AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Patrick Remaux (Traducteur)
EAN : 9791041411481
496 pages
Points (27/10/2023)
3.93/5   22 notes
Résumé :

Les Hauts de Hurlevent, Jane Eyre sont des chefs-d'œuvre de la littérature universelle. Tout le monde connaît les sœurs Brontë, Charlotte, Emily, Anne. Mais le frère, Branwell ? II faut savoir que les œuvres publiées des Brontë ne constituent que la partie émergée de l'iceberg. Le présent ouvrage, à travers poèmes et proses, tente une approche de cet imaginaire (" le monde du dessous ",... >Voir plus
Que lire après Le monde du dessousVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Le Monde du Dessous est un recueil publié par la maison d'édition Les Belles Lettres. C'est une édition des proses et poèmes de la fratrie Brontë établie, préfacée et traduite par Patrick Reumaux poète, essayiste et romancier qui a également traduit Emily Dickinson et Dylan Thomas.

Patrick Reumaux nous présente les oeuvres des Brontë, la famille, le contexte et nous invite à pénétrer dans leur singulier univers pour nous faire découvrir le Monde du Dessous - leur cheminement imaginaire qui plonge le lecteur dans le fascinant processus de création.

L'ouvrage consacre une partie à chacun : Charlotte : « Nous avons tissé une toile à l'enfance » ; Branwell : « La vie est un sommeil passager » ; Emily : « géraldine, la lune est pleine » et Anne : « Nous savons où la neige est la plus profonde ».

Le recueil est composé de proses, de poèmes, de lettres, de témoignages nous rendant plus familiers ces artistes qui nous interpellent et suscitent admiration et interrogations depuis deux siècles. Pas facile d'être original car il existe de nombreuses études et critiques documentées et brillantes.

Leur éducation bien que plutôt bienveillante a été marquée par le poids d'une religion culpabilisante (page XV de la préface : « Dans cette théière fumante [la théière de Tante Branwell] infusent les interdits dont les enfants Brontë vont se libérer en lisant »), le poids des interdits, de l'austérité et leur vie une succession de tragédies et de morts. La géographie qui les a vu grandir est celle des landes du Yorkshire, magnifiques, isolées et au climat rude.

On comprend qu'en raison de tout cela l'imaginaire ait été la porte d'accès à une immense liberté dont leur quotidien était dépourvu.
Malgré cette vie dans un presbytère austère, ils ont eu accès aux livres, aux journaux, à la culture. Les trois femmes de la fratrie, en pleine ère victorienne où régnait le moralisme et où la femme appartenait à son mari, n'avait pas le droit de travailler sauf dans l'enseignement, ont fait le choix d'écrire, témoignant d'une volonté tenace de ne pas renoncer à leur passion et d'affirmer une certaine indépendance. Charlotte la raisonnable, Emily la farouchement libre et la plus discrète Anne ont ainsi dépassé leur condition à une époque où les hommes détenaient le pouvoir également en littérature.
Quant à Branwell, à qui Daphné du Maurier fut la première à s'être véritablement intéressée, en 1960, allant au-delà du mythe du frère maudit, de l'artiste tourmenté et raté sous l'emprise de l'alcool et de la drogue, il a été brisé par le poids des convenances et ne s'est jamais remis d'un chagrin d'amour. Tous sont décédés autour de la trentaine ; leur vie a été courte et fulgurante.

Ces écrits de jeunesse sont précieux. On y découvre comment sont nés certains des personnages les plus importants de l'histoire de la littérature : Heathcliff, Rochester….On y retrouve l'influence de la littérature gothique, particulièrement dans les poèmes de Branwell. On y découvre l'interdépendance des quatre frère et soeurs et artistes dont les créations s'inspirent mutuellement les unes des autres. Ils étaient très créatifs et avaient le goût du secret. Ils fabriquaient de touts petits livres à l'écriture à peine lisible. « Le Jeu » leur appartient pour l'éternité.
Les poèmes m'ont touchée et Branwell et Emily sont, à mon goût, les plus attachants de la fratrie. J'ai apprécié les magnifiques descriptions de leurs chères landes et retrouvé le plaisir éprouvé à la lecture des Hauts de Hurlevent ou de Jane Eyre intact. Les écrits des Brontë nous permettent de rester d'éternels adolescents passionnés et sans concessions. Je quitte, à regrets, les landes du Yorkshire et cette fratrie qui m'est désormais encore un peu plus proche suite à cette traversée du Monde du Dessous.
Merci à la maison d'édition Les Belles Lettes et à Babelio pour ce beau voyage !
Commenter  J’apprécie          20
J'éprouve un vif intérêt pour tout ce qui touche aux écrits des soeurs Brontë. le terme « intérêt » n'est pas assez fort pour décrire les émotions que j'ai pu ressentir en lisant Jane Eyre ou encore Les Hauts de Hurlevent, mes deux romans préférés de tous les temps. L'Angleterre. Haworth. Un presbytère isolé. Les landes balayées par le vent. Bien que l'univers de la famille Brontë nous semble plutôt sinistre, je ressens une véritable fascination pour les soeurs Brontë. Leurs écrits, mais aussi le vécu, la personnalité de chacune : tout m'intéresse. Aussi, lorsque j'ai croisé la route de ce recueil, je n'ai pas hésité une seule seconde. Il comprend des morceaux de proses, de poèmes (apparemment retrouvés miraculeusement) rédigés par Charlotte, Emily, Anne ou encore Branwell. le livre est divisé en différentes parties, ce qui nous permet de plonger dans l'écriture de chacun. Des détails de correspondance ont également été ajoutés (certaines lettres d'Elizabeth Gaskell notamment). L'occasion d'en apprendre beaucoup sur le quotidien, les habitudes de la famille. À certains passages d'une grande beauté, évoquant l'enfance, l'amour ou encore la nature, viennent se mêler des paragraphes plus sombres comme la maladie d'Emily, ainsi que celle d'Anne, apparaissant dans la correspondance de Charlotte Brontë. Cette lecture est donc parfois difficile, mais permet de se sentir plus proche de ces romancières de génie, tout comme elle permet de mieux comprendre le goût pour la solitude de Charlotte, ou encore la violence des personnages crées par Emily.

Dés l'enfance, les Brontë sont très liés. Surtout depuis le décès de leurs deux soeurs aînées, dans un pensionnat glacial. Pour échapper à un quotidien pesant, et sans doute extrêmement difficile, Branwell et Charlotte, Anne et Emily, s'inventent un monde totalement imaginaire, mais coloré de paysages solitaires ou exotiques : les royaumes de Gondal et de Gaaldine. Nous y retrouvons des rois, des reines, des serviteurs dont certains traits se retrouveront plus tard dans le personnage de Rochester, ou en tout cas principalement dans les personnages de Charlotte et d'Emily.

Ce recueil m'aura également apporté tout un éclairage sur Branwell, que je connaissais finalement peu et dont on parle moins car il n'aura pas réussi, contrairement à ses soeurs, à faire publier ses créations (plusieurs poèmes). Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le parallèle avec le film Les soeurs Brontë d'André Téchiné (1979) dans lequel apparaît un portrait d'homme mélancolique, ravagé par l'alcool. Je le trouve finalement touchant. Et je compte lire très vite la biographie écrite par Daphné du Maurier (que j'aime aussi énormément) : le monde infernal de Branwell Brontë.

En bref, ce recueil est instructif si vous souhaitez vous plonger dans l'enfance des Brontë ou tout simplement en apprendre plus sur eux, à travers les détails de certains courriers adressés à des proches, ou encore à travers le regard des quelques rares amis de la famille. J'ai grandement apprécié retrouver Charlotte Brontë, avec son intelligence vive et sa force de caractère. Je me la représentais sous les traits du personnage de Jane Eyre. Il semblerait en effet qu'elle y ait mis beaucoup d'elle-même dans la création de ce personnage hors du commun. J'ai également aimé en apprendre davantage sur son frère Branwell ou encore m'imaginer Emily et Anne, toutes deux inséparables, enlacées, se promenant sur la lande. J'ai d'ailleurs hâte de découvrir la plume d'Anne Brontë, la seule que je ne connais pas encore.
Lien : http://labibliothequedebened..
Commenter  J’apprécie          20
Les écrits figurant dans ce recueil ont été, semble t'il, miraculeusement retrouvés. Il s'agit de poèmes et de correspondances de la famille Bronté.
Ce livre est divisé en différentes parties, en fonction de poèmes écrits par Charlotte, Branwell, Emily ou Anne.
A la lecture des passages consacrés à Charlotte et Branwell, je n'ai pu m'empecher de repenser à un film de Nicole Kidman, les autres. C'est un film un peu particulier. Et bien, ces 2 parties m'ont paru terriblement triste et morbide.
Par contre, Emily et Anne, dans leurs poèmes me paraissaient plus "légères" on sent tout de même un peu plus d'optimisme dans leurs poèmes. Chez Charlotte on ressent tout le poids de la mort qui a rodé autour d'elle sa vie durant. J'ai eu l'impression que cette pauvre dame avait eu une chape de plomb sur les épaules du début à la fin de sa vie.
Ce que j'ai particulièrement aimé dans ce recueil ce sont les passages de correspondances. J'ai trouvé qu'on sentait tout le contexte du petit village anglais, avec ses règles et ses principes, tout le poids de la vie au presbytère. C'était une lecture très instructive. J'avoue n'avoir encore jamais lu Jane Eyre ou les hauts de Hurle vent, mais ce livre m'a donné envie de m'y mettre et les précisions sur les auteurs amenées dans ce livre me feront, je pense, découvrir leurs oeuvres avec un autre regard.
Commenter  J’apprécie          40
Ce recueil de textes en prose et de poèmes est tout simplement magnifique. On retrouve la beauté de l'écriture des soeurs Charlotte, Emilie et Anne, avec en plus des textes de leur frère Branwell. le livre est décomposé en plusieurs parties, ce qui nous permet vraiment de plonger dans l'univers et dans l'écriture de chacun, même si les thèmes abordés sont sensiblement les mêmes : la peine, la douleur, l'amour, l'enfance…
Commenter  J’apprécie          40
Bramwell est le frère méconnu des soeurs Brontë. Mais a l'époque il était appelé à un grand et bel avenir. Comme on peut s'en douter avec notre regard actuel : ça n'a pas fonctionné pour lui il est tombé dans la déchéance puis dans l'oubli.

Pour autant il avait un certain talent pour la poésie. Comme cela nous est montré dans ce magnifique livre.
Page 139 le poème Ne me bois que des yeux daté au 4 février 1839:

Ne me bois que des yeux
Et je mettrai le vin en gage !
Car les anges ignorent les joies
Que je goûte en cette heure !
Oh, verre glorieux qui me donne
Toutes les visions de mon ciel
Qu'aucun miroir réel
Ne reflétera jamais !

Nous retrouvons également les talents d'écrivaines des soeurs Brontë. le poème est divisé vis-à-vis des écrits de chacuns suivis par des Brontëana donc des notes aiguillant le lecteur sur l'ensemble qu'il vient de lire.

Tout cela dans une édition des plus esthétique dans laquelle on retrouve de nombreuses illustrations.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Ignorant et le jour et le lieu où elle se trouvait,
Elle était là, perdue dans un rêve éveillé,
Le corps rongé par une sorte de fièvre,
Une sorte de torpeur, de faiblesse
Qui lui ôtait vigueur, force et volonté.
Sa tête enfiévrée n'était pas douloureuse
Mais penser était un ennui.
Parfois les bois majestueux bougeaient,
Mêlant leurs cimes aux nuages,
Et c'étaient des images, des spectres à jamais perdus
Pour ses regards distraits.
Puis elle replongeait furieusement dans ses rêves
Saisissant quelque éclat fulgurant de l'enfance ........
Commenter  J’apprécie          50
Ce vent qui déverse son impétueux courant dans les airs, d’heure en heure avec une furie ininterrompue, une musique plus profonde à mesure que la nuit avance, soufflant, non pas en rafales, mais avec la rapide impétuosité de la tempête qui enfle, ce vent, je le sais, souffle en ce moment très loin sur les landes à Haworth. Emily et Branwell l’entendent quand il passe au-dessus de la maison, dans le cimetière et autour de la vieille église, ils pensent peut-être à nous deux Anne – Magnifique !
Commenter  J’apprécie          50
Miss Brontë m’a rappelé son héroïne, Jane Eyre. Elle avait l’air plus petite que jamais et se déplaçait tranquillement, sans faire le moindre bruit, exactement comme un petit oiseau ainsi que l’appelait Rochester, sauf que tous les oiseaux sont joyeux et que la joie n’avait jamais pu pénétrer dans cette maison depuis qu’elle avait été construite.
Commenter  J’apprécie          40
Anne – la chère, la gentille Anne – était très différente. C’était la préférée de sa tante. Elle avait de très beaux cheveux, brun clair, qui lui tombaient sur le cou en boucles gracieuses, des yeux d’un bleu violet et un teint clair, presque transparent.
Commenter  J’apprécie          50
Et d’abord une heure de triste rêverie
Et puis une giclée de larmes amères
Et puis un morne calme recouvrant
Joies et peines d’une brume de mort

Et puis un frisson, et puis un éclair
Et puis un souffle venant d’en haut
Et puis une étoile incendiant le ciel…
L’étoile, la glorieuse étoile de l’amour.

- Emily Brontë
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Anne Brontë (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Brontë
Éclipsée par ses soeurs Charlotte et Emily, elle est tombée dans l'oubli. Voici l'histoire d'Anne Brontë, romancière bien plus audacieuse qu'on veut bien le croire.
#littérature #cultureprime #livres _____________
Retrouvez-nous sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
Et abonnez-vous à la newsletter Culture Prime : https://www.cultureprime.fr/
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Littératures anglaise et anglo-saxonne (24)
autres livres classés : poésieVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (94) Voir plus



Quiz Voir plus

La dame du manoir de Wildfell Hall

Quel est l'endroit où Helen a passé son enfance avec son oncle et sa tante?

Grassdale
Staningley
Cambridge
Wildfell hall

11 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : La dame du manoir de Wildfell Hall de Anne BrontëCréer un quiz sur ce livre

{* *}