AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2265115592
Éditeur : Fleuve Editions (11/05/2017)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.23/5 (sur 783 notes)
Résumé :
" Sharko comparait toujours les premiers jours d'une enquête à une partie de chasse.
Ils étaient la meute de chiens stimulés par les cors, qui s'élancent à la poursuite du gibier.
À la différence près que, cette fois, le gibier, c'était eux."

Eux, c'est Lucie Henebelle et Franck Sharko, flics aux 36 quai des Orfèvres, unis à la ville comme à la scène, parents de deux petits garçons.
Lucie n'a pas eu le choix : en dehors de toute p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (219) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  03 février 2019
Il s'en passe des choses dans ma pal, de celles que je ne m'explique absolument pas !!!! Comme y laisser dormir ce Thilliez depuis des mois alors que c'est fondamentalement ma came ... Ouf, je viens d'avoir ma dose, et elle fut bonne ! Oh oui !!!
Le scénario de départ est génial avec sa double entrée. La scène inaugurale est incroyable, un plongeur nettoyant un aquarium, un couteau avec lequel il s'ouvre volontairement la paume de la main, du sang qui attire les requins, un carnage sous les yeux du public. Et chapitre suivant, rebelote , mais cette fois pour secouer le duo Lucie – Sharko menacé de pépérisation avancée depuis qu'ils roucoulent et s'occupent de leurs jumeaux : la ligne jaune est franchie lorsque Lucie abat un fou furieux après une incursion illégale au domicile de ce dernier ... et voilà Sharko contraint à maquiller la scène de crime pour que Lucie ne soit pas inculpée ... A partir de là, la plongée dans les abysses ne fait que commencer.
Franck Thilliez n'a pas son pareil pour captiver, effrayer, surprendre, suspendre le temps du lecteur et faire monter sa pression sanguine. Ah ah du sang, il va y en avoir, et pas uniquement celui des nombreux morts qui vont jalonner ce polar ....
Comme à son habitude, l'auteur a choisi un thème scientifique / médical autour duquel il a construit son intrigue. Cette fois, c'est celui du sang, thématique ultra riche qui lui permet de rebondir sur le mythe du vampire, sur les cultes sataniques actuels, sur les scandales du sang contaminé, sur le trafic lié aux dons du sang, sur les maladies , de quoi s'éclater ( bien que les explications sur la fin soient un poil lourdaudes, arrivant toutes en mode bulldozer pour accélérer la résolution ).
Lucie en retrait, c'est définitivement Sharko le personnage le plus intéressant du duo, un animal, une bête à sang froid, prête à basculer dans les ombres sans y sombrer si la cause est juste, prête à se confronter à la névrose qui ronge un de ses collègues et pourrait menacer l'avenir de sa famille
Un super polar addictif, haletant, d'une efficacité redoutable !
Prête pour Luca, le prochain opus des aventures de Sharko et Lucie, sortie annoncé le 2 mai, que Franck Thilliez annonce sur sa page facebook comme "certainement leur enquête la plus noire et tortueuse, autour de sujets à donner froid dans le dos ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1053
Souri7
  28 juin 2017
Sixième enquête faisant intervenir notre duo d'enquêteur Sharko & Henebelle et on peut dire que ce livre est celui de tous les dangers.😈

Lucie à la demande de sa tante décide de poursuivre l'enquête de son oncle décédé concernant la disparition de Laetitia Charlent dont le premier et unique suspect serait Julien Ramirez. Son oncle avait plutôt bien avancé dans l'enquête et avait même réussi à se procurer un double des clefs de ce suspect. Lucie prend la décision de se rendre chez Julien Ramirez. Pensant la maison vide, elle s'introduit sur les lieux et se dirige vers la cave. Là, elle entend des vagissements comme ceux d'un bébé et découvre la source des bruits. Elle n'a pas le temps d'être horrifiée que Julien Ramirez lui tombe dessus et tente de l'étouffer avec une bâche en plastique. Lucie se débat et tire sur cet homme à bout portant, le tuant.
Horrifiée, elle avertit Sharko de ce qui vient de se passer et celui-ci arrive sur les lieux, nettoie les lieux en bon policier. Seulement, il ne trouve pas la douille qui pourrait remonter à Lucie. Sans la moindre hésitation, il renvoie Lucie auprès de ses fils et maquille la scène de telle sorte que l'affaire leur soit dévolue. Sharko pour cela scarifie le corps, le mutile.
L'affaire tombe entre les mains du 36 quais es Orfèvres donc de Sharko et la chasse est lancée. L'enquête révèle une victime au passé sombre, glauque et les découvertes réalisées vont conduire l'enquête dans un univers sanglant. Sharko et Henebelle devront résoudre cette affaire tout en s'assurant que leurs collègues ne fassent pas le lien avec eux. Seulement, l'équipe se compose de bons limiers...😈

570 pages environ d'intense émotion, d'horreur. Quelle descente dans l'enfer nous a fait vivre Franck Thilliez avec son talent incommensurable. Dès les premières pages, le ton est donné !😈
Une trame des plus captivantes avec pour une fois un criminel que nous connaissons tous dès les premières pages, Lucie Henebelle. le lecteur ensuite voit petit à petit le filet des investigations se resserrer autour d'elle suite à des "erreurs"comme des propos ou des changements dans ses habitudes qui mettent la puce à l'oreille. C'est captivant et stressant à la fois pour le lecteur.
Ajouté ensuite à cela une enquête plongeant dans les abysses de l'horreur et du sang, et le lecteur est conquis. Impossible de vous relater l'intrigue sans prendre le risque de vous dévoiler des éléments. Sachez seulement que si vous avez peur des aiguilles, du sang...eh bien vous en aurez encore plus peur !! 😁

Concernant les personnages, quel bonheur de retrouver notre couple et leurs collègues.
Franck et Lucie face au danger vont encore plus se souder l'un à l'autre.
De plus, après Pandemia, la fin laissait en suspens le devenir de Nicolas Bellanger suite à l'assassinat de sa compagne Camille. Nous sommes servis ici avec un personnage autodestructeur et pourtant excellent flic.

Pour conclure : une valeur sûre du thriller avec encore une fois une intrigue captivante et sombre. le lecteur commençant la lecture de ce livre va devoir suivre le rythme imposé par Francck Thilliez. Petite nature s'abstenir.
Bonne lecture 😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          930
Antyryia
  08 mai 2017

J'ai eu la chance de me procurer Sharko en avant-première à la médiathèque Verlaine d'Arras, lors d'un évènement exclusif organisé par la grand librairie.
Sur place, Franck Thilliez était présent et a donc présenté son nouveau roman, répondant également à quelques questions. Je distillerai dans ma chronique ce que j'ai retenu de son intervention. Mais avant d'oublier, le lundi 15 mai prochain sera diffusé sur France 2 un téléfilm en deux épisodes, "La promesse du feu", dont il est le coscénariste.
Quarante-huit heures plus tard, je tournais la dernière des cinq cent soixante-huit pages qui composent ce millésime 2017, ce qui devrait déjà répondre à la question : est-ce que c'était prenant ?
Comme dans un épisode de Columbo, on connaît cette fois le nom du meurtrier dès les premières pages.
Lucie Hennebelle.
A-t-elle commis le meurtre parfait ?
"Elle avait pénétré chez quelqu'un en pleine nuit et tué avec son arme de service."
"Flic ou pas, aux yeux de la loi, elle avait commis un homicide."
On retrouve nos deux personnages principaux, et toute l'équipe du 36, quai des orfèvres deux ans après les évènements de Pandémia, en septembre 2015. Après une restructuration, l'équipe est désormais dirigée par Grégory Manien. Sont également présents Robillard, Levallois ,Bellanger toujours très affecté par le décès de Camille ou encore Chénaix, le légiste.
Franck et Lucie vivent désormais un bonheur bien mérité. Leurs jumeaux sont maintenant à l'école maternelle.
Lucie vient cependant de perdre son oncle, un enquêteur à la retraite qui avait à coeur de résoudre une dernière affaire : celle de la disparition de Laëtitia Charlent, une jeune fille adoptée par un couple d'amis. Elle cède aux supplications de sa tante et accepte de façon officieuse de se rendre chez le suspect, un individu particulièrement instable nommé Julien Ramirez, un homme qui a déjà été condamné pour agression et tentative de viol.
"Peut-être que ce salopard la retient dans une cache au fond de sa cave ou ailleurs pour lui faire subir je ne sais quelles horreurs."
Sur place, elle se rendra au sous-sol d'où émanent des cris de bébé après s'être assurée que la maison était inoccupée. Mais Ramirez lui tombera dessus, tentera de l'étouffer, et dans un réflexe d'auto défense elle tirera au jugé. L'homme s'effondre, mort sur le coup.
Prête à se rendre, elle avertit cependant Sharko qui lui ne l'entend pas de cette oreille.
"En une fraction de seconde, tout ce qu'il avait construit, l'ensemble de ces épreuves surmontées pour arriver à mener une vie à peu près normale avait volé en éclats."
"Non, il ne laisserait pas leur bonheur se briser."
Sharko prend les choses en main. Pas question de priver leurs enfants de mère. Il maquille la scène de crime de façon à ce qu'on ne puisse pas remonter jusqu'à eux. Il réfléchit tel un criminel, anticipe, analyse, garde son sang froid à l'inverse de sa compagne.
Mais il leur est impossible de retrouver la douille compromettante. Alors il n'y a plus qu'une seule solution.
"- Je ne vois plus que la dernière option... On récupère l'affaire. On enquête sur ton propre meurtre."
Et c'est ainsi que commence très fort Sharko, qui nous livrera tout du long deux enquêtes en une. Parce que le sous sol de Julien Ramirez n'est pas net lui non plus. Des éprouvettes avec des larmes, des tableaux peints avec du sang, des chats noirs enterrés dans le jardin, une affiliation à un réseau sado masochiste voire sataniste, d'étranges tatouages sur le corps. Un lien sera rapidement établi avec un second meurtre. Et ce n'est que le début des ramifications qui mettront à jour un complot de plus en plus dense, complexe et cauchemardesque.
"- C'est curieux, j'ai l'impression qu'il y a une affaire dans l'affaire. Une seconde énigme imbriquée dans la première."
Sharko et Lucie ne pouvaient pas tout prévoir, des grains de sable vont venir enrayer progressivement leur mise en scène si parfaitement orchestrée. L'étau va progressivement se resserrer. Ils ne sont pas les seuls flics compétents au 36, quai des orfèvres.
"Nicolas est comme un chien fou sur cette enquête, il en fait une affaire personnelle."
Et on le sait, tout peut arriver dans les romans de Thilliez. Ses personnages, qu'ils soient principaux ou secondaires, ne sont jamais totalement épargnés. Les happy ends jamais acquises, loin de là. Malgré la gravité de son acte, le lecteur n'a aucune envie que Lucie Hennebelle soit condamnée à une peine de prison ferme. C'est un personnage qui n'a fait que défendre sa vie et qui a débarrassé le monde d'une sacrée ordure : comment souhaiter la voir derrière les barreaux alors qu'elle incarne la gentillesse et qu'il lui est déjà arrivé les pires malheurs précédemment ? Mais Franck et elle ne vont-ils pas finir par se contredire ? Et n'ont ils de toute façon pas déjà été trop loin pour couvrir leurs arrières ? Est-on cette fois au point de non retour ?
"Comme l'océan, le mensonge avait-il un fond sablonneux qu'on ne pouvait franchir ?"
Le titre - Sharko - s'est imposé à Franck Thilliez comme une évidence et il a assuré ses lecteurs qu'ils comprendraient sa légitimité pendant leur lecture. Pour ma part, j'ai pu constater à quel point ce flic en imposait encore une fois, que sa personnalité écrasait en quelque sorte celle, plus lisse, de Lucie Hennebelle. Lucie est davantage dans la recherche de rédemption.
Sharko, lui, c'est un animal.
Parfois à sang froid de par son aspect calculateur. Ce qu'il est prêt à faire ou à dissimuler pour préserver ses propres intérêts est effrayant.
"Le cerveau de Lucie surchauffait, Frank gardait la tête froide."
Et parfois à sang chaud. Parce que Franck, il ne faut pas trop le chercher, il est également capable de réagir au quart de tour à l'instinct, et de faire de sacrées bêtises s'il s'agit de sauver sa peau ou celle des siens. Il ne lâche rien.
Les deux enquêteurs ont cela dit la même importance au sein de l'enquête, mais de ce livre ce seront surtout des images de Sharko qui resteront en mémoire. Il aura cependant fallu attendre l'épilogue pour être pleinement convaincu que le titre de ce roman était adapté.
Avec un clin d'oeil cependant au "Shark" de Sharko dès le prologue, avec une scène d'anthologie où un plongeur se fait dévorer par les requins de l'Océanopolis de Brest. En quelques secondes, il n'en restera rien.
L'homme s'est entaillé la main volontairement, et à aucun moment n'a paru effrayé.
La peur, qu'elle soit génétique ( serpents, araignées ) ou liée à un apprentissage sera un des thèmes exploités par le roman. Cette émotion si incontrôlable, parfois lâche, est pourtant prioritaire pour notre survie.
A nouveau, Franck Thilliez nous propose un thriller extrèmement documenté, très riche en informations de toutes sortes. J'ignorais par exemple que l'Etat français avait participé à la déportation d'enfants réunionnais pour repeupler certains départements de la métropole dans les années 60. Je ne savais pas qu'il existait des balles de pistolet écologiques, des termes qui cohabitent difficilement.
Thilliez cette fois ne fait pas voyager ses personnages plus loin que la Belgique, mais il nous rapporte des morceaux de l'histoire de la Nouvelle Guinée et de la frontière mexicaine.
Très complexe, l'histoire ne cesse de rebondir et de nous offrir de nouvelles pistes tout en enrichissant notre culture, sur des sujets aussi divers que la balistique ou le bio-art. Je n'ose même pas imaginer le travail qu'a demandé la contruction d'un tel roman. Afin de ne jamais nous perdre, l'auteur profite de séances de débriefing lors desquels les policiers, en faisant un point général, rappellent en même temps au lecteur exactement où on en est, ce qui a été découvert et les pistes qu'il reste à explorer.
Alors qu'au début, l'enquête est très portée sur l'ésotérisme, la sorcellerie ou le satanisme ( par moments on croirait lire du Sire Cédric ), le roman revient rapidement à une trame scientifique en digne successeur de Gataca ou de Pandemia. Son thème principal, c'est cette fois le sang.
D'ailleurs, c'est ce que représente la couverture : une goutte de sang qui se dilue, devenue blanche par une volonté éditoriale de sobriété visuelle.
Dans "Lasthénie", sa nouvelle du recueil 13 à table ! 2017, il était déjà question du sang avec une histoire de transfusion d'un groupe rare.
Transfusion, groupe sanguin, don du sang, sang contaminé ... Tout cela, il en sera également question. Mais aussi vampirisme, abattoirs, sangsues et hirudiniculture, fabrication du boudin ...
"Il y a un rapport très fort au sang dans notre enquête, mais on n'arrive pas à comprendre lequel."
"Le business du sang, celui dont personne ne parle, mais qui génère des milliards de profit, existe depuis toujours."
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sang - ou ce que vous auriez préféré ne pas savoir - se trouve dans Sharko, où la science est de nouveau au service du mal absolu.
Mais, et c'est le seul reproche que je ferai à ce livre, malgré son argumentation, ses faits prouvés d'histoire, de société ou de sciences qui font froid dans le dos, j'ai trouvé que cette fois on était vraiment dans la démesure. Je ne peux pas en dire plus mais les ultimes démonstrations pour aller au bout du raisonnement m'ont un peu noyé. Tout en saisissant bien le concept général j'ai trouvé que ça allait vraiment loin, que cette fois c'était quand même sacrément trop tordu pour être crédible.
En tout cas ce roman devrait ravir les fans de Thilliez une nouvelle fois, avec une intrigue inédite même si la recette ne l'est pas ( mais elle fonctionne, alors pourquoi en changer ? ).
L'auteur nous fait à nouveau profiter de son érudition. le résultat de ses recherches est étalé tout au long du livre, toujours simplifié pour nous être accessible.
Et puis bien sûr, avec pour point de départ audacieux le couple mythique en fâcheuse posture, le roman impose immédiatement un rythme infernal, et la tension ne fera que croître tout au long des pages.
Je ne vous dirai pas si Sharko et Hennebelle risquent de revenir pour une septième enquête ensemble, en revanche une série télévisée française serait bien partie pour voir le jour et les mettre en scène. Pour sa première saison, les dix épisodes reprendraient l'histoire du syndrôme E.
             
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          544
lyoko
  04 juillet 2018
J'ai retrouvé avec Plaisir Sharko et sa "femme". Cette dernière se retrouve dans une mauvaise situation . Sharko prend les choses en main…. tout cela le mènera avec son équipe a enquêter sur une affaire qui dépasse l'entendement.
J'ai beaucoup aimé cette nouvelle intrigue, une fois de plus menée de main de maître. J'ai juste a regretter un peu de lenteur. Il est vrai qu'une narration un peu plus rythmée m'aurait plus convenu.
Le sujet de base est très intéressant et fait froid dans le dos. Je n'ose imaginer si cette fiction devenait réalité.
Ce que j'aime chez Thilliez et chez ses personnages c'est ce côté humain, loin de la perfection, de la morale parfois, et du politiquement correct. Dans son récit il met en danger son équipe et pas seulement lors d'arrestation..

Encore un très bon moment de lecture, qui va bien plus loin qu'un roman de plage à mon sens (n'en déplaise à une certaine journaliste) car il fait réfléchir à ce qui pourrait être si jamais une telle idée venait a l'esprit d'un tordu ( et il existe beaucoup des tordus ! ).
Un roman que je conseille volontiers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          643
Ptitgateau
  14 avril 2019
Encore un peu plus d'intimité avec notre ami Franck Sharko qui se voit obligé de camoufler les bêtises de sa conjointe en odieux crime bien sanglant pour appâter le 36 ! Et le lecteur devient soudain complice du couple car, mis à part Lucie et lui même, personne sait que Lucie s'est introduite en dehors de toute légalité chez un individu louche afin d'essayer de donner une suite à l'enquête de son oncle Anatole, récemment décédé.
Par malheur, son investigation a mal tourné, elle se retrouve avec le cadavre de l'homme sur les bras, en situation de légitime défense, certes, mais ce n'est pas ce qui l'excusera vis à vis de sa hiérarchie.
C'est un des intérêts de cet épisode. Et avec l'équipe, on se met à patauger dans l'hémoglobine, rassurez-vous pas plus de sang que d'habitude bien que l'habitude chez Thilliez c'est plutôt de servir à ses lecteurs des scènes gores à souhait dont personnellement, je finis par m'amuser car je me dis que, tout de même, ça ne doit quand même pas être super courant de tomber sur des monstres tortionnaires et sanguinaire à ce point.
Cependant je ne me permettrais pas de remettre la documentation de Thilliez en question et je suis heureuse d'apprendre l'anatomie, la biologie, et dans ce présent roman, les caractéristiques du sang, la transmission des maladies…Il faut dire que ce roman donne l'occasion de rencontrer des personnages compétents : légistes, spécialistes du cerveau ou du sang, chercheurs, explorateurs capables d'expliquer des comportements inhabituels chez les êtres humains.

J'aime toujours beaucoup retrouver mes amis du 36, flics hors pairs, avec leurs défauts et leurs qualités, les amitiés et les tensions dans l'équipe. J'aime beaucoup Sharko et son foutu caractère, son côté sûr de lui (en apparence), sa façon de s'immerger dans les emmerdes en tous genres. Mais cette fois, je décernerai la médaille de l'excellent flic à Nicolas Bellanger : Nicolas et son passé douloureux, (nan !!!!! Je ne vous dirai rien !!!!! pas spoiler !!!!) sa perspicacité, sa ténacité, son honnêteté ...

Vous l'avez compris, j'adore cette série et ses protagonistes, J'aimerais beaucoup les retrouver pour de prochaines aventures, ce qui est fort possible étant donné que dans ces romans, il reste souvent des petits riens capables de resurgir. Et on a déjà vu dans cette série, des affaires et des criminels qu'on croyait neutralisés voir éliminés se réveiller en pleine forme.
… JOIE !!!!!! Je découvre à l'instant que l'équipe du commandant Sharko revient début mai !!!!!!!
Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          620

critiques presse (4)
LeJournaldeQuebec   07 août 2017
Avec Sharko, l’écrivain français Franck Thilliez signe l’un des meilleurs thrillers de l’été.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Actualitte   28 juillet 2017
Frank Thilliez a une écriture efficace, rapide : des chapitres courts, qui chacun dévoile un petit indice ; une multitude de protagonistes, qui chacun apporte sa pierre à l’édifice ; des immersions dans plusieurs milieux, dont chacun recèle une clef de compréhension.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LaPresse   27 juillet 2017
Bien documenté sur le circuit mondial du sang et sur les sectes sataniques, ce double suspense parfaitement maîtrisé qui flirte avec le fantastique est d'une redoutable efficacité.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeMonde   02 juillet 2017
Vraiment de la belle ouvrage, écriture tenue, efficace et rythmée, qui se défait un peu dans les descriptions de ciels et de paysages mais ne s’y attarde pas, narration fluide, personnages bien campés, science des coups de théâtre et des accélérations.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   26 juin 2017
À la vue de ces actes, Lucie avait la sensation que le Sharko blanc – l’homme qu’elle aimait – avait de plus en plus de mal à se dissocier du Sharko noir, cette espèce de Minotaure sanguinaire qui cherchait la sortie du labyrinthe et qui, le temps d’heures sombres à la cave, l’avait trouvée.
Commenter  J’apprécie          500
Souri7Souri7   22 juin 2017
L’homme avait trouvé son maître sur l’échelle des prédateurs : le requin, fruit de millions d’années du travail de la nature, remarquable conclusion d’une évolution sans faille. Une machine aux multiples rangées de dents, à la silhouette aérodynamique parfaite, capable de sentir une goutte de sang diluée dans une piscine olympique. Un générateur de peur.
Commenter  J’apprécie          390
Souri7Souri7   28 juin 2017
Lucie n’arrivait toujours pas à réaliser qu’elle était à l’origine de cette histoire. Il avait suffi d’un appel de sa tante pour tout déclencher, de la même façon qu’un battement d’ailes de papillon en Angleterre provoque un raz de marée en Thaïlande.
Commenter  J’apprécie          422
PtitgateauPtitgateau   03 avril 2019
Le soleil commençait à se lever, énorme, couleur orange brûlant, s’arrachant aux entrailles du monde à travers les arbres. S’il y avait bien une chose qui ne changeait pas et qui restait toujours aussi belle dans cette foutue humanité, c’était L’éternel recommencement du jour.
Commenter  J’apprécie          250
ladesiderienneladesiderienne   12 août 2017
Il désigna un tatouage qui occupait la totalité de la surface sous le pied gauche. Une croix aux bords noirs. Dans la partie verticale, était écrit :" Pray Mev".
- C'est une croix religieuse. Vous savez, quand j'étais plus jeune, j'étais fan des films sur les esprits maléfiques, les exorcismes, sur Satan et ces barges qui brûlent des crucifix. Pas vous ?
- On en a tous vu, soupira Nicolas, à bout de patience.
- La partie haute de la croix est située au niveau du talon. Donc, inversée par rapport au sens de la marche et par rapport à l'inscription.
- La croix inversée... Un signe sataniste, comme la tête de bouc du piercing et le "Evil" dans son dos.
- Dans le genre. "Prie Mev" fait peut-être référence à une identité satanique, Mev une débilité dans le genre. L'un de mes collègues, Joffrey Lorme, fréquente des gothiques et m'a parlé de ces histoires de croix. Je vous donnerai son numéro. La croix inversée n'est plus tournée vers le ciel, mais vers la terre, elle renvoie à la chute, à la descente aux Enfers. Votre victime, elle écrasait la tête du Christ contre le bitume à chaque pas qu'elle faisait. Une belle façon de dire merde à la religion chrétienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Franck Thilliez (135) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franck Thilliez
Ainsi commence la quatrième de couverture du nouveau thriller de Franck Thilliez, "Luca", qui explore les dérives alarmantes du transhumanisme et du Big Data. Terreur aussi, au coeur de la comédie policière de Chantal Pelletier, "Nos derniers festins", qui imagine, dans un futur proche, une société de drastique prohibition alimentaire. Terreur enfin d'un monde éditorial passé aux mains des marchands dans "Le dernier thriller norvégien", la nouvelle fantaisie noire, aussi drôle que vertigineuse, de Luc Chomarat.
"Luca" de Franck Thilliez, (Fleuve noir) "Nos derniers festins" de Chantal Pelletier, (Série noire, Gallimard) "Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat (La manufacture de livres)
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Franck Thilliez, auteur de polars (facile pour les fans)

Franck Thilliez est né...

à Lille
à Bruxelles
à Annecy
à Paris

15 questions
325 lecteurs ont répondu
Thème : Franck ThilliezCréer un quiz sur ce livre
.. ..