AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225315072X
Éditeur : Le Livre de Poche (01/06/2001)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 72 notes)
Résumé :
Résumé
De la terre, Mélina a tout appris.
Ses dures lois comme ses moindres énigmes. Au fil des hivers qui gèlent le cœur de la Dordogne, elle a senti et éprouvé les forces souterraines qui animent cette nature sauvage, persuadée qu'une puissance était là, qui dépassait celle des hommes.

Cette magie inaccessible au commun des mortels, elle a parfois l'impression de la détenir, tant elle est liée à ce pays où l'on croit que les chemins f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Annabelle31
29 mai 2016
Début du 20 ème siècle. Mélina vit avec son père, Jean Fontanel, tout près de Salvignac, en Dordogne.
De sa mère, décédée dans un incendie, et dont elle n'a aucun souvenir, elle ne doit pas parler, sous peine de voir sur le visage de son père les ravages du désespoir. Leur vie se partage entre le métier de Bottier de Jean Fontanel, et les truffières qu'ils entretiennent, la fierté de cette terre périgourdine.
Les rudesses de la terre, le travail sous la contrainte du maître Carsac, mais aussi l'école qu'elle aura le plaisir de découvrir, l'amour de Pierre son "promis" depuis l'enfance, puis les affres de la guerre qui enlèvent ceux qu'on aime, autant d'événements que va devoir traverser Mélina au cours de sa vie.
Comme toujours, Christian Signol nous parle avec un charme indéniable de l'amour de la terre, de l'attachement aux anciens, et sait nous livrer avec Mélina un personnage principal très attachant. Une excellente lecture.
Commenter  J’apprécie          100
ollivier
19 novembre 2016
Découverte de Christian SIGNOL.
L'histoire de la vie de Mélina dans son Périgord natal: son rapport avec la nature (la culture des truffes, d'où le titre du roman), ses échanges subtils avec la forêt dont on pourrait dire qu'elle en devient un élément constitutif par sa connaissances des plantes, sa lecture des bruits.
Son rapport, son besoin de maternité l'ancre également dans ce monde de la nature: acceptation mais sans aucune résignation, loin de là !
Alors qu'elle sait tout des plantes et de leurs pouvoirs, qu'elle sait déchiffrer le langage des chênes, l'auteur ne dit quasiment rien de son approche d'autrui en dehors du plan affectif: rien (ou presque) sur l'odeur des hommes, le contact de leur peau... Il y a comme un pan aveugle de son rapport avec la nature: la flore oui, les humains n'étant que source de rares bonheur et surtout de conflits à surmonter.
Reste une langue souple naturelle et classique, un bonheur de lecture !
Commenter  J’apprécie          00
BenoitTrempe
11 juillet 2017
J'ai tout simplement adoré ce livre. Christian Signol a une écriture sobre et savoureuse. Il décrit la vie de Mélina Fontenel d'une façon condensée mais tellement efficace. Dès les premières pages, nous nous attachons à cette jeune fille dans une narration, à priori, externe... Les éventements de la vie de Mélina se défile très rapidement dans ce récit de 315 pages. J'ai entamé ce livre sans connaître l'auteur. Je ne le regrette pas du tout. La preuve : j'ai dévoré ce livre et je vais sûrement lire d'autres romans de cet auteur.
Commenter  J’apprécie          00
philo15
27 mai 2010
Encore un très beau portrait de femme dressé ici par cet auteur qui sait si bien transmetre l'amour de sa terre natale. Portrait de toutes les femmes qui blessées, se relèvent et avancent poussées par leur amour de la vie.
Lien : http://philo-au-fil-des-mots..
Commenter  J’apprécie          30
minouche191
14 novembre 2015
très beau livre
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne22 mars 2013
Sur la fin de leur vie, ils ne se couchent que pour mourir, et souffrent en silence. La mort ne les étonne guère, puisqu'elle est dans la nature des choses et qu'ils l'ont vue à l’œuvre, souvent, sur leurs bêtes ou sur leur proches. C'est pourquoi leur dernier soupir révèle rarement des regrets : ils ont fait ce qu'ils devaient faire.
Commenter  J’apprécie          60
Annabelle31Annabelle3129 mai 2016
- Et maintenant qu'elle est devenue savante, qu'est-ce que tu vas en faire, de cette petite ?
Jean Fontanel demeura sans voix. Pour Pierre, tout était simple : il allait travailler avec ses parents et prendre leur suite un jour. Mélina ne comprenait pas de quoi on s'inquiétait ce soir-là. Pour elle, il était évident qu'une fois l'école terminée, elle reviendrait vivre avec son père, afin de l'aider dans les truffières.
Aussi fut-elle déconcertée quand celui-ci répondit, soucieux, et, lui sembla-t-il, plus fragile encore qu'à l'ordinaire :
- Je ne sais pas. Je la garderais bien avec moi, mais qu'est-ce qu'elle deviendra à Coste-Nègre si un jour je ne suis plus là ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Annabelle31Annabelle3129 mai 2016
Il faisait presque nuit quand les trois hommes se penchèrent sur les repousses touchées par la maladie. Mélina demeura un peu à l'écart, craignant pour son père des reproches qui, effectivement,ne tardèrent pas :
- Enfin, Fontanel ! s'écria Grégoire Carsac, comment ne vous en êtes vous pas aperçu plus tôt ?
Le bordier ne répondit pas. Il demeurait face aux propriétaires, immobile, les bras ballants, semblant porter sur ses épaules une écrasante culpabilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Annabelle31Annabelle3129 mai 2016
Mélina s'assoupit d'un mauvais sommeil qui la fit gémir plusieurs fois. Elle entendait le vent se débattre dans les solives du grenier. Elle brûlait de fièvre, ne savait plus où elle se trouvait, n'était que douleur.
Commenter  J’apprécie          10
Annabelle31Annabelle3129 mai 2016
Mélina tenait son mari par le bras, sur la banquette, tandis que Louis guidait le cheval. Mais, contrairement à ce qu'elle avait cru, Mélina ne reconnaissait rien de ce qu'elle avait découvert de chaque côté de la route lors de son voyage précédent: ni les champs, ni les arbres, ni les villages. c'était comme si le monde avait changé de couleur et de nature.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Christian Signol (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christian Signol
Se souvenir des jours de fête - Christian Signol .1939. L?orage qui gronde au loin sonne la fin des années d?insouciance. A Toulouse comme ailleurs, les hommes qui refusent de voir grandir leurs enfants dans une Europe soumise aux nazis s?engagent et partent pour le front. Beaucoup n?en reviendront pas. D?autres, comme Etienne, prisonniers en terre ennemie se retrouvent ballotés de camps en camps, toujours plus rudes à chaque tentative d?évasion. Au pays, les femmes ne baissent pas les bras. Mélina, qui vient de mettre au monde un petit garçon, est persuadée que pour revoir un jour son mari, elle doit se montrer digne de lui. Confiant leur enfant à un couple d?amis, elle s?engage dans la lutte et rejoint la Résistance? Après Nos si beaux rêves de jeunesse, cette vaste fresque, qui nous entraine des bords de la Garonne à la Prusse orientale, est un hymne à la vie, la liberté et l?espérance. Vous n?êtes pas prêts d?oublier Etienne et Mélina, ce jeune couple qui se bat avec la folle certitude que rien ni personne ne pourra jamais les séparer. albin-michel.fr/Se-souvenir-des-jours-de-fete-EAN=9782226325761 Découvrir un extrait du livre : fr.calameo.com/read/001918672971d8e9b3d0a
+ Lire la suite
autres livres classés : TruffesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
246 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre