate Carrington a douze ans lorsque ses parents sont assassinés en Afrique. Orpheline, lors de son retour en Australie, Kate est élevée par le pensionnat de la mission. Devenue adulte, elle décide de devenir infirmière. Toujours traumatisée par la mort de ses parents, elle se crée une carapace pour ne plus avoir à subir de douleur morale. Un jour, dans la maison voisine à la sienne, emménage une vieille dame qui vit de manière étrange, toujours devant un feu de camp en compagnie d'une chèvre. Intriguée, Kate va se lier d'amitié avec cette étrange voisine qui va lui révéler un secret: elle est Annah Mason, sa marraine et meilleure amie de sa mère. Kate apprendra la vérité sur le passé d'Annah et la tragédie qui l'a rendue orpheline...
Splendide!
Encore une fois ma mère a été de bon conseil, ce livre ne nous relate pas simplement l'Afrique, il nous y emmène. Ce pays mystérieux est décrit avec authenticité, dans toute sa magie. J'ai appris énormément, notamment sur les conditions de vie des missionnaires dans la brousse et l'ampleur de leur travail sur le terrain. La narration est construite à la perfection, l'écriture et le style sont impeccables.
A travers le regard d'Annah, on découvre l'immersion d'une femme blanche dans les populations autochtones de Tanzanie. Son combat pour se faire accepter, son histoire d'amour avec Mtemi, un jeune chef de tribu, sa vie de missionnaire et les déboires qu'elle connaîtra.
Mélangeant amour et voyage, ce roman de Katerine Scholes émerveille et envoûte par la force de son récit et de ses personnages.
Si vous ne l'avez pas encore lu, je vous le conseille, vous ne serez pas déçus!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
Aela
  22 juin 2013
La romancière Katherine Scholes, Australienne qui a vécu longtemps en Tanzanie, s'inspire de son enfance dans ce pays africain pour écrire ce beau roman dans la lignée de "Out of Africa".
L'histoire démarre en Tanzanie en 1974. Près de la frontière du Rwanda, un couple de missionnaires est assassiné sauvagement. Leur fille âgée de 12 ans, Kate, est éloignée des lieux du drame. Elle est envoyée dans le pays d'origine de ses parents, l'Australie.
Elle mène alors une vie normale et obtient un diplôme d'infirmière. Un jour son existence "normale" va basculer quand elle va rencontrer Anna, une infirmière comme elle, qui a été longtemps missionnaire en Tanzanie et qui a connu les parents de Kate avant leur assassinat.
Ce sera ensuite un retour "aux sources" pour Kate.
Un livre fort et poignant, qui nous fait découvrir les soubresauts de l'époque de la post-colonisation, au moment où la Tanzanie devient indépendante en 1962 et perd le nom de Tanganyika pour prendre celui de Tanzanie, l'île de Zanzibar apparaissant ainsi dans le nouveau nom du pays.
Ce qui est bien rendu dans ce livre, c'est la confrontation de cultures différentes; les missionnaires arrivant avec leurs bonnes intentions mais étant confrontés aux réalités culturelles locales.
Le personnage de Mtemi, jeune chef africain de l'ethnie Waganga, qui a fait ses études de droit à Oxford, est particulièrement attachant.
Dans ce récit on est frappé par la survivance du racisme dans les années 60, peu après la décolonisation et par le poids des croyances et mentalités locales qui fait que la jeune héroïne australienne ne sera pas toujours bien accueillie dans ce pays neuf et pourtant chargé d'Histoire.
Un très beau roman, même si la fin m'a semblé un peu moins convaincante en raison de quelques longueurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
marlene50
  17 septembre 2017
Me suis évadée avec des missionnaires Australiens en Tanzanie et le voyage m'a bien plu.
Une belle histoire d'amour courte mais où l'on ressent la symbiose merveilleuse de deux êtres que tout sépare.
Le dévouement sans bornes des médecins et infirmières qui soignent sans relâche les populations d'autochtones.
Mais j'ai surtout été sensible à l'atmosphère de ce pays, ses habitants, ses coutumes, la nature si belle et si cruelle aussi.
Une belle histoire bien documentée sur les Waganga et un court épisode (suffisant pour moi) des assassinats perpétrés à la frontière Rwandaise.
Commenter  J’apprécie          190
madamelafee
  14 septembre 2017
Après avoir lu Leopard Hall qui m'avait plu, j'ai eu une envie folle d'aller à la rencontre de cette écrivaine de talent avec un autre de ses romans et je me suis lancée dans la Reine des Pluies. L'intérêt pour ce livre a été immédiat.
Je ne suis pas une grande voyageuse alors j'aime lire de belles histoires pour m'évader. La Reine des Pluies est une belle histoire.
Katherine Scholes nous fait découvrir des endroits improbables, perdus dans la brousse, loin de toute civilisation. Grâce à la très belle plume de cette auteure la nature africaine est narrée comme le ferait un peintre sur sa toile avec toute la précision et l' imagination poétique de son pinceau. Même si leurs récits ne se ressemblent pas, j'ai découvert l'Afrique grâce à Paule constant et Katherine Scholes. Toutes les deux ont vécu en Afrique auprès d'un père médecin. Katherine Scholes exprime de très belle manière avec un talent de conteuse ses années passées en Tanzanie.
Avec la Reine des Pluies, le récit débute ainsi : 1974 en Tanzanie, Afrique Orientale, Dodoma. Dans le cimetière de la cathédrale anglicane, deux cercueils attendaient d'être mis en terre. Les parents de Kate ont été sauvagement assassinés. Leur unique petite fille de 12 ans va regagner l'Australie pour commencer une nouvelle vie et sera prise en charge par la mission. Vingt ans plus tard à Melbourne, Kate rencontrera une étrange voisine, une vieille femme qui lui révèlera son incroyable secret.
Ce roman est dévastateur, il nous dévoile une abondance de sentiments, les personnages sont profonds, généreux, attachants, avec leurs croyances , leur foi et pour certains leurs envoûtements.
On se laisse transporter vers ces contrées lointaines avec un grand intérêt et avec beaucoup de plaisir. J'ai partagé la joie et les peines des hommes et des femmes de ce pays.
J'ai prêté une oreille attentive à leurs conversations, à leurs discours familiers. Il y eut aussi des pourparlers, des conciliabules. J'ai vécu et partagé des moments inoubliables, fantastiques, féériques et surnaturels aux côtés de la Reine des Pluies.
Ce roman est un bijou de lecture. Lisez le, il ne vous laissera pas indifférent.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
gaellekox
  31 mars 2014
La reine des pluies SPOILER [relate les pérégrinations d'une jeune infirmière Annah Mason qui s'engage comme missionnaire en Tanzanie pour suivre les traces de sa grande tante. Elle est accueillie au sein de la maison de la mission où demeure déjà un couple de missionnaire : les Carrington. La naissance de Kate, fille du couple, et sa nomination en tant que marraine, va rapprocher les trois missionnaires, mais un autre évènement va finir par les séparer. Annah se retrouve alors missionnée seule dans un hôpital désaffecté. Ses efforts pour mener à bien sa mission en dépit des faibles moyens qu'elle a en sa possession vont lui faire croiser la route d'un guerrier Waganga, dont elle tombe amoureuse, et décide de quitter la mission pour lui et embrasse le mode de vie de sa nouvelle tribu. Seulement ce dernier décède dans des circonstances évoquant la sorcellerie juste avant la cérémonie de leur mariage. Annah est forcée de quitter sa nouvelle famille et se retrouve sans attache à sillonner la Tanzanie et porter secours aux personnes nécessitant des soins avec l'aide de son fidèle compagnon Stanley. le destin la remet sur les route des Carrington. Mais à peine les retrouvailles célébrées, le couple est assassiné par des bandits...]
L'histoire nous fait voyager sur les pistes poussiéreuses de la Tanzanie, découvrir le fonctionnement d'une mission et le mode de vie et les coutumes africaines. Une certaine poésie ressort de ce récit, et l'humanité et la chaleur des personnages sont poignants.
Néanmoins, quelques longueurs sont à déplorer. Je ne suis vraiment rentrée dans l'histoire que vers la moitié du roman, et en suis ressortie presque aussi vite.
Bref il s'agit pour moi d'une belle histoire écrite avec une belle plume, mais qui ne figurera pas dans mon top ten.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ouap1ouap1   24 décembre 2016
Au fil du temps , une seule vérité s'était imposée : on ne pouvait survivre si l'on s'abandonnait à sa douleur. Kate avait bien retenu la leçon. Il fallait enfouir le passé, tout faire pour l'oublier.
Affermis ton coeur.
...
L'énorme pot de crème pour le visage envoyé par Eleanor était maintenant vide, et le récipient brillant fut offert à un devin. Annah découvrit que la sueur que la sueur fournissait à la peau une graisse naturelle qui semblait faire le même effet.
...
quand on était à court de pansements, des toiles d'araignées déposées sur les blessures facilitaient la cicatrisation. Les scorpions ne se risquaient pas dans les cases si l'on y enfermait deux ou trois poulets. Il était avisé de poser ses bagages sur des pierres pour décourager les insectes. Bref, on pouvait toujours se débrouiller avec beaucoup moins de moyens qu'on ne le croyait.
Car avec l'aide de dieu tout est possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
OuistitisOuistitis   25 mai 2012
Annah contempla le tissu d'un air indécis, incertaine d'avoir bien compris. Elle interrogea Stanley des yeux.

Il désigna l'inscription.
- Elle vous demande de réciter le bénédicité, confirma-t-il, et de lire ce qui est écrit ici.
- En anglais ?
- Si vous voulez, intervint Alice. Nous connaissons bien le sens des paroles.

Le silence tomba sur le petit groupe. Annah se leva et se pencha vers le feu pour lire à haute voix.

« Je suis la brise qui nourrit ce qui est vert.
J'implore les fleurs pour qu'elles donnent des fruits dorés.
Je suis la rosée née de la pluie
Qui faire rire l'herbe,
Heureuse d'être en vie. »

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
flottieflottie   30 septembre 2017
- Je suis Annah Mason, dit Jane.
Un profond silence tomba sur les deux femmes.
Kate restait immobile, le visage figé par le choc, tel un masque. Quand elle parla enfin, ce fut pour s'écrier d'une voix ténue, presque enfantine, une voix qu'elle ne reconnut pas.
- Je ne vous connais pas!
Annah Mason prit une profonde inspiration. Kate crut entendre un hoquet de surprise ou de douleur.
- Oh, mais si, j'étais la meilleure amie de Sarah, votre mère. Voilà pourquoi je suis ici. Je suis venue d'Afrique pour vous retrouver.
Les yeux fixés sur Kate, elle parlait lentement, détachait chaque mot, chaque phrase pour leur donner plus de poids.
- Il y a des choses que vous devez savoir. Des choses que je dois vous dire.
(...)
- Je peux vous aider, Kate. Laissez-moi vous parler, vous dire ce qui s'est réellement passé.
-Non, gémit Kate. Je ne veux pas savoir. Cela ne m'intéresse pas.
- Il faut que vous sachiez. (Le ton était rude à présent.) Pour Sarah. Pour sa mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AelaAela   22 juin 2013
Comme les Wagonga, les Massaï avaient résisté aux changements et s'accrochaient à leurs traditions. Les jeunes hommes étaient réellement des gerriers.
Chacun d'eux devait faire la preuve de son courage en tuant un lion d'un seul coup de lance.
Commenter  J’apprécie          100
marlene50marlene50   17 septembre 2017
Tous les missionnaires chassent, elle le savait.
Après tout, il n'y avait pas de boucher sur place. Elle allait devoir s'habituer.
Mais comment oublier la grâce et la beauté de ce petit daim, le regard d'agonie de ses yeux frangés de cils noirs ?
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Katherine Scholes (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Katherine Scholes
Après l?inoubliable Reine des pluies, Katherine Scholes signe un roman envoûtant, magnifique portrait d?une jeune femme à la recherche de ses racines, doublé d?une fresque hallucinante sur l?histoire du Congo des années 1960.
En savoir plus sur "Leopard Hall" : http://bit.ly/2nfD44s
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..