AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782081324060
439 pages
Éditeur : Flammarion (14/10/2015)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 26 notes)
Résumé :
En 1479, Gentile Bellini, peintre vénitien, est invité par le sultan Mehmet II à se rendre à Constantinople pour peindre son portrait, alors que jusqu'alors la représentation de l'homme à son image était interdite en terre d'islam. Au milieu de réformes religieuses, de révoltes militaires et d'intrigues amoureuses, la vie du peintre est profondément bouleversée.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
tynn
  25 juin 2016
De la famille Bellini, peintres vénitiens de la Renaissance, l'histoire a surtout conservé le prénom de Giovanni. Son ainé Gentile a néanmoins été peintre officiel du Doge et fut assez téméraire pour partir vers Constantinople, afin d'y produire un portrait du sultan Mehmed II, le conquérant de la ville en 1453.
C'est dans ce contexte de tensions diplomatiques qu'Olivier Weber situe la trame de son roman, entre aventures romanesques et réalité historique. La chute de l'empire byzantin a déséquilibré le monde chrétien. Et la paix signée entre Venise et l'Empire Ottoman est fragile. L'invitation du sultan turc est d'autant plus inédite que la représentation de l'homme est interdite en terre d'Islam. Mais le sultan est vainqueur, érudit et éclairé, et se voit comme un nouveau conquérant. Il veut donc poser pour la postérité.
Le lecteur est entraîné dans la Venise du 15ème siècle, cité où se côtoient des peuples de toutes origines méditerranéennes, puis dans les palais à moucharabieh et odalisques, où intrigues, complots de janissaires, et fanatiques religieux font une sarabande de dangers et de violence. L'auteur transcende par son écriture imagée et poétique la beauté de la ville lacustre comme celle de l'orientale Istanbul, cité de tolérance refuge des juifs européens persécutés.
Un livre qui, en nous faisant découvrir un portrait magnifique de grand dignitaire, se positionne comme un beau message de tolérance religieuse et d'humanisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1590
Fantine
  18 avril 2016

Un superbe roman traitant de tolérance, de rapprochement entre les peuples d'Orient et d'Occident, de despotisme ainsi que la découverte d'une civilisation, et, de la cour du sultan Mehmet II.
Celle-ci est centrée autour d'un seul homme - Mehmet II - ayant le pouvoir de vie et de mort sur tout un peuple, qu'il appartienne ou non à sa cour.
Centrée autour d'un fait historique avéré - le séjour du peintre Gentile Bellini à Istanbul - c'est l'occasion pour l'auteur de développer ses idées tout en démontrant que les individus - quelque soient leurs religions - peuvent vivre ensemble.
C'est également un fervent plaidoyer contre le fanatisme et l'intolérance en général.
En ce qui me concerne, j'ai littéralement dévoré ce roman, au point d'en oublier télé, internet, de dormir, et, surtout "bien fade" le roman suivant.
Commenter  J’apprécie          1400
Dominique77
  15 décembre 2015
PARIS MATCH: "Voir les Turcs en peinture"
La chronique de Gilles Martin-Chauffier sur le roman d'Olivier Weber, L'Enchantement du monde.
Peindre un sultan était insultant. En faisant revivre la splendeur du 7e souverain ottoman, Olivier Weber montre que la fascination pour la Turquie ne date pas d'hier.
Je n'ose imaginer l'hystérie de la classe politique française si le FLNC, l'ETA ou qui vous voudrez tuait, chaque semaine, deux, trois, cinq ou dix militaires français. On décréterait la nation en danger, Valls mobiliserait chacun de ses centimètres à la tribune, Marine le Pen invoquerait Jeanne d'Arc et les grands principes républicains seraient priés de regagner l'antichambre. Rien à voir avec nos intransigeantes exigences démocratiques à l'égard de la Turquie. Qu'importe que le PKK tende sans cesse des embuscades à son armée, qu'il se serve de la Syrie en vrac comme d'une providentielle base arrière, qu'il fasse couler le sang comme l'eau. Paris a tranché : Erdogan devrait ne s'occuper que de Daech. Qu'il ne soit pas entièrement à notre service est un scandale ! Ce monsieur joue double jeu. Et il le fait cartes sur table, contrairement à d'autres qui annoncent des opérations qu'ils ne mènent pas, promettent du matériel qu'ils ne livrent pas et instituent des lignes rouges qu'ils ne voient jamais franchies.
Les janissaires complotent, les vizirs intriguent...
Pendant ce temps, la Turquie héberge 2 millions de Syriens dont vous et moi, les Européens, nous demandons quel saint prier pour éviter de les recueillir. Heureusement pour elle, il y a des siècles qu'elle a pris l'habitude de recevoir nos leçons et de n'en faire qu'à sa tête. Si vous en doutez, lisez donc le roman d'Olivier Weber. On est à Venise vers 1470. le doge Mocenigo et ses marchands n'en fnissent pas de reculer les limites de leurs atlas. Sur les quais déambulent caftans, turbans persans, tuniques mongoles, manteaux géorgiens... Tout l'or, l'argent et l'ivoire d'Afrique et d'Asie fnissent dans leurs coffres. Seule ombre au tableau : Istanbul. de là-bas, les Ottomans commencent à prendre leurs aises en mer Egée. Avant d'envoyer les trois cents galères de combat, mieux vaut tout de même négocier.
Miracle : telle est aussi la préférence de Mehmet II. Premier sultan ottoman à n'être plus nomade, il se rêve en Alexandre le Grand, parle grec, latin, hébreu et veut faire savoir à tous que sa capitale est le centre du monde. Pour cela, il lui faut des peintres qui montreront sa légende. Un peuple sans images est un peuple sans mémoire. D'où l'ordre que donne Mocenigo à Gentile Bellini, le peintre officiel de la Sérénissime : aller faire le portrait du sultan. Première surprise : la ville est encore plus riche que la sienne. Plus accueillante même : des juifs de toute l'Europe s'y réfugient. Seconde stupeur : elle réussit même à être plus machiavélique. Les janissaires complotent, les vizirs intriguent, les oulémas s'opposent à la représentation de l'homme en images – surtout s'il s'agit du Protecteur des croyants. Les nids d'intrigues pullulent ; l'étrangleur n'est jamais loin, les houris non plus. Soudain, Venise a l'air d'une cour de récréation. Mais Bellini ira au bout de leur projet, passera des mois dans la Ville des villes et reviendra subjugué par cet Orient aux saveurs d'Occident.
Lien : http://www.parismatch.com/Ch..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1330
tonpdg
  09 janvier 2016
Livre lumineux, mais où est le vrai ? où est le faux ?
Là est toute la question... toujours non résolue.
Blanc ou noir ? Noir ou blanc ? Gris ça vous dit ? pas sûr...
Un indice : n'oubliez pas la perspective.
Évidemment, rien n'est simple et Olivier Weber le sait bien qui nous fait naviguer au milieu des intolérances et des contradictions rendant l’opiniâtreté et la sincérité liées à l'amour victorieuses.
Commenter  J’apprécie          1340
MonCharivariLitteraire
  05 juillet 2018
Très bon roman d'Olivier Weber sur le portrait de Mehmet II réalisé par Gentile Bellini.
Venise et l'Empire Ottoman ont signé un traité de paix. le prix est lourd pour les vénitiens mais la paix importante. Un homme va devoir la solidifier: Gentile Bellini, peintre officiel de la ville de Venise. Celui ci qui vient de perdre sa femme comprend rapidement les enjeux et les dangers de sa mission alors qu'il entre dans un monde où la représentation des individus est interdite. Entre complots, amitiés et amour il va devoir mener à bien sa mission de braver un interdit religieux sur commande de l'homme alors le plus puissant du monde et connu pour couper les têtes...
Ce roman se lit très agréablement. il est efficace et intéressant car retraçant un évènement historique. On apprend beaucoup sur le monde de cette époque. Je regrette peut être les essais de style que tente parfois l'auteur qui sont redondants parfois de chapitre en chapitre.
Commenter  J’apprécie          680

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
michelekastnermichelekastner   03 septembre 2016
La peinture autorise la recomposition du monde, au-delà de nos cloisonnements et nos souffrances, et engendre l'amour. J'ai longtemps songé à cette main invisible qui gouverne le trait du peintre. Il existe un ordonnancement du monde que le peintre créé inconsciemment. Son pinceau agence les destinées après une longue période de gestation des sentiments et des images.
Commenter  J’apprécie          1180
MimimelieMimimelie   05 juillet 2018
La République de Venise s’est mise à trembler. La République de Venise a perdu Négrepont, l’île d’Eubée, au nord d’Athènes, la plus grande de nos colonies de la mer Egée, ses habitants furent massacrés, les femmes violées, certaines empalées par les Turcs. Le gouverneur avait cru sauver sa tête en offrant sa reddition : les turcs tinrent parole, ne le décapitèrent pas et scièrent son corps en deux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1000
MimimelieMimimelie   05 juillet 2018
Je contourne la place Saint-Marc que je n’aime guère, trop de courtisans et d’espions, trop d’hypocrites et de vendus, et les échoppes dans les ruelles alentour commencent à fermer. L’agitation vénitienne les soirs d’automne se transporte vers le Grand Canal ou le pont du Rialto et c’est là où je vais flâner, oublier, boire aussi…..
Commenter  J’apprécie          1090
tynntynn   25 juin 2016
Qu'est -ce-que la perspective sinon l'art de voir plus loin? Qu'est-ce-que la profondeur de champ sinon le moyen de jouir de paysages durables?
Commenter  J’apprécie          1220
IletheunefoisIletheunefois   17 décembre 2015
Le livre est un ami qui vous prend par la main et vous emmène au paradis terrestre par 2 chemins, l'un se nommant le rêve et l'autre l'espoir
Commenter  J’apprécie          1220

Videos de Olivier Weber (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Weber
Du 27 février au 1er mars 2020, la Bibliothèque publique d'information du Centre Pompidou organisait la première édition d'Effractions, le festival de littérature contemporaine qui met en lumière quelques 35 auteurs qui font l'actualité littéraire et dont les oeuvres donnent matière à penser le lien entre littérature et réel.
Retour sur la rencontre avec Adrien Bosc, Kapka Kassabova et Olivier Weber du 28 février :
À l'heure où les limites entre les genres littéraires s'érodent, quel sens peut encore prendre l'opposition traditionnelle entre réel et fiction ? Que sont exactement ces « écritures du réel » qui hybrident les catégories éditoriales et quels enjeux narratifs portent-elles ?
Pour réfléchir, débattre et préciser les contours de cette littérature du réel, trois invités du monde du livre, éditeur, auteur, journaliste, sont réunis et exposeront leur expérience en la matière. À l'issue de la rencontre, la sélection du prix du Livre du réel sera révélée par la librairie Mollat et le journal Sud-Ouest.
Retrouvez notre dossier "Plongée littéraire dans le réel" sur notre webmagazine Balises : https://balises.bpi.fr/litterature/plongee-litteraire-dans-le-reel Retrouvez toute la programmation du festival sur le site d'Effractions : https://effractions.bpi.fr/
Suivre la bibliothèque : SITE http://www.bpi.fr/bpi BALISES http://balises.bpi.fr FACEBOOK https://www.facebook.com/bpi.pompidou TWITTER https://twitter.com/bpi_pompidou
+ Lire la suite
autres livres classés : veniseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1991 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre