AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 271036901X
Éditeur : La Table ronde (12/01/2012)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 16 notes)
Résumé :
«J'aime laisser un disque tourner pendant ma promenade et revenir ainsi dans une maison habitée. Une entorse à mes principes d'économie, mais dans ce cas, je me fiche de l'économie. Me fiche aussi des régimes minceur de banane, des enquêtes d'opinion de rue, des journaux gratuits, des messieurs en trottinette, des filets militaires ou de fierté ceci ou cela, des jeux à se gratter, discours, règlements intérieurs communautaires, campagnes d'information sur les promot... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
horline
20 août 2012
Un livre de Flannery O' Connor, un disque d'Elisabeth Schwartzkopf, la pluie… le récit de « Blanche étincelle » s'ouvre lentement sur une amitié balbutiante entre deux femmes de génération différente mais que le plaisir du partage, la tendresse affective et la compassion réciproque vont transformer en une relation intense et indéfectible.
Pour Mauricette, la plus âgée, cette amitié nouvelle est même un fil tenu auquel elle se raccroche fermement. Elle allège le poids de la douleur physique et morale, éloigne les morts qui l'accompagne dans sa solitude, apaise sa colère dissimulée face à la fatalité.

Subrepticement, Lucien Suel laisse éclore une relation presque filiale baignée par une chaleur familiale attendrissante. La vie de la vieille femme s'en trouve bouleversée au point de la libérer des traumatismes qu'elle gardait enfouis depuis soixante ans.

Lire « Blanche étincelle » c'est s'abandonner à un sentiment de fragilité et de permanence mêlées. La narratrice laisse entendre une voix claire, sensible, pudique et sans détours. Dans ce journal intime, Mauricette commence par consigner son quotidien entre jardinage, cauchemars et lecture avec des mots anodins, des phrases courtes, une voix sèche et réservée. Pas d'exubérance, pas d'épanchement excessif des sentiments, l'écriture est presque fugitive, parfois silencieuse. C'est un condensé de choses essentielles, Mauricette ne s'encombre pas avec la rondeur des mots, peut être parce qu'elle a perdu l'habitude de parler et de parler de soi.
Mais les retrouvailles de plus en plus fréquentes avec la famille de Blanche adoucissent l'écriture : progressivement la phrase prend de l'amplitude, s'épanouissant dans une poésie subtile, la langue se délie et prend de l'assurance. Dans un style qui a abandonné la raideur du début et qui laisse s'épanouir la délicatesse qui la caractérise, Mauricette a besoin de « tout mettre en lumière ».
Même si la parole demeure saccadée pour évoquer les évènements douloureux et tragiques, Mauricette contemple le monde avec un oeil nouveau ; plus sereine, elle prend pleinement conscience de ce qu'est la vie avec ses joies et ses peines.
Parce qu'il raconte un bonheur fragile, simple, émouvant, plein de douceur, ce roman est une belle histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
gambadou
26 février 2012
Mauricette vient s'installer dans un petit village proche de Lille. C'est la région de son enfance. On sait peu de sa vie, de ce qui l'a amené à vivre en solitaire ici. Des bribes de temps en temps... Une rencontre va changer sa vie solitaire : l'amitié avec Blanche, une femme d'une quarantaine d'années qui vit avec ses deux fils dans un village voisin. Une amitié basée sur la littérature et l'art (elles se sont rencontrées dans une librairie) et sur la place de grand-mère qu'elle peut prendre.
J'ai ressentie beaucoup d'empathie pour cette vieille femme seule qui n'a visiblement pas eu une vie facile, pour les petits plaisirs qu'elle trouve dans les gestes quotidiens ou les éléments de la nature. J'aurais aimé en savoir plus sur elle, j'ai été un peu frustrée de ne pas creuser dans son passé. Je sais que l'auteur a écrit un autre livre sur Mauricette "la patience de Mauricette", peut-être que cette lecture m'a manqué pour totalement comprendre cette femme.
Sinon, au delà du plaisir de la lecture, j'ai été gênée par deux points : l'écriture tout d'abord. Ce qui m'avait attiré au départ, les phrases courtes qui s'enchainent, sont devenus parfois lourdeurs. Quand c'est pour évoquer les pensées qui s'entrechoquent, cela passe tout seul, mais parfois ces suites de mots n'ont pas de raisons d'être. Une autre point qui m'a pesé, c'est l'importance du nombre de références littéraires, musicales ou artistiques qui émaillent le texte. Au début j'ai été tenté de mettre des marque-pages pour me renseigner, mais mon livre aurait alors ressemblé à un hérisson !!! Comme je n'ai pas cette culture, je suis sans doute passée à côté de plusieurs références et cela à manqué à ma compréhension.
Une belle lecture mais qui me laisse un peu frustrée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bernardbre
09 décembre 2014
J'achève la lecture de «Blanche étincelle». Quel bonheur ! Chaque soir, j'ouvre le livre comme on ouvre un bonbon. C'est un immense plaisir de lecture, délicat, fin, juste, un livre d'attention aux autres, un livre généreux, exceptionnellement vrai. Aucune afféterie, mais quelle précision du mot (mine de rien) ! Dans un livre, c'est l'écriture du sentiment qui m'intéresse, tellement plus que l'histoire, le scénario. Je suis donc comblé.
Comme on aimerait rencontrer, connaître, Mauricette, et Blanche ! Une magnifique leçon de simplicité. Lucien Suel a vraiment réussi là un livre magnifique, porté par une érudition jamais pesante ou intimidante – avec des auteurs de référence tels Hugo Ball, Tarjei Vesaas ou Flannery O'Connor, et nourri de Rimbaud ou d'Emily Dickinson, sujets d'allusions discrètes, mais aussi de musiques ou d'arts plastiques.
Commenter  J’apprécie          32
Emmalife
14 février 2012
Ce livre est un réel coup de coeur!
Mauricette, une vieille dame dont on ne connait pas exactement l'âge, a choisi de s'installer dans un petit village du Nord. D'elle, on sait peu de choses, des détails qu'elle va révèler au compte-gouttes tout au long de ce roman, les autres l'intéressent plus qu'elle-même, écrit sous la forme d'un journal quotidien. C'est une ancienne instit, elle a été mariée mais n'a pas eu d'enfant, sans doute l'explication en est dans un passé particulièrement lourd. Elle vit avec son chat dans une petite maison avec jardin, au rythme des saisons, en observant la nature et les oiseaux, sa voisine aussi, qui voudrait l'entraîner avec elle au club de tricot local. Mais Mauricette, son truc à elle, ce n'est pas le tricot. Mais plutôt les livres et la musique. Sa solitude, bien que peuplée de multiples compagnons que sont ses auteurs ou poétes préférés, est parfois un peu pesante. Un jour, dans une librairie, elle fait la connaissance de Blanche, une jeune femme. Une réélle amitié va naître entre ses deux femmes. Elles ont en commun un passé difficile qui leur pèse souvent, mais surtout l'amour des livres et des arts. Mauricette va retrouver la chaleur d'une famille, Blanche et les siens l'affection d'une grand-mère d'adoption, celle qui fait réviser les leçons, fait sauter les crêpes et applaudit, admirative, aux exploits en skate du petit dernier. C'est aussi une belle histoire de partage et d'échange autour de passions, de transmission aussi entre cette vieille dame et ces jeunes enfants. le plaisir aussi de partager avec une amie l'émotion que donne la lecture d'un livre, l'écoute d'une symphonie ou la visite d'un musée. Dans son journal, elle note son quotidien, la confection d'un repas, la plantation des graines du potager, une araignée que guette le chat, les oiseaux dans le jardin. Mais aussi les personnes qui l'entourent, mais son regard est toujours amical, jamais jugeant.
Lien : http://espritcampagne.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
brigetoun
13 mars 2012
J'aime le peu que j'ai lu de Lucien Suel (« la mort d'un jardinier », et ce qu'il donne sur son blog http://luciensuel.blogspot.com/ d'une grande richesse), mais je n'ai pas -regrets, ça s'est fait comme ça - lu « la patience de Mauricette ».
Mauricette je l'ai trouvée, apaisée ou en espoir, en lisant «Belle étincelle », lumineux, l'espérance, et cette poésie quotidienne qu'il sait créer, comme naturellement. Mauricette après le petit travail qui s'est opéré depuis le dernier trou, et le cadeau qu'est la rencontre avec une et puis des êtres doués, lumineux, un peu fragiles parfois puisqu'humains, et si merveilleusement bénévolents.
Les saveurs de la vie qui gagnent – le goût de l'effort, et l'acceptation humble de ses limites.
L'amitié, les échanges, la beauté des oeuvres, et l'importance, toujours, des morts.
Je ne peux que conseiller fortement le bonheur qu'est cette lecture, la lumière, la musique, la douleur assumée, l'amitié, les saveurs, toutes les saveurs, et l'intelligence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
horlinehorline20 août 2012
Blanche étincelle au creux de mes nuits. Blanche étincelle dans mon sommeil. Le plus souvent, au milieu d’un rêve, elle apparaît. Quelque fois, cela me réveille et les yeux encore fermés, je la regarde s’évanouir. C’est ainsi, ce matin, avant l’aube
Commenter  J’apprécie          50
brigetounbrigetoun13 mars 2012
Blanche n'est pas une demoiselle, mais elle surgit dans ma vie au moment où la nuit commence à reculer. Quelques secondes chaque jour, quelques oscillations du balancier.
Trajectoire noire et jaune d'un merle sautillant dans les feuilles mortes, puis éclat rouille et beige d'un rouge-gorge. Je m'interromps dans mes réflexions, laissant mon regard errer sur le jardin à travers la vitre. J'ai pris l'habitude de la solitude, pas de l'isolement
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NievaNieva21 février 2016
Le chat m'attendait à la porte du couloir. Il miaule rarement, mais il a l'oreille fine. Il suit une routine différente de la mienne. Dès que je lui ouvre, il se dirige vers son bol. Il mange puis s'installe sur le canapé et s'endort. C'est un travailleur de nuit.
Commenter  J’apprécie          30
brigetounbrigetoun13 mars 2012
Depuis hier, j'ai l'impression que mon coefficient de gravité a évolué. Comme si j'étais sur la pointe des pieds. Je me suis rapprochée des étoiles. Et en même temps, en esprit, collée à la terre. Sensation agréable. La vérité m'a libérée.
Commenter  J’apprécie          20
brigetounbrigetoun13 mars 2012
Le temps reste doux mais le bleu a disparu. Seule à ma table, j'écoute le balancier du carillon et les voix du vent, basse continue au ras du toit et soudaines attaques en crescendo qui se manifestent à la vue par des oscillations rapides de toutes les tiges, du petit buisson de thym aux souples baliveaux.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : journal intimeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Il est debout

On peut qualifier la phrase de

froide
sensuelle
gothique
religieuse

5 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : Je suis debout de Lucien SuelCréer un quiz sur ce livre