AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782259276801
320 pages
Plon (14/03/2019)
3.71/5   141 notes
Résumé :
Arthur a 6 ans. Il vit avec sa mère, Camille, dans une bulle qu’elle a spécialement créée pour eux. Ainsi le monde, son bruit, ses violences et ses hommes ne peuvent les atteindre. Car chaque rencontre, chaque contact physique, s’ils ne sont pas prévus et anticipés pourraient les blesser profondément. Une main qui rattrape, une bousculade dans le bus, des gouttes de pluie sur la peau... La façon dont ils éprouvent le syndrome d’Asperger les isole du monde.
>Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (65) Voir plus Ajouter une critique
3,71

sur 141 notes

Camille est autiste Asperger, tout comme son petit Arthur âgé de 6 ans. Ils vivent tous deux en apesanteur à distance des gens et du monde qui les entoure. Leur harmonie tient à peu de choses, pas de contact à moins de deux mètres, c'est très important sinon c'est la crise pour Arthur et les angoisses pour Camille. Dans leur monde, il y a beaucoup d'amour, beaucoup de patience, une compréhension presque sans faille entre mère et fils. Il y a aussi l'expérience de la pluie. Dans leur bulle, les expériences sont importantes, elles permettent d'éloigner les peurs parce que les choses de la vie sont testées et apprivoisées. Camille remet la main sur son lexique qu'elle complétait étant petite. Tous les mots y sont répertoriés selon sa propre définition, une armoire pour l'autiste qu'elle est ne peut avoir de compréhension qu'à travers l'expérience qu'elle en a faite.

Dans le parc où Arthur et Camille passent leurs après-midi, il y a Aurélien assis sur un banc. Il regarde ce joli couple qui semble différent des autres mais surtout très vrai. de fil en aiguille, ils vont se rencontrer et essayer de cohabiter dans un monde barricadé. « Il n'y a pas de recette ni de mot magique, lorsque l'on est hypersensoriel. Il n'y a que des essais, des grimaces, et beaucoup de ténacité. »

La prochaine expérience pour Camille sera Aurélien. Mais rien n'est simple quand on est autiste ou hypersensoriel, se laisser approcher, se laisser aimer peut relever du parcours du combattant. Aurélien trouvera-t-il la bonne distance, la bonne mesure pour que la pluie rassemble ceux qui s'aiment...

Un joli roman sur l'autisme, sur les difficultés à approcher ce que l'on ne comprend pas sur fond de résilience et avec beaucoup de tendresse. Juste un peu trop de longueurs à mon goût, un sentiment qu'il n'y avait pas vraiment d'histoire dans ce roman, juste une balade dans une contrée inconnue. Avec un peu plus de liens et d'émotions, j'aurai été conquise.

#LexpérienceDeLaPluie #NetGalleyFrance

Commenter  J’apprécie          8916

Ce roman nous permet de faire la connaissance de Camille, atteinte du syndrome d'Asperger, tout comme son fils, Arthur, et de leur quotidien : comment réagir dans les situations quotidiennes alors qu'on est enfermé dans une bulle, où les contacts avec les autres sont difficiles, qu'il s'agisse simplement de tenter de se toucher du fait de l'hypersensibilité qui oblige à garder un espace entre les peaux…

« Il tend la main, paume offerte. Je place la mienne au-dessus à quelques millimètres. Ce geste, je l'avais inventé quelques heures après sa naissance, sans savoir qu'il était déjà si indispensable. »

Comment réagir aussi quand les factures arrivent et qu'on ne peut pas ouvrir les enveloppes, ou quand le contrôleur impose des rendez-vous alors que même écouter le répondeur, entendre sa voix est source d'anxiété.

Camille et Arthur savent l'un comme l'autre où arrêter un geste pour qu'il n'envahisse pas la bulle, la couleur fétiche des vêtements, notamment les cirés rouges et jaunes ou encore l'épreuve terrible qui consiste à prendre une simple douche. La nudité n'est pas un problème, mais l'eau qui s'écoule du robinet est un défi colossal.

Aurélien arrive à entrer peu à peu dans cette bulle, avec moult précautions certes, mais il a l'habitude, Lucile, la fille d'Éloïse, la personne qui l'a élevé à la suite d'un drame familial n'est pas simple non plus. Rien n'est simple autour d'Aurélien non plus… car Éloïse perd la mémoire et tente de s'isoler volontairement.

Le titre est une invitation au voyage : Camille progresse dans sa manière de « s'adapter » au monde qui l'entoure par ce qu'elle appelle des expériences. Ici, il va s'agir pour Arthur de laisser la pluie mouiller son corps, établissant un contact… Enfant elle avait noté ses expériences dans un lexique.

Ce qui m'a perturbée un peu, c'est la capacité d'Aurélien à trouver le chemin pour établir un contact vrai, sincère avec Arthur comme avec Camille : soit il est très doué, soit il a été sensibilisé à ce syndrome auparavant, quoi qu'il en soit, c'est un personnage attachant, plein d'empathie, tant vis-à-vis de Camille et Arthur que dans son attitude envers Éloïse ou Lucile….

J'ai un ressenti bizarre en refermant ce livre que j'ai trouvé plein de poésie, une belle histoire certes, très lumineuse, mais un peu trop « romance » à mon goût. Je retiens la solitude de Camille, incomprise par ses parents qui ont baissé les bras, voulant souvent passer en force.

Je ne sais pas si cette approche du syndrome d'Asperger reflète vraiment le vécu des personnes qui en sont atteintes ou si on est dans les Bisounours. On sait comment est la prise en charge des troubles du spectre de l'autisme en France…

Je remercie vivement NetGalley et les éditions Plon qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteure.

#LexpérienceDeLaPluie #NetGalleyFrance


Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
Commenter  J’apprécie          588

J'ai longtemps hésité...maman d'un autiste, concernée donc j'ai pu voir ces dernières années toute une collection sur le sujet , pas toujours au point . Mais là ce roman est vraiment agréable , instructif quand on découvre ce handicap invisible. Camille jeune maman tente au mieux de définir ses troubles afin d'aider son fils Arthur , deux Asperger dans leur bulle ( un peu cliché ok) . Sachant qu'il n'y a pas deux autistes pareils, il faut se laisser porter par cette romance moderne sans exiger un récapitulatif médical ou psy. C'est mignon, bon enfant ....bref ça fait du bien

Commenter  J’apprécie          432

Court roman qui nous emmène dans l'univers complexe de l'autisme et du syndrome d'Asperger.

Arthur, six ans, habite avec sa mère monoparentale Camille, elle aussi autiste. Tous deux vivent dans un monde bien à part, se sentant bien lorsqu'ils sont ensemble, en sécurité dans leur appartement, mais très renfermés dès qu'ils mettent le pied à l'extérieur, en société. Camille, avec le temps, a réussi à surmonter plusieurs obstacles mais elle ne pourrait être mieux placée pour comprendre son fils.

"Ce jeu, nous l'avons pratiqué des dizaines de fois, pour apprendre. Pour moi, c'était facile, j'ai eu trente ans de plus que lui pour me faire à l'hypersensibilité. Mais lui n'en est qu'à six. Six petites années d'un enfant diagnostiqué autiste pour la seule raison que son épiderme est cent fois plus réceptif que celui de n'importe qui dans cette ville."

Pour cette raison, leur mode de vie est très adapté à Arthur. En lisant leur vie, nous avons l'impression de flotter dans une bulle de savon, bien à l'abri au chaud dans ce petit cocon. Celle-ci est simple et heureuse. Ils vont à l'essentiel. Leurs habitudes sont bien réglées, d'autres impossibles à intégrer. Sauf une chose exceptionnelle, l'arrivée inattendue d'un inconnu, Aurélien, dans leur famille. Homme fort sensible, discret, ouvert d'esprit, attentif, et respectueux, il ne met pas bien long à saisir la subtilité de leur relation et, à sa grande surprise, s'adapte merveilleusement bien à leur façon d'être, à leur façon de vivre. Comme si le destin les avait réunis, il ne s'est jamais senti aussi bien auprès d'autres gens, comme s'il était exactement à la place où il devait être. Pour Camille et Arthur, Aurélien est un peu comme la pièce manquante de leur existence. Leur relation de développera très lentement, avec délicatesse, sans beaucoup de mots (parce que pas besoin), et chacun apprendra de l'autre, améliorant leur vie mutuelle.

C'est un roman dont les sens sont exploités dans toute leur splendeur. "L'expérience de la pluie" m'a émue, surtout dans la manière dont il est rédigé. Un texte tout en finesse, fragile comme le verre, délicat et surtout, beau. J'ai apprécié en savoir plus sur l'autisme à travers ses personnages. Seulement, je n'ai pas nécessairement ressenti d'attachement envers eux. On ressent de la distance. Je pense que cela vient du fait que leur univers noué très solide se voit de l'extérieur, comme à travers une vitre, avec nous de l'autre côté, comme si nous n'avions pas le droit d'y entrer. le manque de proximité avec les personnages pourrait sans doute venir de là, le contexte nous fait cependant comprendre pourquoi. J'ai aimé le lire et le recommande, cependant je ne le relirais pas nécessairement.

CHALLENGE PLUMES FÉMININES

Commenter  J’apprécie          335

Camille et son fils Arthur de six ans sont autistes Asperger et hypersensoriels tous les deux.

Leur vie est faite d'expériences à mener à bien, comme par exemple supporter l'eau de pluie sur la peau.

Beaucoup de chose sont fusionnelles entre eux, presque tout d'ailleurs, mais la vie est faite de tant de difficultés pour affronter leurs peurs !

Un jour dans leur vie apparaît Aurélien qui va tenter de les apprivoiser.

Les formes d'autismes sont variées.

Ce roman nous fait entrer dans le monde de deux d'entre eux.

C'est doux et émouvant.

Les personnages sont tous beaux et attachants.

Aurélien, comme Lucile, comme Eloïse ont aussi des complications personnelles à gérer.

Il est vrai que ça fait un peu beaucoup.

Plus pas mal de clichés.

Cependant ce roman traitant d'un sujet difficile, même s'il laisse un petit goût amer et noir, est d'une lecture intéressante et agréable.

Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation

Maman ne m’avait pas dit que, par-dessus la pluie, il y aurait d’autres expériences encore plus nouvelles et plus délicates à gérer. Toucher les objets de tous mes doigts, j’ai appris à le faire, mais toucher les autres du fond du cœur, ça reste encore à voir.

Commenter  J’apprécie          220

Peut-être que c’est ce qu’il faut, pour que les gens se parlent : qu’ils ne se connaissent pas. Pas de jugement, pas de confiance à établir, juste la vérité à l’état brut. Quand il y a de l’émotion autour, voilà ce que ça donne : une fille effondrée et une mère qui attend.

Commenter  J’apprécie          190

Après un premier entretien avec moi, les parents reconnaissent en général que leur enfant est, a leurs yeux, un étranger. Qu'il est un petit extraterrestre partageant leur domicile et leur coeur, impression que je m'efforce de renverser en leur demandant de se familiariser avec sa planète sans chercher à le transformer.

Commenter  J’apprécie          140

Le meilleur moyen pour un autiste d’oublier un événement : faire comme s’il n’avait jamais eu lieu. Si c’était une caractéristique de notre genre, il y aurait une incroyable quantité d’autistes sur la planète.

Commenter  J’apprécie          160

A force de trop chercher ses yeux, j’en perds son corps. Arthur s’accroupit et se glisse entre mes jambes, son pull frottant à peine le tissu de mon pantalon. Ce jeu, nous l’avons pratiqué des dizaines de fois, pour apprendre. Pour moi, c’était facile, j’ai eu trente ans de plus que lui pour me faire à l’hypersensibilité.

Commenter  J’apprécie          100

Videos de Clélie Avit (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Clélie Avit
Plongez dans la saga des 4 éléments de Clélie Avit. Les tomes 1 et 2 sont déjà disponibles dans la collection MSK : Les Messagers des Vents et Sanctuaires. Avec La saga des 4 éléments, Clélie Avit signe le début d?une grande saga fantastique trépidante et poétique qui séduira les lecteurs avides d?évasion. En savoir plus : http://bit.ly/1VOBAI1
autres livres classés : autismeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3129 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre