AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 226628052X
Éditeur : Pocket (05/04/2018)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Du grand bazar de Tabriz, en Iran, aux stations fantômes du métro londonien, en passant par les cimetières abandonnés de Transylvanie, le train mythique qui relie Djibouti à Addis-Abäba, ou encore la gastronomie des zones tribales du Balouchestan, Josef Schovanec, philosophe-saltimbanque de l'autisme et de la différence, nous entraîne dans un surprenant voyage en Autistan, ce pays de l'étrange dont les routes s'ouvrent pourtant sur le pas de notre porte.
Enf... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Jackiedream
  06 juin 2016
J'ai été surprise au fil de ma lecture puisque je m'attendais à un récit de la vie de l'auteur, comment il a géré son autisme... Or ce n'est pas du tout cela, l'auteur se raconte à travers ses nombreux voyages et autres anecdotes.
J'ai bien aimé cette forme assez différente de ce que à quoi l'on pourrait s'attendre. La façon dont l'écrivain aborde l'autisme est assez émouvante, toujours avec beaucoup d'autodérision, sans aucun misérabilisme. La culture qu'il semble posséder, son ouverture d'esprit sont impressionnantes. le regard qu'il porte sur les autres et sur lui-même m'a beaucoup touchée, c'est là une belle leçon de vie.
Cependant, le livre m'a semblé un peu décousu par moment. On passe d'une anecdote à une autre : certaines m'ont vraiment beaucoup plu, d'autres un peu moins. Ma lecture fut donc assez inégale, entre des passages qui m'ont bouleversée et d'autres qui m'ont plus laissée sur ma faim. J'ai également eu un peu de mal avec le style, que je trouvais assez ampoulé au début même si je m'y suis habituée.
Dans tous les cas on ne peut que saluer le recul sur lui-même et l'humilité de l'homme, présents à chaque page. L'écrivain m'a vraiment semblé sympathique, profondément gentil et humain.
Lien : http://lantredemesreves.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Cath36
  06 mai 2016
De voyage en découverte, de découverte en réflexion, le regard de Joseph Schovanec sur le monde me touche toujours autant que lors de ses premiers livres. Sa gentillesse, son courage et sa détermination pour affronter un monde qui le passionne et le perturbe tout à la fois donne au témoignage de ce jeune autiste une résonance et une saveur bien particulières. Son regard, plein de sagesse et de bon sens créent des liens entre le monde des autistes et celui des gens dits normaux, non sans remettre une certaine "normalité" en cause, celle de la societe de consommation, de la cupidité, et de l'asservissement au travail, notamment.
J'ai savouré l'intelligence profonde de ce jeune homme qui, sans la moindre agressivité et le moindre complexe essaie de redonner à nos sociétés modernes cette petite touche d'humanité dont elles semblent s'eloigner de plus en plus.
Un bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          130
CeciBonDeLire
  01 décembre 2018
Mes très chers vous,
Connaissez-vous Josef ?
Un personnage… et non des moindres, jugez-en par vous-même : L'homme est philosophe, écrivain, globe-trotteur mais aussi militant pour la dignité des personnes autistes.
Et comme si cela ne suffisait pas encore, il est autiste aussi…
La scolarité d'un enfant autiste, ce n'est pas Martine à l'école, non, ces « enfants-là », ne peuvent réussir, enfin c'est ce qui se dit.
Donc Josef, obtient une maîtrise à Sciences Po Paris puis un doctorat en philosophie et sciences sociales à l'EHESS. Il est hyperpolyglotte, puisqu'il parle plus de sept langues dont le persan, l'hébreu et l'amharique.
J'oubliais Josef est aussi un très grand conférencier.
Et son livre me direz-vous de quoi est-ce que ça cause ?
Si je vous réponds poésie, vous allez croire que ce livre contient des sonnets, des alexandrins, des rimes… non, rien de tout cela. Josef voyage beaucoup, dispose d'une très grosse… culture et son regard sur notre monde est empreint d'une immense poésie, de douceur…
Que cela soit un paysage, un cimetière, une bibliothèque, un train, et cetera tout est sujet à une sorte de rêverie utopiste.
L'auteur nous livre son regard sur le monde. Une sorte d'hymne au respect de l'autre, à aller au-devant de cultures différentes de la sienne.
Comprendre pour mieux respecter, ne pas chercher la richesse, la gloire, la fortune dans des métaux précieux et autres, mais plus dans les souvenirs, dans un livre ancien…
Être toujours à l'écoute de l'autre, faire fi des différences, observer ce qui nous entoure, ceux qui nous entourent.
C'est tendre, drôle, ça fait rêver, mais surtout ça fait du bien ce regard bienveillant.
Ça aide aussi à comprendre, à savoir ce qu'est l'autisme…
« J'aurai pu être un artiste, je suis un autiste, c'est presque pareil, il n'y a qu'une lettre qui diffère… »
Ce recueil reprend des chroniques de Josef Schovanec dans l'émission Carnets du monde, diffusée le dimanche sur Europe 1.
Stanislas Petrosky
Lien : http://cecibondelire.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
benjetpascal
  26 août 2017
Comme beaucoup, j'ai découvert Joseph Schovanec dans les cadres des ses chroniques sur une radio périphérique bien connue. Brillant, humaniste et pas plus malade que vous et moi, il a touché et intéressé beaucoup de monde du fait de son regard différent, excentré et parfois tellement juste indifféremment sur nos petits quotidiens et sur la marche des affaires du monde. Ceux qui cherchent ici un roman, une biographie ou un essai seront déçus, il ne s'agit que de la retranscription de ses (très bonnes) quarante-quatre premières chroniques, écrites dans le style érudit, efficace et un peu old-school-comme-on-aime de Josef - qui dans le cas peu probable où il me lit me pardonnera j'espère de l'appeler Josef sans le connaître personnellement – sur des sujets assez divers mais presque toujours liés aux voyages, surtout en orient mais pas que. Ces petites chroniques me semblant positives sur beaucoup de plans dans notre époque troublée, je viens de passer le livre à ma fille de 10 ans qui j'espère éprouvera le même bonheur simple que moi à les lire après les avoir écoutées. Bref, je recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lafilledepassage
  20 avril 2017
Lu par simple curiosité et par ouverture d'esprit … pour découvrir un regard décalé sur notre société, nos moeurs, nos vies. Un peu comme si je lisais le témoignage d'un Chinois fraîchement débarqué en Europe Occidentale. Loin de moi tout amalgame et toute idée de racisme face à la différence, aux différences.
Un ou deux réflexions intéressantes, mais pas assez pour s'attarder sur ce livre … Si vous êtes curieux comme moi je crois qu'il est préférable – et suffisant – d'écouter les chroniques de l'auteur à la radio.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
JmlyrJmlyr   15 octobre 2018
Les livres sont comme les vêtements : il y a le prêt-à-porter, dupliqué à de nombreux exemplaires, et il y a la haute couture, faite de pièces uniques. Et enfin, cachées dans le secret de discrètes voûtes, quelques pièces qui ont fait autant l'histoire que la légende.
Commenter  J’apprécie          341
TezelsupTezelsup   11 mai 2018
Vous pouvez avoir sillonné la moitié de la planète, l'autre moitié restera toujours angoissant (...) Pourtant, il faut le faire. Il faut se forcer et ce, pour une raison très simple. Bien que je n'aie pas réussi à éliminer cette angoisse du pays nouveau, un constat me semble devoir être fait: il s'agit là d'un investissement qui prépare l'avenir. Ainsi, le sentiment enivrant d'une première fois réussie est considérablement plus fort que la joie que l'on peut ressentir par exemple quand on revoit un lieu déjà connu. (p.92)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
TezelsupTezelsup   19 avril 2018
(...) peut-être que l'idéal serait de tendre vers le zéro bagage. Le grand humaniste et inlassable parcoureur de déserts Théodore Monod n'emportait quasiment rien avant d'aller dans l'étendue immense. En quelque sorte comme le conseillait le Bouddha en son temps à ceux qui souhaitaient rejoindre son groupe nomade: "Quand demain nous partirons avant l'aube, ne t'encombre d'aucun bagage."
Commenter  J’apprécie          50
lafilledepassagelafilledepassage   18 avril 2017
Je suis rentré rassuré que l’on puisse encore, aujourd’hui, ne pas optimiser les choses. Car après tout, nous autres personnes handicapées et celles qui se croient un peu vite valides, ne savons-nous pas que nos vies ne pourront jamais entrer dans un quelconque schéma d’optimisation ? La vie humaine, donnée gratuitement, pourrait bien être, fondamentalement, inutile par rapport à tout référentiel d’attribution de mérites commerciaux. C’est ce qui, en vérité, en fait la noblesse et la vraie valeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
charlottelitcharlottelit   25 mars 2018
le jardin d'essai est le plus enchanteur d'ALGER
là se tenait le jardinier inconnu qui me faisait la visite
des heures durant , avec une infinie érudition,
il naviguait dans ce miroir du monde
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Josef Schovanec (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Josef Schovanec
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=54141
MON COMBAT POUR LES ENFANTS AUTISTES EN MARTINIQUE
L'expérience du centre Atoumaux, structure d'accueil de jour pour enfants : les raisons d'un échec
Gisèle Armange-Marb?uf
Avec la collaboration de Jean-Jacques Fouquet / Préface de Josef Schovanec
Après une vie active passée en France métropolitaine, l'auteure choisit, en 1994, de retourner en Martinique. À la faveur de sa rencontre avec le petit Benjamin, elle a découvert l'univers des enfants autistes. Son idée : créer pour eux un centre de loisirs éducatifs. Mais dans l'île aux fleurs, son projet baptisé Atoumaux n'était pas le bienvenu dans le milieu médical, ni souhaité par les services de l'administration. Récit d'un parcours du combattant.
Gisèle Armange-Marboeuf est née en 1948 à Fort-de-France. Ella exercé le métier d'aide-soignante en métropole avant, la retraite venue, de renouer avec ses racines. Elle a créé en Martinique le premier centre de loisirs pour enfants autistes. Elle a été épaulée dans ce projet par Josef Schovanec, "saltimbanque de l'autisme", écrivain et journaliste radio.
Broché ISBN : 978-2-343-12614-2 ? août 2017 ? 212 pages
+ Lire la suite
autres livres classés : autismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
376 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre