AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782707303561
281 pages
Éditeur : Editions de Minuit (01/09/1964)
3.86/5   18 notes
Résumé :
Mon Opoponax, c'est peut-être, c'est même à peu près sûrement le premier livre moderne qui ait été fait sur l'enfance. Mon Opoponax, c'est l'exécution capitale de quatre-vingt-dix pour cent des livres qui ont été faits sur l'enfance. C'est la fin d'une certaine littérature et j'en remercie le ciel. C'est un livre à la fois admirable et très important parce qu'il est régi par une règle de fer, jamais enfreinte ou presque jamais, celle de n'utiliser qu'un matériau des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Feminissime
  12 janvier 2015
C'est un vrai roman moderne : un point de vue novateur sur des événements connus (l'enfance d'une française de la campagne), qui lui a valu un prix prestigieux. le style force à la réflexion. Néanmoins, la première moitié est vite ennuyeuse et la seconde, même si elle est bien meilleure, est intéressante, sans plus.
N'hésitez pas à sauter des pages, vous ne manquerez rien, ou aller plutôt lire "Les guérillères" car Wittig y applique les mêmes principes stylistiques mais avec un récit bien plus intéressant.
Commenter  J’apprécie          100
Marti94
  23 juillet 2017
"L'Opoponax" est le premier roman de Monique Wittig, écrivaine et militante féministe qui a obtenu le prix Médicis en 1964. Mais c'est surtout pour la postface de Marguerite Duras ajouté à partir de l'édition de 1983 que j'ai voulu le lire. Duras considère ce livre comme un chef d'oeuvre et c'est une référence pour moi.
Et effectivement, je comprends pourquoi elle dit que «c'est le premier livre moderne qui ait été fait sur l'enfance».
Monique Wittig raconte l'histoire d'une petite fille au sein d'une école religieuse à la campagne. Catherine Legrand n'a pas vraiment d'aventure exceptionnelle, elle vit comme tous les enfants, entre ses maîtresses et ses camarades, au gré des préoccupations des jeux de récréation.
À l'instar de l'opoponax, une plante ombellifère, on se laisse envahir par l'écriture qui nous propulse dans le monde de l'enfance. Car ce nom bizarre sert de signature à de mystérieuses lettres anonymes indiquant « Je suis l'Opoponax » pour faire peur, comme le loup.
Parce que Monique Wittig se met à auteur des enfants appelés par leurs prénoms et leurs noms (par exemple Anne-Marie Losserand, nom très durassien), en décrivant tout ce qui se passe y compris la cruauté des jeux mais sans jamais juger ou commenter. Ce n'est que du factuel et c'est peut-être pour cela que c'est innovant mais malheureusement un peu trop long à mon goût.
Lu en juillet 2017
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nrisovics
  14 novembre 2018
L'auteure nous relate son enfance en Alsace à Damepierre.
On ne sait pas trop où ça va le style est assez fort, peu de ponctuation, beaucoup de descriptions.
Et en même temps elle arrive à retrouver un regard d'enfant ou plus ou moins.
Ca n'est pas passionnant mais on reste pris dans cette vie rurale, ces ballades à travers champs ces joies et ces souffrances à hauteur d'hommes.
Commenter  J’apprécie          21
Froniga
  28 mars 2015
C'est si loin, étrange ! J'ai tout oublié et pourtant JE SAIS que ce livre a été à peu près à cette époque important pour moi.
Certainement il doit continuer à agir par des canaux mystérieux !
Commenter  J’apprécie          30
fraxinus
  13 février 2019
Présenté comme un chef d'oeuvre par Marguerite Duras, ce livre au style résolument "moderne" est d' un ennui rare.
Une longue litanie de descriptions, de nom et de prénoms sans aucun dialogue est déroutant, et pour le coup je l'ai été.
Seul quelques réminiscences de ma vie personnelle dans cette lecture m 'ont apportées quelques satisfactions et m'ont permis de finir le livre.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
FeminissimeFeminissime   12 janvier 2015
Le petit garçon qui s'appelle Robert Payen entre dans la classe le dernier en criant qui c'est qui veut voir ma quéquette, qui c'est qui veut voir ma quéquette. Il est en train de reboutonner sa culotte. Il a des chaussettes en laine beige. Ma soeur lui dit de se taire, et pourquoi tu arrives toujours le dernier. Ce petit garçon qui n'a que la route à traverser et qui arrive toujours le dernier.
Commenter  J’apprécie          30
FeminissimeFeminissime   12 janvier 2015
Il n'y a pas d'inscriptions sur les tertres pas de noms. Il tombe de la neige fondue. On enfonce dans la boue. Les coquelicots sont mouillés. On est debout, on serre les mains des parents de mademoiselle Caylus, On dit, les soleils couchants revêtent les champs les canaux la ville entière d'hyacinthe et d'or le monde s'endort dans une chaude lumière. On dit, tant je l'aimais qu'en elle encore je vis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
OlivierMaldentOlivierMaldent   25 septembre 2021
Au bout d'un moment on s'arrête et on s'assied par terre. On ne parle pas. On écoute les bruits. Il y a des vols d'insectes saccadés tout près. Quand ils ont fini on entend du silence puis un bourdonnement continu et qu'on dirait lointain. On se rend compte que c'est le bruit fait par tous les insectes qui sont en train de voler à ce moment-là, que c'est un bruit très fort qui ne peut pas se confondre avec le bruit des gens qui sont dans les champs. On se rend compte avec ce bourdonnement qu'il y a là un monde différent duquel il n'est pas possible de faire partie. On se frotte les oreilles parce que le bourdonnement devient de plus en plus insistant de plus en plus continu on arrive à le percevoir comme une stridence unique et insupportable, on finit par se demander s'il ne vient pas de soi, on se bouche les oreilles même, mais quand on enlève les doigts il ne s'est pas relâché. De temps en temps une grosse mouche ou une abeille ou un frelon se posent tout près, ça fait alors un bruit mécanique un ronronnement particulier à l'origine précise, puis ça retourne à l'autre bruit, au grand bruit de fond, ça s'y perd.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Marti94Marti94   24 juillet 2017
Mademoiselle veut qu’on chante parce que quand on chante on n’est pas fatigué. On chante, un kilomètre à pied ça use ça use un kilomètre à pied ça use les souliers, gauche gauche. Quand on dit gauche on doit être sur le pied gauche. Il faut rejeter l’autre en arrière en faisant un petit saut pour se mettre dans le bon ordre de marche. La meilleure façon de marcher qui doit être la nôtre.
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   24 juillet 2017
On ne sait pas ce que c’est qu’un fantôme. On demande à mademoiselle ce que c’est qu’un fantôme. Elle dit que c’est un mort qui sort de sa tombe, qu’on sait que c’en est un parce qu’il y a son linceul par-dessus la tête, qu’il attend les gens pour leur sucer le sang à la gorge. On rit. Mais on n’est pas très sûr que Mademoiselle dise ça pour rire.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Monique Wittig (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Monique Wittig
Avec Bebe Melkor-Kadior, Candice Chechirlian, Wendy Delorme, Marguerin le Louvier & Isabelle Sorente
Mise en son par Candice Chechirlian
« Elles étaient toutes brisées et pourtant incassables. Elles existaient ensemble comme un tout solidaire, un orchestre puissant, les organes noués en ordre aléatoire, un grand corps frémissant. Et j'étais l'une d'entre elles. »
Dans une société totalitaire aux frontières fermées, bordée par un fleuve, cinq personnes se racontent, leurs aspirations, leurs souvenirs, comment survivre, se cacher et se faufiler dans un monde où les livres sont interdits et les corps sous contrôle. En marge du territoire, subsistent les vestiges d'une communauté de résistantes, inspirée des Guérillères de Monique Wittig.
Un texte choral dédié au pouvoir des mots, aux forces de la sororité et au désir d'un autre monde.

À lire – Wendy Delorme, Viendra le temps du feu, éd. Cambourakis, 2021.
*Ce spectacle comporte 2 textes extraits de "Un appartement sur Uranus" de Paul Preciado.
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

LNHI-44259

Qui chantait ceci en 1977? On a tous dans le coeur une petite fille oubliée Une jupe plissée, queue de cheval, à la sortie du lycée On a tous dans le cœur un morceau de ferraille usé Un vieux scooter de rêve pour faire le cirque dans le quartier Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Un truc qui me colle encore au cœur et au corps Everybody's doing a brand-new dance now Come on babe do the locomotion I know you gonna like it if you give it a chance now Come on babe do the locomotion

Alain Souchon
Laurent Voulzy
Eddie Mitchell

12 questions
67 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson française , années 60 , enterrement , animauxCréer un quiz sur ce livre