AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072687306
Éditeur : Gallimard (18/08/2016)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 124 notes)
Résumé :
Un couple de Français en cavale aux Etats-Unis se rend dans un théâtre pour voir un classique: Les mariés malgré eux. La pièce raconte comment, au Moyen Age, un braconnier et une glaneuse amoureux refusent de se soumettre aux lois de la communauté.
Malgré les mille ans qui les séparent, les amants , sur scène comme dans la réalité, finissent par se confondre. Ils devront affronter tous les périls, traverser les continents et les siècles pour vivre enfin leur ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
ClaireG
  23 août 2016
Odyssée de la passion ou comment une légende entre dans le panthéon des contes populaires.
Quelque part au Moyen Age, sans qu'aucun amadou n'ait allumé de flamme, un braconnier croise une ramasseuse de baies. Ils se reconnaissent instantanément. Comment, pourquoi, peu importe. La passion les dévore sans discontinuer. Les habitants du village s'étonnent de ne plus acheter les produits de leurs récoltes. Commence l'espionnage. C'est à celui qui en saura le plus. le curé est prévenu. L'amour devient fornication. Ils ne sont pas mariés, le péché pourrait retomber sur les habitants. La colère gronde. Pour faire taire les ragots, les amoureux se marient, indifférents au monde qui les entoure. La jalousie distille son poison à la ronde. Pour qui se prennent-ils ces deux-là ? L'évêché s'indigne. Jusqu'au roi, fort malade, qui convoque le couple pour trancher cette histoire abracadabrante où pas un seul reproche valable ne peut être retenu. Magnanime, le souverain les dote royalement. Lorsqu'ils se montrent impuissants à guérir le roi, les voilà condamnés à être décapités.
Au paradis, même Dieu, furieux de leur amour, les répudie. Ils sont renvoyés sur la terre, à des endroits séparés, en d'autres continents. Ils n'auront de cesse de se retrouver.
Fantastiques épisodes dans un jardin de thé en Chine, au cours d'une effroyable tempête en mer, à la frange du harem d'un prince capricieux, auprès d'un dramaturge londonien, dans un asile aux confins de la Géorgie ou dans l'atelier d'un peintre florentin. Partout où ils se trouvent, les amants, armés de la foi en leurs retrouvailles, se font conteurs de leur propre histoire qui laisse pantois et émerveillés les peuples de toutes les régions traversées.
La magie opère : « Si une légende était toujours inspirée de faits réels, la voix des hommes la perpétuait pour en faire un bien commun. Si on la polissait par la parole, si on en gommait les aspérités, si on l'agrémentait de fioritures, c'était pour la rendre accessible à toutes les cultures et la transmettre par-delà les frontières et les générations » (p. 96).
Superbe écriture de Tonino Benacquista qui pare ses héros de perspicacité, d'entregent, d'astuces en toutes circonstances, d'un courage affirmé et qui les fait caracoler dans des rebondissements délirants sans tomber dans les poncifs. L'amour triomphera-t-il ? Franchira-t-il les frontières du temps ?
Au XXIe siècle, l'aventure d'un couple de Français sur fond de fuite éperdue à travers les Etats-Unis, d'Internet, de car Greyhound, de sirènes de police et d'économie de marché est sensée être le prolongement de l'amour intemporel et inébranlable du braconnier et de la glaneuse. C'est infiniment moins romanesque. Où est leur amour d'ailleurs ? Dommage que Tonino Benacquista ait été moins inspiré pour nous faire vibrer à une passion d'aujourd'hui.
Un tout grand merci à Babelio et aux éditions Gallimard pour m'avoir invitée à renouer avec Benacquista que j'avais beaucoup aimé il y a quelques années.
3,5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          638
LydiaB
  26 octobre 2016
Je souhaitais lire cet auteur depuis un bon moment. Valentyne (du blog "La Jument verte") a exaucé mon voeu en m'offrant très gentiment ce livre et je l'en remercie encore. D'autant plus qu'elle a choisi un livre où le thème médiéval était présent. Et vous savez que je n'y résiste pas !
J'ai donc découvert ce fameux Tonino Benacquista dont on me parle depuis un bon moment. J'avoue avoir été plutôt décontenancée par le style. Je ne m'attendais pas du tout à cela. Ce roman imbrique deux histoires, l'une se passant, vous l'avez deviné, au Moyen Âge, et l'autre plus contemporaine. Bien évidemment, il y a un lien entre les deux, notamment la fuite des amants. Je vous laisse lire la quatrième de couverture. Inutile d'en dire plus.
Si vous pensez vous asseoir tranquillement dans votre fauteuil et vous reposer en lisant ce livre, c'est raté ! L'auteur nous embarque dans une sorte de road-movie aux multiples rebondissements. Les amants médiévaux m'ont fait penser, par certains aspects, à Héloïse et Abélard. Les contemporains, en revanche, sont à peine effleurés… ce que j'ai trouvé dommage au départ mais l'on comprend pourquoi à la fin. Une fin magistrale qui vient bouleverser toute la lecture et en changer la perspective. le roman se transforme sous nos yeux en un conte moderne. C'est du grand art !
Lien : https://promenadesculturelle..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
Sando
  18 août 2016
L'amour peut-il traverser les siècles et les frontières sans jamais rien perdre de son intensité et de sa splendeur ? Assurément, les deux protagonistes du nouveau roman de Tonino Benacquista répondront « oui !». Lui, le braconnier et elle, la cueilleuse, qui se sont rencontrés au XIIIème siècle, au temps de Louis le Vertueux, et dont les âmes ont instantanément fusionné, avant même que les corps ne s'unissent. Eux qui se sont aimés avec passion, au point d'en oublier le reste du monde, déclenchant l'incompréhension, la jalousie et la colère de leurs contemporains ainsi que celle de leur roi. Eux qui ont accepté leur terrible sort, préférant être unis dans la mort plutôt que séparés dans la vie. Eux qui ont goûté au paradis, puis à l'enfer pour finalement en être chassés sous la malédiction divine. Eux qui ont dû affronter mille dangers et autant de tourments dans l'espoir d'être un jour de nouveau réunis… Eux, les amants maudits élevés au rang de légende, viennent ici nous conter leur histoire…
Dans « Romanesque », Tonino Benacquista réalise une métamorphose surprenante et pour le moins réussie en laissant au vestiaire son costume d'écrivain de romans noirs, d'observateur grinçant et satirique des moeurs de notre société, pour revêtir celui de conteur, de troubadour au service de ses personnages et de leurs (més-)aventures. Pour cela, l'auteur utilise de manière tout à fait judicieuse toutes les ficelles de la narration depuis longtemps éprouvées dans des textes devenus aujourd'hui des classiques de la littérature. Ainsi, on y retrouve un peu de « L'odyssée » d'Homère à travers ce voyage forcé et pénible qui repousse au plus loin les héros de leur but ultime, mais aussi un peu de « Tristan et Iseult » dans cet amour passionné et incontrôlable qui anime les amants, ou encore des « Mille et une nuits » dans cet art d'emboîter les récits et de les faire vivre à travers différents temps de narration. de fait, tous les ingrédients sont là pour faire de cette histoire d'amour merveilleuse une incroyable épopée et un récit d'aventures haletant.
A tout cela s'ajoute la plume de l'auteur, particulièrement maîtrisée et qui sert parfaitement le texte jusque dans son oralité, donnant l'impression au lecteur qu'une « voix off » lui murmure à l'oreille ce qui se joue sous ses yeux. Cette théâtralisation du récit permet de lui donner vie, de l'animer et de le rythmer de façon à ne pas laisser de place aux temps morts. On se retrouve alors emporté aux côtés des personnages, témoin impuissant des injustices dont ils sont victimes, admirateur ébahi de leur courage et de la force de leurs convictions, envieux parfois de cet amour sans bornes et sans doutes qui les unit, mais conscient tout de même que le romanesque peut tout et que la réalité en est bien souvent très éloignée… le lyrisme et la poésie de l'écriture permettent par ailleurs de sublimer cette passion jusqu'à la sacraliser.
Grande amatrice de contes et de légendes, j'ai donc été emballée par le nouveau roman de Tonino Benacquista. J'aime les codes qui régissent ces genres, cette absence de description et de détails (pas de noms aux personnages, une mise en place sommaire du décor, des traits de caractère réduits à l'essentiel, etc...), j'aime la fantaisie qu'ils permettent, l'idée que tout est possible, le pire comme le meilleur et j'aime le sentiment d'évasion qu'ils procurent. "Romanesque", en plus de nous raconter une histoire d'amour extraordinaire, est donc un bel hommage à la littérature orale et a été pour moi une véritable bouffée d'oxygène et un joli moment de lecture!
Un grand merci à Babelio et aux éditions Gallimard pour m'avoir permis de faire cette découverte en avant-première!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421
Roggy
  28 avril 2018
Tonino Benacquista nous entraîne dans une mélodie sur laquelle valsent étroitement l'amour et la fantasie. On se rapproche du conte fantastique mais aussi du conte médiéval. Il y a un peu de Tristan et Iseut ainsi que de Mille et une nuits. Le scénario, assez original est une étrange contrefaçon du destin chargé d'allégories et de légendes.
Des amants maudits dont la passion est plus forte que toutes les peurs et tous les châtiments traverseront le temps et l'espace afin de se retrouver. On comprend comment naissent et se propagent les légendes et ce qui les fait perdurer.
La narration fait parfois penser à Barjavel dans la simplicité qui fait toute la force. L'auteur aime discourir en longueur sur le mystère des sentiments et sur l'irrationnel des liens qui unissent les individus.
Cette odyssée truculente est finalement un hymne au romanesque et à l'amour.
Commenter  J’apprécie          480
michfred
  18 août 2016
N'est pas Voltaire qui veut, et Tonino Benacquista, si doué pour les scénarios de films, si fin dialoguiste, a beau avoir de l'imagination, de l'humour et une solide culture qui lui permet de faire des clins d'oeil point trop appuyés à quelques auteurs de référence, il a du mal à s'improviser conteur philosophique...
On l'aimait mieux dans un genre plus carré, plus codé comme le polar ironique où il était à l'aise comme un sicaire de la maffia dans Naples.
L'idée de départ était savoureuse: un jeune couple amoureux vit si pleinement sa passion, avec une telle constance, un tel enthousiasme, qu'il dérange absolument toutes les institutions, toutes les époques, et jusqu'aux instances suprêmes de la religion: ni Dieu, ni Diable ne supportent cette exclusivité absolue donnée à la passion...Chacun s'évertue à les poursuivre, ils subissent mille avanies, mille martyres même, mais d'époque en époque, de continent en continent, ils fuient ensemble ou partent, chacun de son côté, à la recherche de leur alter ego, sans lequel aucune vie, aucune mort n'est supportable. Ce faisant, ils sèment sur leur route leur légende, qui devient récit, fable, spectacle.
Roman... l'essence de l'amour étant éminemment romanesque!
Benacquista a du style -il écrit même joliment bien, troussant la fable à l'ancienne avec un vrai talent- il avait un sujet - les "feux de l'amour " seront toujours, quoiqu'on fasse, des brûlots révolutionnaires et...une inépuisable mine pour les plumitifs de toute espèce - mais il a tellement compliqué sa trame qu'on s'y perd..les mises en abyme successives deviennent vertigineuses, la course-poursuite à travers l'espace-temps systématique et fastidieuse, quant à la critique sociale ou politique, à peine est-elle esquissée, qu'elle est déjà oubliée..
Qui trop embrasse...
J'ai ri, j'ai souri...mais je ne pouvais m'empêcher de me demander comment l'auteur allait pouvoir faire durer cette folle randonnée sur plus de 200 pages sans me lasser..
L'apologue du conte est assez maigrichon et convenu, et n'a pas la saveur cynique de la "morale" de Zadig ou de Candide.
Les personnages -fable philosophique oblige- ne sont que des silhouettes sans grand caractère, sans relief...Rien ne nous y attache, ni ne nous en repousse non plus..
On passe, somme toute, un agréable moment dont on regrette qu'il n'ait pas plus de fond ...ou moins de pages!
Merci aux éditions Gallimard et à Masse critique pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382

critiques presse (2)
LaPresse   18 octobre 2016
C'est une ode à l'amour, le grand, le récit de la naissance d'une légende. Oui, le maître du roman noir se défend bien dans le roman d'amour.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeJournaldeQuebec   12 septembre 2016
Un roman que nous espérions depuis un bon moment, l’écrivain français Tonino Benacquista ayant toujours eu le tour de nous surprendre et de nous amuser. Eh oui, il y est encore parvenu!
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   26 octobre 2016
La force de cet amour-là n’a pas besoin de discours, de sociologie, d’analyses conceptuelle: il s’est rebellé, il a pris le maquis, il a mordu un système entier, griffé un pouvoir en place, piétiné une autorité. Et tant qu’ils sont en cavale, on souhaite aux fugitifs un destin hors du commun, sauvage, et jamais révélé.
Commenter  J’apprécie          450
ClaireGClaireG   24 août 2016
Lire ! Ecrire ! De mémoire de magistrat, jamais on n'avait connu vilain sachant lire et encore moins écrire. Là était peut-être la clé de toutes leurs bizarreries : pourquoi se donner tant de peine à acquérir un savoir précieusement gardé dans des monastères, sinon pour un usage pernicieux ?

p. 46
Commenter  J’apprécie          380
lesmiscellaneesdepapierlesmiscellaneesdepapier   18 août 2016
« Quiconque a été touché par l’affaire des amants s’empresse de la partager avec une personne choisie, ô combien choisie, pudique façon de lui envoyer un message romantique, de lui suggérer l’idée qu’ils auraient pu être ces deux-là, rêve à jamais inassouvi de vivre un contre moral et immoral à la fois, un rappel de ce qu’aurait été l’amour il y a longtemps, avant les inextricables malentendus qu’il suscite aujourd’hui, avant qu’on ne l’épuise de rhétorique, avant que la crainte de l’engagement ne le paralyse, avant qu’on ne le réduise à des statistique, qu’on ne calcule ses probabilités, qu’on optimise ses hasards, qu’on ne pourfende ses idéaux qu’on ne commente ses limites. Avant que pragmatisme, réalisme, empirisme, rationalisme ne lui fasse,t front commun, avant que la peur de souffrir ne fasse souffrir, avant qu’on ne lui préfère une solitude garantie tous risques. La force de cet amour-là n’a pas besoin de discours, de sociologie, d’analyses conceptuelle: il s’est rebellé, il a pris le maquis, il a mordu un système entier, griffé un pouvoir en place, piétiné une autorité. Et tant qu’ils sont en cavale, on souhaite aux fugitifs un destin hors du commun, sauvage, et jamais révélé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
michfredmichfred   04 août 2016
Mille morts auraient été préférables à cette fin-là, sans morale, dépourvue de sens, comme si tout le chemin parcouru l'avait été en vain, et plus rien ne mettrait un terme à ce terme-là, car le temps avait beau se prémunir d'éternité, l'éternité semblait soudain aussi limitée que l'imagination humaine.
Déjà les battements de leur cœur s'espaçaient au point de les compter distinctement.
L'heure était venue de se dire adieu, de lâcher prise, de se dissoudre et d'accepter que rien après eux n'évoque leur existence, que leurs frasques n'inspirent plus la légende, que cette aventure humaine n'a été qu'un songe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
RoggyRoggy   29 avril 2018
Si une légende était toujours inspirée de faits réels, la voix des hommes la perpétuait pour en faire un bien commun. Si on la polissait par la parole, si on en gommait les aspérités, si on l’agrémentait de fioritures, c’était pour la rendre accessible à toutes les cultures et la transmettre par-delà les frontières et les générations.
Commenter  J’apprécie          260
Videos de Tonino Benacquista (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tonino Benacquista
"J'ai un sentiment de bonheur, bonheur d'accueillir Tonino Benacquista et aussi d'être accueilli aussi chaleureusement par le CNL. Nous travaillons toute l'année avec le CNL autour des métiers du livre.... Le programme est très complet, il y en a pour tous les goûts et je suis persuadé que vous trouverez tous votre compte". Olivier Huguenot Libraire "Le Neuf" et coordinateur du salon du livre du FIG. Propos recueillis lors de la conférence de presse du FIG 2015 à Paris dans les locaux du CNL
autres livres classés : amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les titres des oeuvres de Tonino Benacquista

Quel est le titre correct ?

Les Morsures de l'ambre
Les Morsures de l'ombre
Les Morsures de l'aube
Les Morsures de l'ange

14 questions
41 lecteurs ont répondu
Thème : Tonino BenacquistaCréer un quiz sur ce livre
.. ..