AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253098639
Éditeur : Le Livre de Poche (01/06/2016)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 281 notes)
Résumé :
Elsa n’a plus froid, plus faim, plus peur depuis qu’un accident de montagne l’a plongée dans le coma.
Thibault a perdu toute confiance le jour où son frère a renversé deux jeunes filles en voiture.

Un jour, Thibault pénètre par erreur dans la chambre d’Elsa et s’installe pour une sieste. Elle ne risque pas de le dénoncer, dans son état. Mais le silence est pesant, même face à quelqu’un dans le coma. Alors, le voilà qui se met à parler, sans att... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (104) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
06 juin 2015
Elsa est dans le coma à la suite d'un accident d'alpiniste, dans la chambre 52. Thibault essaie en vain de pousser la porte de la chambre 55 où est soigné son frère, responsable d'un accident de voiture qui a coûté la vie à deux adolescentes. Épuisé, Thibault entre dans la chambre 52. « Je suis en train de me réjouir à l'idée d'aller voir une fille dans le coma. » (p. 108) Alors que les médecins parlent de la débrancher et de la laisser partir, Thibault est convaincu qu'Elsa l'entend. Et c'est le cas : depuis des semaines, elle entend mais ne parvient pas à se manifester. Thibault saura-t-il la tirer de son long sommeil ?
Aie aie aie. Par quel bout commencer ? Encore une fois, mon goût pour les listes va être bien utile.
Le style est facile, sinon pauvre, cousu d'expressions toutes faites et de phrases attendues.
Il y a des coquilles et des mots manquants. Ou alors c'est une nouvelle façon d'écrire et on ne m'a pas prévenue.
La jeune fille en couverture, euh… Oui, c'est pour quoi, s'il vous plaît ?
Il y a trop de personnages secondaires qui ne servent à rien ! OK, la petite famille Julien, Gaëlle et bébé Clara est choupi, mais sinon ?
Les détails censés donner du poids aux personnages sonnent faux : c'est bon, on a compris, Thibault aime le jus de poire, d'accord d'accord.
Un peu brutale, la fin du frère assassin du gentil héros parrain gâteau, non ?
Attention, le gros morceau : ON NE TOMBE PAS AMOUREUX DE QUELQU'UN QU'ON NE CONNAÎT PAS, ENCORE MOINS SI LA PERSONNE EN QUESTION N'INTERRAGIT PAS AVEC VOUS ! Elsa entend peut-être tout, mais elle ne manifeste rien. Donc, en pratique, Thibault tombe amoureux d'une gisante reliée à des fils et à des machines et qui ne peut pas bouger. Ça ne vous semble pas un peu glauque, vous ? Pour la belle histoire romantique, on repassera.
J'arrête là pour ce roman qui, hélas, ne m'a pas accrochée. Il se lit très vite et fera un excellent divertissement de vacances auprès du public visé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          475
nannou71
18 avril 2017
"Tout le monde pensait que c'était impossible. Un imbécile est venu qui ne le savait pas, et qui l'a fait.". Cette sitation est au point de depart de cette histoire ! Et bien bravo Cécile Avit. Pari réussi.
Si je devait utiliser 2 mots pour décrire ce livre, ce serait hasard et espoir.
Une très belle histoire de rencontre.
Une écriture fluide et agréable. On se laisse emporter par cette rencontre de 2 âmes.
Pour un premier roman, c'est prometteur. Ce n'est pas de la grande littérature, mais que c'est agréable à lire ! Ce livre donne envie de sourire à la vie.
Commenter  J’apprécie          310
RazKiss
13 octobre 2016
J'ai été plutôt charmée par ce roman ayant remporté en 2015 le Prix Nouveau Talent. Il s'agit d'un concours d'écriture organisé par la Fondation Bouygues Telecom, les candidats s'inspirent d'une citation. La récompense pour l'heureux élu est la publication de son premier roman ! La citation de l'année 2015 vient de Marcel Pagnol, mais je n'en dis pas plus...
Ce que j'ai préféré c'est l'originalité de l'histoire. Elsa est une jeune femme passionnée d'alpinisme qui a malheureusement été victime d'une avalanche. Cela fait déjà 5 mois qu'elle est dans le coma et, d'après ses médecins, elle ne se réveillera jamais. Thibault est un gars un peu paumé dans sa vie. Il hait son frère, hospitalisé après avoir pris le volant en état d'ébriété et renversé deux filles. Il refuse de le voir mais il conduit régulièrement sa mère à l'hôpital. Un jour, il entre par erreur dans la chambre d'Elsa. Cette chambre deviendra son refuge et une certaine intimité se créera entre Elsa et lui. Ils ne se connaissent pas et, pourtant, ils vont rapidement tomber amoureux l'un de l'autre. Cela paraît complètement dingue et plutôt glauque, mais ce n'est pas du tout ce que j'ai ressenti. Je tire vraiment mon chapeau à l'auteure, car cette histoire d'amour m'a semblé très naturelle .
Les deux personnages principaux sont également narrateurs, on passe de l'un à l'autre à chaque chapitre. Ca tombe bien parce que je les apprécie tous les deux. Elsa décrit très bien les choses, autant les émotions ressenties par un(e) alpiniste que les sensations éprouvées par une personne dans le coma. Thibault a une vie bien plus normale qu'Elsa mais, bizarrement, il est peut-être plus difficile à cerner. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui aime autant le jus de poire et qui s'endorme aussi vite et n'importe où, ça frise la narcolepsie !
L'écriture est très simple et se rapproche plutôt du langage oral. J'aime habituellement les styles plus travaillés, mais là ça ne m'a pas trop dérangée. On est vraiment dans la tête des personnages et on se sent proche d'eux, on se met facilement à leur place. C'est un livre qui se lit très vite, j'avais toujours envie de connaître la suite. D'ailleurs, même si j'ai apprécié la fin, j'aurais aimé que cela continue encore un peu.
Pour un premier roman, c'est assez réussi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Gaoulette
22 février 2016
Je vais être honnête si je m'étais mise à faire la critique de ce roman à la fin de ma lecture, je l'aurais descendu. Mais après une bonne nuit de sommeil je me suis calmée. En plus je l'avais lu dans le cadre d'un challenge Babelio multi-défi dans l'item âme sensible s'abstenir pour les émotions fortes.
Elsa 29 ans est dans le coma depuis 5 mois. Elle entend tout ce qui se passe autour d'elle. Les médecins la pensent condamnée. Un jour débarque dans sa chambre un parfait inconnu Thibault trentenaire qui décide de roupiller à côté d'elle. Rencontre assez insolite quand même. En quelques semaines, ces deux-là vont nouer une drôle de relation chacun dans son monde.
J'attendais beaucoup de ce roman car j'avais entendu que c'était rempli d'émotion. Et bien je l'attends toujours. Malheureusement à part les 10 dernières pages, j'ai été complétement hermétique à cette romance. Ce n'est pas que je suis une femme sans coeur oh que non car j'adore les histoires émouvantes mais là rien ne s'est passé pour moi. Ce roman m'a fait penser à Une larme m'a sauvé d'Angèle Lieby et Et si c'était vrai de Marc Levy deux livres coup de coeur mais cette fois ci rien. Nada pour moi. Pourquoi ? Tout d'abord, je tiens à dire des deux héros seule Elsa m'a ému, sa manière de distinguer le langage et les gestes, les intonations de voix de son entourage. Mais Thibault, à part dormir on peut savoir ce qu'il fait ou pas pour tomber amoureux d'une comateuse ? On sent le mal être de cet homme mais rien de plus. Il est là sans être là, fait un bisou sur la joue, déplace les fils pour dormir. Et là on apprend qu'il est tombé amoureux !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! J'ai loupé un épisode ce n'est pas possible. Et puis le scepticisme passé, je me dis que c'est quand même une jolie histoire d'amour, car Elsa aime la présence de Thibault voilà tout. C'est pour cela que du coup je ne flingue pas ce livre pour un Thibaut sacrément mou.
Pour un premier roman de Clélie Avit, je dirais que l'idée est bonne mais des personnages pas assez exploités que ce soit Thibault et tous les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144
stokely
16 mai 2016
Ce récit nous raconte l'histoire de la rencontre improbable entre Elsa plongé dans le coma et Thibault qui va se trouver par hasard dans la chambre de celle-ci.
Thibault se trouve dans le même hôpital qu'Elsa car son frère a renversé deux jeunes adolescents après avoir bu et pris le volant, celui-ci se trouve quelques jours dans le coma et se réveille ensuite. Mais Thibault ne pardonne pas à celui-ci son geste qui a entrainé la mort de deux personnes.
En voulant sortir il se trompe est va dans la chambre numéro 55 d'Elsa, il est d'abord intrigué souhaite savoir si cette chambre est celle d'une femme ou d'un homme et puis il s'intéresse aux mentions notées sur le lit de cette patiente, il va ensuite s'assoupir près de celle-ci dans une chaise.
On passe dans le récit des pensées d'Elsa à celle de Thibault mais Elsa étant dans le coma il ne se passe tout de même pas grand chose de ce côté la, la vie de Thibault n'est pas non plus trépidante ce qui fait que le récit est un peu plat. Mais l'envie de tourner les pages est tout de même présente même si l'on se doute de la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Les critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec15 juin 2015
Un roman absolument bouleversant.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations & extraits (57) Voir plus Ajouter une citation
sld09sld0916 juillet 2017
Je n'ai pas pu résister. Je l'ai embrassée.Je m'attendais à ce que ce soit froid. Première erreur.Je m'attendais à ce que ce soit rigide. Deuxième erreur.Certes Elsa ne risquait pas de répondre à mon baiser, mais c'était souple. Suffisamment souple pour que mes souvenirs associent ce contact avec n'importe quel baiser fait à un corps endormi. Le genre de baiser de pleine nuit lorsque le partenaire dort encore. Peut-être celui où l'on cherche justement à le réveiller lui aussi. Celui où la nuit prend une toute autre tournure, soit purement sentimentale, soit purement physique, ou alors un mélange des deux. Je me demande depuis quand je n'ai pas réellement partagé un tel moment.Mais là, dans cette chambre, je ne sais pas ce qui m'a pris.Certains diraient : "c'était plus fort que moi". Je n'aime pas cette expression. Moi, je dirais plutôt...C'était évident.Je l'ai embrassée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui11 juin 2015
C’est fou ce qu’on peut comprendre sur notre corps quand on est dans le coma. On comprend réellement que la peur est une réaction chimique. Parce que je pourrais être terrorisée quand je revis chaque nuit mon cauchemar, mais non, je regarde. Je me regarde me lever à 3 heures du matin dans le dortoir du refuge et réveiller mes compagnons de cordée. Je me regarde déjeuner maladroitement, hésitant comme chaque fois à boire un thé pour éviter d’avoir la vessie pleine sur le glacier. Je me regarde enfiler méthodiquement chaque couche de vêtements depuis les pieds jusqu’à la tête. Je me regarde fermer ma veste coupe-vent, enfiler mes gants, régler ma lampe frontale et passer mes crampons. Je me regarde rire avec mes copains, eux aussi à moitié réveillés mais inondés de joie et d’adrénaline.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
KateLineKateLine10 novembre 2015
Avec Cindy, c’était pas un équilibre, c’était la tempête chaque jour. Je me défendais en disant que c’était une autre sorte d’équilibre. J’avais franchement tort. Quand je vois ce que Julien et sa femme ont réussi à construire, ça donne juste envie. Mais quand on sort d’une relation comme la mienne, on se demande si on est encore capable d’aimer.
Alors, en attendant, j’aime mon travail, j’aime mes amis, j’aime ma mère même si elle chiale à n’en plus finir, mais j’aime plus mon frère. Ma vie se résume à ça depuis un certain temps. Identifier ce que j’aime et ce que je n’aime pas. C’est pas facile. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui11 juin 2015
Jamais les filles ne s’imaginent ce qui tourne dans nos têtes. On passe souvent pour des vases complètement vides, pourtant je sais que, dans mon esprit, c’est tout le temps la tempête. Ça doit être pareil dans celui de Julien. On reste muets, pendus à nos téléphones comme deux imbéciles. Les filles ont peut-être un peu raison dans le fond. C’est pas qu’on soit complètement vides, elles se trompent sur les termes, c’est qu’on n’arrive pas à savoir quoi faire de notre tempête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
laure14laure1405 juillet 2015
Thibault se met à rire. J'ai l'impression que c'est le son le plus merveilleux que j'ai jamais entendu. Aussitôt, dans ma tête, je dessine ce rire. Je l'associe à une flamme scintillante, à des ailes dorées s'élevant et s'abaissant au gré de sa voix. A chaque éclat de rire, elles éclaircissent le noir qui m'entoure.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Clélie Avit (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clélie Avit
Plongez dans la saga des 4 éléments de Clélie Avit. Les tomes 1 et 2 sont déjà disponibles dans la collection MSK : Les Messagers des Vents et Sanctuaires. Avec La saga des 4 éléments, Clélie Avit signe le début d?une grande saga fantastique trépidante et poétique qui séduira les lecteurs avides d?évasion. En savoir plus : http://bit.ly/1VOBAI1
autres livres classés : comaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2484 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .