AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2211065848
Éditeur : L'Ecole des loisirs (02/02/2002)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 293 notes)
Résumé :
Que faire pour qu'un ogre cesse de dévorer les enfants? Lui préparer des repas délicieux chaque jour. C'est ce que fit la petite Zéralda.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
anlixelle
  08 décembre 2016
Je poursuis mes critiques des albums de jeunesse constituant (aussi) ma bibliothèque, car avant de penser à nous, il faut songer à prendre soin des "apprentis lecteurs", dès leur entrée à l'école, ou presque.
Et puis, ne jamais oublier l'enfant que nous avons été.
Question de survie pour l'humanité....
Tomi Ungerer écrivit "Si j'ai conçu des livres pour enfants, c'était d'une part pour amuser l'enfant que je suis, et d'autre part pour choquer, pour faire sauter à la dynamite (sic) les tabous, mettre les normes à l'envers : brigands et ogres convertis, animaux de réputation contestable réhabilités... Ce sont des livres subversifs, néanmoins positifs".
Tout est dit là par l'auteur du cultissime le géant de Zéralda, et c'est pourquoi aucun enfant ne résistera à cette lecture, car la première page est terriblement angoissante. Illustrations grand format et textes s'y répondent magnifiquement pour afficher une région "terrorisée" par l'existence d'un géant mangeur d'enfants ...
"J'ai tellement faim ce matin
Que je ferais bien un festin
en mangeant cinq ou six gamins.
Craque et croque, si maintenant
Je rencontre quelques enfants
Je les dévore à belles dents ! "
Mais les enfants cachés par leurs parents dans des caves ne remplissent plus depuis belle lurette le bidon de cette brute amorale. Il faudra l'arrivée de la douce, mais tenace et courageuse Zéralda pour vaincre l'ignorance et le goût sanguinaire du géant.
Ce livre est donc avant tout un album sur la nourriture et la cuisine, des thèmes chers à Ungerer l'alsacien, comme en témoignent les livres sur la gastronomie qu'il a illustrés. Pour rendre le sujet encore plus truculent (pour les grands lecteurs), il n'a pas hésité à se servir du répertoire des peintres hollandais du 17ème siècle (banquet gargantuesque qui évoque le célèbre tableau le repas des paysans de Pieter Bruegel l'Ancien).
Le trait rond et les teintes chaudes des sublimes illustrations contribuant à donner à l'ensemble de cet album une ambiance rabelaisienne.
Zéralda, figure à la fois féminine et féministe fait preuve d'une grande détermination et d'un courage peu communs qui ne pourront qu'inspirer les jeunes écouteurs de cette histoire, ou jeunes lecteurs.
A partir de 4 ans.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
AlexandreF
  10 janvier 2014
le géant de Zeralda est un album de 36 pages de Tomi Ungerer publié en 1967 par l'École des loisirs. Tomi Ungerer est un dessinateur et auteur français habitué des albums pour enfants (on notera par exemple Les Trois Brigands ou Pas de Baisers pour Maman) mais il est aussi très connu pour son affiche Black Power/ White Power. le géant de Zeralda reprend un des thèmes préférés d'Ungerer : la peur. Il faut aussi ajouter que cet album est très populaire au Canada (on l'étudie au cours préparatoire).
L'histoire est la suivante : Un ogre effrayant ayant un fort appétit se plaît à manger son met préféré, les enfants, à son petit-déjeuner. Il terrorise donc tout le village et les parents doivent cacher leurs enfants. le monstrueux ogre ne trouvant plus d'enfants à manger se voit contraint d'avaler de la bouillie d'avoine, ce qui le rend de plus en plus grincheux. .
le langage est simple mais précis, en témoigne le champs lexical de la peur et de la nourriture prépondérant dans l'album. La narration quant à elle se déroule sur plusieurs années dans le passé. Les merveilleuses illustrations d'Ungerer remplissent leurs rôles : le dessin sert le texte et les couleurs sont précises (douces à la campagne, marron/noir chez les ogres). La place de l'illustration n'est pas canalisée, elle est presque anarchique : elle occupe toute une page, puis deux pages, ou le haut d'une page, ensuite le bas, etc. le dessin est tour à tour doux dans l'innocence de l'enfant mais dur quand on nous peint l'ogre.
Ungerer prend ici le contre-pied des contes traditionnels où le méchant reste méchant. Chez Ungerer, le méchant devient gentil au contact de personnes gentilles. C'est ainsi que l'auteur fait sauter les tabous en renversant les idées reçues. de plus, Tomi Ungerer, la bête noir des pédagogues comme il se surnomme lui-même, n'a pas peur d'exposer la peur aux enfants. Comme il le dit, « ce sont les adultes qui ont peur de mes livres pour enfants ». Par exemple, il n'hésite pas à utiliser le thème de l'ogre qui est effrayant en allant encore plus loin. Ce n'est plus seulement un ogre qui mange les enfants mais un ogre qui mange l'enfant qui lit le livre par analogie via la pertinence des illustrations sur l'imaginaire de l'enfant. En témoigne de nombreux détails troublants : du sang sur un couteau, des petites mains dépassant d'une cage ou d'un sac, les regards sont affreux, etc.
Mais Ungerer y joint des détails amusants (il y a toujours un petit animal plus ou moins caché dans les illustrations, le visage de l'ogre étrangement ressemblant à celui d'Ungerer à la dernière page, etc). Cette recherche des petits détails amuseront à coup sûr les petits lecteurs.
Désormais considéré comme un classique, cet album d'Ungerer ne le fût pas à ses débuts, il y a plus de trente ans. le héros de l'histoire est l'ogre, ce qui renverse une fois de plus la tradition. Mais ce héros effrayant s'adoucit, change : il n'est pas manichéen. Ce renversement des valeurs à la fois dans la littérature jeunesse mais aussi dans le traitement de la notion de héros dans cet album a fait de cet ouvrage un des plus apprécié par les enfants... mais aussi des adultes qui se souviennent tendrement l'avoir lu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
dedanso
  19 janvier 2017
J'aime beaucoup le Géant de Zéralda, à la fois pour ses illustrations et pour son texte.
On ne peut ouvrir cet album sans reconnaître le style particulier qui a fait la gloire de Tomi Ungerer. J'aime ces illustrations qui me rappellent les peintures flamandes du XVIIème siècle. J'aime ces dessins hachurés qui me font penser aux gravures sur les livres pour enfants du XIXème siècle. J'aime ces couleurs crues qui rendent l'ensemble on ne peut plus expressif. J'aime ces ambiances rabelaisiennes (car la nourriture tient une place de 1er ordre dans cet album). Et surtout, j'apprécie par dessus tout que les illustrations, en plus de remplir leur rôle premier, participent au récit en complétant le texte.
Et quelle histoire ! Un terrible ogre sème la terreur au village : il kidnappe les enfants pour les manger. Mais Zéralda, qui vit à l'écart à l'orée d'une forêt, n'est pas au courant de l'existence du monstre...jusqu'à ce que celui-ci lui tombe littéralement dessus.
C'est là que la cuisine entre en jeu. Zéralda va réussir l'exploit d'amadouer l'ogre grâce à ses talents de cuisinière. La cuisine tient donc une place éminemment centrale dans cet album. Certaines illustrations ne sont d'ailleurs consacrées qu'aux fameux plats concoctés par Zéralda.
Un album qui a grandement mérité sa place dans l'histoire de la littérature jeunesse, grâce à ses illustrations si particulières, grâce à son héroïne courageuse et libre, grâce à son récit qui détourne les contes d'ogres cruels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
RazKiss
  16 décembre 2018
J'ai enfin lu ce classique de la littérature jeunesse !
Les histoires d'ogres et d'enfants sont monnaie courante, mais celle-ci est particulière puisque ogre et enfant s'apprivoisent. La petite Zéralda se retrouve en effet en position dominante lorsque l'ogre rate son attaque et perd connaissance. Par compassion, en lui cuisinant un repas, elle change totalement sa manière de voir les choses : les truites fumées et les poulets rôtis deviennent tout à coup bien meilleurs que les petits enfants !
Le texte est très agréable à lire et plutôt alléchant. Les illustrations sont pleines de détails, avec des couleurs vives et des visages expressifs. Rien n'est épargné à l'enfant, l'ogre est vraiment terrifiant. Dès la première page, Tomi Ungerer n'hésite pas à le représenter avec un couteau ensanglanté à la main, près d'une cage dans laquelle on aperçoit deux petites mains tenant les barreaux... C'est également un album subversif, .
C'est clair, il n'y a pas deux livres comme "Le géant de Zéralda" !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
DD78
  31 juillet 2014
Ce livre est un des best-sellers de mon enfance, et c'est avec un plaisir non dissimulé que je l'ai ressorti pour le faire découvrir à mes enfants ! L'histoire est simple: un méchant ogre affamé terrorise la région en enlevant (et avalant) tous les enfants sur son passage; Zeralda est une gentille petite fille qui adore cuisiner; un jour, leurs chemins vont se croiser, et les talents de l'une vont révéler la gentillesse de l'autre... J'aime tout en fait: le texte, qui lu, relu et re-relu, sonne à mes oreilles comme une poésie; les dessins, au graphisme certes simple, mais que j'ai décrypté pendant des heures étant enfant.
Bref, à mes yeux un must-have, mais il faut avouer qu'il y a monsieur Tomi Ungerer là-dessous !
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   18 avril 2016
Au dehors, à l’air libre, on ne voyait plus un seul enfant. L’ogre devait se contenter pour toute nourriture de bouillie d’avoine, de choux tièdes et de pommes de terre froides. Il devenait de plus en plus grincheux, bougonnait et grognait tout seul en disant:
« J’ai tellement faim ce matin
Que je ferais bien un festin
En mangeant cinq ou six gamins.
Craque et croque, si maintenant
Je rencontre quelques enfants
Je les dévore à belles dents! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
anlixelleanlixelle   08 décembre 2016
J'ai tellement faim ce matin
Que je ferais bien un festin
en mangeant cinq ou six gamins.

Craque et croque, si maintenant
Je rencontre quelques enfants
Je les dévore à belles dents !
Commenter  J’apprécie          233
genougenou   18 avril 2016
Il était une fois un ogre, un vrai géant, qui vivait tout seul. Comme la plupart des ogres, il avait des dents pointues, une barbe piquante, un nez énorme et un grand couteau. Il était toujours de mauvaise humeur et avait toujours faim. Ce qu’il aimait le plus au monde, c’était de manger des petits enfants à son petit déjeuner.
Commenter  J’apprécie          100
genougenou   18 avril 2016
Chaque jour, l’ogre venait en ville et attrapait quelques
enfants. Les parents, effrayés, creusaient pour leurs petits
des abris secrets. Ils cachaient garçonnets et fillettes dans
des coffres et tonneaux, dans des caves sombres et des
souterrains. Les écoles étaient vides et les maîtres étaient
en chômage
Commenter  J’apprécie          60
LilizLiliz   21 septembre 2016
Chaque jour, l'ogre venait en ville et attrapait quelques enfants.
Les parents, effrayés, creusaient pour leurs petits des abris secrets.
Ils cachaient garçonnets et fillettes dans des coffres et des tonneaux, dans des caves sombres et des souterrains.
Les écoles étaient vides et les maîtres étaient en chômage.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Tomi Ungerer (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tomi Ungerer
Tomi Ungerer est l'auteur des "Trois Brigands" mais aussi de "Jean de la Lune". Auteur pour enfant, il a aussi été affichiste politique, satiriste et même dessinateur érotique. Dans cet extrait d'un entretien avec un enfant de 10 ans, il parle de ses oeuvres jeunesse, celles qu'il n'assume pas et celle qu'il assume. Et donne quelques clefs pour comprendre son regard, son dessin et son immense respect pour l'intelligence des enfants.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : ogreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Trois Brigands

Quelle est le prénom de la jeune héroïne ?

Alice
Marie
Tiffany
Lise

5 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Les Trois Brigands de Tomi UngererCréer un quiz sur ce livre
.. ..