AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070402465
176 pages
Gallimard (05/01/2010)
3.75/5   240 notes
Résumé :
"Je suis certain qu'on ne peut être heureux sans argent. Voilà tout. Je n'aime ni la facilité ni le romantisme. J'aime à me rendre compte. Eh bien, j'ai remarqué que chez certains êtres d'élite il y a une sorte de snobisme spirituel à croire que l'argent n'est pas nécessaire au bonheur. C'est bête, c'est faux, et dans une certaine mesure, c'est lâche."

En 1938, Albert Camus abandonne son premier roman, "La mort heureuse", pour commencer à rédiger "L'é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 240 notes
5
8 avis
4
10 avis
3
4 avis
2
3 avis
1
0 avis

aouatef79
  04 juin 2017
C' est très jeune que Camus a commencé à écrire car il a découvert que la
littérature pouvait parler de tout .Il a composé des essais , directement liés à
son expérience de la vie et du "quartier pauvre" où il a vécu son enfance .
Pendant deux ans , Camus tâtonne, rédige, corrige , pour finalement laisser
tomber le projet d' écrire " La mort heureuse" et se lancer dans l' écriture de
son célèbre roman : "L' Etranger" .
le succès est immédiat et l' auteur est propulsé au-devant des romanciers
célèbres qui l' encensent . Cette notoriété s' amplifie encore avec la parution d' un autre chef-d'oeuvre : " La Peste" .
" La mort heureuse " raconte l' histoire d' un homme qui veut à tout prix
être heureux et pour réaliser " son rêve ou son projet " , il va jusqu' à tuer
un homme riche pour le voler c' est-à-dire il commet " un crime crapuleux" .
Mais Mersault, le principal protagoniste de " La mort heureuse" , malade, ne profite pas longtemps d' un bonheur insouciant : il doit affronter la
redoutable question de savoir si l' on peut mourir à la fois lucide et heureux .Et là se pose un problème philosophique et un grand dilemme .
Dans ce roman on remarque tous les thèmes qu' évoquent souvent Camus
dans son oeuvre : la mort, la vie, la santé, le bonheur, la richesse, la
pauvreté, la maladie, le destin, la force, la faiblesse,...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          574
colimasson
  08 décembre 2014
Sensiblement convaincante, l'histoire racontée par Albert Camus laisse pourtant tout le temps à distance. Meursault est un homme compliqué plus que complexe qui rêve, comme d'un idéal de romantisme, de faire sienne la doctrine du « Carpe Diem ». Il aimerait être sans attaches ni ambitions, parce qu'il espère que le seul moyen d'être heureux consiste à être dénué de tout ce qui fait une existence conventionnelle. Et pourtant, s'il parvient à quitter sa famille et ses amours, ses tâches professionnelles et ses occupations quotidiennes, il n'arrive jamais à prendre du recul quant à lui-même, dans le sens où il est contraint de vivre malgré tout.

La description de cette souffrance intellectuelle et psychologique semble authentique et pourtant, du début à la fin de la Mort heureuse, Albert Camus donne l'impression de nous raconter l'histoire d'un homme malheureux parce qu'il n'arrive pas à vivre l'instant présent, et pire encore : dont la seule satisfaction est d'être malheureux parce qu'il n'arrive pas à être heureux ; voire se contemplant être heureux d'être malheureux parce qu'il ne peut pas l'être… assez agaçant. La forme du roman n'est sans doute pas adaptée pour ce thème. Trop démonstratif, Albert Camus aurait peut-être mieux fait de s'exprimer directement plutôt que de passer par l'intermédiaire d'un personnage chancelant, théorisé jusqu'à l'abstraction même dans ses sentiments les plus intimes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
Rouletabille
  22 janvier 2013
Patrice Mersault est en quête du bonheur. La mort heureuse est un bon moyen de puiser les origines de la future oeuvre magistrale de Camus. Ainsi dans ce récit publié à titre posthume, on trouve les origines de l'Etranger, mais aussi le personnage Bernard, un certain docteur. Ce Bernard on le retrouve toujours docteur dans le grand récit de Camus : La Peste.
Ce livre est une bonne reflexion sur les moyens d'accèder au bonheur, l'auteur abordant différents thèmes autour de cette quête : la place de l'amour dans la conception du bonheur, la place de la nature, de la solitude, du voyage, des rituels simples et quotidiens.
J'ai preféré la première partie avec Zagreus où beaucoup d'éléments de l'Etranger sont dèjà présent, notamment le descriptif d'un dimanche depuis le balcon de Mersault, un passage que je trouve toujours poétique. On retrouve un meutre, le restaurant de Céleste...
La seconde partie, "la mort consciente" me semble par moment plus brouillonne, plus bavarde, le style beaucoup moins précis, simple, efficace.
Néanmoins la reflexion de fond pour savoir si l'être humain pour être heureux doit se couper du monde est intéressante.
Au final, une publication qui est evidemment pas la meilleure de Camus, rien de plus normal ce n'était que ses "carnets de travail", mais demeure intéressante dès lors qu'on la considère comme un complément de son oeuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Marti94
  10 juillet 2022
Premier projet romanesque datant de 1937 "La mort heureuse" a été abandonné par le jeune Albert Camus au profit de "L'étranger" dont les noms des personnages principaux sont proches : le Patrice Mersault de ce roman laissera la place à Meursault.
Publié à titre posthume en 197, il raconte l'histoire d'un modeste employé qui cherche à être heureux quitte à tuer, ce qui en fait un roman philosophique même si le titre peut sembler contradictoire. Dans "La mort heureuse" il y a d'abord la mort avec le meurtre commandé par un homme handicapé qui ne peut pas se suicider et qui permet à Patrice Mersault de s'enrichir. Mais il y a aussi sa propre mort dont il prend conscience quand son médecin lui annonce qu'il est gravement malade. Il va donc décider d'être lui-même, de faire des choix qui peuvent aller jusqu'à justifier le fait de ne pas choisir entre deux femmes.
On retrouve les thèmes et les lieux favoris d'Albert Camus à travers Patrice Mersault qui voyage en Europe entre Prague et Gênes, pour revenir à Alger dans "la maison devant le monde" ou, plus à l'ouest, à Tipasa, dans la cité romaine en ruines d'où l'on peut voir les paysages lumineux d'Algérie comme la mer bleu acier.
L'oeuvre humaniste d'Albert Camus est indissociable de la nature qu'il décrit dans une prose poétique parfaite. Mais si la nature est présente dans ce roman, Patrice Mersault aime trop la vie pour s'en satisfaire. Pour cet idéaliste, la vie doit être brûlante et effrénée d'où l'importance de l'amour des femmes qui ont beaucoup de places dans sa vie.
Pour un premier roman, je suis éblouie par le style même si la construction du texte est parfois critiquée y compris par l'auteur.

Challenge Riquiqui 2022
Challenge XXème siècle 2022
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
brigittelascombe
  19 décembre 2011
Ecrit en 1938, abandonné, puis publié en 1971 bien après la mort d'Albert Camus (essayiste,philosophe,écrivain engagé,prix Nobel de littérature en 1957) La mort heureuse est en quelque sorte l'antichambre de L'étranger, le support, l'ébauche de son oeuvre future.
On retrouve d'ailleurs dans ce roman de nombreux passages retranscrits dans L'étranger.
Mais bien que le personnage de Meursault qui perd sa mère puis devient criminel reste identique, l'histoire différe complètement.
Le meurtre est celui d'un riche infirme Zagreus qu'il vole. Il le maquille en suicide avant de fuir à travers l'Europe,de revenir en Algérie, d'épouser Lucienne puis de mourir emporté par la maladie.
Ouvrage de transition, La mort heureuse comprend deux parties: la mort naturelle et la mort consciente. Pourquoi ce titre? C'est dans la joie de la solitude,du silence dans ce "bout du monde" que représente le Chenoua, à travers les odeurs d'air,de terre et de mer, qu'il passera ses derniers instants en regardant "les lèvres gonflées de Lucienne et,derrière elle le sourire de la terre".
La vie,la mort,l'infirmité,le bonheur,l'amour,tels sont les thèmes de la mort heureuse qui s'apparente plus à un roman que le reste de son oeuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (107) Voir plus Ajouter une citation
PetitebijouPetitebijou   21 août 2011
Meursault pensait à Lucienne Raynal. Quand il avait dit auparavant que les femmes étaient belles dans les rues, il voulait dire surtout qu'une femme lui avait paru belle. Il l'avait rencontrée chez des amis. Une semaine auparavant, ils étaient sortis ensemble et, n'ayant rien à faire, s'étaient promenés sur les boulevards, le long du port, par une belle matinée chaude. Elle n'avait pas desseré les dents et, la raccompagnant chez elle, Meursault s'était surpris à lui serrer la main longuement et à lui sourire. Elle était assez grande, ne portait pas de chapeau, était chaussée de sandales découvertes et habillée d'une robe de toile blanche. Sur les boulevards ils avaient marché contre un vent léger. Elle posait son pied bien à plat sur les dalles chaudes, y prenait appui pour se soulever légèrement contre le vent. Dans ce mouvement, sa robe se plaquait contre elle et dessinait son ventre plat et bombé. Avec ses cheveux blonds en arrière, son nez petit et droit et l'élan magnifique de ses seins, elle figurait et sanctionnait une sorte d'accord secret qui la liait à la terre et ordonnait le monde autour de ses mouvements. Lorsque, son sac balancé dans la main droite ornée du bracelet d'argent qui cliquetait contre la fermeture, elle levait la main gauche au-dessus de sa tête pour se protéger du soleil, la pointe du pied droit encore sur le sol, mais prêt à le quitter, il semblait à Patrice qu'elle liait ses gestes au monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
colimassoncolimasson   20 décembre 2014
À la fin de l'année le blé germait déjà dans certaines terres, tandis que d'autres finissaient à peine de recevoir les labours. Un peu plus tard, les amandiers à nouveau furent blancs dans le ciel glacé et bleu. La nouvelle année se poursuivit dans la terre et le ciel. Le tabac fut planté, la vigne labourée et soufrée, les arbres greffés. Le même mois, les nèfles mûrirent. À nouveau la fenaison, les moissons et les labours d'été. À la moitié de l'année de gros fruits juteux et collant aux doigts garnissaient les tables : figues, pêches et poires qu'on mangeait goulûment entre deux battages. Aux vendanges suivantes, le ciel se couvrit. Venant du nord, passèrent des bandes noires et silencieuses d'étourneaux et de grives. Pour eux les olives étaient déjà mûres. On les cueillit peu après leur passage. Dans la terre gluante, une seconde fois le blé germa. De gros vols de nuages venant aussi du nord passèrent sur la mer et sur la terre, brossèrent l'eau de son écume et la laissèrent nette et glacée sous un ciel de cristal. Pendant plusieurs jours, il y eut dans le soir des éclairs lointains et silencieux. Les premiers froids commencèrent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
RouletabilleRouletabille   22 janvier 2013
Tout s'oublie, même les grands amours. C'est ce qu'il y a de triste et d'exaltant à la fois dans la vie. C'est pour ça qu'il est bon quand même d'avoir eu un grand amour, une passion malheureuse dans sa vie. ça fait au moins un alibi pour les désespoirs sans raison dont nous sommes accablés.
Commenter  J’apprécie          310
chris49chris49   29 septembre 2021
Et puis ce fut Alger, la lente arrivée au matin, la cascade éblouissante de la Kasbah au-dessus de la mer, les collines et le ciel, la baie aux bras tendus, les maisons parmi les arbres et l'odeur déjà proche des quais. Alors, Mersault s'aperçut que pas une seule fois depuis Vienne il n'avait songé à Zagreus comme à l'homme qu'il avait tué de ses mains. Il reconnut en lui cette faculté d'oubli qui n'appartient qu'à l'enfant, au génie et à l'innocent. Innocent, bouleversé par la joie, il comprit enfin qu'il était fait pour le bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
colimassoncolimasson   16 décembre 2014
L'erreur, petite Catherine, c'est de croire qu'il faut choisir, qu'il faut faire ce qu'on veut, qu'il y a des conditions du bonheur. Ce qui compte seulement, tu vois, c'est la volonté du bonheur, une sorte d'énorme conscience toujours présente. Le reste, femmes, œuvres d'art ou succès mondains, ne sont que prétextes. Un canevas qui attend nos broderies. […] Ce qui m'importe c'est une certaine qualité de bonheur. Je ne puis goûter le bonheur que dans la confrontation tenace et violente qu'il soutient avec son contraire. […]Si je suis heureux c'est grâce à ma mauvaise conscience. J'avais besoin de partir et de gagner cette solitude où j'ai pu confronter en moi ce qui était à confronter, ce qui était soleil et ce qui était larmes... Oui, je suis humainement heureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Albert Camus (142) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Albert Camus
157 collégiens; 3 auteurs, 3 romans, 3 intervenants, 3 parcours. Une expérience littéraire de 6 mois faite de lectures, d'échanges et de débat, de rencontres, de questions, de critiques, de lectures à voix haute… Avec les élèves de 4èmeC du collège Pablo Picasso (Bron), les élèves de 3ème5 du collège Théodore Monod (Bron), les élèves de 5ème2 du collège Jean Monnet (Lyon 2), les élèves de 3ème3 du collège Olivier de Serres (Meyzieu), les élèves de 5ème6 du collège Honoré de Balzac (Vénissieux), les élèves 3ème3 du collège Jean Macé (Villeurbanne), et leurs équipes pédagogiques. Avec les auteurs Yann Fastier, Sylvain Pattieu, Marie Sellier, et les intervenants artistiques Raphaële Botte, Raphaël France-Kullmann, Camille Thomine. En partenariat avec la DRAC Auvergne Rhône-Alpes, la Métropole de Lyon, la Ville de Bron, la Délégation Académique aux Arts et à la Culture de l'Académie de Lyon, et l'Espace Albert Camus / Pôle en Scènes (Bron)
Une réalisation Fête du Livre de Bron/Collectif Risette
:
:
:
+ Lire la suite
autres livres classés : bonheurVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Quiz sur l´Etranger par Albert Camus

L´Etranger s´ouvre sur cet incipit célèbre : "Aujourd´hui maman est morte...

Et je n´ai pas versé de larmes
Un testament sans héritage
Tant pis
Ou peut-être hier je ne sais pas

9 questions
4267 lecteurs ont répondu
Thème : L'étranger de Albert CamusCréer un quiz sur ce livre