AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290021490
Éditeur : J'ai Lu (12/01/2011)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 11 notes)
Résumé :

Les Hauts de Hurlevent, Jane Eyre sont des chefs-d'œuvre de la littérature universelle. Tout le monde connaît les sœurs Brontë, Charlotte, Emily, Anne. Mais le frère, Branwell ? II faut savoir que les œuvres publiées des Brontë ne constituent que la partie émergée de l'iceberg. Le présent ouvrage, à travers poèmes et proses, tente une approche de cet imaginaire (" le monde du dessous ",... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
BenedicteBiblio
  10 août 2015
J'éprouve un vif intérêt pour tout ce qui touche aux écrits des soeurs Brontë. le terme « intérêt » n'est pas assez fort pour décrire les émotions que j'ai pu ressentir en lisant Jane Eyre ou encore Les Hauts de Hurlevent, mes deux romans préférés de tous les temps. L'Angleterre. Haworth. Un presbytère isolé. Les landes balayées par le vent. Bien que l'univers de la famille Brontë nous semble plutôt sinistre, je ressens une véritable fascination pour les soeurs Brontë. Leurs écrits, mais aussi le vécu, la personnalité de chacune : tout m'intéresse. Aussi, lorsque j'ai croisé la route de ce recueil, je n'ai pas hésité une seule seconde. Il comprend des morceaux de proses, de poèmes (apparemment retrouvés miraculeusement) rédigés par Charlotte, Emily, Anne ou encore Branwell. le livre est divisé en différentes parties, ce qui nous permet de plonger dans l'écriture de chacun. Des détails de correspondance ont également été ajoutés (certaines lettres d'Elizabeth Gaskell notamment). L'occasion d'en apprendre beaucoup sur le quotidien, les habitudes de la famille. À certains passages d'une grande beauté, évoquant l'enfance, l'amour ou encore la nature, viennent se mêler des paragraphes plus sombres comme la maladie d'Emily, ainsi que celle d'Anne, apparaissant dans la correspondance de Charlotte Brontë. Cette lecture est donc parfois difficile, mais permet de se sentir plus proche de ces romancières de génie, tout comme elle permet de mieux comprendre le goût pour la solitude de Charlotte, ou encore la violence des personnages crées par Emily.
Dés l'enfance, les Brontë sont très liés. Surtout depuis le décès de leurs deux soeurs aînées, dans un pensionnat glacial. Pour échapper à un quotidien pesant, et sans doute extrêmement difficile, Branwell et Charlotte, Anne et Emily, s'inventent un monde totalement imaginaire, mais coloré de paysages solitaires ou exotiques : les royaumes de Gondal et de Gaaldine. Nous y retrouvons des rois, des reines, des serviteurs dont certains traits se retrouveront plus tard dans le personnage de Rochester, ou en tout cas principalement dans les personnages de Charlotte et d'Emily.
Ce recueil m'aura également apporté tout un éclairage sur Branwell, que je connaissais finalement peu et dont on parle moins car il n'aura pas réussi, contrairement à ses soeurs, à faire publier ses créations (plusieurs poèmes). Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le parallèle avec le film Les soeurs Brontë d'André Téchiné (1979) dans lequel apparaît un portrait d'homme mélancolique, ravagé par l'alcool. Je le trouve finalement touchant. Et je compte lire très vite la biographie écrite par Daphné du Maurier (que j'aime aussi énormément) : le monde infernal de Branwell Brontë.
En bref, ce recueil est instructif si vous souhaitez vous plonger dans l'enfance des Brontë ou tout simplement en apprendre plus sur eux, à travers les détails de certains courriers adressés à des proches, ou encore à travers le regard des quelques rares amis de la famille. J'ai grandement apprécié retrouver Charlotte Brontë, avec son intelligence vive et sa force de caractère. Je me la représentais sous les traits du personnage de Jane Eyre. Il semblerait en effet qu'elle y ait mis beaucoup d'elle-même dans la création de ce personnage hors du commun. J'ai également aimé en apprendre davantage sur son frère Branwell ou encore m'imaginer Emily et Anne, toutes deux inséparables, enlacées, se promenant sur la lande. J'ai d'ailleurs hâte de découvrir la plume d'Anne Brontë, la seule que je ne connais pas encore.
Lien : http://labibliothequedebened..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
barjabulette
  11 août 2011
Les écrits figurant dans ce recueil ont été, semble t'il, miraculeusement retrouvés. Il s'agit de poèmes et de correspondances de la famille Bronté.
Ce livre est divisé en différentes parties, en fonction de poèmes écrits par Charlotte, Branwell, Emily ou Anne.
A la lecture des passages consacrés à Charlotte et Branwell, je n'ai pu m'empecher de repenser à un film de Nicole Kidman, les autres. C'est un film un peu particulier. Et bien, ces 2 parties m'ont paru terriblement triste et morbide.
Par contre, Emily et Anne, dans leurs poèmes me paraissaient plus "légères" on sent tout de même un peu plus d'optimisme dans leurs poèmes. Chez Charlotte on ressent tout le poids de la mort qui a rodé autour d'elle sa vie durant. J'ai eu l'impression que cette pauvre dame avait eu une chape de plomb sur les épaules du début à la fin de sa vie.
Ce que j'ai particulièrement aimé dans ce recueil ce sont les passages de correspondances. J'ai trouvé qu'on sentait tout le contexte du petit village anglais, avec ses règles et ses principes, tout le poids de la vie au presbytère. C'était une lecture très instructive. J'avoue n'avoir encore jamais lu Jane Eyre ou les hauts de Hurle vent, mais ce livre m'a donné envie de m'y mettre et les précisions sur les auteurs amenées dans ce livre me feront, je pense, découvrir leurs oeuvres avec un autre regard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
feellyne
  07 mars 2013
Ce recueil de textes en prose et de poèmes est tout simplement magnifique. On retrouve la beauté de l'écriture des soeurs Charlotte, Emilie et Anne, avec en plus des textes de leur frère Branwell. le livre est décomposé en plusieurs parties, ce qui nous permet vraiment de plonger dans l'univers et dans l'écriture de chacun, même si les thèmes abordés sont sensiblement les mêmes : la peine, la douleur, l'amour, l'enfance…
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
BenedicteBiblioBenedicteBiblio   10 août 2015
Ce vent qui déverse son impétueux courant dans les airs, d’heure en heure avec une furie ininterrompue, une musique plus profonde à mesure que la nuit avance, soufflant, non pas en rafales, mais avec la rapide impétuosité de la tempête qui enfle, ce vent, je le sais, souffle en ce moment très loin sur les landes à Haworth. Emily et Branwell l’entendent quand il passe au-dessus de la maison, dans le cimetière et autour de la vieille église, ils pensent peut-être à nous deux Anne – Magnifique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LaForceduTempsLaForceduTemps   06 août 2013
Ignorant et le jour et le lieu où elle se trouvait,
Elle était là, perdue dans un rêve éveillé,
Le corps rongé par une sorte de fièvre,
Une sorte de torpeur, de faiblesse
Qui lui ôtait vigueur, force et volonté.
Sa tête enfiévrée n'était pas douloureuse
Mais penser était un ennui.
Parfois les bois majestueux bougeaient,
Mêlant leurs cimes aux nuages,
Et c'étaient des images, des spectres à jamais perdus
Pour ses regards distraits.
Puis elle replongeait furieusement dans ses rêves
Saisissant quelque éclat fulgurant de l'enfance ........
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
BenedicteBiblioBenedicteBiblio   10 août 2015
Miss Brontë m’a rappelé son héroïne, Jane Eyre. Elle avait l’air plus petite que jamais et se déplaçait tranquillement, sans faire le moindre bruit, exactement comme un petit oiseau ainsi que l’appelait Rochester, sauf que tous les oiseaux sont joyeux et que la joie n’avait jamais pu pénétrer dans cette maison depuis qu’elle avait été construite.
Commenter  J’apprécie          30
BenedicteBiblioBenedicteBiblio   10 août 2015
Anne – la chère, la gentille Anne – était très différente. C’était la préférée de sa tante. Elle avait de très beaux cheveux, brun clair, qui lui tombaient sur le cou en boucles gracieuses, des yeux d’un bleu violet et un teint clair, presque transparent.
Commenter  J’apprécie          40
barjabulettebarjabulette   10 août 2011
Tous les romans sont, ou devraient être, écrits aussi bien par des hommes que par des femmes et je ne vois vraiment pas pourquoi un homme pourrait se permettre d'écrire quelque chose de vraiment ignoble sur une femme, ou une femme censurée si elle écrit quelque chose d'approprié et de bienséant sur un homme.
Commenter  J’apprécie          20
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Littératures anglaise et anglo-saxonne (24)
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
584 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre