AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253009108
320 pages
Le Livre de Poche (01/01/1990)
3.93/5   575 notes
Résumé :
Les grands classiques ne meurent jamais. C'est en tout cas l'avis de Catherine Fernandez, qui en cette année 2001 a choisi un monument dont la première édition date de... 1936 ! « C'est notre livre de chevet, à mon mari et à moi ! Grâce à Dale Carnegie, nous avons appris à être toujours positifs, à avoir des objectifs dans notre vie professionnelle et personnelle », lance Catherine Fernandez. Et d'ajouter : « Nous avons aussi appris à travailler avec harmonie et sou... >Voir plus
Que lire après Comment se faire des amisVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (61) Voir plus Ajouter une critique
3,93

sur 575 notes
Voilà un livre qui délivre de précieux conseils pour qui souhaite se faire des amis ! Ainsi, on apprend pêle-mêle qu'il est important de retenir les prénoms de ses connaissances et qu'il est judicieux de ne pas les critiquer. En toute franchise, j'ai été bluffé par ces révélations ! En effet, moi qui ai souvent tendance à confondre mes relations jusqu'à les appeler systématiquement machin (surtout lorsque je n'ai pas mes lunettes), il me faut bien reconnaître que je possède assez peu d'amis. J'en possède d'autant moins que, je le confesse, j'ai régulièrement tendance à les traiter de connards lorsque, par la force des choses, un quelconque différend nous oppose. Là-dessus, le livre est formel, l'utilisation abusive du vocable « connard » ne favorise pas les rencontres amicales fructueuses ; à l'occasion d'une discussion franche, préférez-lui des termes moins connotés et, si possible, empreints d'aménité si vous voulez tisser un solide réseau de connaissances. Il faut également complimenter celui que l'on veut pour ami et lui déclarer régulièrement qu'il a raison, et ce même si c'est un vrai abruti. C'est là une partie difficile de l'apprentissage qui nous est proposé, mais si un jour on est amené à déménager, on sera bien content d'avoir sous la main une bande d'abrutis pour porter nos meubles…
Outre qu'il faille se rappeler du prénom des gens, il faut aussi leur sourire, le livre insiste bien là-dessus. Il faut également les écouter, même si les gens qui nous côtoient ont généralement tendance à proférer un effroyable tissu d'inepties : lorsqu'un ami vous cause, on sourit un coup, on écoute, on sourit encore un coup et ce jusqu'à ce que l'autre débile en ait terminé de sa péroraison. Il convient aussi de leur adresser régulièrement des compliments mais, et c'est là où le livre atteint à mon sens les limites de son raisonnement, les compliments doivent être sincères. Honnêtement, quand on voit la bande de crétins qui nous entourent au quotidien, je ne vois pas comment on pourrait se montrer sincère dans ce type d'exercice. À titre personnel, j'ai essayé, mais ça sonne faux et les gens ont immédiatement tendance à se montrer méfiants. Pire, dans la rue, lorsque je tente de complimenter des personnes que je ne connais pas pour m'en faire des amis, celles-là pressent alors le pas en me rétorquant qu'ils n'ont pas de monnaie.
Demain, je vous présenterai la suite de l'ouvrage, à savoir comment se faire des amis femelles...Encore plus passionnant, de toute évidence !
Commenter  J’apprécie          4415
Le succès et la longévité exceptionnelle de ce livre sont compréhensibles, c'est LA Bible des relations humaines que j'appellerais "standards", c'est à dire qu'il contient toutes les astuces, reprises depuis dans des milliers de livres de développement personnel, pour avoir des relations cordiales avec les gens en général.
Là où cet ouvrage est décevant, c'est qu'il ne traite en aucune façon d'amitié ni d'amour, c'est à dire des relations humaines "exceptionnelles", bien plus difficile à créer et faire vivre avec quelques principes clés en mains. Il y a donc légère tromperie sur la marchandise au vu du titre, bien que la plupart des gens se le procurant sont un minimum au courant, à mon avis...
Pour rester sur le titre, le livre aurait pu s'appeler "Comment réussir professionnellement en manipulant des gens qui croient être vos amis?" En effet, les anecdotes commerciales foisonnent et la méthode proposée, qui peut être appliquée de façon saine, peut basculer facilement dans l'hypocrisie, le mensonge et la malhonnêteté.
En conclusion, ce livre est plus un guide de perfectionnement professionnel dédié à toute personne ayant une dimension relationnelle importante dans son activité, qu'un guide pour améliorer sa vie sociale dans un souci de bien être personnel.
Commenter  J’apprécie          270
Je ne pense pas avoir assez de superlatifs pour complimenter ce livre.
J'ai simplement une foule de question qui se bouscule dans ma tête,
Pourquoi personne ne m'a dit d'acheter ce livre au lycée ? Pourquoi ce livre n'est pas la base de travail dans les cours de communication ? Pourquoi les grands groupes ne l'offre pas systématiquement a ses managers ? Pourquoi n'est-il pas offert systématiquement à un nouveau commercial à l'entrée d'une entreprise ?
Malgré de courtes études, on peut dire que j'ai roulé ma bosse depuis quelques années, vendeur en magasin, commercial itinérant, formateur indépendant, manager, chef d'entreprise..., et personne ne m'a parlé de se livre! Pourquoi ?
Il s'avère aujourd'hui que certains de mes succès étaient le résultat de comportements dictés dans ce livre, mais j'aurais été un bien meilleur commercial, formateur ou manager si j'avais lu ce livre avant !
Que ce soit pour les affaires, pour la vie de famille, ou tout simplement pour tous les jours, ce livre est une aide précieuse et pragmatique pour nous aider à mieux comprendre et à mieux interagir avec les autres.
N'attendez plus, achetez et lisez ce lire !
Commenter  J’apprécie          150
Il est des livres comme celui-ci qui auraient pu être des mines d'or et qui se révèlent être au final des pensums détestables et pleins de prétentions.
Est-ce l'air du temps propre à une certaine Amérique du vingtième siècle qui a voulu cela ? Ou bien est-ce une manifestation de la personnalité de l'auteur ? Sans doute les deux, à en croire les « talents » de coach de ce dernier... on ne se refait pas.
Quoi qu'il en soit, ce best-seller est un tissu de contradictions en long, en large et en travers.
Ce qui m'a avant tout frappé en le lisant, c'est ce ton à la fois professoral et mercantiliste qui résonne à chacune de ses pages... ce quelque chose de raide et d'inauthentique qui met mal à l'aise... voilà déjà un mauvais pronostic. Que dire du reste ?
Que dire en effet de la méthode préconisée par M. Carnegie ? Est-ce autre chose qu'un pur mélange de flagornerie et de servilité, un prêt-à-parler de louanges et courbettes à utiliser en toutes circonstances, même en présence des plus détestables spécimens de l'espèce humaine ?
Ce dernier point peut prêter à discussion, et là l'ouvrage de Dale Carnegie prend tout son intérêt.
Je suis d'accord avec le principe selon lequel la critique est vaine, et en vertu duquel on ne peut améliorer les autres qu'en mettant en valeur leurs atouts. En développant mieux cela et en étant plus conséquent avec lui-même, l'auteur aurait pu gagner en crédibilité et faire de son traité une vraie réussite (encore que la mise en pratique d'une telle méthode n'est pas une affaire évidente, bref...).
Le problème, c'est que lorsque Carnegie s'adresse à ses lecteurs, il ne met jamais ses principes en application. Tout au contraire. Les conseils qu'il nous donne sont purement directifs. Ce sont de véritables leçons de morale à la petite semaine. Au-lieu de réfléchir sur notre propre potentiel et de nous encourager (ce qu'il nous demande inlassablement de faire avec autrui...), il nous invite à mettre les autres sur un piédestal, directives et récriminations à l'appui (« si vous n'appliquez pas ce principe, tant pis pour vous »). Il nous traite comme des élèves, en nous abaissant par la même occasion au rang d'insignifiants quidams.
En fait, j'ai rarement lu un auteur aussi féru de maximes philanthropiques et aussi dénué de finesse psychologique ! J'ai été déconcerté en refermant la dernière page.
En tout cas, s'il a publié son « guide » avec les succès qu'on lui connaît, on ne me comptera jamais parmi la masse de ses adhérents. Pour reprendre une de ses formules, son livre est, en ce qui me concerne, un échec fracassant.
Commenter  J’apprécie          72
« Éveillez un désir ardent chez la personne que vous voulez influencer ». Non, « Comment se faire des amis », de Dale Carnegie, n'est pas un manuel de bonne conduite à l'attention des 6-18 ans. C'est l'un des plus anciens traités de manipulation de l'ère moderne. Publié pour la première fois en 1936, et vendu depuis à 40 millions d'exemplaires. il est l'une des références du rayon « Développement personnel ». En 250 pages et 30 principes, ce petit livre à lire, à relire et à rerelire vous expliquera comment vous rendre agréable, et donc avoir des amis, et donc influencer. Si vous voulez un guide concret pour améliorer vos relations avec les autres, achetez celui-là les yeux fermés.

J'ai mis du temps à me décider à lire ce livre. Toujours fourré dans les rayons développement personnel et business de la FNAC, je n'aime pas les purs produits, les pensées à suivre à la lettre, les recettes bateau. Et puis je me suis dit que 1/ 40 millions de personnes ne pouvaient pas toutes se tromper et 2/ 250 pages, ça se lit vite. J'ai bien fait. « Comment se faire des amis » est inspirant et suffisamment déconnecté de notre époque 3.0 pour revenir à l'essentiel de la relation humaine. À équidistance du manuel de bonne conduite, du traité de manipulation et du guide de l'influenceur, les conseils de Dale Carnegie paraissent évidents. Mais l'évidence n'est pas une bonne approche pour ce genre de livre. Il faut plutôt lui préférer la prise de notes, la relecture régulière, et l'application. Sinon, vous aurez juste un peu de culture générale, mais si c'est ce que vous recherchez, lisez plutôt Jules, et vous verrez comment vous faire des amis.
Lien : http://lafleurdesmots.fr/se-..
Commenter  J’apprécie          152

Citations et extraits (56) Voir plus Ajouter une citation
"Rien n'est mauvais, rien n'est bon, disait Shakespeare. C'est notre pensée qui crée le bonheur ou le malheur."
Commenter  J’apprécie          00
Ne craignez pas de faire quelques concessions. Mieux vaut abandonner le chemin à un chien que d'être mordu en lui disputant le passage. Car même en tuant le chien, vous ne guérirez pas de la morsure.
Commenter  J’apprécie          771
Selon le profond philosophe John Dewey, le mobile le plus puissant de la nature humaine, c'est le "désir d'être important". Rappelez-vous cette phrase : "Le désir d'être important." Elle est lourde de sens ; vous la trouverez souvent dans ce livre.
Que demandez-vous ? Peu de choses, mais ces choses, vous les réclamez avec une insistance inlassable. Les voici :
1° La santé et la conservation de la vie ;
2° La nourriture ;
3° Le sommeil ;
4° L'argent et les biens qu'il procure ;
5° La survivance future ;
6° La satisfaction sexuelle ;
7° Le bonheur de vos enfants ;
8° Le sentiment de votre importance.
Presque tous ces besoins sont satisfaits, mais il en est un qui est rarement contenté ; et pourtant, il est aussi profond, aussi impérieux peut-être que la faim. Cette aspiration, c'est ce que Freud appelle "le désir d'être grand." C'est ce que John Dewey appelle "le désir d'être important".
[...] Oh ! oui, nous aimons tous les compliments. Nous voulons qu'on nous rende justice, qu'on nous apprécie. Nous avons soif d'éloges sincères. Hélas ! rarement l'on nous accorde tout cela.
Mais celui qui a le rare pouvoir d'apaiser cette faim secrète et dévorante, de combler cette aspiration si profondément enracinée au cœur de l'homme, celui-là tient ses semblables entre ses mains" ; on le vénère, on l'adore, on l'écoute, "et le fossoyeur même pleurera quand il le mettra en terre".
Ce désir d'être important n'existe pas chez les animaux. C'est même une des principales différences qui existent entre eux et l'homme.
Commenter  J’apprécie          70
Le secret du succès, s’il existe, c’est la faculté de se mettre a la place de l’autre et de considérer les choses de son point de vue autant que du notre.
Merci a Henry Ford
Commenter  J’apprécie          560
L'une des premières leçons à tirer en politique est celle-ci : savoir le nom de ses électeurs, c'est s'assurer la popularité et le pouvoir. L'ignorer c'est tombé dans l'oubli.
Commenter  J’apprécie          400

Video de Dale Carnegie (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dale Carnegie
Dale Carnegie. Etude sur l'engagement au travail.
Dans la catégorie : Relations avec autruiVoir plus
>Psychologie>Psychologie appliquée>Relations avec autrui (99)
autres livres classés : developpement personnelVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (1877) Voir plus



Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
430 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..