AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070360154
282 pages
Éditeur : Gallimard (18/01/1972)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Chacun de ses mouvements découvrait ses jambes maigrichonnes de vieille femme enfilées dans des bas illusion couleur chair qui faisaient démodé mais riche, ornementés qu'ils étaient de brillants minuscules sertis entre les mailles de soie et qui pétillaient de mille éclats, crépitaient, palpitaient, grouillaient à même la peau comme de la vermine pour milliardaire. Elle avait acheté cette paire de bas unique au monde à un anarchiste espagnol, un réfugié politique re... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
lecassin
  30 août 2017
Cendrars 1956 :« Emmène-moi au bout du monde !...», où au ciel, c'est pareil !
« Fais-moi mal, Johny Johny Johny ! Moi j'aime l'amour qui fait boum ! » Non le légionnaire qui a en mains ce jour-là comédienne Thérèse Espinosa, quatre-vingts balais, ne s'appelle pas Johny, mais peu importe… On ne sait pas s'il sentait bon le sable chaud non plus… Mais en plus de lui avoir fait perdre son dentier au court de leurs ébats amoureux, Thérèse lui demande de la rouer de coups…
Non, nous ne sommes pas non plus chez San-Antonio et « La vieille qui marchait dans le mer » (respects à Jeanne Moreau, sniff), mais bel et bien chez Blaise Cendrars, le poète…
Un bouquin qui se situe à la croisée des chemins de Frédéric Dard, Aphonse Boudard, Michel Audiard (tiens, c'est marrant, ça…), y'en a, de tous ceux-là dans ce bouquin… et puis comme ultime roman, en guise de testament, un panorama du Paris culturel des années 50… Chapeau l'artiste, on ne s'ennuie pas dans ce style de prose ; surtout quand on démarre par une rombière qui remue du prose, justement…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Jackiedream
  09 janvier 2017
Premier roman de Blaise Cendrars que je lis, après avoir découvert sa poésie il y a quelques temps de cela. L'histoire d'une comédienne âgée, Terera Espinosa, qui fait les quatre cents coups et marque de son empreinte le théâtre parisien.
J'ai eu du ma à rentrer dans cette oeuvre, mais j'ai fini par en saisir l'intérêt et par vraiment l'apprécier. Dès les premières pages, j'ai été frappée par le caractère irrévérencieux des propos de l'auteur. La première scène est en effet une scène de sexe au cours de laquelle Terera perd son dentier et réclame à son amant de la frapper encore plus fort pour qu'elle ait un bel oeil au beurre noir ! Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre, mais j'ai trouvé ça franchement génial de présenter une femme âgée mais qui ne s'empêche pas pour autant de vivre intensément, d'avoir des amants, de rire à gorge déployée. J'ai trouvé ce livre incroyablement féministe tant il casse les représentations classiques de la femme et de la comédienne. La grande actrice est crue, vulgaire, gouailleuse. C'est une merveilleuse héroïne, rafraichissante, tellement forte et attachante. On a l'impression de l'avoir devant les yeux, Cendrars la dépeignant de manière si vivante.
Ce roman est très rock and roll, il part un peu dans tout les sens. Je l'ai trouvé avant tout empreint de liberté, d'audace, d'originalité. Je l'ai vu comme une ode à l'iconoclasme, un pied de nez au politiquement correct.
Blaise Cendrars est ainsi, décidément, un auteur qu'il me faudra continuer à lire.
Lien : http://lantredemesreves.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Duluoz
  22 août 2016
Toute la verve et l'acuité de Cendrars dans ce roman qui "brûle les planches" en dépeignant le monde du théâtre Parisien. Dire, que j'ai trouvé ce livre dans le rayonnage "érotisme" chez un bouquiniste, ce n'est rien moins que désobligeant envers ce roman.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
lecassinlecassin   30 août 2017
C'est une femme de cœur. Elle a de la branche. Dans un visage d'un bel ovale, des yeux immense que voile, je ne dirai pas une énigme ou de la tristesse, mais un mystérieux sourire, un peu battu et par moments presque effacé. Je suppose qu'elle a trop vécu et qu'elle en a de la répulsion. Il ne sied pas à une noble de faire deviner un besoin. Je la devine insatisfaite. Qui va contre ses désirs va à sa perte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
moraviamoravia   05 mai 2013
- Vérole !...disait l'homme en ahanant, et il travaillait la femme, vérole !...
- Tu me fais mal !...disait la femme en se tortillant, en se coulant, en se lovant, écartant les jambes puis les nouant dans le dos de l'homme, s'appuyant sur les coudes pour effectuer une subtile reptation, un mouvement de torsion pour arriver à chevaucher sans désemparer l'homme, maintenant à moitié chaviré sous elle.
- Ah ! tu veux le faire à la turque ?...Vérole !...Tiens, je vais te l'apprendre...Tiens, tiens et tiens !...Constantinople !..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
lecassinlecassin   30 août 2017
Le présent ouvrage est un roman à clef. J’espère bien que personne n’aura l’inélégance d’y appliquer les clefs, les clefs du mensonge, ni n’aura la pauvreté de s’y reconnaître en regardant du voisin par le trou de la serrure.
Commenter  J’apprécie          30
lecassinlecassin   23 février 2017
Les joueurs sont ainsi faits, moralement ce sont des lâches et n'est-ce pas inhibition de leur volonté qu'ils risquent tout sur une seule carte avec une insouciance déconcertante ?
Commenter  J’apprécie          20
lecassinlecassin   23 février 2017
On mettait ses impairs sur le compte d'un manque d'éducation ou d'un bon-garçonnisme un peu bohème inhérent à son métier de comédien.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Blaise Cendrars (60) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Blaise Cendrars
Blaise Cendrars : Rythmes et bruits du monde (Poème sonore - 1952). Réalisation : Georges Godebert. Diffusion le 28 juin 1952. Photographie : Blaise Cendrars © DR. Présentation de France Culture : « Tour du monde sonore : une nuit, le voyageur et poète Blaise Cendrars – enfermé dans la phonothèque de la RTF – découvre ses mémoires radiophoniques. Des rythmes et des bruits du monde racontés par l’auteur de “Feuilles de route”, “Du monde entier au cœur du monde”. Bourlinguons dans ces archives. 1952, 28 juin, embarquement sur les ondes. Bon voyage ! » Source : France Culture
autres livres classés : adapté au théatreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Cendrars

Quel est le vrai nom de Cendrars ?

Frédéric Louis Sauser
Freddy Sausey
Jack Lee
Diogène

16 questions
66 lecteurs ont répondu
Thème : Blaise CendrarsCréer un quiz sur ce livre