AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Borges : Oeuvres complètes tome 1 sur 2

Jean-Pierre Bernés (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070112616
1752 pages
Gallimard (13/05/1993)
4.62/5   58 notes
Résumé :
Ce volume contient les œuvres suivantes : Ferveur de Buenos Aires - Lune d'en face - Cuaderno San Martín - Evaristo Carriego - Discussion - Histoire universelle de l'infamie - Histoire de l'éternité - Fictions - L'Aleph - Autres inquisitions. Articles non recueillis : Autour de l'ultraïsme - Chroniques publiées dans la revue «Proa» - Chroniques publiées dans «La Prensa» - Chroniques publiées dans «Sur» - Films - Chroniques publiées dans la revue «El Hogar» - Textes ... >Voir plus
Que lire après Oeuvres complètes, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Je suis partout à la fois brisé en mille éclats de voix.

Ts'ui Pên, la simultanéité absolue tel un dieu parcourant en un seul jet toutes ses possibilités.

L'un, l'onde la vague de l'électron que notre conscience effondre par son observation en une particule.

Unique parfum brodé dans tous ses opposés, traversé de l'histoire dont l'ossature n'est qu'une tapisserie composée d'affirmations et de réfutations.

Un seul parfum disséminé dans les différentes assiduités ou carences d'un état ne se percevant que d'une manière identique.

Énergie ou fantôme d'un même ressenti déployant son existence ou son retrait sur un réseau temporel aux multiples ramifications.

L'opportunité de pouvoir élaborer en un seul jet l'intégralité de son inconditionnel devenu l'unique demeure de chacun de ses raisonnements.

L'Aleph, mort ou vivant au même instant sur une même tapisserie atout et désagrément d'une seule émanation capable de s'assumer spontanément dans toutes ses complémentarités.

Antinomie d'un esprit contraint de visiter son environnement de manière séquentielle à l'aide d'un langage sans cesse rénové.

La profondeur de l'absolu captée en un seul regard associée à la contrainte de bâtir son histoire au coup par coup en se servant pour cela de ses ressources les plus mordantes.

Fictions le jardin aux sentiers qui bifurquent.

Commenter  J’apprécie          83
En ces époques, le monde était une carte qui avait les dimensions illimitées de l'espérance, les géographes noctambules l'arpentaient; leurs pas, au cours des siècles avaient menés quelques uns - devenus des héros légendaires dont on en parlait ensuite pendant des générations jusqu' à ce qu'un autre s ‘y risquât à nouveau - aux confins du monde, là où une autre carte était un monde nouveau; on disait même que certains - ignorance ou choix ?- avaient franchi les confins; certains en étaient revenus.
Quand ils croisaient d'autres géographes dans ces mondes nouveaux - grâce à la langue universelle de John Wilkins ils pouvaient comprendre et être compris - ils apprenaient que les mêmes questions agitaient les esprits: tous parlaient du Poète, que l'un des anciens géographes - d'on ne sait quel monde - mais si l'on en croit les recherches menées depuis trois siècles, il semble que chaque monde ait dans son histoire ce vieux géographe - il y a des millénaires, combien ? on ne le sait plus - avait rencontré et il récitait une brève composition (…)qui lui procura en même temps l'immortalité et la mort. le texte en est perdu (plusieurs tiennent pour assuré qu'il se composait d'un seul vers, d‘autres d'un seul mot). L'idée s'est perpétuée puis amplifiée, il est désormais tenu pour certain que ce texte est la réponse à toutes les questions, que le Poète était le créateur de l'univers, le père premier. Les géographes cherchent le monde où vivait le Poète, espérant y trouver le texte original - au moins un indice. Tant que les années qui passent ne leur ôtent pas l'espoir de trouver, ils imaginent le paradis sous l'espèce d'une carte de l'univers.
Parfois, ils rencontrent de vieux géographes, n'ayant jamais quitté le secteur du monde où ils sont nés qui leur enseignent ce qu'ils ne savent pas à eux qui, sans doute, en savent davantage.
Et puis quand cette quête, vaine - jusqu'à nos jours - arrive à son terme, lorsque le géographe qui a survécut au lâche et au vaniteux qu'il était, est certes encore un insensé - mais devenu raisonnable devant la mort il peut adresser une dernière prière: plut au ciel que je fus né mort.
,
J'aime à rêver les textes, les poèmes de José Luis Borges au son d'une Milonga ou d'un vieux Tango dans les bras d' une femme de Palerme avec laquelle je connaitrai des aubes sans fin pour apprendre la mort.

M'ont tenus la main: La Bibliothèque de Babel, Autres Inquisitions, La Parabole du Palais, Poèmes des Dons, La Renommée, The thing I am
Le Poète proclame son renom, Élégie des Portails

©Mermed
Lien : http://holophernes.over-blog..
Commenter  J’apprécie          40
Pas de tome II, dans ma librairie.
La veuve abusive qu'est madame Maria Kodama refuse la réédition !
Commenter  J’apprécie          61
Un autre écrivain aveugle, Borges, après Homère qui l'inspira.

Nous prendrons plaisir à découvrir ou redécouvrir sa prose parfois fantastique dans les labyrinthes de sa Bibliothèque de Babel, de l'Aleph ou bien encore avec les 9 essais sur Dante.
Commenter  J’apprécie          30
Les deux tomes sont à nouveau disponibles!!!
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (73) Voir plus Ajouter une citation
Simplicité

La grille du jardin s'ouvre
avec la docilité d'une page
qu'interroge une fréquente dévotion.
J'entre dans la maison, et mes regards
n'ont pas besoin d'observer des objets
qui sont déjà totalement dans la mémoire.
Je connais bien les habitudes et les âmes
et ce dialecte d'allusions
qui va tissant tout groupement humain.
Je n'ai pas besoin de parler
ni de feindre des privilèges ;
ils me connaissent ceux qui m'entourent,
ils savent bien mon angoisse et ma faiblesse.
C'est là toucher à ce qu'il y a de plus haut,
à ce que peut-être nous donnera le ciel :
non le prestige ni les victoires
mais seulement d'être admis
comme une partie de la Réalité indéniable,
comme les pierres et les arbres.

A Haydée Lange

(Extrait de Ferveur de Buenos Aires p. 22)
Commenter  J’apprécie          370
Aucune étoile ne restera dans la nuit.
Ni la nuit ne restera.
Je mourrai et avec moi mourra la somme de l'intolérable univers.
J'effacerai les pyramides, les médailles, les continents, les visages.
J'effacerai l'accumulation du passé.
Je réduirai en poussière l'histoire, en poussière la poussière.
Je regarde le dernier coucher de soleil.
J'entends le dernier oiseau.
Je lègue le néant à personne.

Tel que relevé pour "Les fils de la pensée"
https://filsdelapensee.ch/
Commenter  J’apprécie          300
Pendant toute mon adolescence j'ai pensé que c'était une injustice que l'on m'aimât. Je ne méritais pas que l'on m'aimât, d'aucune façon, et je me souviens que le jour de mon anniversaire me remplissait de confusion, parce que tout le monde me comblait de cadeaux et que je pensais n'avoir rien fait pour les mériter et être une sorte d'imposteur. Ce n'est qu'à trente ans passés que j'ai surmonté cette impression.
Commenter  J’apprécie          310
Que voulez-vous que je dise de moi? Je ne sais rien de moi! Je ne sais même pas la date de ma mort.

Tel que relevé pour "Les fils de la pensée" https://filsdelapensee.ch/
Commenter  J’apprécie          691
J'ordonnai à mon esclave de surveiller la face du désert. Saïd et moi, exténués, dormîmes. Cette nuit, je rêvai que j'étais prisonnier d'un filet de serpents. Je me réveillai épouvanté. L'aube venait. À côté de moi dormait Saïd. Le contact d'une toile d'araignée sur ma peau m'avait fait rêver ce songe. Je fus fâché que Saïd, qui était lâche, dormît avec une si parfaite tranquillité. [p. 157]
[...]
- Oui, il ne m'étonnerait pas que la toile d'araignée, j'entends la forme universelle de la toile d'araignée, ou pour parler clairement, la toile d'araignée de Platon, eût suggéré son crime à l'assassin (parce qu'il y a un assassin). Tu te souviens que el Bokhari rêva dans un tombeau d'un réseau de serpents et qu'il découvrit à son réveil qu'une toile d'araignée lui avait suggéré ce songe. [p. 164]
Commenter  J’apprécie          130

Videos de Jorge Luis Borges (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jorge Luis Borges
INTRODUCTION : « Le siècle qui commence trouve une Argentine confiante en l'avenir. le positivisme à la mode met une foi illimitée dans les avancées du progrès et de la science, et la croissance de la jeune république autorise une vision optimiste du destin national. La classe dirigeante a bâti son programme sur la base d'une instruction publique et gratuite pour tous, destinée à réaliser l'intégration culturelle de la deuxième génération d'une masse énorme et hétérogène d'immigrants à peine débarqués d'Europe. Cette Argentine, qui est à l'époque une toute jeune nation - sa guerre contre les Indiens n'est terminée que depuis vingt ans -, dépend économiquement de l'Angleterre, est fascinée par la culture française et admire autant l'opéra italien que la technologie allemande. Ce qui ne l'empêchera pas de tâtonner à la recherche de sa propre identité, à la faveur d'un sentiment nationaliste exacerbé dès 1910 […]. L'avant-garde poétique porte le sceau du modernisme, largement diffusé à Buenos Aires par Rubén Darío qui […] marquera d'une empreinte durable la vie culturelle du pays. […] La quête de la modernité inscrite dans le nouveau courant anime déjà ce pays avide de rallier un monde qui ne jure que par Le Louvre, la Sorbonne et Montparnasse. […].  […]  La seconde décennie du siècle […] marque un tournant décisif dans la réalité argentine. […] Hipólito Yrigoyen accède au pouvoir. Avec lui surgit une nouvelle classe sociale, issue de l'immigration et amenée, pour un temps, à prendre la place de la vieille oligarchie qui a dirigé le pays depuis les premiers jours de l'indépendance. […] Cette modernité, qui relie les poètes argentins à l'avant-garde européenne, se concrétise avec le retour au pays de Jorge Luis Borges, en 1921. […] Dans un article polémique paru dans la revue Nosotros (XII, 1921), Borges explique : « Schématiquement, l'ultraïsme aujourd'hui se résume aux principes suivants : 1°) Réduction de la lyrique à son élément fondamental : la métaphore. 2°) Suppression des transitions, des liaisons et des adjectifs inutiles. 3°) Abolition des motifs ornementaux, du confessionnalisme, de la circonstanciation, de l'endoctrinement et d'une recherche d'obscurité. 4°) Synthèse de deux ou plusieurs images en une seule, de façon à en élargir le pouvoir de suggestion. » […] […] les jeunes poètes des années 20 se reconnaissent au besoin qu'ils éprouvent de revendiquer une appartenance et de se trouver des racines. […] Il faut attendre une dizaine d'années encore pour que, dans le calme de l'époque, de jeunes créateurs, avec l'enthousiasme de leurs vingt ans, apportent un élan nouveau et de nouvelles valeurs poétiques. Prenant leurs distances par rapport à l'actualité, ils remettent à l'honneur le paysage et l'abstraction, ainsi qu'un ton empreint de nostalgie et de mélancolie. […] Les années 60 correspondent en Argentine à une période d'apogée culturel. le secteur du livre est en plein essor ; de nouvelles maisons d'édition voient le jour et, conséquence du boom de la littérature sud-américaine, la demande d'auteurs autochtones augmente, ce qui facilite l'émergence de noms nouveaux. […] La génération des années 70, à l'inverse, est marquée au coin de la violence. Plus se multiplient les groupes de combat qui luttent pour l'instauration d'un régime de gauche, plus la riposte des dictatures militaires successives donne lieu à une répression sanglante et sans discrimination qui impose au pays un régime de terreur, torture à l'appui, avec pour résultat quelque trente mille disparus. […] » (Horacio Salas.)
CHAPITRES : 0:00 - Titre
0:06 - Alejandra Pizarnik 2:30 - Santiago Kovadloff 3:26 - Daniel Freidemberg 4:52 - Jorge Boccanera
5:51 - Générique
RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIQUE : Horacio Salas, Poésie argentine du XXe siècle, traduction de Nicole Priollaud, Genève, Patiño, 1996.
IMAGES D'ILLUSTRATION : Alejandra Pizarnik : https://universoabierto.org/2021/09/27/alejandra-pizarnik/ Santiago Kovadloff : https://www.lagaceta.com.ar/nota/936394/actualidad/santiago-kovadloff-argentina-pais-donde-fragmentacion-ha-perdurado-desde-siempre.html Daniel Freidemberg : https://sites.google.com/site/10preguntaspara1poeta
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Mélanges littéraires (71)
autres livres classés : littérature argentineVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (202) Voir plus



Quiz Voir plus

Créatures étranges.

Serpent bicéphale rencontré par Caton.

Amphisbène
Basilic
Mandrake
Mermecolion

5 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Le livre des êtres imaginaires de Jorge Luis BorgesCréer un quiz sur ce livre

{* *}