AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226239983
512 pages
Albin Michel (29/02/2012)
3.53/5   133 notes
Résumé :
New York, fin des années 30, entre Grande Dépression et Seconde Guerre mondiale, une ville qui se réinvente chaque jour., celle des grandes comédies américaines où des héroïnes sophistiquées et sarcastiques se lancent à la conquête des beaux quartiers sur un air de Gershwin...
Katey (née Katya), la narratrice, dactylo dans un cabinet juridique, dissimule soigneusement ses origines (parents immigrés, Brooklyn). Elle a 25 ans, une intelligence redoutable, des n... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,53

sur 133 notes

carre
  23 février 2014
Une virée dans le New York des années trente. Tentant non ?
Surtout quand le guide est la ravissante Katey Kontent, jeune femme discrète mais ambitieuse. Avec sa Colocataire et amie Evelyne Ross, elles rencontrent le séduisant Tinker Grey. Leur destin va s'en trouver chambouler. Portrait d'une époque, rythmée aux airs jazzy qui font le bonheur des lieux nocturnes, Katey tente de trouver sa place professionnelle et affective dans ce monde insouciant ou tout est possible. Bien loin des préoccupations européennes à l'aube du terrible chaos de la seconde guerre mondiale.
Il règne sur « Ces règles du jeu », un charme romantique et mélancolique indéniable. Portrait d'une époque, d'un milieu avec de beaux portraits d'hommes et de femmes complexes et attachants, on se laisse facilement embarqué. le plaisir vient aussi des nombreuses références littéraires et musicales qu'égrène Amor Towles tout au long de ces cinq cents pages. Elles se rajoutent au plaisir que l'on prend à suivre le destin de ces personnages.
Un très beau premier roman que l'on quitte à regret.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          554
Pas-chacha
  27 octobre 2021
Voilà un roman qui nous plonge dans le New York de la fin des années 30, dans un monde perdu. de soirée en soirée nous suivons Kate, Katey, Katherine qu'elle côtoie les plus hautes classes sociales ou un milieu plus modeste. Nous sommes pris dans un tourbillon d'alcool, de garçons, et de jazz. On ne peut penser qu'à Gatsby en lisant ce livre et son incessant flot de désastres et mondanités. Et pourtant notre héroïne roule sa bosse (et ses livres) dans les méandres de cette ville qui est le véritable personnage principal de ce livre.
J'ai bien aimé ce livre qui nous entraîne dans une autre ambiance, même si j'ai un peu le même sentiment de vanité qu'à la fin du roman de Francis Scott Fitzgerald!
Commenter  J’apprécie          180
tynn
  16 juillet 2020
J'ai le souvenir d'une bien agréable lecture avec Un gentleman à Moscou et ce premier livre de l'auteur, exhumé des profondeurs de ma Pal, promettait de la renouveler.
Je dois admettre ne pas avoir trop compris les « règles de ce jeu », et sans être rebutée par cette fiction sociale, je cherche encore à en trouver le point central.
Certes, les destins de ces jeunes femmes se suivent avec plaisir mais que doit-on en penser? Qu'il fallait avoir les dents longues de la séduction et un opportunisme efficace pour se faire une place au soleil entre les deux guerres? Et que les hommes étaient des perdreaux faciles à berner?
Ou l'inverse...
Roman de l'ambition et de la position sociale, qui stigmatise le statut encore bancal des femmes, entre désir d'indépendance par la réussite professionnelle et vision traditionnelle du couple et du mariage.
Il est certain que la crise de 29 avait produit une génération en désir de revanche. Mais le livre n'offre pas la flamboyance d'une Zelda Fitzgerald, quand bien même l'éditeur y fait référence, et laisse un goût d'inachevé.
Si l'histoire m'a laissée indifférente, j'ai aimé l'ambiance de la vie nocturne faite de fêtes et de frivolité, le rythme trépidant de la ville, le melting-pot des quartiers, les images que les descriptions évoquent entre vieux film noir et blanc et glamour.
Cependant, lecture dispensable.
#objectif disparition PAL
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
nathalia1307
  09 avril 2012
New York nuit de la Saint Sylvestre à la veille de l'année 1938, Katey et Eve, co locatrices profitent de la nuit pour écouter du jazz avant les douze coups fatidiques; elles font connaissance avec Tinker Grey un banquier de Manhattan.


Alors que le jour, Katey travaille comme dactylo, la nuit elle retrouve Tinker et Eve pour des nuits endiablées ou les martinis, gins et whisky coulent à flots et le jazz s'écoute sans limite. Les deux jeunes femmes sont d'origine modeste et se sont juré une amitié indéfectible. Avec Tinker, elles changent de quartier pour gagner les milieux plus chic de Manhatan et l'Upper East Side.


Jusqu' au moment où le trio assez insouciant doit faire face aux aléas de la vie, laissant Katey face à elle même et à ses ambitions, vous en dire plus serait dommageable tant ce roman libère toute l'ambiance vintage de 5th Avenue.


Autant le dire, l'histoire se devine sans grande difficulté, elle défile tout en révelant des personnages, à l'origine superficiels et stéréotypés (Tinker est beau et riche, Eve opportuniste et délirante, Katey sérieuse et débarquée de sa campagne), qui prennent de l'épaisseur et ne se révèlent pas être ce qu'ils semblent être.


De même, je m'attendais à l'histoire du jeunesse dorée, et petit à petit le récit s'étoffe et gagne en profondeur, la griffe de l'auteur démarre par un texte fondateur Les règles de bienséance et de bonnes manières dans le monde de Georges Washington (les fameuses règles du jeu), passage bref je vous rassure.


Puis, l'auteur nourrit l'histoire de références littéraires "à tomber", tout du moins à mon goût : Les grandes espérances de Dickens, la grande Agatha, Dame Wharton, ce livre est habité par de grands noms je ne vous les cite pas tous pour vous en laisser le plaisir de la découverte. C'est dans ces évocations, que résident la saveur du récit.


Un récit, dont la mélancolie n'est pas sans rappeler celle des romans Fitzgerald assurément (c'est écrit sur la 4ème de couverture). Et surtout un chassé croisé amoureux, tout en subtilité laissant supposer que même les moments les plus courts, vécus avec intensité peuvent remplir toute une vie!


C'est dans sa passion du jazz que l'auteur m'a capté, ce morceau de Billie Holiday "Autumn in New York," que je ne connaissais et qui marque un des moments les plus opportuns du roman, mais cela je ne l'ai découvert qu'à la fin bien sur. Car le charme de ce roman agit surtout en bout de parcours et c'est tant mieux, à consommer sans modération (j'écris cela car l'alcool coule beaucoup dans ce roman et pourtant je n'en suis pas sortie grisée!)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Titine75
  23 octobre 2012
« Les années 30… Quelle décennie éprouvante. Âgée de seize ans au début de la Grande Dépression, j'étais suffisamment grande pour que le glamour nonchalant des années 20 ait encouragé tous mes rêves et mes espoirs. Sans doute l'Amérique avait-elle déclenché la Dépression juste pour donner une bonne leçon à Manhattan. » C'est dans cette ambiance de fête et de nostalgie que Katey Kontent va apprendre les règles du jeu de la haute société. Jeune dactylo dans un cabinet juridique, elle fait montre de beaucoup d'intelligence et d'ambition. Logée dans une pension de filles, elle partage sa chambre avec la sublime Eve. Les deux amies sont les reines de la débrouille pour passer de bonnes soirées arrosées en bonne compagnie malgré leurs maigres économies. Une rencontre le 31 décembre 1937 va leur ouvrir les portes du luxe et de l'argent. Dans une boîte de jazz, elles font la connaissance du très séduisant Tinker Grey, banquier de son état résidant au Beresford, summum du chic et de l'élégance new-yorkaise. Les trois jeunes gens deviennent rapidement inséparables. le trio passe de petits bars miteux en luxueux hôtels avec insouciance et désinvolture. La vie est une fête jusqu'à ce qu'une plaque de glace bouleverse tout.
« Les règles du jeu » est le premier roman d'Amor Towles et ce coup d'essai est un coup de maître puisqu'il a obtenu le prix Fitzgerald. Cette référence à l'auteur de « Gatsby le magnifique » est tout à fait justifiée. Les héros sont plongés dans l'entre-deux-guerres flamboyant où le champagne coule à flot. L'atmosphère est néanmoins teintée de mélancolie pour deux raisons. Tout d'abord à cause de la guerre qui a quand même obscurci les esprits, les gens se saoulent désespérément, pour oublier. La seconde raison est due à la construction du roman. « Les règles du jeu » est en fait un long flash-back. le roman s'ouvre en 1969. Katey est au vernissage d'une exposition de photos avec son mari. Il s'agit de portraits volés dans le métro de 1938 à 1941 par Walker Evans. Deux photos de Tinker Grey arrêtent le regard de Katey et lui font se remémorer ses débuts. Elle nous raconte son apprentissage des codes de cette haute société dont elle aimerait tant faire partie. Petit à petit, le personnage de Katey prend de l'épaisseur, grandit grâce à ses amitiés, à son audace et sa culture. le livre baigne dans les références, dans les clins d'oeil à des auteurs ou des peintres. Et Amor Towles a un goût excellent (et je ne dis pas ça uniquement parce que je m'y reconnais largement !) : Edith Wharton, Henry James, Leon Tolstoï, Dostoïevski, Thoreau, Steinbeck, Shakespeare, Tchekov, Agatha Christie, Chardin, Sargent et surtout Charles Dickens que Katey lit pour se remonter le moral. C'est toujours plaisant et satisfaisant de partager pleinement les références d'un livre. J'en rajouterai d'ailleurs une à laquelle me fait penser « Les règles du jeu », c'est « Breakfast at Tiffany's » de Truman Capote. L'amour de New-York y est le même, le livre d'Amor Towles est également une ode à cette ville hautement romanesque des États-Unis.
Ce roman pétillant m'a enthousiasmée, je l'ai dévoré. Étant donné les références dont j'ai parlé, cela n'a rien d'étonnant, j'avais l'impression d'être chez moi ! L'élégante écriture d'Amor Towles n'a fait que renforcer mon avis. Excellent, excellent, excellent !
Lien : http://plaisirsacultiver.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (2)
Lexpress   10 mai 2012
Towles réinvente une époque et, sur un thème rebattu -les illusions perdues-, il parvient à broder son propre motif. Avec panache.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   28 mars 2012
Il y a de la frivolité dans cet hommage à Fitzgerald, pétillant de références et de champagne frappé.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   22 février 2014
-La plupart des gens ont plus de besoins que de manques. Ce qui explique le genre de vie qu'ils mènent. Mais le monde est dirigé par ceux dont les manques dépassent les besoins.
Commenter  J’apprécie          390
carrecarre   21 février 2014
Le vent tourne vite à New York City-dans le bon ou le mauvais sens. Mais ça, on ne le sait qu'avec le temps.
Commenter  J’apprécie          300
LskyLsky   18 août 2021
Bref, tous plus ou moins soûls, nous traversions ces soirées comme des satellites survolant a ville à dix kilomètres d’altitude et carburant au dollar fort et à l’alcool fin. Nous vociférions d’un bout à l’autre de la table, nous éclipsions dans une pièce vide en compagnie des maris ou des épouses des autres, faisions la fête avec enthousiasme et l’exubérance des dieux grecs. Et au matin, levé à 6 h 30 pile, claires d’esprit et optimistes, nous reprenions nos postes derrière les bureaux en acier immaculé des maîtres du monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
chagabchagab   16 mars 2013
Lorsqu'une mère perd sa fille, elle pleure l'avenir que son enfant n'aura jamais, mais peut se consoler dans le souvenir des jours passés ensemble. Mais lorsque votre fille s'enfuit, ce sont ces souvenirs heureux qui meurent ; et l'avenir de votre enfanr, pourtant bien vivante, vous abandonne comme la vague abandonne la plage.
Commenter  J’apprécie          20
amaryllisamaryllis   20 février 2014
Il n'y a rien de bien original à comparer une personne à un caméléon, par quoi on entend quelqu'un qui peut changer de couleur selon son environnement. En fait, rares, sont ceux qui en sont capables. En revanche, il existe des dizaines de milliers de papillons - d'hommes et de femmes comme Eve dotés de deux livrées complètement différentes - l'une pour attirer, l'autre pour se camoufler - et susceptibles de se changer en une seconde, d'un simple battement d'ailes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Amor Towles (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amor Towles
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 11 janvier 2019 :
Sérotonine de Michel Houellebecq aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=135899&id_rubrique=341
Rompre de Yann Moix aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/136551-divers-litterature-rompre---roman.html
Femme qui court de Gérard de Cortanze aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/136399-divers-litterature-femme-qui-court.html
Darnand, le bourreau français tome 1 de Perna Patrice et Bédouel Fabien aux éditions Rue de Sèvres https://www.lagriffenoire.com/103195-bd-darnand-tome-1---le-bourreau-francais.html
Violette Morris (Tome 1): À abattre par tous moyens de Javi Rey et Bertrand Galic aux éditions Futuropolis https://www.lagriffenoire.com/128145-achat-bd-violette-morris-tome-1-premiere-comparution---a-abattre-par-tous-moyens.html
La Goûteuse d'Hitler La Goûteuse d'Hitler de Rosella Postorino et Dominique Vittoz aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=135848&id_rubrique=338
Corruption de Don Winslow aux éditions HarperCollins Noir https://www.lagriffenoire.com/131679-meilleures-ventes-polar-corruption.html
Ces rêves qu'on piétine de Sébastien Spitzer aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/136576-romans-historiques-ces-reves-qu-on-pietine.html
Simple de Yotam Ottolenghi aux éditions Hachette Pratique https://www.lagriffenoire.com/129299-livres-de-cuisine-simple.html
Cuisinez-moi ! de Dave aux éditions Le Cherche Midi https://www.lagriffenoire.com/130414-livres-de-cuisine-cuisinez-moi----le-livre-de-r.html
Fantazmë de Niko Tackian aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/136526-nouveautes-polar-fantazme.html
Audiolib
Devenir | Version intégrale de Michelle Obama et Marie Bouvier aux éditions Audiolib
Astérix le Gaulois/Astérix, La serpe d'or | Enregistrement original de René Goscinny et Albert Uderzo aux éditions Audiolib
Un gentleman à Moscou | Version intégrale de Amor Towles et Thibault de Montalembert aux éditions Audiolib
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : new yorkVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
850 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre

.. ..