AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jean-Pierre Naugrette (Éditeur scientifique)
EAN : 9782080706799
234 pages
Flammarion (27/05/1993)
4.05/5   40 notes
Résumé :
En 1893, un an avant sa mort aux îles Samoa, R.L. Stevenson achève "un conte sinistre et sombre" qu'il situe lui-même "entre le Dr Jeckyll et Mr Hyde et L'Ile au trésor". Sur fond de décor polynésien, Le Creux de la vague met en scène un trio d'aventuriers anglo-américains échoués comme du bois mort sur la plage de Papeete, et qui s'embarquent pour une aventure étrange, à bord d'une goélette aux allures de bateau ivre... La découverte d'une île extraordinaire de bea... >Voir plus
Que lire après Le creux de la vague (Le reflux)Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Il y a une vague dans les affaires des hommes.(Shakespeare)

Un peu de noirceur à Tahiti, voilà qui modifie l'image de carte postale. Ce pavillon jaune qui est dressé sur le port indique une épidémie: l'influenza (la grippe) qui amène son lot de quintes de toux dans la population de Papeete.
C'est même devenu un peu trop bruyant pour les trois pauvres types allongés sur la plage, dans le froid et la pluie, sans rien à manger. Herrick, Huish et Davis, se sont retrouvés là par hasard et forment depuis des semaines un trio de parias.

Mais l'illégalité d'un procédé va leur permettre de se trouver sur un bateau et de partir à l'aventure sur l'océan Pacifique. Pacifique qui n'a rien de tranquille comme l'on s'en rendra compte par la suite.

J'ai été épaté par la tension et le rythme du livre et me suis esbaudi de la complexité des personnages, surtout le quatrième du quatuor: un caractère déroutant.

Après avoir redouté une introduction un peu longue, vous surprendra un suspense, tout en suspension hydraulique et terrestre, avec trois à quatre personnalités bien différentes, qui m'a tenu en haleine jusqu'à l'issue.

Ce livre est une découverte et, par bien des aspects, fait penser à "L'île au trésor" mais aussi à "L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde".

C'est au sommet du plaisir et de la vague que vous serez avec R.L. Stevenson.
Commenter  J’apprécie          354
J'ai adoré ce livre. Un petit bijou pour des vacances d'été, livre dont l'auteur disait lui-même qu'il se situe entre L'Île au trésor et Docteur Jekyll et mister Hyde.

L'Île au trésor (que j'ai lu juste avant) est bien sympathique même si je connaissais déjà le plus gros de l'intrigue via les nombreuses adaptations qui existent, en film ou en dessin animé. Mais comme pour les Trois Mousquetaires, comme pour Huckleberry Finn ou bien d'autres livres qu'on dit pour enfants, ce roman d'aventures et d'exotisme est bien mieux que ce qu'il en reste dans le fond de la mémoire collective.

Tout cela pour dire : (re)lisez-le, même adulte, et s'il vous a plu, alors n'hésitez pas à lire ce Creux de la vague (The Ebb Tide), écrit 10 ans plus tard, et que j'ai trouvé encore mieux que le classique Île au trésor, ne serait-ce que parce que vous y trouverez 4 personnages haut en couleur, contre le seul capitaine Long John Silver !

Il y a une lignée (revendiquée) entre Stevenson (son Ebb Tide) qui inspira Conrad (son Au coeur des ténèbres, qui, en revanche, m'a ennuyé...) lui-même inspirant Coppola (pour son Apocalypse now). Une telle influence ne pouvait provenir que d'une rare pépite, et c'est le cas du Creux de la vague : humour, tension shakespearienne, poésie, dialogues savoureux, délicieuse ambiguïté des personnages jusqu'à la dernier minute. Une découverte pour moi ! Avec cela j'espère seulement que vous y prendrez autant de plaisir.

P.S. la version originale, si elle vous tente, demande un bon niveau d'anglais (sans compter les termes techniques de marine dont je ne connaissais même pas le sens en Français...). Mais la traduction chez Flammarion est bonne (car oui... j'ai tellement aimé le livre que j'ai voulu le relire en Français dans la foulée de l'Anglais).
Commenter  J’apprécie          50
Quel dommage que Stevenson n'ait pas pu connaitre le cinéma... le creux de la vague, écrit à quatre main avec le fils de sa dernière épouse, aurait constitué un excellent scénario hollywoodien. Hélas, le roman est un peu plus médiocre. Un peu long à lire, alors qu'il s'agit d'un court roman, assez convenu, moraliste à outrance.
J'adore Stevenson, mais, il était sans doute dans le creux de la vague pour l'écriture de ce récit...
Mon avis est très personnel, car j'ai conscience de ne pas aller dans le sens des critiques précédentes. L'ai-je lu au mauvais moment?
Commenter  J’apprécie          50
Un très bon roman de Stevenson, sans doute un des meilleurs.
C'est à la fois un roman d'aventures sous les tropiques particulièrement réussi et un roman d'introspection très fin. Pas de temps mort, les rapports de force entre personnages sont très vivants, des passions fortes sont mises en scène. Il y a la magie des perles rares et le sentiment d'être perdu au bout du monde, dans un monde sans foi ni loi. Herrick est le représentant de l'auteur dans ses angoisses et sa sensibilité, dépassé par la situation mais s'efforçant d'y faire face. Mais c'est surtout le décor qui fait la force du livre : Papeete en proie à la maladie et à la déliquescence, le lagon à la nature mystérieuse et inconnue, d'une beauté surréelle.
La description de l'île est impressionnante, c'est un lieu de beauté absolue, de paix, d'harmonie céleste et l'enfer des hommes blancs. La brutalité de la beauté.
Commenter  J’apprécie          20
Huis clos maritime où l'on retrouve le mordant propre à Stevenson, de même que ses rebondissements qui placent les personnages dans une descente aux enfers prise avec philosophie et bonne volonté.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Vers quatre heures du matin, alors que le capitaine et Herrick étaient assis ensemble sur la lisse, surgit de la nuit devant eux la voix des brisants. Chacun se dressa d’un bond et se mit sur le qui-vive. Le son était continu, tel le passage d’un train ; aucune amplitude n’était perceptible ; minute après minute l’océan se fracassait avec une force égale contre l’île invisible ; à mesure que le temps passait, et que Herrick attendait en vain la moindre vicissitude dans le volume de cette rumeur, un sentiment d’éternité envahissait son esprit. Pour un œil expert, l’île elle-même pouvait se déduire d’un certain chapelet de taches alignées dans le ciel sur l’horizon étoilé. Et la goélette fut mise en panne, sans que la vigilance se relâche jusqu’à l’aube.
Commenter  J’apprécie          10
L’île, à cette heure, avec son doux sol de sable, sa voûte de hauts piliers, et l’illumination générale prodiguée par les lampes, avait endossé un air d’irréalité comparable à celui d’un théâtre désert ou d’un jardin public à minuit, au point que le promeneur cherchait autour de lui bancs et statues. Pas le moindre souffle d’air ne venait agiter les palmes, et le silence était rehaussé par la clameur continue du ressac qui montait du rivage, comme l’eût fait celle de la circulation dans la rue d’à côté.
Commenter  J’apprécie          10
L’île tremblait devant eux comme un lieu incandescent ; à la surface du lagon des soleils de cuivre aveuglants, pas plus gros que des pièces de dix sous, dansaient en leur transperçant les prunelles ; il montait du sable et de la mer, et même du canot, une lumière d’une clarté cinglante ; et comme ils ne pouvaient scruter le lointain qu’en joignant les cils, l’excès de luminosité parut se muer en noirceur sinistre, comparable à celle d’un nuage avant l’orage.
Commenter  J’apprécie          10
Selon l’expression des mers du Sud, ces trois hommes étaient à la côte. Leur malheur commun les avait réunis, car ils étaient tous trois les plus misérables créatures parlant anglais à Tahiti ; mais, en dehors de leur misère, ils ne savaient presque rien l’un de l’autre, pas même leurs vrais noms.
Commenter  J’apprécie          10
Il avait épousé le creux de la vague dans les affaires des hommes, et la vague l’avait emporté au loin ; il entendait déjà mugir le maelström qui devait l’envoyer par le fond. Et dans son âme harcelée et déshonorée il n’y avait aucune place pour lui-même.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Robert Louis Stevenson (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Louis Stevenson
Les nouveautés Futuropolis de février 2024
autres livres classés : pacifiqueVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (95) Voir plus



Quiz Voir plus

L'ILE AU TRESOR

Au début de l'histoire, le vieux flibustier arrive a l'auberge avec

une brouette
un sac
un coffre
un cheval

10 questions
501 lecteurs ont répondu
Thème : L'Ile au trésor de Robert Louis StevensonCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..