AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Guicharnaud (Traducteur)Michel Arnaud (Traducteur)
ISBN : 226402190X
Éditeur : 10-18 (26/09/1995)

Note moyenne : 4/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Comme le battement de l'horloge qui l'obsède toujours, reviennent chez Williams la fuite du temps qui menace l'innocence et la tradition chevaleresque, l'errance et le rêve androgyne.
Ce temps qui passe, c'est l'agonie des belles qui se fanent et s'étiolent, toujours frustrées, toujours déçues, c'est l'attente des malades face à la mort qui vient, c'est la folie qui guette et devient plus pressante. D'où cette animalité si forte, ces instincts à découvert, le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
bdelhausse
  03 juillet 2014
Je ne suis pas un spécialiste de Tennessee Williams, mais je retrouve ici les mêmes traits observés pour La Chatte sur un Toit brûlant et La Descente d'Orphée. Les dialogues percutants (parfois même imbriqués les uns dans les autres), le poids du temps qu passe (qui est un acteur invisible, finalement), les Traditions et le milieu globalement aisé financièrement (ou plutôt le rapport à l'argent et comment il conditionne les rapports humains).
Soudain l'été dernier est une courte pièce, moins d'une centaine de pages, où l'on assiste à un duel (encore quelque chose que j'ai observé chez Tennessee Williams) entre une mère et l'amie d'un homme mort. Les circonstances de la mort se dénouent pendant la pièce. le but de la mère n'étant pas vraiment de faire la lumière sur la mort de son fils, mais plutôt d'effacer ce souvenir de la mémoire de l'amie en question.
C'est très puissant et intense. La tension monte graduellement. Et les éclairages de Williams montrent tour à tour les vrais visages des protagonistes. de telle sorte que le lecteur est déboussolé. Ce qu'il tenait pour vrai au départ vacille et cède la place à d'autres certitudes, de nouveau démontées.
Ainsi, l'amie qui paraissait coupable finit par se parer de l'apparence de la victime et la mère éplorée devient un monstre enclin à cacher un sombre secret, auquel elle a pris part. Et si sacrifice il y a (cf. 4è de couverture), c'est tout autant celui qui procède du meurtre que celui perpétré par la mère qui entend garder au yeux du monde la réputation de son fils intacte. le thème de la virilité, que l'on trouve dans d'autres pièces de l'auteur, est abordé de biais, avec un parfum de scandale certain.
De nouveau, Tennessee Williams nous entraîne dans les méandres de l'âme humaine, et ce que l'on y trouve n'est pas glorieux.
La seconde pièce m'a paru moins en phase et la compilation des deux au sein d'un même volume me semble moins cohérente. le seule thème commun est la folie, ou les velléités d'une dame/veuve solitaire et d'âge avancé à qui on passe tous ses caprices, mais c'est très ténu.
Le Train de l'Aube ne s'arrête plus ici nous raconte l'exil doré d'une "vamp", riche et acariâtre, très portée sur la "chose". Arrive un homme (de nouveau, virilité et séduction, comme souvent) qui porte la réputation d'annoncer la mort de ses hôtes par sa seule venue. La veuve à qui il rend visite, occupée à dicter ses mémoires, est fort malade et convie une amie tout aussi barrée afin de discuter de ce visiteur. S'ensuit un jeu de séduction (on n'en est pas à un mariage/veuvage près). J'ai pas mal pensé à Sunset Boulevard, même si le contexte n'est pas tout à fait le même.
Le ton m'a paru décalé. Les rapports aux domestiques italiens, le duo de vamps, les dialogues ironiques et décalés... apportent une touche d'humour. Parfois même un comique de situation, quasi burlesque à certains moments. le recours aux Valets de scène, qui déplacent les objets, décors, paravents, et interviennent à part entière, cela génère aussi des effets comiques. On se surprend à sourire ou même à rire. Chose rare chez Williams, me semble-t-il (mais je manque de connaissance sur l'ensemble de son oeuvre).
Au final, la première pièce m'a semblé trop courte, tant je l'ai appréciée (ou alors je l'ai appréciée parce qu'elle était courte...). Et la seconde m'a paru trop longue, le propos se diluant et les dialogues faisant moins souvent mouche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
tristantristan
  29 novembre 2017
Même si je suis un inconditionnel de T.Williams, le train de l'aube ne s'arrête plus ici, nouvelle fort peu connue, est comme un chef d'oeuvre en soi.
Concise et exhaustive, comme toujours chez l'auteur, dans sa présentation de l'ange de la mort.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
strummerstrummer   08 janvier 2013
Nous sommes tous des enfants, dans une immense école maternelle, où nous essayons d'épeler le nom de Dieu avec des cubes marqués d'un alphabet qui ne convient pas!


Commenter  J’apprécie          40
bdelhaussebdelhausse   03 juillet 2014
La maison, de style victorien, se fond avec le jardin -un jardin fantastique, sorte de jungle ou de forêt tropicale, évocateur de l'âge préhistorique des fougères arborescentes, d'un temps où chez les bêtes s'opérait la transformation des nageoires en pattes, des carapaces d'écailles en peau. (p. 9)
Commenter  J’apprécie          10
mezandresmezandres   19 janvier 2018
On m'a enfoncé tant d'aiguilles dans le corps qu'il suffirait qu'on me branche sur un tuyau pour que je fasse un bon arrosoir.
Commenter  J’apprécie          30
bdelhaussebdelhausse   03 juillet 2014
MRS. GOFORTH. J'ai horreur de tout ce qui est faux. Même mes calculs rénaux, si j'en avais, seraient d'authentiques diamants dignes d'une couronne de reine. (p.142)
Commenter  J’apprécie          10
bdelhaussebdelhausse   03 juillet 2014
MRS. GOFORTH. Quand m'est-il jamais arrivé d'avoir peur? Peur de quoi, du reste? Même le poignard que tu as en guise de langue ne peut pas me faire peur. (p.152)
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Tennessee Williams (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tennessee Williams
Micha Lescot lit 'Matin sur Bourbon Street' de Tennessee WILLIAMS.
Dans la catégorie : Textes diversVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Textes divers (382)
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Tennessee Williams, en VO !

Un tramway nommé désir

A Streetcar Named Desire
A Tramway Named Desire

5 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : Tennessee WilliamsCréer un quiz sur ce livre