AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021309959
Éditeur : Seuil (18/08/2016)

Note moyenne : 2.79/5 (sur 148 notes)
Résumé :
Noémie est une artiste-peintre de vingt-quatre ans. Elle vient de rompre avec un architecte de près de trente ans son aîné avec lequel elle a eu une liaison de quelques mois. Le roman débute par une lettre adressée par Noémie à la mère de cet homme : elle s’y excuse d’avoir rompu. Une correspondance s’amorce alors et s’affermit entre les deux femmes, qui finissent par nouer des liens diaboliques et projeter de se débarrasser du fils et ex-amant. Elles imaginent même... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
totopinette
  25 mai 2018
Voilà un roman qui se résume vite. Vite, car en réalité on a l'impression qu'il ne se passe pas grand chose … Je dis bien l'impression … le style épistolaire est sympathique, bien qu'un peu déroutant au départ. Mais, on s'y fait rapidement et on prend goût à lire ces lettres un peu « dérangées ». Quoiqu'on puisse en penser en refermant ce livre, on ne peut indéniablement pas lui rester indifférent. Qu'on aime, qu'on déteste ou qu'on reste dubitatif, ce roman provoque inévitablement un sentiment étrange. Pour ma part, j'ai eu le sentiment de voyager dans l'esprit schizophrène d'une jeune femme aux personnalités multiples.
Pourquoi ai-je eu ce sentiment ? Eh bien, dans un premier temps parce que chaque lettre est rédigée dans le même registre et use des mêmes figures de style. Ce qui ne nous permet, pour ainsi dire, pas de différencier les trois personnages récurrents. de ce fait, les protagonistes ne développent pas réellement d'univers rien qu'à eux. Heureusement que les noms des auteurs des missives apparaissent à la fin des lettres. Dans un second temps, il m'est rapidement apparût que nous voyagions à travers un des délires de trois des visiblement nombreuses personnalités de Noémie. Si ces lettres étaient adressées à des personnages réels et distincts, le postulat de base ma paraîtrait peu plausible. En effet, comment une femme peut-elle décemment imaginer envoyer une lettre à son ex belle-mère afin de se plaindre de son fils qui refuse de l'implorer à genou ? Et comment s'imaginer qu'une mère, aussi imparfaites puissent-elles être parfois, répondrait à cette femme en lui proposant de tuer son fils puis de le dévorer à un festin ? Il m'a semblé saisir du doigt la bonne solution lorsque Noémie a avoué être schizophrène. de plus, plusieurs fois on a pu remarquer que certains personnages s'effaçaient complètement au profit d'autres. Quand les personnages secondaires d'une multiple personnalité passe « dans la lumière » ; c'est-à-dire, qu'elles se mettent au devant de la scène ; le personnage central (ici Noémie) s'efface. Il s'agit de phase. Parfois, ça peut durer une journée, une semaine ou même un mois. le personnage central se bat généralement pour faire respecter un semblant d'ordre et de règles dans cette petite communauté imaginaire. Je dois avouer que ce côté un peu psychologique m'a beaucoup plu, bien que j'aurais aimé que ce soit plus clair. Plus clair parce qu'en discutant de ce roman avec des proches, je me suis rendu compte que peu de personnes avait fait le même constat que le mien et pensait suivre la vie de deux mégères qui s'étaient étonnamment retrouvées sur les chemins de la folie et du crime. La question que je me suis donc posé est la suivante : Est-ce une oeuvre où plusieurs théories sont possibles et qui ne donne de réelle solution à personne ? C'est possible, oui ! Et si je me trompe sur le coeur même de l'histoire, et bien force me sera de constater mon H.S. Mais surtout, je ne comprendrais pas l'incohérence d'où part l'histoire.
Le roman épistolaire a tendance à poser des barrières assez importantes. Ce style ne permet pas à l'auteur d'ancrer un paysage, une odeur, un ressenti ou même un contexte par les descriptions. C'est quelque chose qui peut parfois bloquer certains lecteurs car ce genre demande beaucoup d'imagination. On a un peu l'impression que c'est notre propre imaginaire qui crée l'histoire. On suit simplement un fil conducteur, mais brodons le reste tout autour. Généralement, on aime ou on aime pas. Pour ma part, j'étais un peu dubitative au départ. Puis, au fil de ma lecture j'ai pris plaisir à faire vivre ce (ou ces) personnages dans mon propre imaginaire.
J'ai remarqué également que l'auteur, bien qu'il soit lui-même un homme, semblait avoir prit le parti des féministes. Oui, mesdames les engagées à la cause, n'hésitez pas à lire ce livre. Il vous épanouira tant il rabaisse clairement l'homme … Presque plus bas que terre. En tant que femme qui ne prône pas l'égalité des sexes mais la complémentarité des sexes, je trouve ça peu approprié d'essayer de glorifier la place des femmes en rabaissant les hommes. Si réellement ce qui est recherché n'est que l'égalité des sexes, pourquoi rabaisser les hommes au lieu de démontrer, par A + B, qu'une femme est autant capable ? Diminuer quelqu'un ne signifie pas, pour moi en tout cas, être meilleur … 
Une phrase dans ce roman m'a un peu choqué. Je l'ai trouvé déplacé et presque irrespectueuse. La voici : « Je fus du nombre, mais ce matin je me sens une âme d'épouse de moudjahidin, humble crachoir dans lequel s'égouttent les terroristes avant de s'en aller massacrer nos dessinateurs. » - Je pense que tout le monde aura fait le rapprochement avec les attentats qui ont touché Charlie Hebdo … Je ne sais pas … Je trouve ça tiré par les cheveux de faire adhérer cette femme aux pratiques des terroristes, même si ça ne dure qu'une phrase. À mes yeux, et je parle vraiment personnellement, certains sujets doivent être respectés. N'oublions pas que des hommes sont morts dans d'atroces souffrances et que derrière eux, il reste quand même leurs familles qui doivent vivre avec ça jusqu'à la fin de leurs jours. Je comprend ensuite ceux qui défendront cette réplique parce qu'ils aiment les satires autant qu'ils aiment les caricatures de Charlie Hebdo. Encore une fois, il ne s'agit là que de mon ressenti de sensible (peut-être, un petit peu).
Moi qui suis généralement en admiration devant les figures de style dans les romans, cette fois-ci, je me retrouve complètement lassée. Dans la vie comme en littérature, rien n'est bon dans l'excès ! Et là, trop c'est trop ! Ce travail lorsqu'il parsème un texte a tendance à poétiser une histoire, à l'adoucir. Ici, c'est tout l'inverse puisque ça devient très très lourd. Une lourdeur qui s'en ressent brutalement puisqu'à 50 pages de la fin, on a l'impression que le roman s'essouffle … Et nous avec ! Il ne se passe plus rien, si ce n'est des échanges sans intérêt entre Jeanne et … Et Jeanne, puisque plus personne ne lui répond.
En résumé, j'ai apprécié ce roman qui nage subtilement avec un important trouble psychologique : le dédoublement de personnalité. Je regrette simplement que cette maladie n'ai pas été davantage abordée afin de rendre la fin plus explicite (pour moi, Jeanne a finalement voler « la lumière » aux autres et en refusant de léguer sa place, elle a, de ce fait, bannit Geoffrey et Noémie). Seule la lecture de ce livre vous permettra de vous faire un avis sur le véritable sens de cette histoire. N'attendez pas de tomber sur un chef d'oeuvre, mais quoiqu'il en soit sur un genre particulièrement intéressant et déstabilisant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
mlseditions
  20 octobre 2016
Voilà un roman qui déroute, de part sa forme épistolaire mais surtout pas le verbe de l'auteur.
Une jeune femme écrit à sa belle-mère au sujet de sa rupture avec Geoffrey, le fils et amant. Au début, ces deux femmes sont à la limite de la haine puis se rapprochent dangereusement jusqu'à la folie autour de leur haine commune Geoffrey qui est rapidement envisagé comme un futur festin alimentaire...
L'auteur réussit à travers les lettres à dresser le portrait de ces deux femmes, à inoculer un vent de folie et dresse le portrait le plus détestable de l'Homme dans toute sa splendeur.
C'est une pluie de métaphores qui s'invite, des adjectifs cruels, fous qui s'immiscent dans le texte et un rythme tantôt lent, tantôt déroutant.
Au final, que l'on adhère ou pas, l'histoire et le style ne nous laissent pas indifférent et pour ma part, j'ai apprécié cette lecture particulière
Commenter  J’apprécie          240
julienraynaud
  29 avril 2018
Ce livre est une farce. Jauffret nous en met plein la vue, nous propose deux héroïnes qui passent par toutes les phases épistolaires. Jauffret joue avec nous , leur faisant dire tout et son contraire. Tantôt résignées, tantôt pleines d'espoirs, elles sont toujours excessives. On rit de tels personnages. A un moment cependant, l'action ne progresse plus. Les deux mégères radotent, se perdent dans leurs élucubrations, deviennent grotesques. On les trouve ridicules, mais ne les confondons pas avec l'auteur !
Sur l'écriture, on notera que pour mettre en scène ses trois personnages, Jauffret a choisi d'accumuler les images par 3. Dans la plupart des phrases, les images, toujours réussies, vont par trois.
Paraphrasant une pensée de Jeanne, on peut se demander au final "quel est le sens de ce galimatias". Jauffret ne cache pas sa réponse dans la même lettre : "je vous répondrai que je n'en sais rien et m'en soucie comme de colin-tampon".
Commenter  J’apprécie          201
hcdahlem
  02 décembre 2016
Depuis Les liaisons dangereuses, et plus modestement depuis Liaisons, qui entendait rendre hommage à son merveilleux précurseur, le roman épistolaire a été très négligé. Je trouve cela fort dommage car ce genre offre à l'auteur un mode de narration qui permet de dévoiler au fur et à mesure le caractère des personnages et les détails de l'intrigue, tout en étant contraint de laisser dans l'ombre bien des pièces de son puzzle et d'entretenir ainsi le mystère. Rendons par conséquent grâce à Régis Jauffret pour avoir brillamment écrit toutes ces lettres.
Ajoutons que pour tous ceux qui trouveront le procédé quelque peu désuet, il s'agit ici de déjouer les risques de piraterie informatique dont Noémie, l'une des principales protagonistes à été victime, et sans doute aussi de jouer avec le temps nécessaire à l'envoi desdites missives.
Noémie prend donc la plume pour s'adresser à sa belle-mère, car elle entend s'expliquer sur sa séparation avec Geoffrey, le fils de cette dernière. La réponse est cinglante et aurait pu conduire à l'interruption de cette correspondance : « Gardez donc votre famille. À petites gorgées, buvez jusqu'à la lie la honte d'en être et d'avoir gâché la chance que vous aviez de faire partie de la nôtre, si Geoffrey était un jour assez sot pour vous offrir le mariage. »
Mais Noémie et Jeanne, les deux correspondantes, ont un caractère bien trempé et n'entendent pas en rester là. Elles vont continuer à s'expliquer, vont se rencontrer et si bien aplanir leurs différends qu'elles vont s'allier et ourdir un plan diabolique qui consiste à se débarrasser de cet importun, qui « éprouve un profond dégoût » pour les femmes, en le… mangeant.
Toutefois, à peine élaboré, ce plan se heurte à la susceptibilité de Jeanne, qui ne supporte pas de voir Noémie mettre son amie d'enfance, Marie-Bérangère d'Aubane, dans la confidence. Mais le désir de vengeance des femmes bafouées reprendra vite le dessus. Les détails de l'assassinat sont élaborés : « Nous louerons une maison de campagne pour l'apprêter. Après avoir salé et poivré sa dépouille, tenant chacune une extrémité du manche sur lequel nous l'aurons empalé, nous le ferons griller à la broche au-dessus d'un feu de sarments de vigne et de bois d'olivier. Nous pilerons ses os dans un mortier afin de pouvoir nous repaître de sa moelle montée en mousseline avec un kilo de bon beurre. »
L'exaltation joyeuse, le joli scénario et «le fantasme enfoui de beaucoup de mères. Ingurgiter ce que nous avons un jour expulsé, rendre à la nature le fruit de nos entrailles. » va toutefois devoir se confronter à la réalité du terrain. Je ne dirai pas ici jusqu'où cette quête quasi mythique va nous conduire, mais je ne peux m'empêcher de vous révéler que, contrairement aux apparences, Cannibales est une très joli roman d'amour, dont j'emprunte à Jérôme Garcin la formule qui le résume le mieux: «Savoureux de férocité, onctueux de préciosité et délicieux d'absurdité.»
Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
scarlett12
  20 octobre 2017
Roman épistolaire entre deux femmes : l'es maîtresse de Geoffrey et la mère de ce dernier. Les deux femmes se prennent d'amitié l'une pour l'autre au travers de la haine pour l'homme. Elles prévoient de se venger de lui jusqu'à projeter de le faire rôtir et de se repaître de ses chairs persillées ... Il faut tout le cynisme outrancier de Régis Jauffret pour finalement s'amuser de cette invraisemblable correspondance. A lire pour passer un moment humoristique des plus agréables !
Commenter  J’apprécie          194

critiques presse (6)
LaLibreBelgique   26 octobre 2016
Un repas pour gros gourmands de littérature, qui parle de l’amour, de la haine et de la dévoration. Régis Jauffret adopte le genre du roman épistolaire comme on le faisait jadis, avant le GSM.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LesEchos   19 octobre 2016
D'une langue superbe, influencée par le XVIIIe siècle français, « Cannibales » fait penser à un Choderlos de Laclos gore. On s'en pourlèche encore les babines.
Lire la critique sur le site : LesEchos
LePoint   03 octobre 2016
Avec "Cannibales", Régis Jauffret revient à la fiction pour mieux se rapprocher du réel. Sans délaisser les monstres. Ni les femmes.
Lire la critique sur le site : LePoint
LeFigaro   23 septembre 2016
Un homme, sa mère, sa maîtresse. Un roman épistolaire ébouriffant.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeFigaro   05 septembre 2016
Ce ­roman épistolaire, Cannibales, est une sorte de Liaisons dangereuses déglinguées où la Merteuil et la Tourvel voudraient bouffer Valmont.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Bibliobs   24 août 2016
A mi-chemin entre «les Liaisons dangereuses» et «le Silence des agneaux», ce roman, qui réconcilie la Marquise de Merteuil et Hannibal Lecter, est savoureux de férocité, onctueux de préciosité [...] et délicieux d'absurdité.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (68) Voir plus Ajouter une citation
EnkiEnki   16 septembre 2016
L’amour est comme l’argent, on peut être heureux dans la ruine mais l’opulence ne nuit pas au bonheur. On ne perd rien à vivre passionnée, à attendre un homme qui vous attend aussi, à échanger avec lui des promesses, des rêves, belle monnaie frappée au coin de ce sentiment décrié par les chevaux de retour des idylles qui ont capoté.
Commenter  J’apprécie          260
EnkiEnki   12 octobre 2016
Je ne peux me passer de la perspective d’aimer. Plutôt circuler de main en main, jouer les mistigris, les évaporées, que soliloquer dans le vestibule et regretter en sortant de ma douche que seul le grand miroir du lavabo puisse se vanter de m’avoir vue nue depuis l’avant-veille.
Commenter  J’apprécie          220
scarlett12scarlett12   20 octobre 2017
On n'est jamais assez pour haïr. Un peuple, un continent ne suffiraient pas à épuiser la nôtre. Quel grand malheur que vous ne soyez pas la maîtresse du président des Etats-Unis. Déclencher une guerre planétaire dont le seul objet serait de gratifier Geoffrey d'une ogive nucléaire, voilà qui serait plaisant. Nous accepterions gaiement l'inconvénient de devoir consommer sa viande radioactive que nous décontaminerions tant soit peu avec le bouquet garni et les gousses d'ail dont nous fourrerions son derrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SpilettSpilett   05 octobre 2016
(...) l’amour est une bonne douleur que les hommes supplient les femmes de leur infliger depuis la nuit des temps.
Commenter  J’apprécie          250
EnkiEnki   16 octobre 2016
Avoir pour dessein de s’accaparer un seul éclat de la gloire des grands est plus condamnable encore que chez un joaillier gratter en catimini les pierres d’une rivière de diamants pour en dérober des fragments de carat.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Régis Jauffret (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis Jauffret
Régis Jauffret aux Correspondances de Manosque 2016 Réalisation Ludovic Fortin/Timedia pour les Correspondances de Manosque
autres livres classés : roman épistolaireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3099 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre