AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Marcel Duhamel (Traducteur)Max Morise (Traducteur)Bernard Héron (Illustrateur)
EAN : 9782070612673
140 pages
Gallimard Jeunesse (15/03/2007)
3.47/5   254 notes
Résumé :
Jody, petit garçon rêveur et solitaire, vit dans un ranch de Californie, avec ses parents et son ami Billy Buck, le garçon d'écurie. Sa vie est paisible, entre l'école et les travaux de la ferme. Un matin, Jody découvre dans la grange un poney rouge, offert par son père. Aidé par Billy Buck, Jody entreprend de le dresser. Et peu à peu vient le jour où, pour la première fois, Jody va pouvoir le monter ! Mais le poney tombe malade... Par un grand romancier américain, ... >Voir plus
Que lire après Le poney rougeVoir plus
Flicka, tome 1 : Mon amie Flicka par O'Hara

Flicka

Mary O'Hara

3.84★ (1266)

4 tomes

Grand Galop, tome 1 : Les trois font la paire par Bryant

Grand Galop

Bonnie Bryant

2.94★ (2794)

98 tomes

Noulouk par Vacher

Noulouk

André Vacher

4.00★ (24)

Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
3,47

sur 254 notes
Dans les années trente en Californie, le jeune Jody grandit entre l'école et les tâches qui lui sont confiées au ranch de ses parents. Lorsque son père lui offre un poney et les responsabilités qui vont avec, l'enfant s'emploie activement à son dressage avec l'aide de son ami Billy Buck, le garçon d'écurie. Mais, alors qu'approche le jour où Jody pourra enfin le monter, le poney attrape la gourme, cette redoutable angine équine.


Le drame frappe cruellement le petit garçon, amené à se battre contre ce qui prend corps pour la première fois dans sa vie : l'impuissance humaine face à l'adversité, lorsqu'elle s'acharne sur ceux que vous aimez et vous accule à d'impossibles choix. Et même si l'histoire se passe à la campagne, là où le contact proche des animaux vous aguerrit très tôt aux réalités de la vie et de la mort, les épreuves qui attendent Jody sont d'une dureté à le marquer au fer rouge, quelques scènes difficiles pouvant même interroger le classement de ce livre en littérature jeunesse. Ce qui s'annonçait comme un apprentissage autant qu'une récompense, tourne en réalité à une confrontation, précoce et brutale, aux très rudes contingences du métier de fermier dans le Far West du début du XXe siècle.


Ce court roman, qui figure parmi les toutes premières oeuvres de l'auteur, annonce déjà les grands thèmes qui domineront sa production littéraire : la dure vie des ruraux ordinaires de Californie dans les années trente, en des lieux où il a lui-même vécu. Dans ces vastes espaces encore presque sauvages, vivre est un acharnement qui vous durcit dès l'âge le plus tendre, et la construction du Nouveau Monde se fait dans un étroit mélange d'espoir et de violence.


Un récit poignant, d'une simplicité brutale, où s'exprime toute la cruauté de la lutte pour la survie sur ce qui est encore une terre de conquête : un Far West qui vous rabote et vous dessèche les sentiments, pour qu'une fois racornis, ils cessent, une fois pour toutes, de vous rendre faible et vulnérable.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
Commenter  J’apprécie          888
Coluche disait : « Allumez un feu de camp, et vous voyez arriver Hugues Aufray ! » Et dans nos souvenirs de colonies de vacances, après l'inévitable « Hisse et Hoooo, Santinaaaaano ! » que nous avons tous entonné bêtement à perdre un poumon, peu de temps après, la larme à l'oeil, on ne coupait pas à l'autre incontournable de son répertoire : « Dis-moi, Céline, les années ont passé… » et puisque nous étions tous en pleurs, on en rajoutait une p'tite louche avec le troisième mousquetaire d'Hugues Aufray : « Il s'appelait Stewball, c'était un cheval blanc, il était mon idole, et moi j'avais quinze ans, quand le vétérinaire… » etc., etc.
Bon s'il n'était qu'au lieu de s'appeler Stewball il s'appelait Gabilan et qu'au lieu d'être un cheval blanc, c'était un poney rouge, le destin des deux quadrupèdes n'est pas fondamentalement différent.
Je ne sais pas trop pourquoi l'on qualifie ce petit roman de John Steinbeck de littérature jeunesse, sauf peut-être à considérer que le personnage humain principal, Jody Tiflin, est un jeune garçon de dix ans avec des étoiles dans les yeux le jour où son père, un gros éleveur californien, lui fait cadeau d'un magnifique jeune poney au pelage épais avec pour mission de s'en occuper.
Billy Buck, le responsable de l'écurie de l'exploitation de son père, réputé pour sa grande science du monde des chevaux lui fait la promesse de lui apprendre à monter sur ce poney rouge.
Dès lors, toute la vie de Jody va tourner autour du poney rouge nommé Gabilan, comme les montagnes alentour. John Steinbeck est un expert dans l'art de retranscrire ces petits riens que tous les enfants ayant grandi à la campagne auprès d'animaux domestiques ont un jour ressentis. Domaine dont, bien des années plus tard, Philippe Delerm s'est fait le chantre avec ses premières gorgées de bière et autres plaisirs minuscules.
Steinbeck tisse admirablement la trame affective qui unit Billy Buck, Jody et le poney. La relation de confiance conduisant à une toujours plus grande complicité entre tous.
Jody apprend à dresser Gabilan, à comprendre chacune de ses expressions. Puis, Gabilan étant devenu assez grand et assez fort, vint la délicate aventure d'arriver à le sceller puis le monter.
On vit avec Jody toutes les émotions que ceci procure, jusqu'à l'extase suprême que sera la première chevauchée.
Seulement voilà, un coup de bol et Gabilan se fait rincer sous une lourde averse. La première chevauchée sera pour plus tard car le poney semble un peu malade… Il faudra attendre Jody, attendre… (Si vous voulez connaître la fin, lisez le livre ou écoutez Hugues Aufray, au choix.)
Récit poignant, simple et naturel comme John Steinbeck sait si bien les faire mais qui nous remue les tripes durablement. Ce n'est pas mon préféré de l'auteur, mais on y lit tout son extraordinaire savoir-faire, du moins c'est mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
Commenter  J’apprécie          680
Mon édition se compose de 3 nouvelles : le poney rouge, les grandes montagnes et la promesse.
Ces 3 récits se passent au sein de la même famille, qui vit dans un ranch près des Rocheuses. Une vide rude, décrite finement. Ces récits ont la particularité d'associer à cette famille un cheval. C'est vrai qu'à cette époque, les chevaux sont indispensables.
Je ne m'attendais pas à ces histoires s'agissant d'un recueil que j'associais à "édition jeunesse". Rien de rose bonbon, bien au contraire... On est dans la vie rude, violente, triste.... et pourtant avec un espoir, de l'empathie....

Ma nouvelle préférée est la 2de qui met en scène un vieil homme qui veut finir sa vie au sein des lieux où il est né et a vécu.
Mais sincèrement je ne suis pas sûre de mettre ce livre entre les mains d'enfants trop jeunes.... Et en disant cela, je me dis que c'est peut-être moi qui vieillis !
Commenter  J’apprécie          440
Voilà un roman qui a été bien éprouvant pour l'amie des bêtes que je suis...

Il y a longtemps que je n'avais pas lu Steinbeck et j'avais envie de remédier à ce fait.
Le récit est très haletant et on se retrouve dans la vallée de Salinas que l'auteur affectionnait tant.
Ici, Steinbeck décrit la vie à la grange d'une petite famille américaine, où la vie peut être aussi dure que la terre aride de la vallée.
Comme dans les autres oeuvres de l'écrivain, j'ai trouvé l'écriture très juste et le récit très empreint de vérité. (du moins de celle de son époque)
MAIS le sort réservé à certains animaux... cela m'a fait trop mal au coeur pour que je rentre pleinement dans le récit. Entre les cochons qu'on égorge, l'oiseau dont on coupe la tête, les chevaux dont on abrège les souffrances...

Je me demande bien pourquoi cet ouvrage est classé dans la "littérature de jeunesse" tant j'ai trouvé certains descriptions violentes!
Commenter  J’apprécie          354
Je n'avais pas encore lu de romans de Steinbeck et quand j'ai vu qu'il avait aussi écrit des romans à destination des jeunes j'ai sauté sur l'occasion.

Alors tout de suite, je le dis, il y a vraiment un problème de classement. Si le héros de l'histoire est bien un jeune garçon, l'histoire est tellement tragique et certaines scènes tellement dures, que ce n'est pas possible de le proposer à des enfants. Sauf si on se la joue instit sadique et qu'on a envie de faire pleurer ses 29 CE2. J'ai vraiment été surprise de ce classement. On est loin de Tom Sawyer ou de Boule et Bill !

C'est l'histoire d'un jeune garçon Jody qui vit dans un ranch en Californie avec ses parents. J 'ai aimé partager le quotidien de cet enfant de 10 ans , discret et gentil, le voir accomplir ses corvées, aller à l'école, s'occuper des bêtes. Un jour, son père , un homme plutôt dur (enfin à l'époque ce devait être comme ça) lui offre un poney rouge, à charge pour Jody d'en prendre soin et de le dresser. Avec l'aide du garçon d'écurie, Billy Buck, Jody va beaucoup s'investir dans son rôle et prendre ses responsabilités à coeur. Malgré cela, un jour de pluie, le poney s'enrhume et le petit rhume se transforme en terrible angine.

Un récit poignant qui montre comment il était difficile, qui plus est quand on est un jeune garçon, de s'occuper des animaux. Que malgré toute notre bonne volonté, la nature peut être cruelle. Dure leçon de vie pour ce petit garçon.



Commenter  J’apprécie          320

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
- Tiens la lanterne ! ordonna Billy.
Et il palpa les jambes du poney et éprouva la chaleur des flancs. Il mit sa joue contre le museau gris du poney, puis il tira les paupières vers le haut pour voir les prunelles, souleva les lèvres pour découvrir les gencives et il mit ses doigts dans l'intérieur des oreilles.
- Il n'a pas l'air trop mal fichu, dit Billy. Je vais lui faire une bonne friction.
Alors Billy chercha un sac et frictionna violemment les jambes du poney, puis il frictionna la poitrine et le garrot. Gabilan était étrangement insensible. Il se soumettait patiemment au bouchonnage.
Commenter  J’apprécie          200
Le père de Jody ouvrit le loquet de la porte et ils entrèrent. Ils avaient marché le soleil dans les yeux en venant. La grange était noire comme la nuit par contraste et pleine de la chaleur du foin et des bêtes. Le père de Jody se dirigea vers l'unique box.
- Vient ici! ordonna-t-il.
Jody commençait à pouvoir distinguer les choses. Il regarda dans le box, puis recula vivement.
Un tout jeune poney rouge le regardait du box. Ses oreilles étaient tendues en avant et il y avait dans ses yeux une flamme de rébellion. Sa robe était épaisse et rude comme la fourrure d'un airedale et sa crinière était longue et emmêlée. La gorge de Jody se contracta et sa respiration se fit brêve.
- Il a besoin d'un bon pansage, dit son père, et si jamais je m'aperçois que tu ne le nourris pas ou que tu laisses son écurie sale, je le vends à la minute même.
Commenter  J’apprécie          100
Gitano n'était qu'un vieillard avant qu'on ne rencontre ses yeux noirs et éteints. Mais derrière ces yeux-là , il y avait une chose inconnue. Il n'en disait jamais assez long pour qu'on puisse deviner ce qu'il y avait à l'intérieur derrière ses yeux.
Commenter  J’apprécie          190
Je n'aime pas les chevaux savants. ça enlève toute la ... dignité d'un cheval de lui apprendre des tours. Enfin, un cheval savant, c'est un peu comme un acteur..., pas de dignité, pas de caractère personnel.
Commenter  J’apprécie          170
- Les vieux devraient être tirés de leur misère, continua le père de Jody. Un coup de fusil, un grand bruit, une grande douleur dans la tête peut-être, et c'est tout. Ca vaut mieux que l'ankylose et le mal aux dents.
Billy Buck intervint.
- Ils ont le droit de se reposer après qu'ils ont travaillé toute leur vie. Peut-être qu'ils ne demandent qu'à se promener un peu.
Commenter  J’apprécie          80

Videos de John Steinbeck (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Steinbeck
Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/
N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie.
A l'heure où beaucoup redoutent une crise économique après la crise sanitaire, voici un grand roman dans lequel chacun puisera des conseils utiles. Il raconte la vie quotidienne des travailleurs pendant la Grande Dépression aux Etats-Unis et n'a hélas rien perdu de son actualité.
« Les raisins de la colère » de John Steinbeck, à lire en poche chez Folio.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Textes diversVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Textes divers (382)
autres livres classés : poneysVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (644) Voir plus



Quiz Voir plus

Des souris et des hommes

En quelle année est paru ce roman de John Steinbeck ?

1935
1936
1937

10 questions
897 lecteurs ont répondu
Thème : Des souris et des hommes de John SteinbeckCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..