AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B00OL0R5Q2
Éditeur : (15/10/2014)

Note moyenne : 3.1/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Irma en veut beaucoup à Stephen King... Elle va se venger ! Plein de fois !
Un petit roman avec mise en abîme, pour rire, of course.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  07 mars 2019
Je ne vais pas y aller par 4 chemins et je vais donner mon avis avec ma franchise et mon objectivité légendaire : passez votre chemin parce que ce roman court (heureusement !) ne tient pas la route.
Il est illogique, parfois mal écrit et le stéréotype de la femme au foyer mère de 4 enfants m'a exaspérée.. j'ai peu vu l'humour dans ces quelques pages et je me suis ennuyée a mourir.
Le début était pourtant prometteur.. et le fait que ça parle d'un auteur comme Stephen plutôt tentant également, mais au final il n'en ressort rien de bon… juste un titre qui fait envie… et qui fini en un gros Flop
Commenter  J’apprécie          673
Antyryia
  26 juin 2016

Ce petit roman de 110 pages se lit d'une traite. D'autant plus que nous sommes happés dès les premières pages par l'histoire de cette femme , Irma , qui a du mal à joindre les deux bouts financièrement et qui se met en tête d'écrire pour devenir riche. Mais sa multitude d'idées est systématiquement inspirée de nouvelles ou de romans de Stephen King. Alors elle se met en tête non pas de le tuer , mais de lui demander un million d'euros de dédommagement pour avoir eu l'audace d'avoir eu toutes ses idées avant elle.
Le point de départ est excellent. Qu'on soit fan de l'oeuvre de King ou qu'on le connaisse via les adaptations cinématographiques de ses romans , on remarquera les clins d'oeil à sa bibliographie ainsi qu'à d'autres écrivains ( Bernard Werber , Dan Brown ).
Puis Irma décrit son voyage jusqu'à Bangor et c'est là que commencent les mises en abîme et la lente chute vers la folie. Ce premier voyage qui n'était d'ailleurs sans doute même pas réel. Puis Irma se met à écrire à Tabitha King en se racontant , mélangeant sa réalité avec des interactions imaginaires avec son époux.
D'amusant , le roman devient cependant lourd avec la longue partie "L'homme qui tua tous les fans de Stephen King" où Irma fait une incursion dans le thriller , ratée à mon sens , notamment en raison des commentaires de PetitBison qui alourdissent plus qu'ils n'égaient le récit.
Puis les mises en abîme se poursuivent , Irma devient probablement schizophrène et revêt tour à tour les rôles d'écrivain de fantasy médiévale , de science fiction ou de journaliste ( mention spéciale à l'article de journal page 103 ).
Et au fur et à mesure de sa rédaction naissent des envies de meurtre obsessionnelles et notre Irma perd peu à peu contact avec la réalité.
Stephen King est donc davantage un prétexte à un exercice littéraire périlleux , parsemé d'humour certes mais dont la dimension dramatique est également présente.
Parce qu'à l'instar de Misery ou Carnets noirs , chefs d'oeuvre de Stephen King , Azel Bury relate à son tour l'histoire d'une possessivité envers son écrivain préféré , et des travers qui peuvent en découler , poussés au paroxysme.
Un petit livre fort sympathique donc , à lire également au - delà de son aspect simplement humoristique , qui aurait cependant encore gagné à être un peu raccourci pour ne pas s'essouffler en seconde moitié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          153
titiseb77
  15 janvier 2017
Gros gros bof concernant cette lecture, je n'avais pas spécialement prévu de le lire, ne le connaissant même pas, mais une amie me l'a prêté ayant essayé de le lire elle-même sans y être parvenu, par contre, j'aurais très bien pu l'acheter dans une librairie, l'histoire étant assez attirante. Nous suivons l'histoire d'Irma, maman au foyer, fauchée, qui fan de Stephen King et s'apercevant que pas mal de "people" gagnent des sommes colossales en écrivant des livres ou en chantant des chansons, décide elle aussi d'écrire des livres et pourquoi pas, de gagner pas mal d'argent. Seulement voilà, dès qu'elle écrit quelques lignes, elle s'aperçoit, avec l'aide de ses enfants, que le début de son livre correspond aux histoires écrites par le grand KING, elle prend donc son auteur favori en grippe et élabore plusieurs scénarios pour l'éliminer. Ce livre est composé de différentes courtes histoires mettant en scène le crime commis par Irma tel qu'elle se l'imagine et c'est là que le bas blesse, car j'aurais préféré une simple histoire bien huilée plutôt que plein de scénarios mal aboutis. Ce livre n'a pas eu beaucoup de sens à mes yeux et j'ai vraiment regretté le fait que malgré son nombre de pages (environ 110 pages), je n'ai jamais réussi à accroché. Je l'ai terminé car je déteste abandonner une lecture et que 110 mauvaises pages restent assez rapide à finir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Lilou08
  05 août 2015
Bon, pas de mystère, je suis fan de Monsieur Stephen King…. Je revendique haut et fort, n'en déplaisent à certains, que c'est un grand et vrai écrivain à part entière. En plus, l'homme est très attachant.
Quand j'ai vu la critique de ce livre par Fred (Lord Arsenik ou Amnezik666 si vous préférez !) je n'ai pas pu résister… en plus le titre est tellement chouette !
Fred était assez enthousiaste donc j'en attendais beaucoup, sans doute trop… le début démarre sur les chapeaux de roues et est très original et rigolo. J'ai accroché.
Par contre, assez rapidement je me suis lassée. L'impression que l'auteure tourne un petit peu en rond. Et bien que ce soit agréable à lire ce n'est pas de la grande littérature. Et puis dans la dernière partie du roman, cela prend une autre tournure. Différentes histoires à tiroirs, qui prennent vraiment un autre niveau… assez fou, décapant… étrange aussi. Bref j'ai plutôt bien aimé la 2e partie de ce polar déjanté. Et j'ai été assez surprise par la fin assez inattendue. Sympa.
Et bien sûr c'est un hymne au grand King du Maine, en sa ville de Bangor. Tout rappelle l'homme, l'écrivain, ses oeuvres, son univers.
A découvrir par curiosité. de plus, pas long, il se lit rapidement.
Et comme de bien entendu, cette lecture m'a donné envie de lire un Stephen King…. Lol oui je sais, je n'ai pas besoin de ça !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
beltane
  02 novembre 2016
Alors, pour commencer, je dois vous dire que cette auteur a été une réelle révélation pour moi. Je l'ai découverte chez les Mordus de Thrillers, un groupe Facebook entre fans de thrillers donc. Ce qui m'a plu chez elle au départ, ce n'est pas la présentation de ses livres, ce sont ses commentaires. J'ai découvert la personne avant de connaître l'auteur, et ça m'a vraiment donné envie de lire ses bouquins. Alors j'en ai acheté trois d'un coup. Deux thrillers donc, et puis celui-ci. Parce qu'un livre qui s'intitule “La Femme qui tua Stephen King”, estampillé humour noir, forcément ça intrigue. En tout cas, moi, ça m'a intrigué.
Et j'ai bien fait. Vous avez lu la présentation de l'auteur ci-dessus? Un mot est important, super important même, c'est “indépendante”. Pour moi, indépendante, ça veut dire libre; Libre d'être aussi déjantée qu'on le souhaite. La créativité d'Azel, sa liberté de ton, son humour, font de son roman une vraie pépite. Aussi, avant d'entamer “La femme qui tua Stephen King”, assurez-vous d'être bien éveillé, et de pouvoir vous concentrer : le côté “matriochkas” donne à l'histoire un esprit de labyrinthe littéraire dans lequel il est très facile de se perdre. Les plus rigoureux, les plus littéraires d'entre vous n'apprécieront peut-être pas l'exercice, mais très sincèrement, il vaut le coup d'être lu.
Une seule petite chose m'a un peu gênée : je me suis effectivement un peu perdue à la fin du labyrinthe. Comme j'étais très fatiguée lors de ma première lecture, j'ai mis mon égarement sur le compte de mon état, et j'ai relu le livre complètement, un jour où j'étais en pleine forme. Je n'ai pas retrouvé mon chemin complètement. Mais très bizarrement, ça m'a fait sourire. Parce que je me suis souvenue de ce que m'avait dit Azel quand je lui avais dit que je n'étais pas sûre d'avoir compris la fin. Elle m'avait répondu : “Je ne suis pas sûre de l'avoir comprise non plus!”
Certains, puristes, seront certainement désolés. Je ne suis pas une puriste. Et j'ai adoré cette franchise. Pourquoi? Parce qu'au final ça ne veut dire qu'une seule chose : l'auteur nous emmène au plus proche de son délire. Elle nous l'offre, brute, sincère, authentique. Sans prétention, elle se dit “storyteller” et pas “littéraire”.
J'ai envie qu'elle me raconte encore des histoires.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Amnezik666Amnezik666   22 juillet 2015
Tracy me demanda ce que j’aimais chez King. Je lui expliquais qu’il m’apportait non pas la vie, mais une espèce de pouvoir surnaturel, celui d’avoir des émotions réelles en lisant des situations fictives. Elle avait dû mal à capter comment on pouvait à ce point se plonger dans un livre, de King ou de quiconque. Pour elle, la vie n’avait aucun concurrent sérieux pour ce qui était de ressentir les choses.
— Tu comprends, il suffit de regarder autour de soi, de lire le journal, de regarder la télé, ou simplement de se souvenir du passé pour ressentir des choses vraies. La vie, les sentiments, c’est ça, c’est pas les histoires débiles d’un écrivain psychopathe !
— Mais non, mais pour quelqu’un comme moi qui n’a rien vécu d’exceptionnel, ça représente beaucoup, une source de réflexion, un concentré d’émotions pures ! Je commence un livre en me régalant d’avance de tout ce que je vais lire. Parce que je sais d’avance ce que je vais trouver chez King.
— Quelles émotions ? La peur ? La frayeur ? On a vraiment besoin de ça pour se sentir vivant ?
— De ça et du reste, évidemment ! N’oublions pas l’humour. Mais tu as raison, lire ce genre de livre, ce n’est rien d’autre que faire un tour de grand huit, se sentir mourir pendant quinze mètres de chute à pic, et remonter en rigolant. Des sensations presque physiques. C’est devenu une drogue. Je ne peux pas me passer de ce genre d’histoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lyokolyoko   27 février 2019
Stephen King était en train de me bouffer le cerveau, tel un être malfaisant sorti tout droit de ses romans. Je soupçonnais des pouvoirs maléfiques maléfiques. A force de tenter le Diable, ne le devient-on pas un peu soi même ?
Commenter  J’apprécie          251
Lilou08Lilou08   05 août 2015
Dans le silence spatial, le vaisseau principal s’immobilisa, assez loin de la Terre pour ne pas être repéré. Le Petit Vaisseau continua sa route, ayant baissé considérablement sa vitesse. Les quarante zuglipans qui accompagnaient le Capitaine avaient été sélectionnés et choisis il y a bien longtemps. Tous connaissaient par cœur la mission, chaque geste à effectuer, chaque mot à dire. En un rien de temps, ils se retrouvèrent au dessus de la Grande Plaine du Grand Continent. Le Petit Vaisseau franchit l’atmosphère terrestre et s’immobilisa au dessus de Bangor, Maine, Usa. Stephen King regarda l’OVNI descendre vers lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Amnezik666Amnezik666   21 juillet 2015
Quand j’en eus terminé avec toute la filmographie, j’avais noté que les livres étaient quand même bien plus aboutis que leurs homonymes pelliculaires. On ne retrouvait pas tout le côté psychologique des personnages, leurs pensées et leurs rêves, ce qui semble normal : un film si bien réalisé soit-il ne sera jamais que l’ersatz du roman dont il s’inspire.
Commenter  J’apprécie          60
raynald66raynald66   25 novembre 2016
Vous êtes écrivain, je suis écrivain.
Vous avez des idées, je n'en ai plus !
Vous les avez toutes eues avant moi.
Vous êtes riche, je suis pauvre.
C'est la moindre des choses !
Un million de moins pour vous
Qu'est-ce que c'est ? Rien !
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : humour noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1768 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre