AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266246445
Éditeur : Pocket (09/10/2014)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.96/5 (sur 1629 notes)
Résumé :
Accepteriez-vous de mourir... juste pour un jeu ?
Illan et Chloé, deux jeunes gens spécialistes des chasses au trésor ont longtemps rêvé de participer à la partie ultime. Celle d'un jeu mystérieux dont on ne connaît pas l'entrée, mais dont on connaît le nom: Paranoïa.
Lorsque les deux amis sont enfin sélectionnés, on leur remet la règle numéro 1 :
"Quoi qu'il arrive, rien de ce que vous allez vivre n'est la réalité. Il s'agit d'un jeu."
A... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (343) Voir plus Ajouter une critique
Acoun
02 janvier 2014
Bin dis donc Pascal, t'en as une tête… T'as réveillonné jusqu'à très tard cette nuit ?…
- Heuu non… On est le 2 je te rappelle…
- Ah ouais ? J'aurais pas dit… Alors quoi ? T'as des insomnies ?
- Non, non, j'ai juste veillé un peu tard pour finir le dernier Thilliez, j'arrivais pas à le lâcher… Comme d'hab…
- le dernier quoi ? Ah ouais Thilliez… le mec des bouquins…
- L'écrivain, oui, c'est ça.
- Ha ouais ! Il est terrible lui ! C'est lui qui fait les bouquins avec la fille du nord et le mec, là… L'écorché vif…. Attends attends, me dis pas… Ca va me revenir… Ah ouais, Sarko et Babybel ! Je les adore ceux-là !
- Heuuu oui… Sharko et Hennebelle, c'est ça. Mais là ils n'y sont pas dans celui-là. C'est une sorte de one-shot.
- Un oane chotte ? Heuu…
- Laisse tomber ! Y a pas Lucie et Shark dans celui-là !
- Ah ! Dommage… Et il est bien quand même ?
- Bin non… Je me suis couché à point d'heure pour lire un truc trop nul…
- Ha ouais ? C'est con…
- Mais non, Imbécile, c'est de l'ironie, j'ai adoré !!!
- Ah D'accord… Ouais ouais… Et ça parle de quoi ?
- T'as qu'à lire les critiques sur Babelio, il y en a de très bien écrites…
- Ouais, ouais, j'ai vu. Y'en a plein qui font leurs malins en disant qu'ils avaient deviné la fin… pas toi ?
- Heuu… Si… Dans les grandes lignes, j'avais compris, surtout que Thilliez donne des indices assez visibles. Mais ça ne m'a pas empêché d'aimer ce livre.
- Ha ouais mais si tu connais la fin, c'est nul…
- Mais non ! demande à Gwen21, elle te dira : "Quel dénouement peut être savoureux quand on en ignore les tenants et les aboutissants ?"
- Ah ouais ouais ouais… Je vois…
- Non, tu ne vois rien du tout. Tu sais quoi ? Je vais te prêter Puzzle et tu me diras ce que t'en penses. Tu veux .
- Un puzzle ? Ouais bof, je suis pas trop casse tête, moi …
- Je te l'accorde, tu serais plutôt casse… Bon,je reprends : Puzzle c'est le titre du dernier Thilliez !!!
- Ah Ouais, Thilliez, je connais, terrible lui !! Les rivières pourpres, l'âme du mal… j'adore…
- Heuu attends, j'ai un double appel… je dois te laisser…
- Mais heuu… On n'est pas au téléphone, je suis devant toi !
- C'est pas grave… Allez on se voit bientôt… La bise chez toi.
- Mais heuu… je vis tout seul…
- Et on se demande pourquoi…Allez je file, j'ai un Austen à aller chercher à la bibliothèque.
- Ha ouais… Austen, je connais… Hey Pascal… Arrête ! reviens !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10754
gruz
05 octobre 2013
Vous venez de lire le résumé de cette histoire qui parle de jeu de rôle grandeur nature dans le cadre d'un hôpital psychiatrique désaffecté.
Vous vous dites que ce n'est pas bien nouveau tout ça. Des thrillers prenant pour cadre ce genre d'endroit, il y en a un certain nombre (Le briseur d'âmes de Sébastian Fitzek récemment par exemple). Quant au thème du jeu, il a donné naissance à un bon film appelé « The game », pour ne citer que lui.
Maintenant, penchez-vous sur la couverture. Là, au dessus du titre « Puzzle », vous voyez ce qu'il y a de marqué en grosses lettres rouge sang ? Il est inscrit « Franck Thilliez ».
Bon, on rembobine et on recommence (non ce n'est pas la bobine du Syndrome [E] ;-))
« Puzzle » donc, est le nouveau Thilliez, gage de qualité et d'un moment de lecture mémorable.
Franck Thilliez, celui-là même qui nous proposait il n'y a pas si longtemps un roman avec un sujet qui semblait sentir lui aussi le réchauffé : « Vertige ». Un roman qui n'est rien de moins qu'un chef d'oeuvre du genre.
Comme dans « Vertige », Thilliez assume clairement ses influences et a pris, cette fois encore, un malin plaisir à nous concocter un casse-tête machiavélique, un jeu de patience qu'il convient de savourer ligne après ligne pour profiter pleinement de l'intrigue.
Aucun temps mort tout au long de ces 430 pages, pas une minute de répit, les innombrables pièces s'emboîtant les unes dans les autres à un rythme effréné.
Vous avez votre méthode pour venir à bout d'un puzzle, vous commencez par les coins, recherchez les bords ? Laissez tomber et laissez-vous guider par un maître en la matière.
Comme dans « Vertige », l'auteur s'est effacé derrière son histoire pour remplir à merveille son rôle de conteur, sans que rien ne vienne perturber le défilement de l'histoire. Plus difficile à réaliser qu'il n'y paraît, à mon sens, et parfaitement réussi une fois de plus.
On retrouve dans ce roman certains thèmes récurrents chez Thilliez (vous pouvez toujours courir pour que je vous énumère lesquels), et leur agencement donne parfaitement corps à ce récit.
Un récit immersif, qui prouve que « divertissant » peut rimer avec « intelligent », lorsqu'une bonne histoire est mise entre les mains d'un auteur de talent.
C'est bien simple, j'écoute régulièrement de la musique en lisant, mais pas avec ce roman. Je voulais entendre siffler le vent dans les montagnes et entendre le silence glaçant des longs couloirs du bâtiment servant de lieux à cette histoire.
Proposez-moi d'autres moments de pur divertissement de cette qualité et je signe des deux mains de suite.
Lien : http://gruznamur.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9710
lehane-fan
18 décembre 2014
Pourquoi tant de haine m'sieur Thilliez, hein, dis, pourquoi ?
Je ne sais pas si ça vient du temps pourri ou bien d'un moral battant pavillon noir depuis quelques temps mais je supporte de moins en moins la Thilliez's touch hors contexte policier.
Non pas qu'un auteur doive se cantonner à un seul genre, bien au contraire, seulement n'est pas couteau suisse qui veut.
Ding dong, c'est l'heure du clin d'oeil au sponsor.
Aujourd'hui, l'ami Biactol va devoir livrer un combat perdu d'avance face aux multiples points noirs parsemant allègrement ce roman.
Premier chantier de taille, l'absence totale d'originalité.
Prenez 8 candidats à la fortune. Enfermez-les dans un endroit censé foutre les jetons, un ancien hôpital psy devrait faire l'affaire, parsemez cette course au trésor de faits plus ou moins sanguinolents histoire de sortir le courageux lecteur d'une léthargie frôlant le coma éveillé et croisez les doigts bien fort en espérant ce même lecteur atteint d'un alzheimer foudroyant qui pourrait, auquel cas, lui faire penser qu'on touche au sublime tant par la singularité du propos que par l'énergie qui s'en dégage. Manque de bol, j'ai déjà en tête une dizaine de slasher du même tonneau d'où un désintérêt presque immédiat pour la resucée sauce Thilliez.
Ajoutez à cela une absence de rythme coupable qui ferait passer Mon Derrick Chez les Nudistes pour le film d'action de l'année, la coupe est pleine, la déception est totale, le bouquin déjà relégué aux oubliettes...
Puzzle avait pour ambition de vous balader aux confins de la folie, il ne sera finalement qu'un interminable chemin de croix poussif.
Plaisir de lecture, 5/20, en souvenir de feu pot de N*****a, modèle 1 kg, qui me tint compagnie en ces heures de misèèèè-re.
On compense comme on peut...
PS : si une bonne âme avait un remède contre le mal de foie, ça urge !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8220
Wiitoo
24 février 2014
Franck Thilliez copycat sérial writer ?
On peut se poser la question. « The Game » 1997, avec Michael Douglas Toute la première moitié du livre développe une histoire dont le fil rouge est pour le moins assez proche du film, je dirais même que certains passages sont parfaitement identiques.
Rabbit Doubt, manga japonais ou plutôt un jeu populaire au japon dont j'éviterais de donner ici les règles afin de ne pas spoiler la deuxième partie du livre dont pourrait bien être inspiré Puzzle.
Jusque là je me suis dit que c'était une simple coïncidence et que Franck Thilliez s'inspirait de ses lectures, des films qu'il avait vu, de son vécu… et puis il y eu la scène mythique de « Usual Suspects » avec Keyser Söze et là j'ai franchement sourit. Clin d'oeil ou copie je n'en sais rien mais ça fait beaucoup quand même.
Allez, je vous fais un petit tour de magie…. Prenez ces deux films et ce manga, déposez le tout dans un sac de toile estampillé Shutter Island, secouez énergiquement durant 5 minutes, criez Abracadabra et paf, sans surprises aucune vous en sortirez un Puzzle. C'est magique.
Plaisanterie mise à part, ce livre est une bonne distraction. Ceux qui n'ont pas vu ou lu les films ou les livres que je cite vont trouver l'histoire brillante et originale, les autres pourront sourire tout au long de cette lecture en y voyant des clins d'oeil mais l'aventure n'en demeure pas moins sympathique et très dynamique, agréable et distrayante même si le tout parait un peu cousu de fil blanc. Pour moi ça a été un peu lourd car connaissant parfaitement ces films et livres, j'espérais tout au long être surpris et me tromper sur la suite des événements mais ça n'a jamais été le cas.
"Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite" :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          616
Eve-Yeshe
21 août 2015
Ilan et Chloé sont tous les deux fans de chasses au trésor, jeux vidéo, traquant la toile y compris dans ses coins les plus obscurs, connus des seuls initiés. Ils ont longtemps cherché sur internet des éléments leur permettant d’être choisis pour participer au jeu ultime, « Paranoïa ».
Cet univers occupait tellement leur esprit que leur couple a volé en éclats et ils ont fini par se séparer. Un jour Chloé débarque chez Ilan, persuadée qu’elle est arrivée très proche de la sélection.
Ils sont convoqués pour passer des tests psychologiques pour un laboratoire, ce qui est en fait le stade terminal de la sélection. Les huit meilleurs joueurs sont convoqués et le jeu va commencer.
Les candidats se retrouvent dans un hôpital psychiatrique désaffecté au nom évocateur: Swansong et le roman va inclure au jeu, un meurtrier, Lucas Chardon, psychotique, paranoïaque, interné dans une UMD depuis quatre mois, et la découverte de corps retrouvés morts dans un chalet le vingt deux décembre de l’année précédente par l’adjudant chef Pierre Boniface. Tous participaient à une chasse au trésor et ont été assassinés. Un suspect a été arrêté qui crie son innocence.
on fait ainsi la connaissance d’Ilan Dedisset, créateur de jeux-vidéos avec plus ou moins de succès, et pompiste dans une station service la nuit. Il a perdu ses parents dans un accident de la circulation et il est persuadé qu’il s’agit d’un assassinat car ils effectuaient des travaux dérangeants sur la mémoire. Pour participer au jeu, son couple avec Chloé se reforme pour augmenter leur chance de gagner.
Pendant tout le roman, on va revoir apparaître Lucas Chardon et l’assassinat du vingt-deux décembre, de temps à autre dans le déroulement du jeu. Son transfert dans une unité psychiatrique va être l’occasion de croiser nos héros, sans que l’on sache s’il s’agit ou non d’une partie du jeu.
Quand je vous aurai dit que l’organisateur du jeu s’appelle Hadès et que « la divine comédie », (notamment l’enfer), de Dante est omniprésente, je pense que vous aurez envie d’en savoir davantage…
C’est le premier roman de Franck Thilliez que je me procure et je l’ai lu de façon addictive, tant l’univers est étrange. Le théâtre du jeu est un ancien hôpital psychiatrique appelé « Swansong », ce qui donne déjà une idée de l’ambiance qui règne. Les différents protagonistes, qui ne se font pas de cadeaux car l’enjeu est important : trois cent mille euros.
J’ai aimé bien sûr tout le côté psychiatrique de l’histoire, de la personnalité de l’assassin présumé, des joueurs, à l’univers de l’hôpital psychiatrique avec ses salles d’électrochocs, salle d’opération pour réaliser les lobotomies à l’époque, le fameux leucotome, la salle d’autopsie, tout y est.
On ne sait jamais où on en est, car le doute est entretenu sans cesse, la vérité d’un moment est entièrement remise en question quelques pages plus loin, on est happé par l’histoire notamment par sa noirceur, par l’agressivité latente ou patente des héros.

J’ai tourné les pages fébrilement, le nez dans le bouquin, reprenant mon souffle de temps en temps et, à certains moments, je ne savais plus si c’était mon cerveau qui fonctionnait ou si j’étais dans l’histoire. Une impression très particulière, les phrases m’imprégnaient littéralement et j’avais l’impression de participer moi-même au jeu et de ne pas pouvoir m’en échapper. Je me suis laissé portée par l’histoire, sans chercher à comprendre à tout prix.
Franck Thilliez réussit à nous faire approcher la folie de très près, tutoyant sans cesse la ligne, la folie en tant que telle mais aussi la folie du milieu des jeux-vidéos sur lesquels certaines personnes peuvent rester scotchées pendant des heures devant leur ordinateur, ne sachant plus faire la différence entre le réel et le virtuel.
En tout cas, cela a été une expérience très forte, bluffante car c’est ma première lecture dans ce genre et j’ai très envie de lire un autre de ses romans pour me faire une idée plus précise de cet auteur, car c’était ma première lecture de ce type et j’ai marché à fond.
Note : 8/10
Je ne sais pas si j'irai voir le film, car j'ai peur que le côté haletant ne soit trahi, comme cela a été le cas pour l'adaptation du livre de Christophe Grangé: "Les rivières pourpres" qui m'a beaucoup déçue à l'époque.
challenge destination PAL
Lien : http://eveyeshe.canalblog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4611

Les critiques presse (7)
BDZoom26 décembre 2016
Cet excellent et angoissant polar, où un groupe de jeunes s’embarque dans un jeu mystérieux à l’intérieur d’un asile désaffecté, est ici efficacement mis en images par le trait agréable et maîtrisé de Mig.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDZoom26 décembre 2016
Cet excellent et angoissant polar, où un groupe de jeunes s’embarque dans un jeu mystérieux à l’intérieur d’un asile désaffecté, est ici efficacement mis en images par le trait agréable et maîtrisé de Mig.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BDZoom26 décembre 2016
Cet excellent et angoissant polar, où un groupe de jeunes s’embarque dans un jeu mystérieux à l’intérieur d’un asile désaffecté, est ici efficacement mis en images par le trait agréable et maîtrisé de Mig.
Lire la critique sur le site : BDZoom
BulledEncre22 décembre 2016
Des premiers pas très prometteurs comme scénariste d’un grand nom du thriller.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest20 décembre 2016
Porté par un dessin excellent, Puzzle est un thriller sans fioritures.
Lire la critique sur le site : BDGest
ActuaBD20 décembre 2016
Un vrai thriller, en bande dessinée, ce n’est pas si fréquent, et c’est déjà là un des premiers mérites de Puzzle. D’autant que nous avons là un joli travail d’adaptation d’une de ses œuvres mené par un romancier.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LesEchos08 juillet 2013
Difficile, une fois commencée, de lâcher la lecture : cette utilisation savante de la peur et du suspense, c'est la marque de fabrique de Thilliez, lui-même grand amateur de films d'horreur dans sa jeunesse.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations & extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
JRBJRB30 mai 2014
L’hélicoptère bleu et blanc dépassa un lac et se posa dans une petite clairière, à plus de mille quatre cents mètres d’altitude. Les rotors en mouvement soulevèrent des nuages de neige. Courbés, le nez enfoui dans le col de leur parka bleu nuit et des raquettes dans les mains, les deux gradés coururent jusqu’à l’homme engoncé dans une chaude tenue de montagne. Ils se saluèrent, chaussèrent leurs raquettes et s’éloignèrent rapidement.
— Vous n’avez touché à rien ? demanda Boniface.
Le guide rebroussa chemin en suivant ses propres traces. C’était un gaillard costaud, large d’épaules, et qui faisait un pas quand Boniface en faisait deux. Heureusement, cet endroit de la forêt était relativement plat, à mi-chemin entre la vallée et les pentes qui zigzaguaient jusqu’aux sommets.
— Non. J’ai immédiatement appelé la gendarmerie.
— Vous avez bien fait. À présent, racontez-nous plus précisément ce qui s’est passé.
Au loin, le pilote de l’hélicoptère avait coupé le moteur, rendant aux montagnes leur calme blanc. La forêt se densifiait, les troncs se resserraient tellement autour d’eux que la lumière filtrait dans les feuillages comme des paillettes d’or. En cette matinée d’hiver, la nature tout entière semblait retenir son souffle.
— Dès qu’on aura rejoint le sentier, on trouvera le refuge du Grand Massif, une ancienne bâtisse qui appartient aujourd’hui à la ville. Il s’agit d’un lieu de repos, sans eau courante, sans chauffage, où une petite dizaine de randonneurs peut passer la nuit à l’abri des intempéries. Elle est située au milieu d’une petite île, sur un lac.
— Je connais, fit Boniface. J’ai déjà eu l’occasion de randonner dans le coin avec ma famille, il y a un bout de temps. L’endroit est magnifique.
Le guide se frayait un chemin à travers les arbustes.
— Magnifique, oui, on peut dire ça… La semaine dernière, des marcheurs ont signalé à l’office de tourisme une petite fuite dans le toit. J’ai monté quelques outils hier matin, il y avait un colmatage à faire et des tuilettes à cimenter. Un couvreur devait finir de réparer aujourd’hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
WiitooWiitoo17 février 2014
Paranoïa était un mélange additif de virtuel et réel. Sauf que Paranoïa n'avait ni concept ni objectif. Il existait sans vraiment exister, véhiculé par les rumeurs, et personne n'en connaissait les règles ni le but ultime. Nul n'y avait peut-être même joué un jour....seule promesse, il y aurait un gain de trois cent mille euros pour celui qui oserait affronter ses plus grandes peurs.
Commenter  J’apprécie          350
ladesiderienneladesiderienne13 janvier 2014
Au fond, il y a un ensemble de casiers en acier qui s'élève jusqu'à deux mètres de haut et s'étend sur trois ou quatre mètres de large : un jeu d'échecs morbide où chaque case révèle un mort. Ils doivent être une soixantaine dans ces cercueils impersonnels, à attendre qu'on s'occupe d'eux. Des hommes, des femmes, des jeunes, des vieux, toujours décédés dans des circonstances douteuses qui méritent analyse.
La pièce est froide, un bourdonnement s'échappe de quelque part et un léger courant aspire l'air vicié d'un côté pour en recracher du pur de l'autre. Malgré ces précautions, la puanteur des chairs en putréfaction est forte, persistante, incrustée dans chaque meuble, chaque objet. On ne peut pas tuer la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
malkomalko04 octobre 2013
Les période ou l'on fait le plus de puzzle sont l'enfance et la vieillesse. Entre les deux rien...Moi, j'ai toujours adoré les puzzles. Ils ont tous une particularité : quelle que soit leur taille, ils deviennent complètement inutiles, moches, loupés, s'il vous manque la toute dernière pièce. Celle qui sublime l'ensemble. Qui marque l'aboutissement ultime du temps qu'on y a consacré.
Commenter  J’apprécie          210
WiitooWiitoo20 février 2014
- Ici, c'est au moins trois cent mille euros ! Paranoïa, c'est dix, cent fois plus excitant, Ilan. C'est le shoot ultime. Ce que nous, les joueurs, on a toujours cherché. Le Graal. Un jeu dont on ignore les règles, et qui nous confrontera à nos propres terreurs. Tu n'as pas envie d'un peu d'adrénaline ?
Commenter  J’apprécie          240
Videos de Franck Thilliez (91) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franck Thilliez
Un update lecture spécial Thrillers sous forme de vlog, ca te dit? Attention, j'ai oublié de régler la musique de fin de vidéo, elle peut te faire sursauter car elle est (un peu...) forte!
Merci d'avoir regardé cette vidéo ! Aimez, partagez, ou abonnez vous ;) ca fait toujours plaisir !Plus de vidéos : http://goo.gl/hCnYmr . Déroulez pour plus d'infos :)
? Livres cités - La nuit des cannibales de Gabriel Katz - La vie enfuie de Martha K d'Angelique Barberat - La chambre des morts de Franck Thilliez
? Chaînes / blogs cités Lectures de Fann _ ? Me contacter
SITE : http://www.leblogdeptitelfe.fr/ FACEBOOK : http://goo.gl/huya0v TWITTER: https://twitter.com/Ptitelfe1982 - @ptitelfe1982 INSTAGRAM: https://instagram.com/leblogdeptitelfe MAIL: contact@leblogdeptitelfe.fr
A bientôt! Hélène
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Puzzle de Franck Thilliez

Comment s'appelle les deux protagonistes du roman?

Hansel et Gretel
Ilan et Chloé
yann et Naomie
Stone et charden

10 questions
271 lecteurs ont répondu
Thème : Puzzle de Franck ThilliezCréer un quiz sur ce livre
. .