AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jérôme Beaujour (Collaborateur)
ISBN : 2253114448
Éditeur : Le Livre de Poche (26/01/2006)

Note moyenne : 1.43/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Jusqu'à quel point le romancier a-t-il le droit de prendre ses personnages dans la réalité ? Ou de se choisir lui-même pour sujet, au risque du narcissisme ou de l'impudeur ? A ces questions, que la critique lui a posées non sans arrière-pensées, l'auteur de L'Inceste et des Désaxés répond ici avec force : la littérature a tous les droits, parce qu'elle n'appartient pas plus à ceux qui croient s'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   11 janvier 2016
Comme l'eau qui coule entre le loup et l'agneau. L'agneau n'avait pas pu souiller le breuvage du loup puisqu'il était en aval, que Votre Majesté ne se mette pas en colère ; Mais plutôt qu'elle considère Que je me vas désaltérant Dans le courant, Plus de vingt pas au-dessous d'Elle ; Et que par conséquent, en aucune façon, Je ne puis troubler sa boisson. – Tu la troubles reprit cette bête cruelle ; Et je sais que de moi tu médis l'an passé. C'étaient les mêmes accusations, et la même culpabilisation. Le signifiant de la littérature était accusé de porter préjudice à un référent de la réalité alors que les deux agissaient dans deux champs différents, étaient de composition différente chimiquement, et que le signifiant buvait une eau déjà souillée vingt pas au-dessous, et que par conséquent en aucune façon je ne puis troubler sa boisson. La littérature était l'agneau, et bouc émissaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   11 janvier 2016
C'était comme le rêve. N'importe qui pouvait y être convié à tout moment. Il n'y avait aucune raison que les gens disent : c'est moi, c'est mon histoire. Que des journalistes disent : je l'ai reconnu, dans le rêve, ce n'était pas exactement son visage mais je savais que c'était lui. Ce n'était pas l'histoire des gens puisqu'il n'y en avait pas vraiment dans ce pays, mais celle de l'inspiration. Quand on disait à quelqu'un « j'ai rêvé de vous », on n'avait pas rêvé de lui, on avait rêvé, et il y avait le nom, ou la forme de cette personne croisée dans la réalité. La différence entre le rêve et la littérature : le processus littéraire devenait conscient à un certain moment, vers la fin un contrôle pouvait s'exercer, à la sortie des images.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   11 janvier 2016
Les romans dans lesquels Je était un autre exaspéraient beaucoup de gens, cent ans après pourtant. Proust, Woolf, et Madame Bovary c'est moi avaient sapé les derniers siècles en faisant vaciller la composition du sujet. Mais on n'en avait pas pris la mesure. Tout s'était passé en même temps. Longtemps je me suis couché de bonne heure se passait dans un lit avec la vision de tous les êtres qui peuplaient l'esprit de celui qui essayait de s'endormir. Dès la première page, ils étaient tous convoqués à l'intérieur même de la tête sur l'oreiller. Qui ne coïncidait plus à elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   11 janvier 2016
L'inspiration venait d'un endroit où je n'étais pas, où il n'y avait personne, un pays. Un endroit qu'on connaissait tous intuitivement sans y être jamais allés réellement. Un pays lointain mais accessible par l'inspiration. Elle appartenait à tout le monde, comme au jeu des sept familles la pioche. Bonne ou mauvaise, ça permettait de sortir des cartes héritées à la distribution.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   11 janvier 2016
Je préférais le concret à la pensée abstraite. La littérature, il n'y avait rien de plus stable, de plus concret, de plus sûr. Il n'y avait pas d'inspiration dans la pensée abstraite, mais du travail et de l'intuition pour ce que j'en comprenais. Pour la littérature, l'inspiration dirigeait tout. C'est-à-dire quelque chose qui vient.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Christine Angot (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Angot
Christine Angot sur le plateau de Thierry Ardisson. Archive INA.
Dans la catégorie : EssaisVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Essais (404)
autres livres classés : écrivain (métier)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1537 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre