AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Guy Soumy (Autre)
EAN : 9782258193260
Éditeur : Les Presses De La Cite (10/09/2020)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Années 1980 : après une vie dédiée aux autres, Blanche coule une retraite paisible à Draguignan
quand, un jour, une inconnue frappe à sa porte. Et le passé avec elle.
Elle s’appelle Pauline, la vingtaine à la dérive, elle souffre de ne rien savoir de l’histoire de sa
mère, Hélène, qui vient de mourir. Blanche, elle, la connaît, cette histoire, c’est aussi la sienne :
en 1942, elle a sauvé la petite orpheline juive du camp de Rivesaltes, e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
sylvaine
  20 octobre 2020
Une femme juste de Jean-Guy Soumy est publié aux Presses de la Cité.
C'est toujours avec beaucoup de plaisir que je retrouve la plume de cet auteur.
Cette fois-ci il nous entraine sur les pas de Blanche ... Nous la retrouvons à Draguignan où elle s'est installée avec son époux depuis de nombreuses années. Veuve depuis bientôt 10 ans elle est intriguée par une R5 garée juste devant chez elle. Au volant ... elle le découvre au petit matin une jeune fille qu'elle identifie immédiatement. Tu es la fille d'Hélène, entre tu es ici chez toi.
Comme elle avait recueillie Hélène en 43 elle prend Pauline sous son aile et lui raconte enfin ce que sa mère n'a pas su ou pu lui dire. Comment Pauline va t'elle réagir devant le gouffre qui s'ouvre devant elle? Blanche sauta t'elle trouver les mots? Auront t'elles le temps?
Un beau roman sur la transmission, sur la mémoire. Tout est dit avec délicatesse. On avance sur la pointe des pieds, la douleur, la tristesse sont comme camouflées aux regards, c'est le choix de l'auteur je le respecte.
Un roman à découvrir c'est certain. Un grand merci aux éditions Les Presses de la Cité pour ce partage.
#Unefemmejuste #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
isabelleisapure
  20 septembre 2020
C'est en rentrant du cimetière que Blanche a été intriguée par une voiture garée devant chez elle.
Elle n'y avait pas prêté attention en quittant son domicile.
La vague silhouette aperçue derrière le volant lui avait évoqué une planque policière comme elle en voyait au cinéma.
Lorsqu'une jeune fille en sortit en sonna, Blanche fut à peine étonnée, comme si un rendez-vous secret était prévu entre elle et l'inconnue.
« Alors, je t'en prie, toi que je ne connais pas, dérange-moi. Bouscule quelque chose de l'équilibre qui me tient lieu d'existence. »
Elle s'appelle Pauline, elle souffre de ne rien savoir de la vie de sa mère qui vient de mourir.
Blanche, elle, a bien connu Hélène qu'elle a sauvé du camp de Rivesaltes et des nazis.
C'est un pèlerinage que Blanche et Pauline entreprennent, sur les traces d'un passé douloureux.
Jean-Guy Soumy nous livre la vie de Blanche qui s'est employée à sauver des enfants, à leur redonner le sourire en leur offrant une famille.
Malgré la lourdeur du sujet, l'auteur nous évite le larmoyant.
Pour ma part, j'aurais aimé ressentir un peu plus de passion. L'ensemble m'a semblé manquer de nerfs.
Les personnages, tous attachants auraient mérité d'être décrit avec plus de détails.
Je n'ai pas vraiment ressenti leurs peurs, leurs espoirs, leurs solitudes face à la folie meurtrière.
L'écriture simple est agréable.
Je connaissais Jean-Guy Soumy pour avoir lu trois de ses livres que j'avais beaucoup aimé : « La belle Rochelaise », « le soldat fantôme » et surtout « le voyageur des bois d'en-haut ».
Cette fois-ci, je ne suis pas totalement convaincu, mais je resterai fidèle à l'auteur.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
AudreyT
  09 octobre 2020
***
Lorsque Blanche remarque une R5 garée devant chez elle, une silhouette frêle au volant, elle est loin de se douter que c'est une toute une partie du passé qui refait surface. Cette jeune fille, qu'elle va apprendre à découvrir, à aimer et à protéger, est la fille d'Hélène, une des enfants que Banche a caché des nazis pendant la guerre. Pourquoi Pauline semble-t-elle si perdue ? Et si blessée ? Pourquoi Hélène n'a jamais évoqué son enfance, ses racines, et son difficile chemin vers la liberté ? Autant de questions auxquelles Blanche devra répondre, affrontant une fois encore les douleurs du passé...
Jean-Guy Soumy est un auteur que j'apprécie beaucoup. Avec ce roman, il attire une fois encore notre attention sur des faits historiques, des réalités de notre Histoire qui ne peuvent laisser indifférent.
Toute en douceur et en pudeur, il évoque ces hommes et ces femmes qui ont risqué leur vie pour sauver celles d'enfants juifs, coupés de leur famille, orphelins et sans racines. Ces Justes, qui ont tenté d'illuminer les jours sombres de cette guerre sans âme.
L'histoire de Blanche, Hélène et Pauline pose également parfaitement ce sentiment de culpabilité qu'éprouve les survivants. Cette peur du lendemain, où tout peut basculer. Ce besoin ancré au fond du ventre, de ne s'attacher à rien, pour ne pas souffrir de la perte.
Un roman sur les liens qui se tissent, qui se défont et qui se resserrent...
merci à NetGalley et aux Editions Les Presses de la cité pour leur confiance...

Lien : https://lire-et-vous.fr/2020..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Valmyvoyou_lit
  05 octobre 2020
Années 1980, à Draguignan. Pendant un jour et une nuit, une R5 est restée garée, devant une maison. La conductrice est sortie, une seule fois, de son véhicule, pour aller vérifier le nom inscrit sur la boîte aux lettres. Au matin, la voiture a disparu.

Le jour d'après, elle est de retour. Blanche, une retraitée, ne tergiverse plus, elle veut savoir qui l'observe. Lorsque la personne descend de voiture, la vieille dame sait, immédiatement, qui elle est. Elle ressemble tant à Hélène, cette fillette qu'elle a sauvée pendant la guerre. Pauline ne connaît rien du passé de sa mère. A sa demande, les deux femmes entreprennent un voyage dans le passé et visitent les lieux dans lesquels a vécu Hélène.

En 1942, Blanche était volontaire à la maison d'accueil de Biot, près d'Antibes. La mission première de la Maison était de sauver des enfants, pourchassés par les nazis, mais elle servait aussi d'asile à tous les persécutés. le 26 août, à la suite de rafles, six mille cinq cents Juifs ont été emprisonnés au camp de Rivesaltes, une antichambre de Drancy et Auschwitz. Quelques jours après, Vlasta, le directeur du refuge, et Blanche s'y sont rendus, avec l'espoir de libérer des enfants. Épaulés par l'OSE, l'Oeuvre de secours aux enfants, ils ont sauvé, ce jour-là, deux orphelins. Au moment de repartir, les yeux de Blanche se sont posés sur une petite fille. Pourquoi elle ? Aujourd'hui, elle ne le sait toujours pas. C'est ainsi qu'Hélène est entrée dans sa vie et a intégré la Maison.

A vingt-deux ans, Pauline découvre ce que sa mère lui a toujours caché. Elle ne savait même pas qu'elle était juive. Toute sa vie, elle a cherché à satisfaire Hélène, mais celle-ci est toujours restée distante avec elle. Blanche lui révèle, par petits morceaux, la vie de celle qui lui a donné la vie. Elle avance à petits pas : elle ne dévoile que ce que la jeune fille est prête à entendre. C'est difficile, pour elle aussi, car elle revit des moments douloureux. Les souvenirs l'engloutissent, avec la menace de la submerger. En effet, les épreuves ont été terribles. Lorsqu'elle raconte, l'émotion est forte. Elle décrit la peur quand l'approche des nazis les a obligés à quitter la région, elle rend hommage à toutes ces personnes qui les ont aidés et sans qui, ils n'auraient pas survécu. Une scène m'a particulièrement bouleversée. Elle est la clé qui permet de comprendre la mère qu'Hélène a été, elle montre que ce que sa fille a pris pour de l'indifférence, était une volonté de protéger son enfant. Cela m'a fait mal que Pauline n'ait pas su avant le décès de sa maman qu'elle agissait par amour. de son vivant, elles ne se sont pas comprises.

La suite sur mon blog...

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Alapagedeslivres
  04 octobre 2020
Une femme juste. Trois mots pour un titre qui raconte beaucoup de ce livre.
Elle n'a sans doute pas été la seule. Une parmi d'autres. Blanche appartient à une communauté qui recueille des enfants : Roumains, Juifs, orphelins, petits êtres fragiles qui ont déjà tout perdu.
Une femme, qui a mené son combat dans une guerre difficile, face à l'occupant nazi, résistante contre Pétain et ses lois, à sa manière, sans fusil, sans arme autre que son courage et sa dévotion. Une institutrice convaincue mais discrète. Ses outils : son altruisme, sa bienveillance, son coeur, son travail, les corvées, son amour des autres.
Juste ? Juste, c'est ainsi qu'on les appelle : celles et ceux qui ont hébergé des populations traquées, les Juifs, durant la deuxième guerre mondiale. Blanche s'est mise au service des enfants pour les cacher, pour les nourrir physiquement et intellectuellement. Plus vieille, au crépuscule de sa vie, elle oeuvre aussi pour Pauline.
Pauline est liée à une petite âme d'autrefois. Elle erre, aujourd'hui, dans la vie, perdue, sans attache. Qui est-elle ? Que deviendra-t-elle ? Que porte-t-elle comme un fardeau ? Quel est ce passé que sa mère a tu et ne lui a jamais livré et qui, dans son silence, est plus pesant que toute vérité ?
Le passé de Blanche et le présent de Pauline vont se croiser. A travers un périple à rebours, sur des routes et les rails, de Draguignan, de retour vers la Creuse, ensemble, elles vont vivre et revivre une aventure tragique et enfouie. Une amitié va naître. La vérité va éclore doucement, chapitre après chapitre.
Ce livre est une évocation modeste d'un héroïsme caché de femmes et d'hommes inoubliables et courageux. C'est un beau récit, sensible, qui malgré un dénouement un peu traînant, nous livre avec sincérité et humilité, une part de notre patrimoine et de notre Histoire. Ce témoignage romancé me touche beaucoup. de beaux paysages sont décrits. de belles personnes sont dépeintes. Je me suis attachée autant aux personnages principaux qu'à ceux que l'on côtoie sans les connaître, discrètement, superficiellement : voici un roman qui veut mettre en valeur le courage de gens communs et lambdas, qui n'ont « rien fait » d'autres que de cacher, de dissimuler, de faire rempart contre l'ennemi. C'est noble, beau, héroïque et tellement brave.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
NathVBNathVB   13 septembre 2020
Ma mère dramatisait tout, en particulier les voyages. Elle était incapable de légèreté. Elle m'a légué sa peur d'être heureuse.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Guy Soumy (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Guy Soumy
L'âme creusoise vue par des écrivains
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
948 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre