AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229017050X
Éditeur : J'ai Lu (16/01/2019)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 22 notes)
Résumé :
L'autobiographie romancée du plus grand penseur du monde musulman. Considéré comme subversif tant par l’Église que par les théologiens musulmans, il est traité en paria et contraint de fuir sa ville natale, Cordoue. Après avoir vécu dans la clandestinité et la pauvreté, il meurt à 72 ans, haï de tous, en exil à Marrakech.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  27 juin 2018
« Averroès incarne indiscutablement un islam éclairé, marqué par la volonté de concilier la foi et la raison, la philosophie et la Révélation, Aristote et Mohammed. Calomnié par les uns, magnifié par les autres, en fait rarement compris : il demeure envers et contre tout, le dernier grand penseur de l'islam des lumières, voir de l'islam tout court. »
Ibn Rochd (Averroès pour les Occidentaux) naît à Cordoue en 1126, alors que la ville espagnole est un lieu d'intense activité intellectuelle. Avec son père, il étudie la jurisprudence musulmane. Il va aussi étudier la philosophie, la théologie, les mathématiques avec Ibn Tufayl et la médecine avec Avenzoar. Par la suite, ses fonctions officielles sont celles d'un juriste et d'un médecin, auxquelles il ajoute la rédaction de nombreux livres, notamment sur l'oeuvre d'Aristote qu'il considère comme le philosophe le plus important. Ses idées sur les croyances religieuses — la négation de l'immortalité et la compatibilité de la foi avec la philosophie (aristotélicienne), entre autres, lui valent d'être respecté par les intellectuels de son temps, mais provoquent aussi la colère de beaucoup de chrétiens et de musulmans, entraînant à plusieurs reprises sa disgrâce.
Gilbert Sinoué, en lui laissant souvent la parole, fait un portrait vivant et accessible de celui qui est considéré comme le principal philosophe musulman de l'Occident. Ainsi Averroes raconte sa vie tournée vers la réflexion et aborde les grandes lignes de sa pensée audacieuse. Lui qui vécut dans des villes magnifiques, passerelles entre entre Orient et Occident — à l'époque d'un Orient lumineux face à l'obscurantisme du Moyen-âge occidental, mais aussi au moment du déclin du monde arabo musulman avec la fin des Almoravides et le début des Almohades — nous pousse à nous questionner sur la vérité de nos croyances. Interrogation essentielle car comme il le dit : « .... ce qui compte, c'est de chercher, puiser, raisonner. Le questionnement mène à la sagesse. L'absence d'interrogation à la décadence de l'esprit. Et s'il arrive que la vérité heurte et bouleverse, ce n'est pas la faute de la vérité. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          732
latina
  22 septembre 2018
« En vérité, la théologie est une matière bien trop sérieuse pour la laisser aux mains des théologiens (...) Grâce à l'interprétation, que seuls les philosophes maitrisent, il devient possible d'aboutir à des conclusions conformes à celles de la raison. Je ne le répéterai jamais assez : le socle de tout est la rationalité. Eviter la raison lorsque l'on aborde la religion, c'est aller vers des errements irréversibles. »
C'est avec de tels propos qu'Averroès s'est attiré bien des ennemis, à commencer par ses coreligionnaires de l'Islam, et puis sans compter les bien-pensants catholiques !
C'est avec de tels propos qu'Averroès s'est attiré bien des amis, à commencer par Al-Mumin, premier calife de la dynastie des Almohades suivi par Al-Mansour, et puis sans compter Maïmonide, le grand penseur juif et tant d'autres !
Vous l'aurez compris : Averroès suscite bien des réactions opposées parce qu'il s'est fait le chantre de l'objectivité, il décortique sa foi sans la renier et ose proclamer entre autres que
- Il n'y a jamais eu de premier homme, ni de commencement. le monde est « incréé ».
- « Dieu n'est pas concerné par la pluie qui tombe ou la sécheresse, la vigueur ou la mollesse du vent. Il n'est pas responsable des maladies ni des deuils ». Il n'est responsable de rien de ce qui nous concerne.
...
C'est pour cela qu'il m'attire.
Disciple d'Abubacer, médecin et philosophe et d'Avenzoar, très grand médecin également; admirateur du grand géographe Al-Idrisi ; interprète d'Aristote, qu'il vénère...Averroès cite toujours ses influences et n'aura de cesse de faire avancer la médecine et surtout la pensée de son temps et de l'Humanité.
Ce roman de Sinoué est une pseudo-autobiographie d'Averroès, ce qui nous le rend très proche. L'écriture à la première personne nous permet de nous attacher, d'adopter le point de vue du narrateur. Un bémol : il nous narre son premier et grand amour avec une femme de 17 ans plus âgée, mais à part cela, ne s'attarde guère sur sa vie privée et ses sentiments intimes. C'est surtout l'histoire de sa pensée, de ses raisonnements, et la réaction de ses admirateurs et détracteurs qui nous sont contées. le « petit quelque chose de très humain » m'a donc manqué.
Et puis Sinoué intercale ici et là un chapitre montrant les réactions postérieures à la mort d'Averroès : de Frédéric II d'Autriche au 5e Concile de Latran, en passant par Thomas d'Aquin, Dante et Pétrarque... Ces chapitres sont plaisants à lire car ils donnent un recul bienvenu tout en se rendant compte par quelles aberrations l'esprit humain peut passer !
Je termine ce long billet par un petit conseil : si vous voulez vous renseigner sur le système de pensée d'Averroès tout en parcourant les rues de Cordoue, là où il a vécu assez bien, n'hésitez plus.
Facile à comprendre, ce livre est accessible et intéressant.
Alors, Averroès est-il le secrétaire du diable ? Lisez et vous le saurez !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          585
Pecosa
  22 janvier 2018
Un lieu, Al-Andalus, une ville, Cordoue, une époque charnière, le XIIème siècle, quand les Almohades succèdent aux Almoravides, une oeuvre, importante, audacieuse, encensée par les uns, frappée d'anathème par les autres, un homme, philosophe, théologien, médecin. Avec Averroès ou le secrétaire du diable, Gilbert Sinoué nous offre la biographie romancée d'Ibn Rochd, qui naquit en Cordoue en 1126 et mourut en paria exilé à Marrakech vers 1198.
J'avais déjà beaucoup aimé Avicenne ou la route d'Ispahan, paru il y a quelques années déjà et adoré Le livre de saphir qui racontait la folle quête d'un manuscrit sacré dans l'Espagne de l'Inquisition à la veille de la chute de Grenade. Averroès ou le secrétaire du diable ne m'a pas déçue, Sinoué est toujours un excellent conteur. Il restitue la vie du philosophe, l'atmosphère d'Al-Andalus, le bouillonnement intellectuel de l'époque, le retentissement que provoque son oeuvre auprès des lettrés et des hommes de pouvoir.
« Nous savions que chaque Cordouan de l'aristocratie, même s'il n'avait qu'une culture relative, se faisait un point d'honneur à se constituer une collection d'ouvrages, n'hésitant jamais à surenchérir, même d'une façon disproportionnée, sur une valeur d'un manuscrit mis à l'encan. »
Ces bibliothèques reprennent vie sous la plume de Gilbert Sinoué qui sait toujours entourer ses personnages des grands poètes et philosophes de l'époque (Maïmonide, Ibn Arabi, Ibn Tufayl …). Il a l'art de vulgariser des textes et des idées qui ne sont pas accessibles aux profanes (je parle pour moi), et a inséré dans cette autobiographie fictive rédigée par Averroès pour son fils Jehad, seul enfant qui lui reste, des chapitres qui se déroulent de 1270 avec Thomas d'Aquin, à 1367 avec Pétrarque. Ils mettent en avant le retentissement qu'eut son oeuvre dans le monde arabe, mais aussi chez les philosophes médiévaux, les poètes, les théologiens européens. Et l'ombre d'Aristote n'est jamais bien loin. Qu'on lui reproche la négation de l'immortalité ou qu'on loue sa pratique des sciences profanes, Averroès, se retrouve toujours au coeur des débats d'idées, des années après sa mort.
C'est donc avec un roman foisonnant très accessible que Sinoué fait revivre avec passion l'une des figures de l'Andalousie musulmane et l'on termine son livre avec une folle envie de revoir le Destin de Youssef Chahine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          529
karianemaxwell
  09 février 2018

Pourquoi ne tire-t-on pas les leçons du passé ?
Il fallait au moins la plume magistrale de Gilbert Sinoué pour s'attaquer à un monument de la pensée tel Averroès.
« L'ignorance mène à la peur et la peur conduit à la haine », jamais cette phrase n'a autant été d'actualité.
Quand on lit ce superbe roman, il nous vient à l'esprit une toute première chose ; l'âme humaine à bien peu changée depuis Averroès.
Et pourtant, c'est l'époque de la quatrième croisade, du pape Innocent III, celle du roi Philippe Auguste, septième roi de la dynastie des capétiens qui autorisa le retour des juifs en France.
C'est aussi le grand chamboulement dans les dynasties arabes, c'est la fin des Almoravides et le début des Almohades et avec eux, le déclin prévisible de l'âge d'or du rayonnement culturel du Levant.
Sous cette plume inspirée, nous revivons l'âge des Lumières de l'Orient, nous visitons Cordoue, Séville, le luxe inouï des palais, nous sentons les épices dans les souks, nous caressons les plus belles soies, nous cheminons au côté d'un des plus grands philosophes de l'islam.
Nous rêvons derrière les murs épais des riches maisons marchandes, nous enivrant de l'odeur douce des roses.
Nous vibrons à l'unisson de la pensée de ce grand maître, tantôt aimé, tantôt haï, mais toujours réclamé aux quatre coins de l'empire musulman du XII siècle.
Son esprit, beaucoup trop dangereux dans une époque où tout se devait d'être rattaché au divin tant chez les chrétiens que chez les musulmans, était d'un libéralisme presque moderne.
On assiste tout au long de cette magnifique vie d'Averroès à la luminosité du monde musulman face à l'obscurantisme de l'Occident chrétien.
De nos jours les rôles sont inversés semble nous dire Gilbert Sinoué.
Un autre sujet et non des moindres est évoqué ; celui du danger des interprétations, des traductions et du doute qui en résulte.
L'auteur nous présente l'influence du philosophe au travers des siècles, les débats passionnés qu'il déchaina.
Ainsi nous rencontrons Thomas d'Aquin et sa croisade contre Averroès alors que certaines de ses propres théories en sont proches. Dante, Pétrarque, tous ont jugés, débattus passionnément sur les écrits de ce libre-penseur du XII siècle.
Peut-être, nous laisse entrevoir l'auteur, il y a avait-il une jalousie devant la pérennité de la pensée du philosophe musulman.
Comment dans un Occident écrasé par l'omniprésence et la puissance du clergé pouvait-on accepter le libéralisme, l'érudition des femmes dans ces pays d'Orient.
Fréderic II dérange, le pape, le clergé par sa pensée moderne.
Gilbert Sinoué nous montre un Orient lumineux, innovant, libre, donnant naissance à des médecins, des astronomes, des mathématiciens.
Les universités de Salerne et de Montpellier bénéficient de cette manne venue de Méditerranée.
C'est l'influence de la Perse qui se fait encore sentir.
Nous assistons aux prémices du lent déclin du monde arabo-musulman.
Avec une facilité déconcertante, la plume de Gilbert Sinoué nous dresse un portrait admirable de ce monde foisonnant d'innovations
Son écriture coule comme le miel, enchante notre esprit, apaise nos âmes, nous oblige à nous questionner sur les liens parfois étroits qui unissent foi et philosophie.
Il nous pousse à cette réflexion quant à la réalité des dogmes des religions chrétiennes et musulmanes.
Car nous dit-il, « le questionnement mène à la sagesse ».
©Kariane Maxwell, février 2018



Lien : http://kariane-maxwell.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MadameTapioca
  27 décembre 2017
En se glissant dans la peau d'Averroès, Gilbert Sinoué nous raconte le parcours d'un des plus énigmatiques penseurs de l'histoire.
Né à Cordoue en 1126, il incarna un Islam éclairé marqué par la volonté de concilier la foi et la raison, la philosophie et la Révélation. Calomnié ou encensé, il fut rarement compris et Gilbert Sinoué le définit comme le dernier grand penseur de l'islam des lumières voire de l'Islam tout court.
Un énorme travail de recherches et de documentation pour un livre très érudit dans lequel je me suis sentie parfois perdue (par manque de culture) mais qui malgré son exigence enchantera ceux qui comme moi aime l'histoire.
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
PecosaPecosa   22 janvier 2018
Qui suis-je?
Les Latins me nomment Averroès. Les Juifs, Ben Rochd. Pour les Arabes, je suis Abou al-Walid Mohammad Ibn Ahmadn Ibn Rochd.
J'ai vu le jour il y a soixante-douze ans à Cordoue, entre les contreforts de la Sierra Morena et les riches plaines du Campiña. Nous vivions alors une époque de grand savoir, mais aussi de grands tumultes.
Commenter  J’apprécie          260
palamedepalamede   29 juin 2018
... reconnaître des fondements à l’astrologie, c’est admettre que notre existence serait déterminée par le cosmos et que le sort d’un être engloberait le sort de tous les hommes. Ce qui est complètement ridicule.

(Averroès)
Commenter  J’apprécie          290
palamedepalamede   26 juin 2018
... que sont les dogmes, sinon la volonté d’autrui de nous imposer sa pensée ?

(Averroès)
Commenter  J’apprécie          592
palamedepalamede   25 juin 2018
Le temps guérit de tous les maux à condition d’oublier la cause de notre mal.
Commenter  J’apprécie          463
palamedepalamede   24 juin 2018
La religion ne doit pas être autre chose que la vérité expliquée par la raison.

(Averroès)
Commenter  J’apprécie          300
Videos de Gilbert Sinoué (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gilbert Sinoué
Le libraire Gérard Collard recevait sur la scène de la Griffe Noire l'auteur Gilbert Sinoué lors de la dixième éditions du salon international du livre de poche Saint-Maur En Poche.
Retrouvez vos livres dans notre librairie en ligne ! :
Inch' Allah : Intégrale : le souffle du jasmin ; le cri des pierres de Gilbert Sinoué aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/3148-romans-inch-allah-le-souffle-du-jasmin-le-cri-des-pierres.html
Averroès ou le secrétaire du diable de Gilbert Sinoué aux éditions Fayard https://www.lagriffenoire.com/96650-romans-averroes-ou-le-secretaire-du-diable.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
Facebook ? http://www.facebook.com/lagriffenoire Twitter ? http://twitter.com/lesdeblogueurs?lang=fr
Retrouvez l'ensemble des coups de coeur de Gérard Collard et de vos libraires préférés ici : https://www.lagriffenoire.com/11-coups-de-coeur-gerard-coll? https://www.lagriffenoire.com/
#soutenezpartagezcommentezlgn
Merci pour votre soutien et votre fidélité qui nous sont inestimables. Gerard collard? Jean-Edgar Casel
#soutenezpartagezcommentezlgn #librairie #livres #livre #lecture #culture #passiondulivre #lirepourleplaisir #lirerendheureux #bookstagram #livrestagram #instaculture #instalecture #instalire #romans #roman
+ Lire la suite
autres livres classés : cordoueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Gandhi en Afrique du Sud : La Nuit de Maritzburg de Gilbert Sinoué

En quelle année Mohandas Karamchand est-il venu en Afrique du Sud pour défendre les intérêts d'une entreprise indienne ?

1885
1893
1896
1914

8 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : La nuit de Maritzburg de Gilbert SinouéCréer un quiz sur ce livre