AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Alien (Traducteur)
ISBN : 2267018721
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (02/11/2006)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Quand Virginia Woolf déambulait sur les quais de la Tamise, dans les boutiques d'Oxford Street ou dans la maison de Dickens, elle aurait pu donner des leçons aux adeptes du " nouveau journalisme ", qui n'a jamais été que celui du talent et de l'écriture. Publiés en 1931-1932 dans Good Housekeeping, ces cinq articles ont été réunis pour la première fois aux Etats-Unis en 1975 par Frank Allman et édités en Angleterre par Hogarth Press en 1982 pour le centenaire de la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Marti94
  19 décembre 2014
Je vais ajouter ce livre à ma liste de livres de voyage, ceux qui m'inspirent quand je pars avec mon chéri découvrir d'autres horizons, week-end, séjour ou circuit. La littérature m'apporte beaucoup et c'est une approche différente de celle des guides touristiques, qui est indispensable pour moi.
Dans « La scène londonienne », Londres est au centre de ce recueil de textes courts écrits par Virginia Woolf. Il s'agit d'articles publiés dans le magazine mensuel anglais « Good housekeeping » en 1931 et 1932. Ils ne paraitront qu'en 1975 aux Etats-Unis, en 1982 en Angleterre et en 1983 en France.
J'ai été captivée par l'écriture de Virginia Woolf, qui n'est pas journaliste, et qui a construit ses articles de façon à décrire de façon dynamique « le charme du Londres moderne ». Car on a les yeux écarquillés devant les docks, les rues comme celle d'Oxford street, les maisons, mais aussi les lieux de pouvoirs comme les cathédrales ou la chambre des communes. le ton peut être tranchant et la description un peu sombre mais Virginia Woolf nous montre aussi l'âme de la ville avec les gens qui y vivent dans les années 30 et les usages comme ceux de Mme Crowe qui reçoit dans son salon pour le thé. So british !
Lu en décembre 2014
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
brigetoun
  18 novembre 2009
un recueil d'articles de Virginia Woolf dans les années 30, (75 pages) écriture facile, ton discrètement ironique, un soupçon de sociologie et une amorce de révolte de bon ton. Pour moi hautement recommandable.
Il y a Oxford street et la consommation pour tous, la comparaison entre la maison de Carlyle et celle de Keats, les rites funéraires en partant De Saint Paul et Westminster, les Communes, une madame Crowe et son salon, et en ouverture les docks.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   18 novembre 2009
Mais à part, cette unique concession à la curiosité, l’humeur des docks est strictement utilitaire. L’étrange, le beau, le rare peuvent y apparaître, mais pour voir aussitôt évaluer leur valeur marchande. Posé par terre, au milieu d’un cercle de défenses d’éléphant, il y a un tas de défenses plus grandes et plus foncées que les autres. Brunes, elles peuvent bien l’être, car ce sont les défenses de mammouths qui sont restées congelées dans les glaces de Sibérie pendant cinquante mille ans – une durée suspecte aux yeux d’un expert en ivoire. L’ivoire de mammouth a tendance à se gauchir ; on ne peut pas tirer de boules de billard d’un mammouth, mais seulement des poignées de parapluie ou des manches de miroir à main de qualité médiocre. Donc, si vous achetez un parapluie ou un miroir à main qui ne soit pas de la meilleure qualité, il y a des chances pour que vous achetiez la défense d’une brute qui parcourait les forêts d’Asie avant que l’Angleterre ne devienne une île
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Marti94Marti94   14 décembre 2014
La beauté n'est qu'accessoire de la nécessité.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Virginia Woolf (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginia Woolf
Marie Darrieussecq est une romancière fêtée. Vingt-trois ans après la parution tonitruante de l'inaugural Truismes, elle affiche une ample et belle bibliographie (Bref séjour chez les vivants, le Pays, Il faut beaucoup aimer les hommes...) dont La Mer à l'envers, le dernier jalon en date, paru mi-août aux éditions P.O.L, s'impose comme le roman-phare de cette rentrée littéraire 2019. « Comment peut-on écrire aujourd'hui sur un autre sujet que les migrations ? », s'interrogeait-elle lorsqu'on l'a rencontrée au début de l'été, à Paris, pour évoquer avec elle cette fiction à la fois grave et légère qui met en scène une jeune femme dont l'existence ordinaire est soudain bouleversée par sa rencontre avec un jeune réfugié nigérien. Marie Darrieussecq est aussi traductrice (notamment de Virginia Woolf et de James Baldwin), elle préside depuis l'an dernier la Commission d'avance sur recettes au Centre national du cinéma (Cnc) et s'apprête à prendre en charge la chaire d'écrivain en résidence récemment créée à Science Po. Où trouve-t-elle le temps et l'énergie ? Quel est son moteur : la curiosité, la passion, ou la peur de l'ennui ?
+ Lire la suite
Dans la catégorie : EssaisVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Essais (43)
autres livres classés : londresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Virginia Woolf

Virginia Woolf a grandi dans une famille que nous qualifierions de :

classique
monoparentale
recomposée

10 questions
158 lecteurs ont répondu
Thème : Virginia WoolfCréer un quiz sur ce livre