AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070467396
1088 pages
Éditeur : Gallimard (01/09/2016)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Les sept premières missions qui se sont posées sur Callisto n'ont plus jamais donné signe de vie. Pourquoi en irait-il autrement de la huitième? Peut-être parce qu'il s'y trouve un certain passager clandestin... Des ouvrier extraterrestre, ayant entendu parler de la légende du père noël, exigent - sous peine d'une grève qui paralyserait Ganymède - que le merveilleux bonhomme à barbe blanche descende du ciel pour leur apporter des cadeaux. Imaginez des chats à quatre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Hippolyte78
  12 juillet 2017
27 nouvelles, les 27 première, de l'auteur aujourd'hui très connu Isaac Asimov.
Il s'agit donc ici des 27 première nouvelles publié d'Asimov, dans leur ordre chronologique d'édition ( et non de redaction ).
Ces nouvelles étaient à l'époque publié dans des pulps magazine.
Qu'est ce donc un pulps ?
Il s'agissait de publication magazine américaine en vogue dans la moitié du XX siècle. Il était publié dedans essentiellement des nouvelles, que ce soit science fiction, fantasy, thriller, fantastique, erotisme, etc... Et on pourrait presque dire que les genres de l'imaginaire leurs doivent beaucoup. En effets ce sont dans ces magazines qu'on a découvert, les auteurs adoré par les fans de SFFF. Que ce soit Isaac Asimov ou Philip K. Dick pour la science fiction, Robert E. Howard pour la fantasy, et H.P. Lovecraft pour le fantastique. Rien que ça.
Ce qui fait le succès des ces magazines, c'est leur très bas coût, dut à l'utilisation d'un papier de mauvaise qualité.
Et donc les nouvelles de ce recueil ont été publié dans ces magazines. Ce sont les premières nouvelle d'Asimov, donc bien sûr, tout ne sont pas aussi excellente, que pour ses oeuvres connus ( Fondation, Les robots ). En effet certaines souffrent d'incohérence, ou même de la naïveté de l'auteur.
Mais là ou est le réel intérêt du recueil selon moi, c'est que chaque nouvelle est suivi d'un commentaire de l'auteur lui même.
Ces commentaires font la transition entre les deux nouvelles en abordant différent sujet autour de son oeuvre. En effet, il fait un retour sur sa nouvelle, et aborde plusieurs sujet et anecdote, sur le monde de l'édition.
Une vision personnel car il se base sur son expérience, mais on peut aisément supposer qu'il en était de même pour les autres auteurs.
Il nous parle de l'utilisation très fréquente du pseudonyme dans ce milieu, il parle du non respect des éditeurs pour les oeuvres et les auteurs, en effet ces dernier n'hésitez pas à couper des passage entier du texte, dans le cas d'Asimov c'était souvent les passage avec des explications scientifiques. On apprend que beaucoup de magazine payait l'auteur 1 cents du mots. Etc...
Recueil de nouvelle donc très intéressant pour ses nouvelles et pour son auteur bien entendu, mais surtout pour les explication quand au monde de l'édition Pulps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
hellrick
  26 novembre 2018
Jadis (au milieu des années '70) découpé en quatre recueils distincts (DANGEREUSE CALLISTO, NOEL SUR GANYMEDE, CHRONO MINETS et LA MERE DES MONDES), ce pavé de près de 1 100 pages (intitulé dans son édition originale « The Early Asimov ») fut finalement traduit et rassemblé en un unique volume en 2016. Il rassemble 27 nouvelles de jeunesses écrites par le Grand Maitre de la science-fiction durant sa troisième décennie. Bien sûr certains textes importants, déjà abondamment publiés (comme « Quand les ténèbres viendront ») n'y figurent pas et le recueil omet logiquement tous les textes relevant des cycles de FONDATION et des ROBOTS. N'empêche, l'amateur du bon docteur y trouvera largement son compte.
Si certains récits paraissent à présent trop classiques, stéréotypés ou manquent tout simplement de maitrise, difficile de faire la fine bouche en se rappelant qu'Asimov les écrivit à 20 ans et qu'elles sont néanmoins, pour la plupart, dans la bonne moyenne de la SF encore tâtonnante de cet âge d'or (l'entre-deux Guerres).
Asimov étant souvent présenté comme vaniteux ou austère, les textes explicatifs très intéressants qui accompagnent chaque récits tempère l'opinion que l'on peut avoir de l'écrivain : il se montre certes confiant dans ses capacités mais fait également preuve de modestie, reconnaissant la faiblesse de certains textes (« Cette histoire n'est pas bonne, je le reconnais, mais non dépourvue d'un certain intérêt. »), admet la supériorité d'autres auteurs (Heinlein notamment) et l'apport déterminant de l'éditeur John W. Campbell (d'Astounding). Ce-dernier, par ses conseils pertinents, s'avère prépondérant dans la construction du style Asimov, permettant une progression indéniable dans la qualité de ses textes, lesquels deviennent plus long et mieux construits, moins schématiques également dans la caractérisation de ses protagonistes, au départ très clichés, Asimov n'ayant pas encore de véritable « expérience de vie », notamment dans ses relations amoureuses lors de l'écriture de ses premiers récits.
Les lecteurs actuels pourront certes trouver beaucoup de ces nouvelles décevantes ou inabouties (ébauches de thèmes que d'autres – ou Asimov lui-même – développeront bien mieux par la suite) mais, pourtant, leur lecture se révèle agréables.
A quelques exceptions près, la plupart sont intéressantes, proposant d'ailleurs des éléments qui reviendront par la suite dans l'oeuvre d'Asimov, comme le concept de psycho-histoire et Trantor qui apparaissent dans « Homo Sol » avant de trouver leur véritable ampleur avec FONDATION.
Bien sûr, la naïveté de certains juvéniles reste évidente (« L'arme trop effroyable pour être utilisée ») mais l'humour fonctionne (par exemple dans « le Petit Bonhomme du métro » écrit en collaboration avec Frederick Pohl qui questionne le besoin des humains de divinité ou « Super Neutron » qui préfigure les réunions du Club des Veufs Noirs).
Plus axée sur le fantastique « Auteur Auteur » explore le thème (exploité par Stephen King dans LA PART DES TENEBRES) du personnage de roman qui prend vie pour demander des comptes puis menacer son créateur. « Arrêt de mort » traite des fameux robots positroniques tandis que « Aucun rapport » s'inscrit dans la tradition des espèces animales ayant accédés à l'intelligence (dans la lignée de LA PLANETE DES SINGES ou DEMAIN LES CHIENS) avec ses ursidés archéologues accueillant des réfugiés chimpanzés alors que le monde s'approche de la destruction nucléaire.
Forcément inégal, sans doute mineur par rapport aux chefs d'oeuvres ultérieurs du Bon Docteur, PERIODE D'ESSAI se lit pourtant avec une facilité et un plaisir incroyable et ces 1 100 pages se dévorent si vite que le lecteur a ensuite pour seule envie de se plonger davantage dans l'oeuvre d'Asimov, par exemple en piochant dans ses innombrables nouvelles ou en s'attelant à sa monumentale autobiographie. En résumé : sitôt l'ouvrage refermé on en redemande. Une somme !

Lien : http://hellrick.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PaulBqnt
  16 octobre 2016
Avec ce gentil pavé on évolue avec l'auteur et le début de son oeuvre, notons les agréables précisions biographiques et éditoriales publiées entre chaque nouvelle.
Malgré une superbe couverture, je ne pense pas qu'il soit judicieux de se lancer dans cette lecture sans connaissance de l'oeuvre Asimov, cette lecture est à conseiller aux mordus de SF et fan des cycles d'Asimov.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Hippolyte78Hippolyte78   10 juillet 2017
Comme la suite le prouva, mon peu de goût pour les noms de plume me servit. En effet, le nom d'Isaac Asimov est assez frappant par lui même. La première fois, son étrangeté vous surprend, et la seconde, il éveille en vous un écho. Je suis quant à moi convaincu que je dois une partie de mon succès au fait que mon nom devint vite familier à mes lecteurs qui aimaient à le retrouver dans d'autre publications.
Comble du comique, ainsi que je ps m'en convaincre par la suite, nombre de mes lecteurs croyaient dur comme fer qu'Isaac Asimov était un pseudonyme choisi par moi pour attirer leur attention et que je devais m'appeler John Smith comme tout le monde. J'eus parfois beaucoup de peine à les convaincre qu'il n'en était rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Hippolyte78Hippolyte78   13 juillet 2017
-Pauvre Vénus ! fit-il d'un ton pénétré et mélancolique. Il y a cinquante ans, des Terriens y ont débarqué, nous promettant paix et abondance... et nous y avons cru. Nous leur avons montré nos mines d'émeraude, les racines de juju et leurs yeux ont brillé de convoitise. Ils sont venus toujours en plus grand nombre et leur arrogance n'a fait que croître. Et maintenant...
-Tout cela est navrant, en effet, Antil, fit Karl, mais tu le prends trop à cœur.
-Trop à cœur ! Nous a-t-on accordé le droit de vote ? Sommes-nous représentés au Congrès provincial vénusien ? N'existe-t-il pas des lois interdisant aux Vénusien de monter dans les même stratocars que les Terriens ? De prendre leurs repas dans les mêmes restaurants, ou d'habiter les même maisons ? Vos universités ne nous sont-elles pas fermées ? Les terres les plus fertiles et les mieux exposées de notre planète n'ont-elles pas été attribuée d'office à des Terriens sur notre propre planète ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Hippolyte78Hippolyte78   15 août 2017
Et maintenant, son argent fondait avec rapidité. Si l'amour de l'argent est la source de tous les maux, le besoin d'argent est sans nul doute la source de tous les désespoirs. Scanlon ébaucha un sourire en se formulant cette pensée... Pas mal !
Commenter  J’apprécie          50
PaulBqntPaulBqnt   15 octobre 2016
Ce que vous appelez "un droit" n'est rien d'autre qu'un privilège que l'on veut bien vous accorder
Commenter  J’apprécie          10
PaulBqntPaulBqnt   15 octobre 2016
Ce que la société approuve est justifié ; ce qu'elle repousse est injustifiable.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Isaac Asimov (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isaac Asimov
Montée des populismes, politique spectacle, influence de la technologie sur la pensée… Les grands romans de science-fiction d'Isaac Asimov, George Orwell ou Aldous Huxley rencontrent de nos jours des échos troublants. Comment la science-fiction s'empare-t-elle aujourd'hui du fait politique, à quelques jours des élections américaines et en pleine crise environnementale et sanitaire ?
Suivre la bibliothèque : SITE http://www.bpi.fr/bpi BALISES http://balises.bpi.fr FACEBOOK https://www.facebook.com/bpi.pompidou TWITTER https://twitter.com/bpi_pompidou
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fondation d'Isaac Asimov

De combien de parties est composé ce premier livre ?

Trois parties
Quatre parties
Cinq parties
Six parties

10 questions
75 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle de Fondation, tome 1 : Fondation de Isaac AsimovCréer un quiz sur ce livre