AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2130444857
Éditeur : Presses Universitaires de France (01/07/1998)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Une étude de la Relativité généralisée, parallèle à celle que nous avons faite de la Relativité restreinte, montrerait que la réduction de la gravitation à l'inertie a justement été une élimination des concepts tout faits qui, s'interposant entre le physicien et son objet, entre l'esprit et les relations constitutives de la chose, empêchaient ici la physique d'être géométrie. De ce côté, Einstein est le continuateur de Descartes.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Chri
  28 mars 2017
La théorie de la relativité est face à nous, et comme Bergson, on ne peut plus reculer si on veut suivre le philosophe dans ce recoin escarpé de son oeuvre. De son côté, Einstein, par sa théorie distordant les concepts d'espace et de temps, semble avoir encore un plus éloigné l'univers du sens commun. Et pourtant le chemin suivi ne part que de simples problèmes posés à la conscience de physiciens et aboutissant même parfois à des solutions assez simples, si on pense à la "relativité restreinte" (concernant les référentiels en mouvement relatifs sans accélération).
Mais déjà se pose la question de la dilatation du temps, réelle ou simple intermédiaire de calcul des équations de Lorentz. C'est le moment d'aller consulter des bonnes vidéos de vulgarisation sur internet (au programme de terminale S) et même de se faire sa propre idée sur cette première question.
Bon, c'est plus facile lorsqu'on sait que la théorie a déjà été confirmée par l'expérience, alors qu'en 1922 on connait juste l'expérience de Michelson-Morley, qui va fortuitement servir à vérifier la conservation des lois de l'électromagnétisme dans tous les référentiels. La vitesse du référentiel ne s'ajoute pas à la vitesse de la lumière qui reste donc toujours la même et ne peut pas être dépassée.
Pour Bergson il y a un os et l'histoire du paradoxe des jumeaux proposé par le physicien Paul Langevin fait même partie de la confusion : dans un voyage par la pensée, à une vitesse proche de celle de la lumière, deux frères jumeaux se séparent et se retouvent. Le frère qui est toujours resté sur Terre est sensé observer que son frère jumeau a moins vieilli. Mais la situation est complétement réciproque (relative) donc le jumeau qui vient de rentrer de voyage peut aussi bien trouver que son frère a moins vieilli.
L'édition critique dirigée par Frédéric Worms est indispensable pour comprendre le contexte de ces réflexions. On peut lire notamment une réponse d'Einstein lui-même qui rappelle que le voyage aller-retour implique une accélération et déplace donc le problème des jumeaux du stricte cadre de la « relativité restreinte » vers le cadre de la « relativité générale » beaucoup plus complexe à modéliser sur le plan mathématique. Bergson ne s'est pas réellement aventuré sur ce terrain. On profitera des notes de l'édition critique, avec encore Paul Langevin, pour se rappeler que la relativité généralisée est cette fois partie d'un problème sur la gravitation et du fait que la cause et l'effet à distance ne peuvent avoir lieu instantanément car cela impliquerait une vitesse infinie entre ces deux évènements.
Bergson ne revient pas à Newton mais se retrouve quand même à la faute avec son interprétation physique. De son côté, Einstein, dans leur rencontre du 6 avril 1922, réduit le temps philosophique au temps psychologique (ou au temps physique). Leur rencontre est donc un dialogue de sourds. Cette édition critique restitue l'ampleur du problème posé et notamment ce que la spatialisation du temps contient d'idéal déterministe : un problème posé depuis son premier essai sur les données immédiates de la conscience. Pour suivre le fil de sa réflexion sur la durée, dans l'équilibre entre réalisme et idéalisme, il faut reprendre ses livres. Matière et Mémoire et l'Evolution créatrice.
Ce recoin de son oeuvre fait partie des aléas de la recherche.
Ici la philosophie dialogue avec la science sans chercher à la surplomber et la matière ne manque pas, lorsqu'on songe, depuis l'époque de Bergson, à toutes les découvertes assez déroutantes de la science moderne.
D'autres philosophes n'auront certainement pas manqué de questionner la curieuse indétermination* de Heisenberg dans le domaine de la mécanique quantique. (*source wikipedia : indétermination dans la connaissance simultanée de la position et de la quantité de mouvement d'une particule)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          86
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JacopoJacopo   20 décembre 2017
Qu'est-ce que cette continuité ? Celle d'un écoulement ou d'un passage, mais d'un écoulement et d'un passage qui se suffisent à eux-mêmes, l'écoulement n'impliquant pas une chose qui coule et le passage ne présupposant pas des états par lesquels on passe : la chose et l'état ne sont que des instantanés artificiellement pris sur la transition ; et cette transition, seule naturellement expérimentée, est la durée même. Elle est mémoire, mais non pas mémoire personnelle, extérieure à ce qu'elle retient,
distincte d'un passé dont elle assurerait la conservation ; c'est une mémoire
intérieure au changement lui-même, mémoire qui prolonge l'avant dans l'après et les empêche d'être de purs instantanés apparaissant et disparaissant dans un présent qui renaîtrait sans cesse. Une mélodie que nous écoutons les yeux fermés, en ne pensant qu'à elle, est tout près de coïncider avec ce temps qui est la fluidité même de notre vie intérieure ; mais elle a encore trop de qualités, trop de détermination, et il faudrait effacer d'abord la différence entre les sons, puis abolir les caractères distinctifs du son lui-même, n'en retenir que la continuation de ce qui précède dans ce qui suit et la transition ininterrompue, multiplicité sans divisibilité et succession sans séparation, pour retrouver enfin le temps fondamental. Telle est la durée immédiatement perçue, sans laquelle nous n'aurions aucune idée du temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JacopoJacopo   20 décembre 2017
Maintenant, rien n'empêche de supposer que chacun de nous trace dans l'espace un mouvement ininterrompu du commencement à la fin de sa vie consciente. Il pourrait marcher nuit et jour. Il accomplirait ainsi un voyage coextensif à sa vie consciente. Toute son histoire se déroulerait alors dans un Temps mesurable.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Henri Bergson (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Bergson
Henri BERGSON - De l’intensité des états psychologiques
Dans la catégorie : TempsVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Métaphysique>Temps (21)
autres livres classés : tempsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
295 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre