AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Jean-Guy Soumy (Autre)
EAN : 9782258193260
Presses de la Cité (10/09/2020)
3.98/5   30 notes
Résumé :
Années 1980 : après une vie dédiée aux autres, Blanche coule une retraite paisible à Draguignan quand, un jour, une inconnue frappe à sa porte. Et le passé avec elle.
Elle s’appelle Pauline, la vingtaine à la dérive, elle souffre de ne rien savoir de l’histoire de sa mère, Hélène, qui vient de mourir. Blanche, elle, la connaît, cette histoire, c’est aussi la sienne : en 1942, elle a sauvé la petite orpheline juive du camp de Rivesaltes, et de la menace nazie.... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,98

sur 30 notes
5
6 avis
4
8 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Jeanfrancoislemoine
  02 juin 2021
Jean- Guy Soumy a acquis ses superbes " lettres de noblesse " avec son extraordinaire trilogie des " Moissons délaissées " . C'est un incontestable écrivain , qui , depuis cette première production , n'a eu de cesse de varier ses écrits et montrer l'étendue de son immense talent .Hélas , ce premier succès lui a valu un classement " auteur du terroir " qui , sans être péjoratif, loin de là , l'a quelque peu " marginalisé " . Ajoutons - y une discrétion tout à fait louable de sa part , mais malvenue dans un milieu sans concession , et nous aurons l' explication d'une reconnaissance très largement insuffisante eu égard à son rayonnement . Jean - Guy Soumy excelle dans bien des domaines et a su aborder des sujets trés variés : ruralité, régionalisme, psychologie , histoire , aucun domaine ne lui est interdit .
Dans ce roman , nous faisons la connaissance de Blanche , une retraitée qui , avec sérénité , coule des jours paisibles sans se douter que l'intrusion dans sa vie d'une certaine Pauline va bouleverser son paisible quotidien . le " problème " exposé, c'est un parcours peu commun qui va amener à se rencontrer deux femmes que rien ne semblait devoir réunir. Et pourtant . C'est mal connaître L Histoire. C'est mal connaître Jean - Guy Soumy . C'est mal connaître la vie ....
Bien sûr, le thème n'est pas inédit. Une vieille dame qui , au terme de sa vie , croise celle d'une jeune femme... Les juifs et la guerre , oui , pas forcément novateur mais...
La route est longue mais l'osmose s'opère... L'une revit son passé, l'autre prépare son avenir et , pour cela , doit s'appuyer sur certains aspects méconnus de son histoire .... Deux destins . Une quête commune , deux mains enlacées , deux mains plus fortes et les réminiscences du passé pour l'apaisement et l'espoir . Combattre les vieux démons pour se libérer et ...se construire .
Jean- Guy Soumy nous fait suivre la destinée de ces deux femmes si différentes et finalement si proches qui éclaboussent le roman par leur omniprésence . Les personnages secondaires sont tout aussi émouvants mais...ne sont que secondaires . Ils n'en sont pas moins indispensables...
Jean - Guy Soumy écrit bien . Il le confirme . Ses personnages sont travaillés et bien campés dans leurs rôles, notamment les émouvantes Blanche et Pauline .Ce roman suit une courbe qui va " crescendo " et si le dénouement n'est pas inattendu , il n'en reste pas moins émouvant.
Après, oui , il manque peut - être un peu d'émotions dans les propos et attitudes des personnages . Peut - être. Mais le lecteur est tellement pris que , de lui - même, il la maîtrise , cette émotion, mieux même , il la vit ....Je suis chauvin . Soumy est limousin , moi aussi . Il aime la Creuse , moi aussi . Et alors ? Cette lecture est super et ...je vous la conseille . Blanche et Pauline , vous allez forcément les aimer..
La CREUSE regorge de talents .Jean - Guy Soumy en est un .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          603
sylvaine
  20 octobre 2020
Une femme juste de Jean-Guy Soumy est publié aux Presses de la Cité.
C'est toujours avec beaucoup de plaisir que je retrouve la plume de cet auteur.
Cette fois-ci il nous entraine sur les pas de Blanche ... Nous la retrouvons à Draguignan où elle s'est installée avec son époux depuis de nombreuses années. Veuve depuis bientôt 10 ans elle est intriguée par une R5 garée juste devant chez elle. Au volant ... elle le découvre au petit matin une jeune fille qu'elle identifie immédiatement. Tu es la fille d'Hélène, entre tu es ici chez toi.
Comme elle avait recueillie Hélène en 43 elle prend Pauline sous son aile et lui raconte enfin ce que sa mère n'a pas su ou pu lui dire. Comment Pauline va t'elle réagir devant le gouffre qui s'ouvre devant elle? Blanche sauta t'elle trouver les mots? Auront t'elles le temps?
Un beau roman sur la transmission, sur la mémoire. Tout est dit avec délicatesse. On avance sur la pointe des pieds, la douleur, la tristesse sont comme camouflées aux regards, c'est le choix de l'auteur je le respecte.
Un roman à découvrir c'est certain. Un grand merci aux éditions Les Presses de la Cité pour ce partage.
#Unefemmejuste #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
isabelleisapure
  20 septembre 2020
C'est en rentrant du cimetière que Blanche a été intriguée par une voiture garée devant chez elle.
Elle n'y avait pas prêté attention en quittant son domicile.
La vague silhouette aperçue derrière le volant lui avait évoqué une planque policière comme elle en voyait au cinéma.
Lorsqu'une jeune fille en sortit en sonna, Blanche fut à peine étonnée, comme si un rendez-vous secret était prévu entre elle et l'inconnue.
« Alors, je t'en prie, toi que je ne connais pas, dérange-moi. Bouscule quelque chose de l'équilibre qui me tient lieu d'existence. »
Elle s'appelle Pauline, elle souffre de ne rien savoir de la vie de sa mère qui vient de mourir.
Blanche, elle, a bien connu Hélène qu'elle a sauvé du camp de Rivesaltes et des nazis.
C'est un pèlerinage que Blanche et Pauline entreprennent, sur les traces d'un passé douloureux.
Jean-Guy Soumy nous livre la vie de Blanche qui s'est employée à sauver des enfants, à leur redonner le sourire en leur offrant une famille.
Malgré la lourdeur du sujet, l'auteur nous évite le larmoyant.
Pour ma part, j'aurais aimé ressentir un peu plus de passion. L'ensemble m'a semblé manquer de nerfs.
Les personnages, tous attachants auraient mérité d'être décrit avec plus de détails.
Je n'ai pas vraiment ressenti leurs peurs, leurs espoirs, leurs solitudes face à la folie meurtrière.
L'écriture simple est agréable.
Je connaissais Jean-Guy Soumy pour avoir lu trois de ses livres que j'avais beaucoup aimé : « La belle Rochelaise », « le soldat fantôme » et surtout « le voyageur des bois d'en-haut ».
Cette fois-ci, je ne suis pas totalement convaincu, mais je resterai fidèle à l'auteur.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
prune42
  07 août 2021
Blanche est une vieille dame âgée qui vit à Draguignan. Un jour, on sonne à sa porte ; c'est une jeune femme, Pauline, qui à la mort de sa mère, Hélène, a retrouvé le nom de Blanche dans ses affaires. Elle veut savoir qui était la vieille dame pour sa mère. Blanche va alors lui raconter l'histoire de celle-ci, sauvée du camp de Rivesaltes en 1942 après l'arrestation de sa famille d'origine juive. Blanche et Marcel, qui deviendra son mari, ainsi que d'autres, ont hébergé et sauvé des enfants juifs de la menace nazie d'abord à Biot puis à la campagne, dans un village de la Creuse. Pauline, désireuse de voir les lieux, pousse Blanche dans un long voyage géographique et dans ses souvenirs.
J'ai découvert ce roman parmi les nouveautés de la médiathèque de ma commune et j'ai été attirée car j'avais lu précédemment un ou deux livres de Jean-Guy Soumy que j'avais appréciés et le thème de l'histoire me parlait.
C'est un livre qui se lit facilement, adapté à un lectorat masculin ou féminin. le style est simple et agréable, les pages se tournent rapidement.
L'idée de départ est intéressante même si personnellement j'aurais aimé que l'auteur creuse davantage l'antisémitisme de cette époque, la vie dans les camps de détention comme celui de Rivesaltes ou le contexte historique. J'ai trouvé ces aspects trop vite abordés.
En revanche, l'accent est mis sur le sauvetage des enfants juifs par ceux qui deviendront des Justes et la vie quotidienne pour ces enfants rescapés et leurs bienfaiteurs.
Je me suis attachée au personnage de Blanche qui est sympathique et a le coeur sur la main et l'affection qu'elle porte au chat errant qu'elle nourrit m'a touchée également.
En revanche, la fin du livre m'a étonnée et je l'ai trouvée un peu expéditive, j'ai été déçue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
zabeth55
  09 juin 2022
Pauline se rend au domicile de Blanche, retraitée qui vit paisiblement à Draguignan.
Blanche identifie immédiatement Pauline comme la fille d'Hélène, une jeune juive qu'elle a protégée pendant la guerre.
Entre elles, c'est une reconnaissance affective immédiate.
Pauline ne connaît rien du passé de sa mère.
Blanche va l'éclairer et elles iront même dans la Creuse, remuant les souvenirs de l'une et ouvrant une identité à l'autre.
C'est une belle, douce et douloureuse histoire.
Parfaitement bien écrite.
Que de délicatesse dans l'approche de ces deux femmes, que de tendresse entre elles.
Les liens se tissent en pudeur et en respect mutuel.
J'ai passé un délicieux moment en leur compagnie.
Commenter  J’apprécie          230

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
prune42prune42   08 août 2021
On a tous une vie rêvée, autre que celle que l'on a menée. Une vie imaginaire qui n'a pas été la nôtre parce qu'au moment des choix nous ne nous sommes pas hissés assez haut, nous n'avons pas été assez téméraires, assez exigeants, ou parce que nous n'avons pas eu de chance, tout simplement. Personne n'échappe à ce regret, Marcel, pas même les gens heureux.
Commenter  J’apprécie          110
lulu8723lulu8723   09 mars 2021
Tu m'as toujours respectée et, dans les moments difficiles, tu as toujours été présent. Depuis que tu es parti, j'ai perdu l'essentiel de moi-même. Et si nous n'avons pas eu d'enfant, c'est qu'il n'existe aucune vie sans blessure.
page 180.
Commenter  J’apprécie          10
lulu8723lulu8723   09 mars 2021
C'est difficile de construire la mémoire d'événements qu'on n'a pas vécus.
page 71.
Commenter  J’apprécie          20
BaladesEnLivresBaladesEnLivres   13 septembre 2020
Ma mère dramatisait tout, en particulier les voyages. Elle était incapable de légèreté. Elle m'a légué sa peur d'être heureuse.
Commenter  J’apprécie          10
lulu8723lulu8723   09 mars 2021
Pas un cri, pas un rire, pas une bousculade. Sur chaque visage, une gravité telle que je n'en ai jamais observé depuis. Nous sommes un seul grand corps. Sans croire au même Dieu, ou même sans croire du tout, nous communions. page 109.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean-Guy Soumy (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Guy Soumy
L'âme creusoise vue par des écrivains
autres livres classés : Creuse (France)Voir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2714 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre