AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.12 /5 (sur 71 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Amnéville, Moselle , 1960
Biographie :

Fabienne Swiatly esn née d'un père polonais et d'une mère allemande. Elle est poète, romancière, nouvelliste et essayiste.

Elle anime des ateliers d’écriture et participe au collectif remue.net.

Elle a publié : Boire (Éditions TerreNoire, 2007), Gagner sa vie (La Fosse aux Ours, 2006) .

Publications Poésie :
‒ Elles sont au service – éd. Bruno Doucey, 05 mars 2020
– Ligne de partage des eaux - éd. La passe du vent (mars 2011).
Texte mis en scène par Eloi Recoing et Jeanne Vitez pour le Théâtre aux mains nues
– Jusqu’où cette ville - éd. Publie.net, 2008.
– Stimmlos / Sans voix – Verlag im Wald, 2006.


Elle vit à Lyon.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Dialogue entre l'autrice Fabienne Swiatly et son éditeur Bruno Doucey, lors du festival Voix Vives de Méditerranée en Méditerranée, autour du recueil "Elles sont au service". Rencontre animéé par Sylvestre Clancier. Réalisation : © Thibault Grasset.

Podcasts (1)


Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Zakuro   28 mai 2014
La fulgurance du geste de Fabienne Swiatly
L'odeur de l'autre pour échapper à l'érosion du temps. Un bref moment de son existence on n'est plus seul. Sans invention du lendemain, aujourd'hui s'immobilise et le monde n'est qu'un amas d'incertitudes. Ils étaient au même endroit de leur vie et quand pesait entre eux un commencement d'ennui, elle savait lui offrir des lectures dans l'abandon des oreillers.



S'autoriser du bonheur.
Commenter  J’apprécie          130
coco4649   03 avril 2020
Elles sont au service de Fabienne Swiatly
INSTANTANÉS DE VIE…





Extrait 3

[…]



Sabots blancs qui adhèrent au caoutchouc du sol,

elle fait voyager le résident tassé dans une chaise

roulante. Elle l’emporte jusqu’à la salle commune

où le téléviseur a bien du mal  à fixer les regards

malgré le rictus blanc émail du présentateur.  Elle

viendra le chercher à l’heure des visites,  en atten-

dant il s’endort et le présentateur s’agite pour rien.

De ses mains libres, elle frictionne son bas du dos

puis l’arrière de sa nuque. Le pastel des murs est

une absence de couleur.
Commenter  J’apprécie          100
Zakuro   28 mai 2014
La fulgurance du geste de Fabienne Swiatly
Pour la séduire, il couvrait de rires son arrogance et finissait ses phrases avec des peut-être. Il aimait son attitude féline même quand elle buvait une pinte de bière. Des plissements rieurs contredisaient son regard timide. Entre eux aucune promesse et surtout pas l'éternité des sentiments, pourtant il y avait cru.
Commenter  J’apprécie          100
Ness   19 septembre 2014
La fulgurance du geste de Fabienne Swiatly
Quand les humains bradent leurs rêves, les tragédies commencent.
Commenter  J’apprécie          100
Macile   13 janvier 2018
Une femme allemande de Fabienne Swiatly
Sa fille n'avait pas hérité de son caractère. Les fruits tombent parfois très loin de l'arbre qui les a portés.
Commenter  J’apprécie          70
armand7000   15 octobre 2020
Ligne de partage des eaux de Fabienne Swiatly
Il dit

avec la voix neutre du savoir

hypertension

fausse-couche

césarienne

prématuré

phlébite

trisomie 21



Il dit l’avenir

du trop tard

Il n’a pas quitté l’écran



Je relève la tête

Je redresse le dos

le faux cuir du siège

collée à ma robe



Je sais

je dis rien



J’attends la question

les yeux sur les arbres

de derrière la vitre

et le froid du siège

qui est en plastique



Je pense rien

je dis rien

j’attends



Je sais la réponse



Ligne de partage des eaux – La passe du vent
Commenter  J’apprécie          50
dipari   21 avril 2020
Elles sont au service de Fabienne Swiatly
À la sortie de l'atelier mécanique, elle dispose de livres et de DVD sur une table pliante devant laquelle se croisent ceux qui embauchent et ceux qui débauchent. 13 heures pile – changement d'équipe. On se serre la main entre ouvriers et à elle aussi car on la connaît depuis longtemps. Certains s'arrêtent et lui demandent si elle a pensé au livre commandé. Elle est fière de pouvoir tendre l'objet désiré. Aux collègues de la bibliothèque, elle avoue rêveuse : qu'est-ce que je les aime mes gars de l’usine !
Commenter  J’apprécie          20
dipari   21 avril 2020
Elles sont au service de Fabienne Swiatly
Autour de Monsieur Ahmed, assis dans un fauteuil roulant, elles font gentiment cercle. Pas vraiment surprises quand il a levé le poing, son surnom dans la résidence est connu de tous : le communiste. Sur la photo publiée dans le journal local, il y aura ce vieux monsieur au poing levé avec, autour de lui, un groupe de femmes qui se marrent, ce qui n'arrive pas si souvent en un tel lieu.
Commenter  J’apprécie          22
dipari   20 septembre 2018
44 brèves de Saint-Nazaire de Fabienne Swiatly
Les horaires étonnent mais la routine reste. Toute la journée mon cul sur la chaise ou presque. J'en viens à espérer un accident. Un truc qui me décollera de l'écran de contrôle. Un truc qui me permettra de rompre avec les habitudes. Un incendie. Une explosion. Un coup de point dans l'horloge et qu'il n'y ai plus rien à contrôler. Même les jours de repos, Je continue à regarder l'heure et je ne comprends rien à ce qu'elle me raconte. Avant nous étions toute une équipe, avec des apéros, des paris collectifs à valider au PMU et même la télé installée en douce dans l'atelier les jours de la Coupe du Monde. Fini. Plus d'équipe et de toute façon chacun sur son écran de téléphone. Comment je fais pour supporter ? Dos en vrac, vertèbres en vrac… Un coup de point dans l'horloge, un coup de pied dans le cul : tu vas te lever, mais tu vas te lever. Je ne m'impressionne plus. Enfants, je rêvais d'être sauveteur en mer ou capitaine d'un remorqueur aux Abeilles.
Commenter  J’apprécie          10
Aunryz   09 janvier 2021
Jusqu'où cette ville ? de Fabienne Swiatly
Jusque dans les cours rénovées du vieux quartier, à l’image des prospectus où l’on invite à découvrir la pierre figée de l’histoire. Le passé mis au propre. Et l’on vient voir, l’œil collé au viseur. Puis l’on s’arrête devant les tourniquets alignés sur le pavé, qui proposent la vieille ville en carte postale - cadrage impeccable. Et on achète par cinq ou par six pour se souvenir et envoyer aux autres. Faire signe à ceux qui sont restés, donner une preuve et dire j’étais là - dans la vieille ville. La photo à la marge blanche et le nom inscrit comme un sourire sur le côté, l’emplacement du timbre pré-imprimé. La ville vendue aux touristes.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..