AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782369350620
50 pages
Éditeur : Le Passager Clandestin (18/10/2016)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 56 notes)
Résumé :
En 2008, les États-Unis s'apprêtent à voter pour leur prochain président. Dans l'État de l'Indiana, dans le comté de Monroe, dans la petite ville de Bloomington, la rumeur enfle et semble se confirmer peu à peu... Et si c'était ici qu'allait se décider le résultat du scrutin ? Depuis que le pays s'est converti à la « démocratie électronique », le puissant ordinateur Multivac sélectionne LE citoyen qui décidera du nom du prochain leader du monde libre. L'omnisciente ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
BazaR
  26 janvier 2017
Ça m'arrive rarement avec Isaac Asimov, mais cette fois je sors plutôt mitigé de sa nouvelle.
Cette histoire est pourtant écrite avec sa verve habituelle, si « fluent » et sans complexité. Mais c'est sur ses postulats que j'ai bloqué. L'idée est que la science américaine a pu créer un ordinateur suffisamment puissant pour extrapoler une image précise de l'opinion publique à partir de l'avis d'un seul homme, si bien que l'élection présidentielle ne demande l'avis que d'un seul quidam trié sur le volet pour être le plus « normal » et représentatif possible.
L'histoire est celle de ce bonhomme, Norman, désigné pour l'élection de 2008 (Obama), et de sa famille. La partie qui insiste sur la réaction de Norman devant sa sélection en tant qu'unique électeur, écrasé par la responsabilité et l'appréhension, et sur celle de sa femme qui se voit déjà briller en société, est celle qui m'a plu le plus.
Mais je n'ai pas pu accepter l'idée de prévoir la valeur moyenne de l'opinion de centaines de millions de gens à partir d'un seul. Cela défie trop les lois statistiques. L'échantillon doit avoir une taille minimale non négligeable pour être représentatif du grand nombre. D'autre part, je crois que la population elle-même se rebellerait contre une telle disposition, ou alors elle ne vit plus dans un état démocratique. Je sais, c'est le postulat, l'axiome de départ de la nouvelle que je remets en cause. Je ne suis pas arrivé à m'en empêcher.
Au-delà du postulat, Asimov semble s'inquiéter des nouvelles méthodes de sondage d'opinion qui apparaissent à l'époque où il écrit cette nouvelle. La situation présentée ici représente l'asymptote inatteignable, la limite où la démocratie rend les armes. C'est un avertissement qu'il donne. Et finalement, quand on voit les nuées modernes de sondage qui influencent l'opinion et les candidats, on se dit qu'il n'a pas crié assez fort.
Un élément curieux : l'être humain qui est sélectionné pour « élire » le président ne peut être qu'un homme. Pourquoi Asimov a-t-il rejeté les femmes du panel alors qu'elles ont le droit de vote aux États-Unis depuis les années 1920 ? C'est très étrange. Je ne l'imagine pas misogyne pourtant.
Enfin, la fin manque d'un bon coup de théâtre à mon humble avis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          444
Kalgan
  25 septembre 2018
Cette courte nouvelle qui s'inscrit dans la tradition de la plupart des autres nouvelles d'Asimov mais qui n'a pas su trouver de recueil où s'insérer met en scène de manière très classique un récit anticipateur donnant matière à réflexion sur la place que pourrait avoir les robots dans notre futur société et s'ils pourraient prendre des décisions à la place des hommes.
Il est cependant difficile de cerner ce qu'a voulu transmettre comme message Asimov à par toujours la même interrogation sur la légitimité des robots dans notre société future. La place de A Voté dans son oeuvre reste, elle, énigmatique, si ce n'est parmi ses centaines d'autres nouvelles. Editer un livre donc uniquement pour cette petite nouvelle, certes très divertissante et bien écrite, est troublant étant donné la grande banalité de cette nouvelle d'Asimov. Cependant cette banalité n'est pas rédhibitoire et la nouvelle présente un réel intérêt pour tout ceux qui souhaite découvrir l'ensemble des oeuvres d'Asimov. L'éditeur aura eu le mérite de nous faire découvrir une nouvelle de plus du bon docteur dans l'immensité de son oeuvre, et surtout de nous avoir distrait le temps de quelques instants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
SZRAMOWO
  08 avril 2017
Les éditions le passager clandestin ont réédité, fort à propos, la nouvelle d'Isaac Asimov, « A voté », fin 2016, alors que la campagne des primaires de la Droite et du Centre en France se concluait par l'élection d'un candidat qui n'était pas le favori des sondages.
La nouvelle d'Asimov, écrite en 1955, propose une vision futuriste de l'élection du 4 novembre 2008 (celle d'Obama) dans une Amérique livrée pieds et poings liés aux sondeurs et autres spin doctors.
Performance remarquable de l'écrivain qui nous projette dans un monde pas si éloigné que ça de celui dans lequel nous vivons.
Les élections traditionnelles n'existent plus en 2008 aux USA. Un ordinateur scientifique surpuissant, Multivac, ingère toutes sortes de données et désigne chaque année un électeur unique qui après une batterie de tests concoctés par la machine désigne le candidat vainqueur.
A tel point que l'on parle davantage de l'électeur que de celui qui a été élu :
« Quand on parle du gouvernement Ridgely de 1996 (…) On parle du « Maudit vote Mac Comber, comme si Humphrey Mac Comber était le seul responsable parce que c'est lui qui a dû affronter Multivac. »
La famille Muller vit à Bloomington, Indiana, Sarah Norman et leur fille Linda, 10 ans, hébergent le père de Norman, Matthew Hortenweiler.
Ce dernier a du mal à faire comprendre à Linda, excitée par la perspective de voir son père désigné comme électeur, qu'il a connu une époque où tous les citoyens votaient :
« Vois-tu, parfois il fallait toute une nuit pour compter les votes, et les gens s'impatientaient. »
Nouvelle visionnaire qui traduit, bien longtemps avant qu'elle ne survienne, la crise de la représentation politique, l'effet d'attraction répulsion de l'opinion et des politiques vis-à-vis des sondages, depuis le 21 avril 2002 et l'échec sondagier du Brexit et de l'élection de Trump.
Je crois les sondages lorsqu'ils me sont favorables et je les nie lorsqu'ils ne le sont pas, me retranchant derrière ces études d'un nouveau genre mesurant le buzz sur les réseaux sociaux et attestant de l'existence d'un vote ou d'un électeur caché…
Avec sa nouvelle, A voté !, Asimov pousse à peine le bouchon un peu loin, suggérant que l'analyse des données sociétales du corps électoral pourrait remplacer une élection nécessitant que chacun exprime son choix dans les urnes.
Qui n'a jamais eu la tentation de penser, si je n'allais pas voter, est-ce que cela changerait fondamentalement le sens du vote ? Tentation dont on nous dit aujourd'hui qu'elle guette de 35 à 40 % du corps électoral.
Si elle est visionnaire, la nouvelle d'Asimov est aussi une mise en garde contre cette tentation de penser que le vote n'a plus aucune utilité.
A lire et à méditer dans le contexte actuel. Cela vaut les 4 euros que vous avez économisés en n'allant pas voter aux primaires de la Droite et du Centre et de la Belle Alliance Populaire.
En annexe du texte, une étude intéressante sur le contexte dans lequel a été écrit la nouvelle et notamment une chronologie de l'histoire des succès et des ratés des sondages prédictifs aux USA. Ceux-ci voient le jour dès 1936 avec l'institut Gallup qui s'illustre en annonçant le succès de Franklin Roosevelt…depuis, de l'eau a coulé sous le pont des instituts de sondages.

Lien : http://desecrits.blog.lemond..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
Dionysos89
  21 juillet 2020
Les éditions du Passager clandestin ravivent, avec leur collection Dyschroniques, des nouvelles de science-fiction d'auteurs devenus classiques pour éclairer les enjeux politiques d'aujourd'hui. Il en est ainsi de la nouvelle « A voté » (« Franchise » en anglais) d'Isaac Asimov, qui date de 1955.
Plongée en post-démocratie
Fin du XXe siècle, les États-Unis d'Amérique ont cessé cet archaïsme que sont les élections où tout citoyen a la possibilité de glisser un bulletin dans l'urne, c'est désormais le superordinateur Multivac qui est chargé de désigner celui ou celle qui représentera l'électorat tout entier à la prochaine présidentielle. Dans la famille de Norman Muller, on s'inquiète : lui n'est pas très concerné, mais sa fille Linda veut en savoir toujours plus sur ce que sont ces élections, sa femme Linda s'inquiète de leur situation économique et son beau-père Matthew se la joue philosophe mais a bien du mal à apprécier ce nouveau système électoral. Au milieu de tous ces avis divergents, Norman est bien démuni pour réagir convenablement quand l'impensable arrive : des agents semblant tout droit sortis du FBI rôdent dans sa ville laissant penser que l'unique électeur choisi par Multivac pourrait être un concitoyen tout proche de chez lui.
Concept simple, intrigue simple
Ce qu'il y a de bon dans une nouvelle de science-fiction, c'est que c'est toujours l'occasion de saisir un postulat scientifique et de le pousser le plus loin possible en quelques pages. C'est d'autant plus le cas avec des auteurs devenus classiques comme Isaac Asimov, car au moment d'écrire telle ou telle idée, elle semble neuve. Dans cette anticipation politique, là où Isaac Asimov est intéressant, c'est qu'il ne choisit pas de laisser reposer tout le vote sur un superordinateur, mais il utilise celui-ci pour faire reposer le vote sur une seule personne ; l'aspect humain reste prépondérant. Mais en cela, il renforce la personnification que nous connaissons déjà par les campagnes électorales centrées sur les querelles d'ego. Les idées passent à la trappe, car ce n'est plus ce qui est mis en avant ou vanté par ceux qui mettent en forme l'information : ici, Multivac pose des questions sur tout, mais cela ne se traduit jamais par une pensée politique éventuellement opposable à une autre. D'ailleurs, Isaac Asimov en profite pour faire quelques simplifications dans le système électoral : on sent bien qu'il parle des élections américaines du XXe siècle (le traditionnel mois de novembre), mais plusieurs détails font tiquer comme celui de considérer que « Quand les élections étaient terminées, on comptait le nombre de gens qui voulaient le démocrate et le nombre de gens qui voulaient le républicain. Celui des deux qui avait le plus de voix était élu. », affirmation fausse du fait du système des « grands électeurs » aux États-Unis (preuve en fut l'élection de Donald Trump en 2016), mais peut-être est-ce délibéré de mettre cette affirmation dans la bouche d'un des personnages. C'est d'ailleurs savoureux quand on découvre l'année choisie par l'auteur pour placer son intrigue. Mais, somme toute, c'est sûrement là le but d'Isaac Asimov : mettre en place un concept simple par une intrigue simple afin de montrer que la simplicité ne résout rien ; au contraire, ici, elle obscurcit tout.
A voté est un texte intéressant où Isaac Asimov se révèle assez pragmatique, plus proche du cycle des Robots que du cycle de Fondation, sûrement, tout en assurant un minimum de réflexion sur ce qu'est une démocratie : à partir du moment où les intermédiaires se multiplient, le pouvoir est-il toujours entre les mains des citoyens ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
Croquignolle
  28 février 2018
Quel petit livre décapant ! Mon premier Asimov va me laisser des traces indélébiles d'une lecture palpitante qui interpelle et remue.
Le sujet est banal mais ô combien d'actualité, me forçant a étudier mon rôle de citoyenne de manière objective et constructive.
J'habite en Suisse et la démocratie directe, qui m'appelle aux urnes souvent - trop ? - me fait parfois bien râler. Comment, par exemple, puis-je me prononcer sur la modification de la loi sur les épizooties, lorsque je ne comprends même pas la question ?
Voilà à quoi ce petit livre m'a fait penser !
Au lieu de râler, je dois à tout prix être reconnaissante d'avoir la parole, de pouvoir donner mon point de vue sur de nombreux sujets, de choisir mes dirigeants, mes priorités, mes lois.
Accepterais-je que quelqu'un vote pour moi ? Pas sûr !
Chaque voix compte !
Tâchons de ne pas l'oublier avant qu'il ne soit trop tard !
Commenter  J’apprécie          264

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
BazaRBazaR   24 janvier 2017
Il portait une petite moustache, jadis blonde, qui, au début de son mariage, lui donnait un air jovial aux yeux de la jeune Sarah, mais dans laquelle celle-ci, maintenant que la moustache grisonnait, ne voyait plus que l'indice d'un manque de distinction. Son front se creusait de profondes rides nées de l'incertitude et, de façon générale, la pensée d'être né pour la gloire ou de pouvoir l'atteindre un jour n'avait jamais effleuré son esprit routinier. Il avait une femme, un emploi, une petite fille et, sauf en de rares moments d'exaltation ou de dépression, il estimait avoir conclu avec la vie un marché raisonnable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
OsmantheOsmanthe   13 décembre 2016
Dans ce monde imparfait, les citoyens souverains de la première et la plus grande démocratie électronique avaient, par l'intermédiaire de Norman Muller (par son intermédiaire à lui !), exercé une fois de plus, librement et sans contrainte, leur droit électoral.
Commenter  J’apprécie          110
Erik35Erik35   04 mars 2017
- Ecoutez, j'étais là quand ils ont installé Multivac. Ils disaient que la machine mettrait fin à la politique de partis, qu'elle éviterait aux contribuable de gaspiller leur argent en campagnes électorales. Ils affirmaient que, grâce à cette machine, on ne verrait plus se pousser vers le Congrès ou la Maison-Blanche des nullités aux sourires stéréotypés s'appuyant sur une habille publicité. Et qu'est-ce qui se passe en réalité ? Il y a plus de campagne que jamais, seulement, maintenant, elles se font en cachette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
YunyunYunyun   11 novembre 2016
Multivac vous a désigné comme le citoyen le plus représentatif pour cette année. Non pas le plus intelligent, le plus fort ou le plus chanceux, mais simplement le plus représentatif. Or, nous ne pouvons remettre en question les décisions de Multivac, n'est-ce pas ?
Commenter  J’apprécie          30
BazartBazart   27 novembre 2016
"Mr Muller, au nom du président des États-Unis je dois vous informer que vous avez été désigné pour représenter l’électorat américain le mardi 4 novembre de l’an 2008 »
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Isaac Asimov (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isaac Asimov
Montée des populismes, politique spectacle, influence de la technologie sur la pensée… Les grands romans de science-fiction d'Isaac Asimov, George Orwell ou Aldous Huxley rencontrent de nos jours des échos troublants. Comment la science-fiction s'empare-t-elle aujourd'hui du fait politique, à quelques jours des élections américaines et en pleine crise environnementale et sanitaire ?
Suivre la bibliothèque : SITE http://www.bpi.fr/bpi BALISES http://balises.bpi.fr FACEBOOK https://www.facebook.com/bpi.pompidou TWITTER https://twitter.com/bpi_pompidou
autres livres classés : électionsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fondation d'Isaac Asimov

De combien de parties est composé ce premier livre ?

Trois parties
Quatre parties
Cinq parties
Six parties

10 questions
75 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle de Fondation, tome 1 : Fondation de Isaac AsimovCréer un quiz sur ce livre

.. ..