AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Furlan (Traducteur)
ISBN : 2253135186
Éditeur : Le Livre de Poche (01/04/1994)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.48/5 (sur 312 notes)
Résumé :
Un coup de fil-reçu au milieu de la nuit plonge Quinn, un auteur de série noire, dans une aventure plus extravagante que toutes celles qu'il aurait pu imaginer. De cette aventure, alliant un humour kafkaïen à un sens du sus-pense digne de Hitchcock, la ville illimitée, insaisissable — New York —, est le théâtre au sens le plus accompli du terme : c'est à la fois le lieu privilégié des rencontres aléatoires et la scène de l'incongruité métaphysique. Cité de verre est... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
latina
  07 juillet 2014
Alors là...je déclare qu'il faut être en pleine forme intellectuellement pour suivre les méandres intellectuels jouissifs de ce roman de Paul Auster.
C'est un auteur que j'adore, et je me suis lancée tête baissée dans la lecture.
Déjà les premières pages me plongent dans son univers un peu sombre, un peu noir : le héros est Quinn, un écrivain dont la femme et l'enfant de 3 ans sont décédés, qui vit donc seul et dont le passe-temps indispensable est la marche dans New-York. Mais ce qui se complique, c'est qu'il écrit sous un autre nom que le sien propre. Pas encore de quoi fouetter un chat, me direz-vous. Je continue : il reçoit un coup de téléphone étrange, l'interlocutrice lui demandant de se manifester, de venir à « leur » secours. Et cette personne croit qu'il est...Paul Auster. A partir de là, tout part en vrille...tout est mise en abyme, tout est duplication, jeu de miroirs ; que ce soit avec les noms, les lieux, les personnalités, avec la littérature aussi (un passage sur le « Don Quichotte » de Cervantès et un autre sur le « Paradis Perdu » de Milton que je considère comme logico-déjantés !).
Nous suivons le héros dans ses pérégrinations, pour finalement le perdre, je ne vous dis pas comment. Laissons la part de mystère à ce livre déjà bien mystérieux, quoique jubilatoire. Je peux juste vous dire que le thème de la Chute est récurrent et que le héros n'y déroge pas.
Ce n'est pas le roman d'Auster que je préfère, car la fin m'a un peu déçue. Il pose des jalons...pour mieux nous perdre ; il met en place des fils tout au long du roman, et ces fils, il n'en fait pas de pelote. C'est à cause de cette fin que je n'y ai pas adhéré totalement. Mais rien que pour l'ambiance et le jeu intellectuel, je peux quand même déclarer que j'ai beaucoup aimé.
Alors si en ces temps de vacances vous avez l'esprit libre, lisez « Cité de verre », mais pas sur la plage, vous pourriez croire avoir attrapé un sérieux coup de chaleur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          326
Asterios
  15 août 2018
Quinn, un auteur de polars se trouve par hasard, suite à une erreur téléphonique, mêlé à une affaire dont il va être l'enquêteur. Pour mener à bien ses desseins il doit se faire passer pour Paul Auster, initialement destinataire de l'appel.
Son travail va consister à protéger un couple dont le mari, handicapé, à été victime d'enfermement pendant son enfance par son père. Celui-ci, enfermé pour de nombreuses années est sur le point de sortir de prison et menace le couple.
Voila donc notre personnage principal qui se trouve dans le rôle d'un de ses personnages et qui doit tenter de se mettre dans la peau de Paul Auster.
On l'aura compris, Paul Auster (l'auteur cette fois), aime jouer avec le lecteur et n'hésite pas à faire subir à son héro les pires tourments psychologiques et identitaires. On ne s'étonnera pas de trouver en Quinn un homme plutôt torturé.
J'ai beaucoup apprécié ce livre surprenant et plein d'audace qui nous conduit dans les pérégrinations solitaires et existentielles de cet homme dans la pénombre New Yorkaise. De plus, le style narratif est très travaillé et agréable, ajoutant encore du plaisir à la lecture.
Ceci étant le premier volume d'une trilogie, je sais déjà que je me plongerai prochainement dans les autres tomes sans retenue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Louis_LUCAS
  24 mai 2017
J'ai lu pour la première fois "Cité de verre" il y a une dizaine d'années. Je venais de découvrir Paul Auster et j'enchaînais ses romans comme je me suis remis à le faire depuis quelques mois. A l'époque, j'avais continué ma découverte avec "Revenants" mais sans aucune raison valable, je n'ai pas lu "La chambre dérobée", dernier tome de cette célèbre trilogie.
Aussi, il m'a paru intéressant avant de consacrer quelques heures de lecture à ce troisième opus que j'avais boudé à l'époque de relire les deux premiers. Jusqu'à présent, je n'avais jamais relu un seul roman de l'écrivain américain et je dois dire que l'expérience a été plus que concluante.
Si la première lecture avait été une belle surprise, la deuxième a été plus riche mais non moins agréable. Il faut dire qu'entre temps, j'ai comblé beaucoup de mes lacunes sur l'auteur et que l'intention initiale du roman m'est apparu beaucoup plus clair.
Daniel Quinn, le personnage central de ce premier tome présente en effet de nombreuses ressemblances avec l'auteur qui joue avec habileté sur la figure du double littéraire, une subtile mise en abyme qui devient presque labyrinthique lorsque non pas un mais deux personnages secondaires nommés Paul Auster, l'un détective, l'autre auteur, sont introduits dans le récit. Si le roman était paru quelques années plus tard, je parlerais presque d'ambiance lynchienne mais en l'état, ce serait un anachronisme.
"Cité de verre" s'interroge sur la folie, sur la création littéraire, sur la paranoïa, le mysticisme. C'est une oeuvre complexe qui fait montre d'un sens rare de la psychologie humaine, d'une maîtrise impressionnante des schémas narratifs et d'un style à la fois moderne et exigeant sur le plan littéraire.
"Cité de verre", lorsque l'on connaît bien la biographie de l'auteur peut aussi être vue comme la mise en scène d'une hypothèse plus personnelle. Comme Daniel Quinn, Paul Auster s'est essayé brièvement au roman policier sous le pseudonyme de Paul Benjamin. Quel écrivain serait-il devenu s'il avait choisi de continuer sur cette voie ? C'est la question sous-jacente à laquelle il semble tenter de répondre mais je suis peut-être ici dans l'interprétation...
"Cité de verre" n'est que le premier tome d'une trilogie et la lecture (relecture partielle en fait) des deux suivants me fera peut-être revoir mon jugement. C'est pour cette raison que j'ai choisi de consacrer un billet à chaque roman ainsi qu'un autre pour l'intégralité de la trilogie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
tiptop92
  20 janvier 2016
Il faudrait scanner un cerveau humain pendant la lecture d'un livre de Paul Auster et voir quelle partie est sollicitée par son texte… car tout le monde ne doit pas disposer de la région cérébrale nécessaire à la compréhension de son oeuvre et donc beaucoup de lecteur ne se retrouveront pas dans ses histoires abstraites sans début et sans fin. L'impression qui domine est qu'on pourrait facilement lire ce roman à l'envers pour le même résultat, à savoir l'extase ou l'indifférence. le héros du roman est confondu par erreur avec Paul Auster lui-même, belle preuve de modestie de la part de l'auteur. Une femme lui demande alors de suivre son mari et de noter les moindres de ses faits et gestes. Cette filature qui peut laisser penser au début d'un polar ou d'un thriller est un fait un voyage au bout de la folie sur fond de crise existentielle. L'amateurn'ayant pas cette fameuse compatibilité Austérienne se trouvera plongé dans une lecture pénible, étouffante et animée de relents kafkaien assommants. C'est une longue dérive sans repères qui définitivement s'adressera à des lecteurs génétiquement austérisés. Lire ce livre pourra donc être une longue séance de torture pour le commun des mortels ou un plaisir sans fin pour ceux que la nature aura choisi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2310
Luniver
  26 mars 2014
Quinn, auteur de séries noires déprimé depuis la mort de sa femme, est réveillé en pleine nuit par un coup de téléphone. Son interlocuteur réclame le détective Paul Auster, et continue d'insister, malgré les dénégations de l'écrivain. Pour bousculer sa vie devenue sans saveur, Quinn finit par se faire passer pour le détective et accepte la mission qui lui est proposée.
Cette mission consiste à surveiller un père, récemment sorti de prison. Ce professeur avait pour obsession la « langue divine » parlée par Dieu, et était persuadé que son fils finirait par retrouver ce langage originel s'il n'entendait aucun son, le châtiant sévèrement à chaque mot anglais prononcé. La crainte est grande qu'il cherche à se venger de son fils pour avoir ruiné la quête de toute une vie.
L'intrigue du début du livre a de quoi intéresser, et je l'ai suivie avec beaucoup d'intérêt. le roman dérive cependant toujours plus vers l'étrange, ce qui a fini par me perdre complètement. J'ai refermé le livre sans savoir qu'en penser ni ce que l'auteur cherchait à me transmettre. Cette cité de verre restera une énigme pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220

critiques presse (1)
Du9   23 avril 2012
Par un glissement adroit depuis la faillibilité du langage vers celle de l’image, Karasik et Mazzuchelli avaient […] parfaitement compris ce que devait être une adaptation en bande dessinée ; et […] force est de constater que bien peu ont réussi à réitérer cet exploit.
Lire la critique sur le site : Du9
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   26 mars 2014
Si vous arrachez le tissu du parapluie, reste-t-il un parapluie ? Vous déployez les baleines, les mettez au dessus de votre tête, vous allez sous la pluie et vous voilà trempé. Est-il possible de continuer à appeler cet objet un parapluie ? En général, on le fait. À l'extrême, on dira que le parapluie est cassé. Selon moi, c'est une grave erreur, c'est la source de tous nos ennuis. Du fait qu'il ne peut plus remplir sa fonction, le parapluie n'en est plus un. Il peut bien y ressembler, il se peut que dans le passé il en ait été un, mais maintenant il s'est transformé en autre chose. Or, le mot est resté le même. Par conséquent, il ne peut plus exprimer la même chose. Il est imprécis ; il est faux ; il cache ce qu'il est censé révéler. Et si nous sommes incapables de nommer une chose ordinaire, un objet de tous les jours, comment pouvons-nous espérer parler des choses qui nous concernent vraiment ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
kathelkathel   13 février 2012
Même avant de devenir William Wilson, Quinn avait été un lecteur assidu de romans policiers. Il savait que la plupart d’entre eux étaient mal écrits et qu’en général ils ne résistaient pas au plus faible des examens critiques, mais malgré tout il y avait en eux une forme qui l’avait séduit. Il lui fallait vraiment tomber sur un spécimen d’une rare médiocrité, incroyablement mauvais, pour refuser de le lire. Alors que ses goûts dans les autres domaines de lecture étaient rigoureux au point de paraître bornés, il n’exerçait dans ce genre-là pratiquement aucune discrimination. Lorsqu’il était dans une disposition favorable, il pouvait en lire dix ou douze d’affilée sans effort. C’était une sorte de faim qui s’emparait de lui, l’envie irrépressible d’un mets particulier, et il ne s’arrêtait pas avant d’avoir mangé tout son soûl.
Ce qui lui plaisait, dans ces livres, c’était leur sens de l’abondance et de l’économie. Dans un bon roman policier rien n’est perdu, il n’y a pas de phrase ni de mot qui ne soient pas significatifs. Et même s’ils ne le sont pas en fait, ils le sont potentiellement, ce qui revient à la même chose. Le monde du livre s’anime et foisonne de possibilités, de secrets et de contradictions. Comme toute chose vue ou dite, même la plus petite, la plus banale, peut influer sur le dénouement de l’histoire, rien ne doit être négligé. Tout devient essentiel ; le centre du livre se déplace avec chaque événement qui le pousse en avant. Le centre en est donc partout et on ne peut en dessiner la circonférence avant que le livre n’ait pris fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LuniverLuniver   26 mars 2014
Quinn s'était souvent représenté cette situation : le plaisir soudain, inattendu, de tomber sur un de ses lecteurs. Il avait même imaginé la conversation qui s'ensuivrait : lui, délicieusement embarrassé pendant que l'étranger faisait l'éloge du livre, puis, avec beaucoup de résistance et de modestie, acceptant («puisque vous y tenez») d'inscrire une dédicace sur la page de titre. Mais maintenant que la scène avait lieu, il se sentait très déçu, voire irrité. La jeune fille assise à côté de lui ne lui plaisait pas, et il était offensé de la voir parcourir avec désinvolture ces pages qui lui avait demandé tant d'efforts. Il se retint pour ne pas lui arracher le livre des mains et s'enfuir dans la gare avec.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
fertiti65fertiti65   12 mars 2018
Prenez le mot qui désigne une chose "parapluie" par exemple. Lorsque je dis le mot "parapluie", vous voyez l'objet dans votre esprit. Vous voyez une sorte de manche, muni de rayons de métal rabattables formant une armature pour un tissu imperméable, et qui, lorsqu'il est ouvert, vous protège de la pluie. Ce dernier détail est important. Non seulement un parapluie est une chose, c'est aussi une chose qui remplit une fonction - en d'autres termes, qui exprime la volonté humaine. Si vous voulez bien y songer, tout objet est semblable au parapluie en cela qu'il remplit une fonction. Un crayon sert à écrire, un soulier est fait pour être porté, une voiture pour être conduite. Voici maintenant ma question. Que se passe-t-il lorsqu'une chose ne remplit plus sa fonction ? Est-elle toujours la même chose ou est-elle devenue autre ? Si vous arrachez le tissu du parapluie, reste-t-il parapluie ? Vous déployer les baleines, les mettez au-dessus de votre tête, vous voilà sous la pluie et vous voilà trempé. Est-il possible de continuer à appeler cet objet un parapluie ?
En général on le fait. A l'extrême on dira que le parapluie est cassé. Selon moi c'est une grave erreur, c'est la source de tous nos ennuis. Du fait qu'il ne peut plus remplir sa fonction, le parapluie n'en est plus un.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
GaBuZoMeuGaBuZoMeu   16 janvier 2018
Etait-il possible de persuader ceux qui l'écoutaient au point de leur faire approuver ses paroles alors même qu'ils ne le croyaient pas ? En d'autres termes, jusqu'à quel point les gens toléreraient-ils le blasphème pourvu qu'ils s'en divertissent ? La réponse est évidente n'est-ce pas ? Jusqu'à n'importe quel point. La preuve en est que nous lisons encore ce livre. Il reste pour nous extrêmement amusant. Et c'est finalement tout ce qu'on veut d'un livre - être diverti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Paul Auster (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Auster
Coffret Noël littérature étrangère https://www.lagriffenoire.com/100784--coffret-litterature-poche.html - Les inséparables de J. Cohen éd. Mercure de France - Miss Jane de Brad Watson éd. Grasset - Les fureurs invisibles du c?ur de J. Boyne éd JC Lattès - L'Arabe du futur - volume 4 (4) de R. Sattouf éd Allary https://www.lagriffenoire.com/125718-achat-bd-l-arabe-du-futur---volume-4.html - Indélébiles de Luz éd. Futuropolis https://www.lagriffenoire.com/131207-achat-bd-indelebiles.html - Je vais m'y mettre de F. Oiseau éd Pocket https://www.lagriffenoire.com/90782-divers-litterature-je-vais-m-y-mettre.html - Je suis Jeanne Hébuterne de O. Elkaim éd. Points https://www.lagriffenoire.com/109376-divers-litterature-je-suis-jeanne-hebuterne.html - Mille jours à Venise Mille jours à Venise de M. de Blasi éd. Folio https://www.lagriffenoire.com/123385-poche-mille-jours-a-venise.html - Les Cygnes de la Cinquième Avenue de M. Benjamin éd. Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/103936-divers-litterature-les-cygnes-de-la-cinquieme-avenue.html - Hollywood Boulevard de M. Benjamin éd. Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/103936-divers-litterature-les-cygnes-de-la-cinquieme-avenue.html - Valentine ou la belle saison de A-L. Bondoux éd. Fleuve https://www.lagriffenoire.com/127219-divers-litterature-valentine-ou-la-belle-saison.html - le roi chocolat de T. Montoriol éd. Gaïa https://www.lagriffenoire.com/121462-divers-litterature-le-roi-chocolat.html - Habemus piratam de P. Raufast éd. Alma https://www.lagriffenoire.com/127247-divers-litterature-habemus-piratam.html - Vidocq, du bagne à la préfecture de B. Roy-Henry éd. Archipel https://www.lagriffenoire.com/133369-encyclopedie-vidocq--du-bagne-a-la-prefecture.html - Alain Decaux raconte l'histoire de France de A. Decaux éd. Perrin https://www.lagriffenoire.com/134981-article_recherche-alain-decaux-raconte-l-histoire-de-france.html - L'Affaire Rose Keller de L. Miserole éd. French Pulp https://www.lagriffenoire.com/124185-divers-litterature-l-affaire-rose-keller.html - Ça raconte Sarah de P. Delabroy-Allard éd. de Minuit https://www.lagriffenoire.com/123573-divers-litterature-ca-raconte-sarah.html - 4 3 2 1 de P. Auster éd. Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/102638-divers-litterature-4-3-2-1.html - J'ai couru vers le Nil de A. El Aswany éd. Actes Sud https://www.lagriffenoire.com/123188-divers-litterature-jai-couru-vers-le-nil.html - L'immeuble Yacoubian de A. El Aswany éd. Babel https://www.lagriffenoire.com/23382-poche-l-immeuble-yacoubian-babel-843.html - Femme à la mobylette de J-L. Seigle éd. J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/126808-romans--femme-a-la-mobylette.html - Chien-Loup de S. Joncour éd. Flammarion https://www.lagriffenoire.com/121299-divers-litterature-litterature-francaise---chien-loup.html - Tu t'appelais Maria Schneider de V. Schneider éd. Grasset https://www.lagriffenoire.com/120585-divers-litterature-tu-t-appelais-maria-schneider.html - Un fils obéissant de L. Seksik éd. Flammarion https://www.lagriffenoire.com/121295-divers-litterature-litterature-francaise---un-fils-obeissant.html - La Croisière Charnwood de R. Goddard éd. Sonatine https://www.lagriffenoire.com/131891-nouveautes-polar-la-croisiere-charnwood.html - Tout cela je te le donnerai de D. Redondo éd. Fleuve https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=109560&id_rubrique=338 - Concours pour le Paradis de C. Renucci éd. Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/121084-divers-litterature-concours-pour-le-paradis.html - La vérité sort de la bouche du cheval de M. Alaoui éd. Gallimard https://www.lagriffenoire.com/121725-romans--blanche---la-verite-sort-de-la-bouche-du-cheval.html - le douzième chapitre de J. Loubry éd. Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/124878-nouveautes-polar-le-douzieme-chapitre.html - Les fantômes du vieux pays de N. Hill éd. Folio https://www.lagriffenoire.com/122638-essai-les-fantomes-du-vieux-pays.html - Présumée disparue de S. Steiner éd. Les Ar
+ Lire la suite
autres livres classés : new yorkVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Paul Auster

Sous quel pseudonyme a-t-il publié un roman ? (indice : ce pseudonyme est également le nom de certains de ses personnages)

Paul Dupin
Paul Retsua
Paul Benjamin
Paul Palace

10 questions
226 lecteurs ont répondu
Thème : Paul AusterCréer un quiz sur ce livre
.. ..