AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264070935
Éditeur : 10-18 (01/03/2018)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 205 notes)
Résumé :

Une jeune femme se réveille dans une cave froide et sombre. Elle est seule et n'a pas la moindre idée de la façon dont elle s'est retrouvée là, ni de l'identité de son ravisseur. Et elle ignore encore que son cauchemar ne fait que commencer…

Pas très loin de là, le corps d'une autre femme est découvert sur une plage isolée. Sa disparition n'a jamais été déclarée à la police : sa famille qui recevait encore des textos de sa part n'avait aucune ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (68) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  17 août 2018
Voilà un roman policier qui a produit sur moi un effet bien curieux, j'ai eu l'impression de lire un épisode de Scotland Yard Crimes sur la Tamise, d'ailleurs l'une des victimes de La maison de poupée s'appelle Roisin, comme l'enquêtrice de la série de ITV. Helen Grace (clin d'oeil à Roy Grace ?), détective super-cador au commissariat de Southampton est aux trousses d'un tueur qui enlève, séquestre puis enterre sur la plage ses jeunes victimes toutes brunes à z'yeux bleus.

Les chapitres de 2, 3 ou 4 pages maximum laissent peu de place aux descriptions ou au fignolage des personnages. L'enquête est basée davantage sur les illuminations ou intuitions de Grace que sur des investigations. Par exemple, alors que le téléphone de chaque victime envoie un message à sa famille avant son rapt, aucun traçage des appels n'est entrepris. C'est normal puisque l'auteur ne possède aucune connaissance des procédures, à part ce que n'importe quel lecteur de polar ou spectateur de séries anglaises sait déjà. Dans l'équipe de Grace, chacun « s'affaire, a trouvé son rythme de croisière, donne le meilleur de lui-même, crée des liens, innove » pour amener l'enquête à son « apogée »(!), c'est ce qui est écrit, mais aucune action n'illustre cette affirmation. Les interrogatoires sont réduits à la portion congrue. Helen Grace rugit en faisant les gros yeux « Tu vas avoir des ennuis si tu ne parles pas tout de suite », ce à quoi le suspect répond du tac au tac : « Pas de commentaire » (« no comment » pour les bilingues), ce qui est bien commode pour ne pas trop créer de rebondissements dans l'intrigue. Lorsque le suspect donne des réponses courtes, « même pas des phrases entières », c'est le signe pour Helen Grace qu'il se sent acculé.

Que dire des personnages ? Exemple : Daniel Briers, un papa qui n'a plus de contacts avec sa fille depuis 3 ans découvre que sa Pippa a été victime du tueur ; pour Daniel, Pippa devient étonnamment plus vivante depuis qu'elle est morte. Fort opportunément, Helen a fait psychologie en deuxième langue par correspondance, et peut lui fournir du réconfort, frôlant le scoop freudien : « Lorsqu'on perd un proche, on se sent comme submergé, non ? On a du mal à voir plus loin ». Dans l'ensemble, les dialogues sont de ce niveau, fades et banals, voire affligeants, quand ils ne sonnent pas faux. Exemples : Sur la plage, des policiers s'affairent. Brusquement l'un d'eux s'écrie : « On a trouvé un truc ». Un truc ? Ce truc est une jeune femme enterrée dans le sable. Quelques pages plus loin, le père de Pippa demande : «Vous allez l'attraper (!), pas vrai ? », « Je vous donne ma parole : Pippa obtiendra justice ». On cause vraiment comme ça à Southampton ?

Comme l'écrit l'auteur lui-même page 369 : « Helen est frappée par l'affreuse simplicité de ce mode opératoire ». Et bien moi, j'ai été frappée par l'affreuse simplicité de ce roman qui n'arrive pas à la cheville de Scotland Yard, Crimes sur la Tamise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          464
iris29
  01 octobre 2017
Une jeune fille s'endort chez elle et se réveille dans une cave ...
Une famille se promène par une belle journée à la plage, et trouve un cadavre . Encore une jeune fille ...
L'équipe du commissariat de Southampton est sur le pont .
Entre les disparitions de jeunes filles et les luttes de pouvoir au sein de l'établissement , Mr Arlidge nous embarque dans un train d'enfer dont il est impossible de descendre avant de lire le mot "Fin".
Les petites histoires des policiers s'imbriquent dans l'enquête et leur vécu est loin d'être anodin ( notre héroïne, à la généalogie compliquée , est masochiste si j'ai bien tout suivi ...) . On peut reprocher à l'auteur de traiter tous ces personnages secondaires , très rapidement et très superficiellement mais j'attend de lire les deux premiers tomes pour me faire une idée...
En embarquant dans ce roman , je ne savais pas que c'était un 3° tome , (carton jaune à la maison d'édition qui ne prévient pas son lectorat ...). J'aurai préféré lire les trois tomes dans l'ordre mais cela ne nuit pas au plaisir de lecture de ce roman dont le maitre mot est : efficacité ..
La Maison de poupée n'est pas une maison de (tout ) repos , je vous aurai prévenus ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          397
frgi
  07 octobre 2018
C'est le second livre de M.J. Arlidge que je lis et probablement le dernier malheureusement. Attention, ne me comprenez pas mal, je n'ai pas dis que ce livre est mauvais. Qui suis-je d'ailleurs pour pouvoir juger un auteur et dire que son livre est mauvais. Tout au plus puis-je dire que celui-ci ne me plait pas car il n'as pas rencontré mes attentes (d'ailleurs n'apprend-on pas à nos enfants qu'on ne dit pas qu'un plat n'est pas bon mais plutôt que celui-ci ne nous plait pas. Ce qui est, dans la plupart des cas, la vérité).
Ce livre commence sur de belles promesses. Une jeune femme se réveille, après une nuit arrosée, dans une chambre/cave qui n'est pas la sienne. Je ne vous révèlerai pas la suite excepté que l'intrigue est menées tambours battants et que cette ambiance/tension est très bien rendue par des chapitres très courts, ce qui rend le récit haletant. C'est une des raison pour laquelle j'ai pris pas mal de plaisir à la lecture de ce livre.
Malheureusement, j'ai trouvé que le traitement final du roman était assez convenu, impression que j'avais déjà ressentie à la lecture de Am Stram Gram. Donc pour moi, un livre qui se termine comme un gros block buster américain, chose que je n'apprécie pas outre mesure.
Malgré tout, j'ai passé quelques bonnes heures de lecture avant que le soufflé ne retombe !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Gaoulette
  13 décembre 2017
Une précision avant de donner mon ressenti.
MJ Arlidge et Helen Grace, ce sont 7 tomes et deux petits. En tout cas par rapport à la sortie VO nous en sommes au troisième ouvrage. Je tenais à préciser cela car ma critique a évolué grâce à cette information.
On retrouve Helen Grace un an après sa course poursuite au furet. Mais bizarrement elle n'évolue pas, elle reste en stand bye. Je m'attendais à une suite Jake…. Je m'attendais à une suite Ceri Harwood… Je m'attendais à une suite Robert… Je m'attendais à un petit retour Tony… Je m'attendais à une évolution Charlie/Helen…. Je m'attendais à un retour Emilia Guarenita….
Pourquoi je précise les tomes de cette saga, je pense que toutes mes attentes vont être un fil conducteur pour l'évolution du personnage d'Helen Grace. Et pour lire MJ Arlidge il faudra commencer par son premier roman et voir par la suite. Doit-on voir une épopée comme Miron Bolitar d'Harlen Coben ?.
En tout cas, La maison des poupées malgré que ce soit un tueur en série différent, tout tourne autour d'Helen Grace, le commandant atypique. Alors je vais me centrer tout d'abord sur le polar.
L'auteur prend une autre vitesse, les opus se suivent mais ne se ressemblent pas. Un tueur en série toujours mais une manière d'opérer complétement différente. MJ Arlidge décide cette fois ci de donner la voix à la victime pour notre plus grand plaisir. Un roman haletant qui nous garde captive jusqu'à la dernière ligne. Aura t ‘on une fin idéale ? Jusqu'à maintenant l'auteur ne nous a pas épargné.
En tout cas, l'auteur garde son côté punchy. Son roman se lit vite. Il ne prend pas de risque de côté-là.
Là où j'ai pu critiquer les personnages qui débarquent comme un cheveu sur la soupe, j'en comprends peut-être enfin pourquoi. L'auteur nous donnerai-t-il pas un facette d'Helen Grace. Sa fragilité, sa naïveté, son empathie, son humanité… Une beauté froide mais semble-t-il qui a un coeur.
L'auteur insiste à chaque fois pour nous partager la vie personnelle de ses personnages. Ce sont des flics, des héros certes mais avant tout des Femmes et Hommes !
Je me ferais une joie de suivre cette inspectrice que j'aime beaucoup. Je souhaite voir son tandem avec Charlie évoluer. Je souhaite voir briser sa carapace par Jake. Je veux le retour De Robert. Je veux voir la déchéance de Ceri. J'ai peur qu'un jour Emilia se retrouve dans un sale guêpier. Et pour finir, la passé d'Helen va-t-il ressurgir pour notre plus grand bonheur ou pas…
Affaire à suivre pour la prochaine sortie de MJ Arlidge qui se nomme en VO « Liar Liar »…. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
BlackKat
  09 mai 2017
J'ai les deux précédents, Am Stran Gram et Il court, il court, le furet dans ma PAL depuis un moment et parfois, il faut secouer le cocotier pour enfin déguster une Piña Colada!
Donc, premier rendez-vous avec M.J Arlidge, c'est parti!
Un roman à plusieurs voix.
Celle de Ruby, qui se retrouve, sans savoir comment, enfermée dans une pièce où tous les éléments sont factices, à l'exception de son cauchemar éveillé.
Celle du kidnappeur, dont on perçoit très vite la folie mais pas l'identité.
Celles des enquêteurs, avec Helen Grace en tête, qui, d'instinct, sent très vite qu'elle doit trouver un serial killer.
Celui-ci, tout aussi fou qu'il soit, n'en est pas moins intelligent. Il s'attaque à des jeunes femmes en rupture sociale ou familiale et maintient leur existence par le biais des réseaux sociaux. Ainsi les disparitions passent inaperçues et il peut agir en toute impunité.
L'intrigue, sans être d'une originalité extraordinaire, est menée avec talent, en orientant le lecteur vers plusieurs pistes plausibles tout en maintenant le suspens intact.
L'enquête est menée de manière classique par Helen Grace et ses équipiers mais rencontre des obstacles à cause de guéguerres intestines. L'équipe est nouvelle, les liens doivent se tisser et ce n'est guère aisé quand votre propre patron, Ceri Harwood, nourrit une fixette sur votre personne, en oublie ses obligations professionnelles pour se concentrer sur votre chute… quitte à aider un peu le cours des choses.
Plusieurs voix mais pas de cacophonie au fil de chapitres courts et dynamiques. J'ai beaucoup apprécié de suivre chacun des personnages, de ne pas être prise en otage par la seule enquête mais aussi de vivre les parcours personnels de chacun. Des références aux deux précédents romans sont un peu agaçants pour qui arrive en cours de route (mais quand donc les maisons d'éditions informeront clairement sur la couverture que nous n'avons pas affaire à un one shot mais à un tome d'une série!), nous procurent une sensation de passer à côté d'éléments essentiels, surtout en ce qui concerne les interactions personnelles, mais ne gênent pas vraiment l'intrigue actuelle.
Le seul bémol que je le relève est un fin un peu trop abrupte. On cherche le coupable tout du long et pouf, tout est dit sur son identité et son passé en quelques pages! Heureusement que sa capture n'est pas totalement immédiate parce que là, j'aurais grogné très fort!
Comme pour le dénouement de la vendetta contre Helen Grace, que j'ai estimé un peu bâclée!
J'ai beaucoup aimé la plume de M.J Arlidge, nerveuse, directe et incisive, ainsi que l'analyse des caractères mêlée aux événements professionnels. L'évolution du désespoir de Ruby est émouvant et oppressant. Elle ne s'inscrit pas seulement en tant que victime d'un prédateur mais aussi comme un membre d'une famille avec ses hauts et ses bas, ses différents et son amour.
Helen Grace est un flic attachant, avec ses inévitables blessures et au passé chaotique que j'ai hâte de creuser!
C'est un polar addictif et très bien mené, avec un bon nombre de personnages féminins. Chose que j'appréciée car l'auteur en profite pour brosser un portrait réaliste de la condition féminine dans un métier peuplé généralement majoritairement d'hommes. Entre avancement avorté pour cause de maternité, misère des familles monoparentales, jalousie ou solidarité, la femme est joliment décrite, sans pathos exagéré, avec ses forces et ses faiblesses.
J'ai lu ce roman en une soirée, c'est dire qu'il est captivant!
Et j'en ressors avec une très forte envie de connaître les premières enquêtes d'Helen Grace! Vite, je file dépoussiérer Am stram gram et Il court, il court, le furet!
Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   16 août 2018
L'intérieur de l'appartement ne lui remonta pas le moral. Incroyable ce que les propriétaires peu scrupuleux se permettaient de louer de nos jours, maintenant que plus personne n'avait les moyens d'acheter.
p. 30
Commenter  J’apprécie          250
iris29iris29   01 octobre 2017
En sa compagnie, elle vivait dans la peur et l'incertitude ; en son absence, elle vivait dans l'isolement. Que ça lui plaise ou non, impossible de nier qu'il était son univers désormais.
Commenter  J’apprécie          212
iris29iris29   01 octobre 2017
Elle n'avait pas encore cerné les nouveaux venus et continuait de chercher son rythme de croisière avec cette équipe fraîchement constituée. Mais le seul moyen d'y parvenir, c'était d'aller au charbon ensemble.
Commenter  J’apprécie          120
Mary63Mary63   23 novembre 2018
Cela défiait peut être toute raison, mais personne n'envisageait de quitter cette fosse avant d'avoir libéré la jeune femme de son tombeau. Les gestes avec lesquels les techniciens dégageaient ses membres supérieurs du sable étaient empreints de tendresse. Bien sûr, leur délicatesse visait à préserver les indices et la scène de crime mais elle n'en était pas moins très émouvante, comme un acte ultime de compassion en hommage à une vie trop courte remplie de brutalité. Helen se dit qu'il faudrait penser à remercier l'équipe plus tard pour leur professionnalisme et leur bienveillance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
brinvilliersbrinvilliers   05 juin 2017
Alors même qu'elle se faisait ces réflexions, Sanderson se rendit compte qu'elle tiquait à ses propres euphémismes. Criminel en série était une expression vague qui recouvrait une multitude de délits qu'on utilisait en général pour temporiser l'inquiétude et adoucir la réalité de la situation. Mais à quoi bon édulcorer ? Si l'intuition d' Helen se vérifiait, et Sanderson en était de plus en plus convaincue, alors ils ne pourchassaient pas un simple délinquant. Ils traquaient un tueur en série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de M. J. Arlidge (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de M. J. Arlidge
A l'occasion du Quai du Polar 2019, rencontre avec M.J. Arlidge autour de son ouvrage "Oxygène" aux éditions Les Escales.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2287244/m-j-arlidge-oxygene
Propos traduits de l'anglais (Royaume-Uni) par Fleur Aldebert
Notes de Musique : Bibliothèque Audio Youtube
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : séquéstrationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Am stram gram..." de M.J. Arlidge.

Où le corps de Sam est-il retrouvé ?

dans une salle de cinéma
dans une piscine
dans un immeuble désaffecté

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thème : Am stram gram... de M. J. ArlidgeCréer un quiz sur ce livre
.. ..