AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782221102985
306 pages
Robert Laffont (01/01/2005)
4.1/5   10 notes
Résumé :

Auschwitz, qui résume en un lieu et en un nom la criminalité du régime nazi, est aujourd'hui illisible : il est devenu une sorte d'écran où individus et collectivités projettent leurs cauchemars ou leurs eEspoirs de paix ; le lieu des commémorations officielles, des pèlerinages.

Or ceux-ci ont fini par lasser nos contemporains et brouiller la réalité du camp, déconnecté de son histoire pour devenir un simple concept, un symbole.
<... >Voir plus
Que lire après Auschwitz, 60 ans aprèsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
C'est grosso modo, l'histoire du camp de concentration/extermination d'Auschwitz/Birkenau après sa libération en 1945.

L'histoire de ce camp, après la libération, est assez étonnant, mais pas vraiment tant que ça. Ça s'explique.

Au départ, après la libération, ça commence par les habitants des alentours qui tamisaient les cendres à la recherche de, peut-être, quelques valeurs, du genre dents en or. Puis le démontage des baraquements et récupération pour reconstruire des habitations pour la Pologne dévastée.

Puis la transformation en un musée, mais au contraire de ce que l'on pourrait imaginer, un musée en hommage aux polonais assassinés dans le camp. On a mis du temps pour reconnaître que la majorité étaient des juifs, polonais ou pas. Et aussi des tziganes. Ça se comprend puisqu'au départ le musée était maintenu par le gouvernement polonais mais pire que ça, sous contrôle des soviétiques qui ne semblaient pas s'intéresser à lier les juifs à l'activité principale du camp.

Parmi les détails de la vie du camp après la libération, on trouve même une période où des soeurs carmélites ont été installés dans un des baraquements.

L'auteur présente, quand cela se fait nécessaire, les conditions de fonctionnement et d'évolution du camp pendant la période de fonctionnement en tant que camp de concentration. C'est utile pour ceux qui lisent ce livre sans connaître les détails de son histoire. Certains de ces points sont peu abordés par ailleurs. Je cite comme exemple, la décision de bombarder ou pas le camp ou les chambres à gaz-crématoires avant la libération, ce qui aurait pu épargner la vie de plusieurs milliers de juifs.

Ce livre a été publié en 2005. Peut-être que ça mérite une actualisation, mais je ne connais pas d'autre ouvrage avec un contenu équivalent.
Commenter  J’apprécie          50
Une excellente synthèse sur les nombreuses questions suscitées par l'histoire du camp d'Auschwitz-Birkenau que l'auteure tente de rendre à sa réalité en le rendant à L Histoire.

Elle reconstitue pas à pas les circonstances de sa construction, de ses agrandissements colossaux en fonction des populations qu'il a accueillies, du choix de son emplacement pour la mise en oeuvre de la « solution finale » dans l'Europe occupée, elle éclaire sa spécificité et s'attarde sur des éléments fondamentaux de l'entreprise de destruction des juifs.

Elle évoque aussi le lancinant débat concernant l'opportunité et la possibilité de bombarder Auschwitz pour enrayer la machine exterminatrice et raconte l'après-Auschwitz, le camp comme "lieu de mémoire", plus exactement comme lieu d'affrontement de mémoires concurrentes.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
(p.63)
La fonction du crématoire n'est jamais de mise à mort. Il sert à l'incinération, comme au cimetière du Père Lachaise par exemple. Sa fonction peut être banale; elle ne l'est pas dans les camps. D'abord pour des raisons culturelles. L'incinération des corps n'est pas alors une pratique courante dans les divers pays de culture catholique, en France, par exemple. Elle ne l'est pas non plus pour les Juifs. Les morts sont censés reposer dans leur intégrité -pour les Juifs religieux jusqu'à la venue du Messie - dans la terre, la leur, celle de leur village, de leur pays. La réduction en cendres rend la mort anonyme. Elle signe l'achèvement du processus de négation de l'individu qui commence dès l'entrée au camp. "Plus rien ne nous appartient, écrit Primo Levi dans Si c'est un homme, ils nous ont pris nos vêtements, nos chaussures et même nos cheveux [...] Ils nous enlèveront jusqu'à notre nom." Et on peut rajouter : jusqu'à notre mort, jusqu'à notre dépouille. Pour le concentrationnaire, le crématoire est la matérialisation permanente de la mort, le rappel permanent, par la fumée et par l'odeur, de la précarité de son existence. Le" crématoire est devenu un symbole majeur du camp de concentration. Tous les récits l'évoquent : "On sort par la cheminée."
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Annette Wieviorka (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annette Wieviorka
A quelques jours de la panthéonisation de Missak et Mélinée Manouchian, "La Grande Librairie" propose une réflexion sur la mémoire. Pourquoi et comment se souvenir ? Deux historiennes, deux témoins et une romancière livrent autant de récits sensibles et nécessaires. Augustin Trapenard accueille ainsi Michelle Perrot pour "S'engager en historienne", publié chez CNRS Editions, Annette Wieviorka pour "Anatomie de l'Affiche rouge", paru au Seuil, Robert Birenbaum pour "16 ans, résistant", édité chez Stock, Marie Vaislic pour "Je ne savais pas que j'étais juive", publié chez Grasset, et Claire Deya pour "Un monde à refaire", paru aux Editions de l'Observatoire.
+ Lire la suite
>Histoire de l'Europe depuis 1918>Seconde guerre mondiale: 1939-1945>Histoire sociale, politique, économique (169)
autres livres classés : shoahVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (41) Voir plus



Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
1122 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre

{* *}