AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Evelyne Gauthier (Traducteur)
ISBN : 2253138622
Éditeur : Le Livre de Poche (01/11/1995)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 272 notes)
Résumé :
Les pensionnaires d'un internat de l'Illinois sont les témoins d'une série d'événements mystérieux et terrifiants : l'un d'entre eux disparaît, des bruits incompréhensibles se font entendre, un soldat de la Première Guerre mondiale réapparaît... L'enquête menée par un petit groupe de collégiens va les mener vers les bâtiments gothiques d'une ancienne école abandonnée, Old Central.
Et c'est, au cœur de l'été, le plus insoutenable des face-à-face qui commence :... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  08 mai 2014
je ne vais pas vous raconter l'histoire.. car pour un livre comme celui-ci ce serait gâcher l'intrigue !! Par contre une petite anecdote fera l'affaire.
Il y a un siècle... (enfin une vingtaine d'années) je devais commencer mes études a la fac, j'ai donc décidé de prendre des vacances en Septembre et je suis allée a Nice. un bon vieux Monsieur vendait des livres sur le marché. A l'époque je ne jurais que par S. king . Ce Monsieur m'a conseillée Dan Simmons (que je ne connaissais ni d'Eve , ni d'Adam.. donc nuit d'été fut mon premier livre de cet auteur). Etant d'un naturel septique j'ai mis beaucoup de temps avant de le commencer. .. mais une fois dans mes mains j'ai eu du mal à le poser.
Je lisais dans le train qui m'emmenais a Lille le dimanche soir pour aller a la Fac le lundi. Bien sur ma chambre étudiante n'étant pas a côté de la gare.. je prenais ensuite le métro puis un bout de route a pied. Je crois bien que c'est le seul livre qui m'a autant fait flippée quand je passais à côté des bouches d'aération du métro (légèrement bruyantes !!)... En bref le trajet n'a jamais été aussi court pour moi.. et je n'ai jamais couru aussi vite !!
Comme je suis d'un naturel partageuse , j'ai filé le bouquin à ma mère (qui n'aime pas les livres de SF, d'horreurs etc...)... qui n'en a pas dormi pendant quelques nuits... et pour en remettre une couche il y a un passage du livre ou un camion d' équarrissage traverse la ville.. ma mère m'a certifiée avoir senti l'odeur du camion en lisant le bouquin !!
En bref, je ne remercierais jamais assez ce grand Monsieur de m'avoir fait découvrir un auteur aussi talentueux que Dan Simmons (cela dit avec l'âge il part un peut trop sur une optique politisée qui me déplaît un peu )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          397
Arakasi
  19 mai 2014
C'est l'été ! le soleil brille, les abeilles bourdonnent, les oiseaux chantent et les écoliers courent en tous sens en piaillant comme des moineaux hystériques. Voici venu le temps des longues courses à vélo, des interminables baignades dans les rivières, des parties de baseball avec les copains, des jeux, des rires et de l'insouciance. Ou pas... Car pour Dale, Duane, Mike et leurs amis, c'est un été bien différent qui s'annonce, un été qui commence très tôt quand un de leurs jeunes camarades disparait brutalement, la veille de la fin des cours. le petit Tubby est un enfant à problèmes, indiscipliné et un peu idiot, et les autorités ne s'inquiètent que modérément de sa fugue, mais Dale et ses copains sont loin de partager cette tranquillité. Tubby a été tué, ils en sont certains, et où pourrait être dissimulé son cadavre, si ce n'est dans les entrailles de Old School Central, l'immense école gothique où ils ont tous passé leurs enfances et dont le gouvernement vient d'ordonner l'abandon. Les enfants mènent donc l'enquête, sans se douter dans quelle gadoue noire et purulente ils viennent de mettre les pieds. Car des événements étranges et effrayants surviennent rapidement autour de Old School Central : des bruissement troublants agitent les arbres la nuit, des outils agricoles se mettent tout seuls en marche dans l'obscurité, des grattements montent du sol des caves et, sur les routes du comté, le camion d'équarrissage roule dans un infect nuage de puanteur transportant des cadavres rien moins qu'animaux. Et l'été dure, dure, dure, dure tant que l'on pourrait craindre qu'il ne prenne jamais fin…
Personnellement, je ne suis pas une adepte des romans de terreur, non qu'ils m'angoissent particulièrement, mais justement parce qu'ils ne me font guère d'effet (à part peut-être une vague sensation de dégout pendant les passages les plus répugnants). Ceci dit et ayant beaucoup apprécié tout ce que j'ai pu lire de Dan Simmons, j'ai tout de même décidé de donner sa chance à « Nuit d'été », le roman étant connu comme un de ses récits horrifiques les plus réussis. Une fois ma lecture terminée, je dois bien avouer que, ben… les romans de terreur ne me branchent toujours pas et celui-ci pas plus que les autres. L'histoire est pourtant relativement accrocheuse et les comportements des jeunes protagonistes sont assez réalistes, avec leurs frayeurs et leurs raisonnements puérils, pour susciter la sympathie – on n'a aucune envie qu'il leur arrive du mal à ces pauvres bouts de chou ! Mais, malgré ces bons points, « Nuit d'été » reste un roman très oubliable, souffrant de retournements de situation téléphonés et d'un scénario assez banal, voire un peu niais par moment. Franchement, le coup des monstres qui partent en poussière quand on les arrose d'eau bénite ou qu'on leur jette des hosties à la tête, ça craint un peu du boudin pour un roman écrit dans les années 90… En ce qui concerne la thématique des angoisses enfantines, celle-ci aurait pu être digne d'intérêt, si Stephen King ne l'avait déjà traitée dans « Ça » et avec bien plus d'efficacité et de subtilité.
Peut mieux faire donc – et d'ailleurs, Simmons l'a fait ! (Il parait également qu'il a fait pire, mais n'étant pas masochiste, je me garderai bien de m'aventurer dans ces eaux-là)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
pandaroux
  28 décembre 2015
C'est l'été, c'est la fin de l'école, la dernière journée est plus que pénible : Duane et ses copains s'ennuient, la journée s'étire et rien ne se passe....Pourtant l'un de leur camarade va disparaître dans d'étranges circonstances.
Duane et ses copains vont vivre un été terrible : des personnes reviennent d'entre les morts, une mystérieuse cloche refait surface mais que se passe t il dans ce village qui est d'habitude si tranquille?
Tout tourne autour des enfants qui décident sans l'avis des adultes de se lancer à la recherche de l'un des leurs. Ils vont faire des découvertes déconcertantes, avoir peur.
J'ai bien aimé mais sous certains aspects cela m'a rappelé (de trop) le style de Stephen King, du coup cela m'a déconcerté ce qui ne m'a pas empêchée d'avancer assez vite. Jusqu'au moment où l'un des mes personnages préférées disparaît et là j'avoue j'ai traîné comme si le livre s'était arrête pour moi (comme si je ne voulais plus avancer de peur de perdre les autres personnages). C'est bien la preuve que j'ai été captivée.
Je recommande ce livre à toutes les fan de SF, attention pour ceux qui sont (un peu comme moi) fan de Stephen King (il faudra lire le bouquin sans penser à ce célèbre auteur).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
Eroblin
  24 août 2018
Avant de commencer, il y a une rectification à faire, ce n'est pas dans un internat qu'il se produit des choses étranges mais dans une école élémentaire. L'histoire se déroule en 1960, durant un été qui sonne comme une fin pour le groupe de jeunes enfants qui vont affronter l'innommable. Fin de l'innocence, fin de l'enfance entre autres choses. L'école dans laquelle ils ont étudié, est devenue trop vieille pour accueillir des enfants, aussi doit-elle être fermée. Mais le dernier jour d'école, un enfant disparaît et malgré les protestations de la famille, tout le monde pense à une fugue. Seuls Mike, Harlen, Dale, Lawrence, Kevin et Duane pensent que Tubbie a sans doute été tué. Et ils vont se lancer dans une enquête qui va faire apparaître des faits terrifiants : Mike est pourchassé un jour par un soldat de 14/18 qui rôde un peu trop près de chez lui ; Harlen aperçoit derrière une fenêtre son ancienne institutrice, le problème c'est qu'elle est morte d'un cancer des mois auparavant ; Duane manque d'être écrasé par un camion conduit par un dénommé van Syke. Bien évidemment, les adultes ne croient pas à ces événements. Qui croit à des fantômes ? le groupe de garçons rejoint par Cordie, la soeur de Tubbie, va devoir affronter seuls ce qui se cache dans l'école.
Un groupe de très jeunes adolescents, une chose monstrueuse qui tue, un été chaud en 1960 ? Cela ne vous rappelle rien ? Si vous avez lu « Ça », on retrouve des points communs : la même atmosphère d'angoisse, le même aveuglement des adultes qui ne voient rien, la même amitié qui lie ces enfants, la mort qui rôde et qui frappe. Pour autant, « Nuit d'été » n'est pas une simple copie du roman de Stephen King. L'intrigue se met en place lentement, on a l'impression au départ de lire les aventures de quelques garçons qui cherchent à se distraire. Puis l'auteur nous plonge brutalement dans la tragédie et à partir de là, joue avec nos nerfs. le rythme s'accélère jusqu'à un final qui vous laisse le coeur palpitant. Laissez-vous tenter par ce roman !
Je mets 4 chats et demi.
Lien : https://labibdeneko.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
greg320i
  07 avril 2012
Assurement Dan Simmons fait parti des grands écrivains fantastique de ce monde , des très grands. Et il le prouve avec maéstria dans ce roman bien rodé,complet et écrit de main de maître. Les allusions et les comparaisons à Stephen King sont évidente: ils jouent dans la même catégorie ,celle de l'excellence ,celle qui nous envoie au paradis romanesque, de l'envie de tourner les pages comme se tourne les magnifiques images qui nous propulse dans leur imaginaire sublime comme un conte de fée,,d'horreur pardon!
Et ici nous somme servi,résumons donc ce petit chef d'oeuvre: nous avons une bande d'adolescents qui découvriront multiples situations explosives,qui vivront leur frissons,leur terreur et se verront propulsé à devoir combattre et lutter contre le mal dans l'amitié et dans la peur . Et enfin ,ils saisiront que parfois la vie est comme une nuit d'été: froide comme la sueur de leur sang glacé .
Commenter  J’apprécie          191
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
pandarouxpandaroux   28 décembre 2015
Au moment où sa fièvre fut plus forte, Mike rêva qu'il parlait à Duane McBride.
Duane n'avait pas l'air mort, il n'était pas déchiqueté en lambeaux comme on le disait dans le bourg. Il ne titubait pas tel un zombie. C'était juste le Duane que Mike avait toujours connu, un garçon un peu balourd avec des gestes lents, en pantalon de velours et en chemise à carreaux. Même dans ce rêve, il remontait de temps en temps ses lunettes de son nez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bobby_The_Rasta_LamaBobby_The_Rasta_Lama   11 août 2017
Tandis qu'ils roulaient vers la maison d'Harlen, Mike ne put s'empêcher de jeter un coup d'oeil à Old Central. La vieille école paraissait encore plus grande et plus laide que dans son souvenir, avec ses secrets bien enfermés à l'intérieur où, maintenant que toutes les ouvertures étaient condamnées, il faisait toujours noir, même quand, dehors, le soleil brillait de tout son éclat.

Il savait bien que cette saleté d'école le guettait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   10 mai 2014
Sa grand-mère était couchée sur le côté droit, face à lui, sa position habituelle, sauf quand on la retournait une fois par jour pour éviter au maximum les escarres. Son visage était un labyrinthe de rides creusant une peau jaune et cireuse qui n’avait pas l’air d’appartenir à un être humain. Les yeux noirs le regardaient fixement, vides d’expression, un peu exorbités, comme si elle était soumise à une terrible tension interne, peut-être due à la frustration de ne pas pouvoir communiquer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   10 mai 2014
Il fallait comprendre ce qu’on disait, ne pas se contenter de marmonner des phrases latines, et Mike avait dû suivre pendant six mois un cours spécial organisé tous les mercredis soir au presbytère, où le père Cavanaugh enseignait les rudiments du latin et le contexte historique de la messe. Ensuite, il fallait participer, faire vraiment attention à ce qui se passait.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   10 mai 2014
Je ne sais pas grand-chose sur les Borgia, juste ce que tout le monde sait : les empoisonnements, l’inceste, leurs piètres performances en tant que papes. Je suis plus attiré par les Médicis. Ça, c’est une famille qui vaut la peine qu’on s’intéresse à elle !
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Dan Simmons (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Simmons
Interview de Dan Simmons.
autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1653 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..