AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michèle Valencia (Traducteur)
ISBN : 2264028998
Éditeur : 10-18 (21/02/2002)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 17 notes)
Résumé :
« Mince, le teint foncé, des yeux bleus incroyables, Napoléon Bonaparte, de la police de Brisbane, est un véritable Sherlock Holmes du bush australien. Normal, quand on sait que cet homme d'exception a du sang aborigène. A priori, plutôt un handicap pour un Australien, sauf que Napoléon Bonaparte en a fait une force. Champion de la détection olfactive, il peut suivre des jours durant un bandit à la trace dans les zones les plus désertiques du pays, sans le moindre r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
ibon
  16 novembre 2014
Jamais déçu avec Arthur Upfield, le premier à écrire des polars ethnologiques. Son héros récurrent est un enquêteur d'origine aborigène qui s'appelle étrangement Napoléon Bonaparte.
Parmi la trentaine d'ouvrage d'Upfield on trouvera de nombreuses enquêtes qui permettent de découvrir les us et coutumes des premiers habitants de l'Australie.
Mais dans cette histoire, ce n'est pas le cas. L'action ne se passe pas dans le désert du Nullarbor ou dans une ferme aux portes de ce désert.
Non, l'action se passe en ville dans les années 1940 et le crime concerne un blanc dans une cité minière habité essentiellement par des blancs qui se nomme justement Broken Hill car la colline est inlassablement creusée pour y prélever du plomb argentifère.
La ville vit dans l'opulence et la tranquillité des 30 000 habitants est perturbée par l'assassinat à l'arsenic d'un riche commerçant.
Comme l'enquête piétine, la police de Brisbane envoie un enquêteur bien particulier: le nonchalant, le souriant, le perspicace, le roublard, l'exceptionnel Napoléon Bonaparte dit "Bony".
Je disais donc que cette fois-ci, on ne mettra pas un pied dans la culture aborigène, c'est dommage, mais la présence de ce bon Bony y remédie un peu.
L'histoire écrite en 1958, est agréable à suivre, presque tranquille - sans les feux d'artifice permanents et finalement prévisibles que l'on trouve dans de nombreux thrillers- jusqu'à une fin étonnante et très réussie.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
hannah851
  28 février 2016
La riche et besogneuse ville minière de Broken Hill est connu pour sa relative quiétude jusqu'au jour où un homme meurt après avoir bu son thé puis un second alors qu'il boit une bière en lisant son journal... Tous deux semblent avoir été les victimes malheureuses d'une mystérieuse femme qui apparaît juste avant le meurtre pour verser du cyanure et disparaître juste après. Malgré le fait que le meurtre ait lieu en plein jour dans des lieux très fréquentés, les indices sont très maigres et les témoins incapables d'apporter une aide à l'identification du coupable. La police locale est vite désemparée d'autant plus que la venue de l'inspecteur Stillman de Sydney n'a fait qu'effrayer ou braquer les éventuels témoins. La tache est loin d'être facile pour l'inspecteur Bonaparte (Bony) qui débarque quelques semaines après les faits et surtout parce que les indices sont inexploitables en l'état. Cependant, sa sagacité, son respect de l'autre et son intelligence vont lui permettre d'avancer dans l'enquête en regagnant la confiance des témoins et en s'attachant celles des policiers ou d'autres membres de la société de Broken Hill pour l'aider à dévoiler le mystère qui entoure ces meurtres. Deux autres meurtres et une tentative manquée vont être l'occasion pour lui d'engranger de nouveaux indices car l'assassin court toujours et que la pression du commissaire et de son chef de Brisbane, qui l'attend sous quinze jours, se font sentir. Loin de s'en formaliser, l'inspecteur Bonaparte va prendre son temps et utiliser parfois des méthodes peu classiques pour un représentant de la loi. Par exemple, il n'hésite pas à utiliser les services de Jimmy Nimmo, son indic cambrioleur alors "en vacances" dans le coin ou à utiliser les services de la presse pour attraper le coupable.
L'intrigue est très bien ficelée. Les dernières pages sont rendues captivantes par les rebondissements et le dévoilement du mobile. Arthur Upfield évoque ici le thème du meurtrier en série et de la folie dans une histoire en huit-clos au sein de la communauté de Broken Hill qui s'éloigne des traditionnelles enquêtes de Bony. En effet, l'auteur nous emmène ici loin de la brousse et des fermes d'éleveurs où l'inspecteur a ses habitudes. le lecteur découvre une nouvelle région australienne mais aussi la vie d'une cité minière fourmillante d'activités et dont la survie dépend des ressources en plomb argentifère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Herve-Lionel
  23 février 2014
N°647– Mai 2013.
LES VIEUX GARCONS DE BROKEN HILL- Arthur UPFIELD - 10/18
Traduit de l'anglais par Michèle Valencia.
Décidément, l'inspecteur Napoléon Bonaparte qui préfère de loin qu'on l'appelle Bony, aime parler de lui comme étant le meilleur flic d'Australie. C'est un peu vrai puisque, une fois encore il doit quitter sa circonscription du Queensland pour venir élucider, pendant 15 jours, en Nouvelle-Galles du Sud un double assassinat au cyanure que la police locale peinait à résoudre. Ce délai peut paraître court, mais notre policier, sûr de lui, se fait entière confiance pour mener à bien cette mission dont il "consent" à s'occuper. Il n'envisage même pas l'ombre d'un échec. Unique, il l'est à plus d'un titre et entend une nouvelle fois être à la hauteur de sa réputation. Pour plus d'efficacité, il oeuvrera encore une fois incognito et donc sous un faux nom dans cette ville de Broken Hill, petite ville minière calme et prospère. Il se met donc à la disposition du chef de la police locale, le commissaire Pavier, qui favorisera ses recherches en lui adjoignant le personnel commandé par le sergent Crome.
Lors de la précédente enquête menée par l'inspecteur Stillman venu de Sidney, ce dernier avait, dans son rapport, pointé les insuffisances du sergent, rudoyer quelque peu les témoins et même laissé dans son sillage un mauvaise image, mais sans pour autant élucider l'affaire. Cet inspecteur était à l'évidence incompétent mais avait le talent de rejeter ses propres carences sur les autres comme cela se voit souvent dans le monde du travail en pareilles circonstances. Les choses se présentent donc mal pour tout le monde, mais Bony s'attache d'abord à rassurer le sergent. Pour autant les deux meurtres sont apparemment sans mobile, sans témoins, les deux victimes n'ont aucun lieu de parenté et aucun point commun entre elles si ce n'est qu'ils sont tous les célibataires, âgés, bien en chair et mangeant salement, des vieux garçons donc ! Une affaire comme il les aime : compliquée !
Pourtant, il y a urgence car les deux meurtres pourraient bien être suivis d'autres tout aussi mystérieux. Effectivement, d'autres crimes sont perpétrés, un autre par empoisonnement au cyanure et un dernier sur la personne de la secrétaire du commissaire, poignardée. Heureusement Bony, bien qu'il n'ait aucune parenté avec Socrate et qu'il soit conscient de la fragilité des témoignages, a une façon très personnelle de s'adjoindre l'aide de la population et même de la presse locale, ainsi que d'accoucher les esprits et sa maïeutique se révèle bigrement efficace.
Dans cette petite ville, Bony rencontre aussi Jimmy Nimmo, dit le Casseur, une veille connaissance, un petit malfrat et un cambrioleur notoire, retiré à Broken Hill parce qu'il est tombé amoureux d'une femme qu'il souhaite épouser mais celle-ci n'y consentira que s'il rentre dans le rang et obtient un emploi régulier dans une mine. Pour lui qui est un as dans sa spécialité, c'est presque une déchéance. Tout l'art de Bony sera de le recruter pour que, encore une fois, il mette en oeuvre ses talents... mais exclusivement au service de la Police !. Notre inspecteur déploie donc ses talents d'enquêteur, à la satisfaction de ses collègues, de la hiérarchie locale et même de la population qui ne regrette pas le sinistre inspecteur Stillman. Bony, avec son traditionnel thé et ses cigarettes horriblement mal roulées, traîne derrière lui une réputation de mauvais flic, non parce qu'il échoue dans ses enquêtes, mais bien au contraire parce qu'il n'est que trop indépendant voire marginal et que ses méthodes sont des plus originales et peut-être un peu en marge de la procédure légale. Il n'est pas dans le moule, ce qui lui vaut régulièrement d'être licencié de son poste... pour y être immédiatement réintégré !. Cette fois encore, il n'échappe pas aux bassesses dont le monde du travail est si friand et qui met régulièrement en scène les incompétents, les flagorneurs et les arrivistes, ces défauts se retrouvant souvent dans les mêmes personnes. Sur ordre de sa hiérarchie, il va être dessaisi du dossier qu'il avait pourtant bien contribué à faire évoluer dans le sens de la vérité. C'est Stillman qui n'a guère digéré son échec précédent qui débarque à nouveau dans l'affaire mais Bony n'entend pas en rester là. Un peu comme à chaque fois, et au dernier moment, les choses reviennent à leur vraie place, pour le plus grand plaisir du lecteur, même si cette fois épilogue est un peu inattendu.
© Hervé GAUTIER - Mai 2013 - http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sharon
  22 mai 2015
Bony n'a jamais connu d'échec, et il sait très bien que si l'on pardonnerait facilement une seule défaillance à un policier blanc – pour ne pas dire plusieurs défaillances – il n'en serait pas de même pour lui, métis de son état.
A Broken Hill, la mission s'annonce pourtant très difficile, puisque le temps a passé depuis les deux meurtres, les témoins ont des souvenirs très flous, quand ils ne sont pas bloqués par l'angoisse suscité par ce cher Stillman, l'enquêteur-persécuteur. Même si le terme si galvaudé aujourd'hui de « tueur en série » n'est pas utilisé, il est évident pour Bony que le tueur récidivera. Puisqu'il a agi en toute impunité, pourquoi ne recommencerait-il pas ? Il aurait tort de se priver, surtout que son mobile n'est pas connu. Tout comme Hercule Poirot, Bony ne qualifie pas de « fou » un criminel à la légère. Il affirme l'existence d'un mobile, d'un élément déclencheur, même s'il n'est pas aisé à identifier.
Bony n'est pas un enquêteur ordinaire, il faut le reconnaître, et il hiérarchise ses enquêtes, n'hésitant pas à utiliser les services d'un cambrioleur pour l'aider à arrêter un meurtrier. Il ne s'agit pas de choisir le moindre de deux maux, il faut simplement savoir s'entourer de personnes compétentes et motivées – et Jimmy, qui ne trouve pas la terre assez grande pour fuir Bony, l'est véritablement.
C'est presque une enquête en huis-clos que nous lisons ici. A Broken Hill, ville isolée, presque coupée du monde extérieur, tous se connaissent, même si certains viennent de très loin – on partait encore en Australie pour refaire sa vie si le climat britannique n'était plus vraiment propice. Se réinventer n'est pas si compliqué.
Plus on avance dans le récit, plus les révélations assombrissent le climat pourtant solaire de cette petite ville. Même Bony en fait (un temps) les frais. Un temps seulement. Qui peut résister à la persévérance de Bony et au réseau bienveillant de relations qu'il sait tisser ? Personne.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
DOMS
  04 juillet 2014
les enquêtes improbables, et toujours couronnées de succès, de Bony, ou Napoleon Bonaparte, au pays des Aborigénes. Un vrai plaisir ces polars ethnologiques
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
hannah851hannah851   28 février 2016
Gardez les yeux fixes sur une étoile, et ne les laissez pas dévier vers de lueurs de moindre importance. Utilisez-les seulement pour éclairer votre chemin vers l'étoile. Et votre étoile, c'est l'Illustre Scarsky. p. 164-165
Commenter  J’apprécie          10
SharonSharon   17 mai 2015
De tous les maux dont souffre l'humanité, le début de démence est le plus difficile à déceler.
Commenter  J’apprécie          20
SharonSharon   10 mai 2015
Il y a toujours un mobile. J'en ai même un quand j'allume cette cigarette.
Commenter  J’apprécie          20
SharonSharon   17 mai 2015
Sans un thé le matin et l'après-midi, un fonctionnaire ne peut pas fonctionner.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Arthur Upfield (1) Voir plusAjouter une vidéo

Arthur Upfield : crime au sommet
Olivier BARROT se trouve toujours dans les Blue Mountains en Australie pour présenter son panorama des écrivains australiens. C'est depuis un promontoire qu'il présente aujourd'hui sa chronique consacrée au romancier Arthur UPFIELD et à son dernier roman "crime au sommet" paru dans la collection "10/18 grands détectives".
autres livres classés : australieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1644 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre