AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266141338
218 pages
Pocket (08/01/2004)
3.72/5   255 notes
Résumé :
Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Japonais ont mis au travail des milliers de prisonniers anglais pour construire la voie ferrée de Bangkok-Rangoon. Vivant symbole de la tradition britannique, le colonel Nicholson oppose à ses geôliers une résistance stoïque, jusqu'au jour où ceux-ci consentent à respecter les conventions internationales sur les prisonniers de guerre. Il se met alors à leur service pour édifier un pont d'une importance stratégique capitale. Ma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,72

sur 255 notes
5
5 avis
4
12 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

lecassin
  13 mars 2016
Excellent !
Oui. Excellent. C'est le premier mot qui m'est venu à l'esprit en lisant le mot fin …
« le pont de la rivière Kwaï » : un roman présent dans ma bibliothèque depuis quelques années, au moins ; à la lecture remise à demain tant de fois que cette fois j'attaque… et je finis en deux séances de lecture…
Nous sommes en 1942, après un sérieux revers des Anglais en Malaisie : un camp de prisonniers anglais se voit contraint de bâtir un pont sur la rivière Kwaï, afin de permettre aux japonais d'acheminer par rail troupes, matériel et munitions de Bangkok à Rangoon. Un pont qui sera la cible d'un commando des forces spéciales anglaises, la Force 316, dont la devise est en quelque sorte : « Ne jamais considérer une opération comme complétement terminée ; ne jamais s'estimer satisfait, tant qu'il reste encore une possibilité de causer un ennui, si minime soit-il, à l'ennemi. » Ça promet…
« le pont de la rivière Kwaï », un roman de guerre…
Composé de trois parties, on assiste dans la première à la construction du pont mais aussi et surtout à la lutte pour le pouvoir sur le chantier entre le Colonel anglais Nicholson, pur produit de l'élégance anglaise, et le colonel nippon Saïto, une brute épaisse, de surcroit alcoolique.
La deuxième partie nous montre la préparation par la Force 316 du « grand coup » contre le pont, pour se terminer en troisième partie, par « le grand coup », justement… Sachant, que même minutieusement préparée, ce genre d'opération ne se déroule jamais de façon nominale…
Ayant combattu en Asie pendant la seconde guerre mondiale, Pierre Boulle est complétement légitime à nous faire toucher du doigt la difficulté de combattre dans un milieu hostile : la jungle, les insectes, les sangsues, la chaleur…
Un excellent roman d'aventures à recommander néanmoins aux amateurs du genre « roman de guerre ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
PhilippeCastellain
  23 mars 2020
Le film est célèbre. On ne peut pas oublier la scène où les rangées de soldats pieds nus, vêtus de loques mais toujours parfaitement disciplinés, arrivent en rangs impeccables en sifflant l' air devenu emblématique. On connaît la suite. La lutte morale entre deux codes d'honneurs, celui de l'officier anglais voyant le vaincu comme un rival à traiter avec respect, et celui de l'officier japonais considérant que la défaite est un déshonneur privant un homme de toute dignité. le compromis trouvé – d'accord nous construirons votre pont, mais laissez-nous le construire comme nous l'entendons.

On décrit souvent cette histoire comme une illustration de l'absurdité de la guerre. Ou du syndrome de Stockholm. On y trouve aussi la lutte entre besoin de créer et besoin de détruire. La dureté inhumaine des camps de prisonniers japonais, mais aussi la vie sans but du captif telle qu'en parle Raymond Guérin. La jungle de l'Asie du sud-est, ses bêtes venimeuses et ses maladies qui vous fauchent les hommes par centaine. Et puis la guerre, là et encore là, au début du pont et à sa fin. Rien de bien original, en somme...

Et tout se joue dans les dernières minutes. Sans le geste du colonel anglais trahissant sa patrie pour sauver « son » pont, l'histoire n'est qu'un épisode de la guerre. Mais en une seconde, tout bascule. L'homme qui a enduré les pires tortures pour défendre ses principes abandonne brutalement tout pour sauver quelques troncs de bois par où transiteront les soldats ennemis. Mais chacune de ces poutres a été arrosé par le sang et la sueur de ses hommes. Ce pont, c'est sa patrie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          393
Patsales
  22 février 2016
L'humour anglais m'avait toujours paru indépassable. Mais ça, c'était avant. Je viens de m'apercevoir que le plus caustique des humours britanniques était manié de main de maître par (My Goodness!) un Français. Roman hilarant, cinglant et jouissif, "Le Pont de la rivière Kwaï " fait valser les baudruches de nos idéaux et les vieilles badernes toutes corsetées de suffisance dans un chamboulle-tout réjouissant (Non, ce n'est pas une faute d'orthographe, c'est un jeu de mots).
Pour éviter les guerres, une seule solution: renoncer à l'héroïsme, ses oeuvres, ses pompes et ses serviteurs!
Commenter  J’apprécie          384
ladesiderienne
  12 mars 2022
Ce roman de Pierre Boulle doit son succès au film de David Lean qui en a été tiré en 1957, film que je n'ai d'ailleurs pas vu. Je ne suis pas non plus fan de livre sur la guerre mais comme il traînait dans ma PAL depuis longtemps, je me suis dit qu'il était temps de le dépoussiérer.

Comme l'adage dit "c'est dans les vieux pots qu'on fait la bonne soupe", j'ajouterai "c'est dans les vieux livres qu'on retrouve parfois le plaisir de la lecture". J'ai apprécié l'écriture limpide et moderne de Pierre Boulle, hormis au début, sa façon choquante de parler des Japonais. Il faut s'imprégner du contexte (lieu, époque) pour passer outre. La tension est présente tout au long du roman. Dans les premiers chapitres, c'est l'affrontement de deux traditions incarnées par deux hommes que tout oppose. le colonel Saïto, vainqueur japonais, tout en agitation et incompétence, va se heurter au perfectionnisme et à l'entêtement britannique du perdant, le colonel Nicholson. le lecteur est tenu en haleine jusqu'au bout avec un compte à rebours final éblouissant.
Alors que ce récit de guerre ne semblait pas fait pour moi, les réflexions philosophiques qu'il entraîne, notamment sur le patriotisme et le sens du devoir, m'ont paru très intéressantes. L'altruisme du médecin commandant Clipton et les doutes du jeune Joyce, membre du commando, sur ses capacités à aller au bout de l'action, apportent encore une sensibilité profondément humaine au texte. Une excellente lecture à laquelle j'accorde un 18/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
ahasverus
  24 octobre 2015
Début 1942, la bataille de Malaisie tourne à la Bérézina côté Anglais. Devant une armée japonaise inférieure en nombre mais plus expérimentée, le général Arthur Percival ordonne la capitulation. A Tha Makham, en Thaïlande, le Colonel Philip Toosey et 650 prisonniers sont contraints de construire deux ponts sur la rivière Kwaï, l'un en bois, l'autre en fer, afin de faciliter l'acheminement des troupes et des marchandises de Bangkok à Rangoon.
Le Français Pierre Boulle a rejoint la France Libre en Asie au début de la seconde guerre mondiale. Il se bat en Indochine jusqu'en 1942. Capturé, il s'évade deux ans plus tard et poursuit le combat jusqu'à son terme au sein des commandos anglais de la force 136 . La seconde guerre mondiale s'achève.
Par "une nuit d’insomnie où les lucioles dansaient", Boulle s'interroge sur son avenir. Que faire après tant d'aventures ? Il sera écrivain.
Voilà pour le fond historique qui inspire ses premières oeuvres. En 1952, pour ce troisième roman il imagine à partir de l'histoire du colonel Toosey la capture d'un officier convaincu que la supériorité britannique doit continuer à percer dans la défaite. Dans un esprit de résistance paradoxale jusqu'à l'absurde, un colonel Nicholson amène ses hommes à collaborer avec les Japonais, tandis qu' un commando britannique, la Force 316, est parachuté pour saboter le pont. C'est ce suspense qui fait l'intérêt du livre, plus près des Douze Salopards que des romans ou récits historiques ou humanistes sur la seconde guerre mondiale. Le roman de PIerre Boulle tire sa force de deux affrontements : la lutte pour le pouvoir des colonels anglais et japonais ; la course entre les bâtisseurs et les saboteurs d'un même pont jeté sur la rivière Kwaï.
Court de 217 pages, auréolé du prix Sainte-Beuve,Le Pont de la Rivière KwaÏ a fait l'objet d'une adaptation filmée par David Lean cinq ans plus tard. Le film et le roman affichent quelques différences qui donnent l'avantage du livre. Les ajouts cinématographiques, qui affaiblissent le scénario, tiennent au fait que le cinéaste s' impose des contraintes : incorporer des acteurs américains, trouver une fin politiquement correcte. La musique mémorable, cette "Marche du Colonel Bogey", que les prisonniers entonnent, est une initiative de Lean qui fait siffler l'air en remplacement des paroles vulgaires de 1910 susceptibles d'être censurées. Paroles adaptées en France sauce Annie Cordy, qui s'enthousiasme devant le soleil qui brille, brille, brille jusqu'en 1968.
Au delà de ce livre à l'intérêt croissant, l'histoire mouvementée du tournage par Lean n'est pas dénuée d'intérêt. Mais c'est une autre histoire.
Puisque nous sommes dans le cinéma, concluons en rappelant que Pierre Boulle est l'un des auteurs français les plus adaptés à l'étranger, notamment grâce à son excellente Planète des Singes, reprise au cinéma en 1968 puis en 2001, enfin déclinée depuis sous toutes ses coutures : le Secret de la Planète des Singes, Les Evadés de la Planète des Singes, La Conquète de la Planète des Singes, La Bataille de la Planète des Singes, la Planète des singes - l'Affrontement, la Planète des Singes - les Origines. Manquent à l'appel si vous vous sentez une âme de cinéaste : Fantomas contre la Planète des Singes, Hirocheetah Mon Amour, Et pour quelques bananes de plus. Alors nous aurons fait le tour de la question...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          195

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
ShadeAndSunShadeAndSun   19 novembre 2020
Il le voyait avec émerveillement au-dessus de l'eau en même temps qu'il s'allongeait en travers de la rivière, après avoir atteint presque instantanément sa largeur totale, inscrivant majestueusement dans les trois dimensions de l'espace la forme palpable de la création, incarnant miraculeusement au pied des montagnes sauvages de Thaïlande la puissance fécondante de ses conceptions et de ses recherches.
Saïto, lui aussi, se laissait prendre à la magie de ce prodige quotidien. Malgré ses efforts, il ne pouvait dissimuler que partiellement son étonnement et son admiration. Sa surprise était naturelle. N'ayant pas encore assimilé, ni surtout analysé, les caractères subtils de la civilisation occidentale, comme le disait très justement le colonel Nicholson, il ne pouvait savoir combien l'ordre, l'organisation, la méditation sur des chiffres, la représentation symbolique sur le papier et la coordination experte des activités humaines favorisent et finalement accélèrent l'exécution. Le sens et l'utilité de cette gestation spirituelle seront toujours étrangers aux primitifs.
Quant à Clipton, il fut définitivement convaincu de sa naïveté première et mesura humblement la dérision de l'attitude sarcastique par laquelle il avait accueilli l'application des méthodes industrielles moderne à l'édification du pont de la rivière Kwaï.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gillgill   01 mai 2012
L'abime infranchissable que certains regards voient creusé entre l'âme occidentale et l'âme orientale n'est peut-être qu'un effet de mirage.
Peut-être n'est-il que la représentation conventionnelle d'un lieu commun sans base solide, un jour perfidement travesti en aperçu piquant, dont on ne peut même pas invoquer la qualité de vérité première pour justifier l'existence ?
Peut-être la nécessité de "sauver la face" était-elle dans cette guerre, aussi impérieuse, aussi vitale, pour les Britanniques que pour les Japonais ?
Peut-être réglait-elle les mouvements des uns, sans qu'ils en eussent conscience, avec autant de rigueur et de fatalité qu'elle commandait ceux des autres, et sans doute ceux de tous les peuples ?
(extrait du chapitre I)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PatlancienPatlancien   16 mars 2021
« Puis-je vous demander, colonel Saïto, si vous êtes satisfait des premiers travaux ? »
Cette question perfide aurait bien pu faire pencher la balance vers la crise d’hystérie, car les travaux avaient très mal commencé, et c’était là un des principaux soucis du colonel Saïto, dont la situation personnelle était engagée dans cette bataille, au même titre que l’honneur. Cependant, ce n’était pas l’heure de mister Hyde. Il perdit contenance, baissa les yeux, et marmotta une réponse indistincte. Ensuite, il mit un verre plein de whisky dans la main du prisonnier, s’en servit lui-même une large rasade et dit :
« Voyons, colonel Nicholson, je ne suis pas certain que vous m’ayez bien compris. Il ne doit pas y avoir de malentendu entre nous. Quand j’ai dit que tous les officiers devaient travailler, je n’ai jamais pensé à vous, leur chef. Mes ordres concernaient seulement les autres…
— Aucun officier ne travaillera », dit le colonel, en reposant son verre sur la table.
Saïto réprima un mouvement d’impatience et s’appliqua à conserver son calme.
« J’ai même réfléchi depuis quelques jours, reprit-il. Je crois que je pourrais occuper les commandants à des besognes administratives. Seuls, les officiers subalternes mettront la main à la pâte, et…
— Aucun officier ne travaillera de ses mains, dit le colonel Nicholson. Les officiers doivent commander leurs hommes. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lecassinlecassin   09 février 2017
L’abîme infranchissable que certains regards voient creusé entre l’âme occidentale et l’âme orientale n’est peut-être qu’un effet de mirage.
Commenter  J’apprécie          110
lecassinlecassin   13 mars 2016
On ne peut pas établir de règle générale pour ce genre de travail […]Parfois, l’imagination, et même la réflexion, donnent de bons résultats. Pas toujours.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Pierre Boulle (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Boulle
Pas facile d'être une tortue ! Caroline est véritablement un membre de la famille à part entière, mais elle ne peut pas toujours participer aux promenades et aux jeux de son Bill adoré au même rythme que les autres. Boule et Bill vont redoubler d'inventivité pour lui faire plaisir et l'impliquer davantage... Attention, Bill n'a qu'à se tenir à Caro et tout ira bien ! https://www.dargaud.com/bd/boule-bill/boule-bill/boule-bill-tome-41-bill-se-tient-caro-bda5331610
autres livres classés : thailandeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La Planète des singes de Pierre Boulle

En quelle année Pierre Boulle publie-t-il La Planète des singes ?

1953
1963
1973
1983
1993

10 questions
455 lecteurs ont répondu
Thème : La Planète des singes de Pierre BoulleCréer un quiz sur ce livre