AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213654506
Éditeur : Fayard (03/03/2010)

Note moyenne : 3.03/5 (sur 63 notes)
Résumé :

« Si vous n’êtes romain, soyez digne de l’être. »

Pendant quinze siècles, ce vers de Corneille a porté l’ambition française : être reconnue comme l’héritière de Rome, de son Etat, de sa langue, de sa manière unique d’assimiler les étrangers – à la fois hautaine et égalitaire – et même de sa façon d’imposer la paix en Europe.

Dans son style à la fois documenté, précis et paradoxal, Eric Zemmour raconte cette obsession autour de l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Luniver
  28 mai 2014
La France, digne héritière de l'Empire Romain, seule nation à pouvoir prétendre le ressusciter. La France, qui a failli plusieurs fois réaliser son rêve, mais qui a trébuché juste avant de toucher son but. Désespérant désormais de ne jamais pouvoir réaliser ce pour quoi elle était faite, la France sombre désormais dans la dépression et est sur le point de mettre un terme à ses jours.
Essai très pompeux, certes rempli de citations, de batailles glorieuses et de citations qui tireront une larme aux patriotes, mais tellement nombreuses qu'elles provoquent l'indigestion. Il ne suffit pas d'écrire le livre avec le plus haut taux de références célèbres à la ligne pour être pertinent. On parcourt ici l'histoire au pas de course et, pour ne rien arranger, par sauts acrobatiques (je prends appui sur un événement, et hop ! j'en provoque un autre trois siècles plus tard sans rien toucher entre).
Événements choisis de manière arbitraires, reliés entre eux de manière... audacieuse et sans beaucoup de justification... Cet essai me semble peu pertinent et sans grand intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          247
Pchabannes
  13 mars 2010
Une oeuvre qui fera date. Dans la lignée de l'Histoire de France de Jacques Bainville, Eric Zemmour, d'une plume vivante et magistrale, avec décision et retenue, traversant les siècles, boussole en main, distingue les lignes de fracture, cachées, pour d'autres, de la politiques, de l'économie et des sociétés, bulletin de naissance de la France et de l'Europe depuis l'établissement de la Pax Romana.
La France, puissance démographique jusqu'en 1812, dont Michelet disait “La France n'est pas en Europe ; elle est l'Europe.” cherche à prendre la place de l'Empire perdu, renovatio romano imperi. L'Europe de Charlemagne de 843, l'Empire de 1811, l'Europe du Traité de Rome de 1957 ne se résument-elles pas toutes au même espace géographique : hors l'hexagone, la Belgique, les Pays-Bas, la Rhénanie, le Piémont et la Toscane : la Gaulle romaine reconstituée. Cette Europe française était la France.
Cet essai introduit le rôle du commerce et du libre-échange depuis le milieu du XVIIème, démontre le rôle secret du Royaume-Uni puis l'Amérique dans l'histoire française et européenne jusqu'à nos jours. le ton change. L'ennemi doit être détruit. Car ce n'est pas le doux commerce qui a fait la fortune du Royaume Uni, mais l'implacable défense militaire du commerce.[…] William Pitt père disait :“ le commerce, c'est votre dernière ligne de défense, votre dernier retranchement. Vous devez la défendre ou périr”.
Depuis l'édit de navigation de 1651, la nouvelle Carthage combat la nouvelle Rome. L'Empire thalassocratique combat l'Empire continental. le XVIIIème siècle, ouvert par la défaite du traité d'Utrecht et le soir du Roi Soleil, est un miroir aux alouettes. Apparemment tout est fête des sens et de l'intelligence, luxe, volupté. En vérité tout est dette, ruine et déclin. 1812, l'Angleterre, la nouvelle Carthage a vaincu, certes de peu, la nouvelle Rome. Et puis qu'est donc l'Amérique sinon le résultat de la guerre mondiale de 1914-1945, la nouvelle puissance thalassocratique perpétuant un modèle basé sur le libre échange donc guerrier.
A noter une analyse documentée sur 1917, le rôle de l'Amérique ou comment été arrêtée l'offensive de Mangin donnant préférence à l'immobilisme de Pétain. L'histoire apprise à l'école est vraiment simpliste.
Les deux derniers chapitres tentent de lire le futur dans le présent à l'aide du passé.
Tout d'abord alors que la mode est à la mondialisation, la constitution de grands ensembles, des forces sont à l'oeuvre dans le monde entier luttant contre ce tropisme. Eric Zemmour prend la Belgique pour laboratoire démontrant l'impossibilité de coexistence de populations par trop différentes et prenant pari sur l'avenir.
Enfin la France, certes de nouveau puissance démographique à contrario du reste de l'Europe, pose la question de sa propre stabilité. Prenant ombrage de la multiplication de territoires où les lois de la République ont du mal à s'appliquer, imperium in imperio, Eric Zemmour prend à témoin des élus locaux, des chiffres indiscutables et l'histoire elle-même posant la question de l'intégration moderne versus le processsus d'assimilation de la IIIème République héritière de Rome : La France continue d'assumer l'héritage de l'Empire Romain. Partout les Français assimilent selon son modèle : des armées, des routes, des codes et des administrations.
Le travail et l'érudition demanderont plusieurs lectures de l'ouvrage. Il se doit d'être lu par tout honnête homme. Soyez certains que les idéologues ne discuteront pas de l'ensemble de l'oeuvre qui remet en cause leur histoire officielle et confortable mais sortiront de leur contexte tel ou tel phrase ou mot, feront tapage sur trois mots ou deux phrases. Car comme disait Bossuet “Le plus grand dérèglement de l'esprit est de croire les choses pour ce qu'on veut qu'elles soient et non pour ce qu'elles sont”. Pour les autres, il sera sujet de discutions, de polémiques, de recherches et peut-être la France en sortira-t-elle grandie.
De l'histoire et de la mémoire : “Un siècle plus tard l'histoire n'est plus rien, la mémoire tout. La mémoire, dégradé intimiste de l'histoire, elle-même dissoute en une variété de mémoires, des mémoires dans la mémoire, comme on dit un état dans l'état, qui rivalisent, s'affrontent et, vindicatives, demandent des comptes à l'histoire de France déboulonnée.”
Je trouve enfin particulièrement remarquable qu'Eric Zemmour ait réussi à éviter le piège évident de ce type d'exercice décrit par Henri Bergson “Comme ne pas voir que si l'évènement s'explique toujours, après coup, par tels ou tels des évènements antécédents, un évènement tout différent se serait aussi bien expliqué, dans les mêmes circonstances, par des antécédents autrement choisis – que dis-je ? – par les mêmes antécédents autrement découpés, autrement distribués, autrement aperçus enfin par l'attention prospective. D'avant en arrière se poursuit un remodelage constant du passé par le présent, et de la cause par l'effet !”

Lien : http://www.quidhodieagisti.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
nabuchodonosor
  16 septembre 2011
zemmour un auteur sulfureux depuis certaines prestations televisées.ce souffre empechera t il la lecture d'un grand livre?
d'autant que cet essai historique n'est pas écrit par un professionnel de la profession;
zemmour ne fait pas parti de la communauté historienne et gageons que son livre ne sera pas débattu.malgré tout ce livre a touche son public du moins celui qui, a l'esprit assez ouvert pour braver les foudres du politiquement correct;
c'est dire qu'il méritait un public encore plus large.
d"autant que huit des neuf chapitres déroulent un fil conducteur qui ne devrait choquer personne.
certes le chapitre 9:la chute de rome évoque l'immigration théme sensible s il en est.sont évoqués les demographes de l'INED tels des lyssenko et un coup de griiffe met à mal l'anthropologue de la famille bien connu:emmanuel Todd.les barbares sont ils dans rome ?
et ce à cause du fil conducteur du livre de l'obstination francaise à continuer l'empire romain.
une france de cent million d'habitants avec le multiculturalisme et le multi etnisme
voila un reve d'empire qui n'a rien de républicain car zemmour joue sans le dire avec l'opposition république empire chére a nos souverainismes
selon lui la france est empire dans son royaume ou maintenant dans sa république.des thémes étonnants à foison.
un chapitre sur la belgique et son éventuel rattachement à la france.
une hostilité à pétain sortant des sentiers battus
un chapitre est un theme ;ce théme est toujours plein de surprises de vues originales qu'il est vain de toutes citer.
un livre roboratif ;un grand livre loin de nos visions convenues;
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
famillepiao
  03 janvier 2011
Eric Zemmour nous livre son analyse de l'évolution du paysage politico-socio-culturel de la France. de l'Empire Napoléonien à la France d'aujourd'hui, l'auteur nous parle du lent déclin de la France. Eric Zemmour met à mal le politiquement correct ambiant et réussit un livre sans concessions en pointant du doigt les échecs successifs des politiques colonialistes et d'immigrations massives. On peut adhérer ou pas à ses théories...mais on apprend un tas de choses, et le récit est passionnant !
Commenter  J’apprécie          40
CDemassieux
  22 mai 2014
Certes, Eric Zemmour ne fait pas mystère de sont attachement à Napoléon - attachement à mettre peut-être en miroir de Julien Sorel, dans la peau duquel il se rêverait ? -, mais son essai a ce mérite devenu rare de convoquer les hommes et les événements de l'Histoire de France pour " lire " le présent. En effet, quoi de plus idiot que cette parole de L'Internationale : " du passé faisons table rase " ?
Le passé est un socle sans lequel on ne construit rien de durable.
Et même si je ne suis pas certain, par exemple, que Rome obsède à ce point notre Histoire, la lecture de Mélancolie française est une invitation à se souvenir de notre passé commun, que certains pédagogues s'évertuent à lisser pour lui donner un aspect " political correctness "...Je n'ai pas besoin de traduire !
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ZedbahrZedbahr   05 avril 2012
Le raciste hiérarchise les individus en fonction de leur race ; le Français pense que tout étranger, quelles que soient son origine, sa race, sa religion, peut accéder au nirvana de la civilisation française.

Attitude un brin arrogante, xénophobe même, mais aucunement raciste.

Le raciste, à l'instar de l'Anglais, considère qu'un Indien, malgré tous ses efforts, ne parviendra jamais à parler avec l'accent d'Oxford.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
Videos de Eric Zemmour (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Zemmour
Fatima Benomar VS Éric Zemmour sur ses généralisations à propos des musulmans
Dans la catégorie : NationalismeVoir plus
>Science politique (politique et gouvernement)>Idéologies politiques>Nationalisme (25)
autres livres classés : histoireVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1703 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre