AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

William Shakespeare (Antécédent bibliographique)
ISBN : 2020314312
Éditeur : Seuil (19/03/1997)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Adaptée pour un théâtre nègre, La Tempête de Shakespeare donne un relief accru aux rapports de Prospero et de Caliban ; le maître est blanc, l'esclave est noir. Quant à Ariel l'enchanteur, c'est aussi un esclave, mulâtre.

Césaire ramasse les cinq actes en trois, démystifie le merveilleux, dégrise l'amour. Mais de ce prosaïsme volontaire surgit un nouveau poème : celui qu'une troupe africaine, livrée à ce rituel de révolte, ne peut omettre de créer : ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
bina
31 décembre 2012
Une Tempête est une pièce d'Aimé césaire, inspirée d'Une Tempête de William Shakespeare. Tandis que la pièce d'origine met l'accent sur les conflits politiques, Césaire réoriente le texte. Il y a toujours un conflit politique, mais sur fond de conflits entre races et entre classes sociales. Prospéro est un colonisateur autoritaire, Caliban un esclave noir révolté, Ariel, un esclave mulâtre. Tandis que Caliban s'identifie à Malcolm X (aspect contemporain de la pièce) et est prêt à recourir à la violence, Ariel symbolise Marthin Luther King, et souhaite trouver sa liberté sans violence.
La pièce s'ouvre sur une mise en abyme, et les personnages de Shakespeare se retrouve à jouer les rôles de la version de Césaire.
Cet auteur, à l'origine de la négritude, apporte un éclairage particulier à cette pièce, et nous montre que le théâtre des grands auteurs est universel et intemporel.
La fin diffère, mais je vous laisse lire les deux. Césaire peut se lire seul, mais vous goûterez davantage les subtilités du chantre de la négritude si vous connaissez la première version.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Laura94
17 mai 2014
Césaire reprend un grand classique de Shakespeare pour en faire un pièce moderne et adaptée aux difficultés qui lui étaient alors contemporaine. Sans jamais tomber dans le réquisitoire pur et dur, Césaire préfère au contraire faire passer une leçon derrière des personnages remplis de symbolisme, tout en faisant une certaine violence à la langue qui devient bel et bien une arme pour certains protagonistes. Une pièce très intéressante et très bien écrite donc, qui permet de bien cerner la profondeur de l'écriture de Cesaire.
Commenter  J’apprécie          50
Christelle83230
05 février 2016
Réécriture anticolonialiste de la pièce de Shakespeare, cette oeuvre met en relief les rapports de Prospero et Caliban : le maître blanc, l'esclave noir.
On y retrouve également Ariel l'enchanteur, esclave de sa condition.
Véritable mise en abîme de la pièce originelle, le poète créole et fondateur de la négritude (concept en réaction à l'oppression culturelle du système colonial français), apporte un éclairage nouveau.
On identifie clairement à travers les personnages, Caliban à Malcolm X, toujours prêt à recourir à la violence alors qu'Ariel symbolise le très célèbre Luther King, souhaitant s'émanciper sans déchaînement.
Cette pièce réduite à trois actes au lieu de cinq, peut se lire seule comme je l'ai fait, même si je pense qu'on en apprécie moins les subtilités, sans en connaître l'oeuvre initiale.
Commenter  J’apprécie          20
Voyelles
05 août 2016
Prospero, un duc magicien blanc, s'est exilé avec sa fille sur une ile. Il réduisit à l'esclavage les hommes qui y vivaient. Il les rebaptisa : Caliban le vrai héritier de l'ile, noir et indomptable ; Ariel, mulâtre dont on se sait pas grand-chose des origines. Un jour, une tempête infernale. Un navire sombre dans les eaux furieuses qui entourent l'ile. Prospero voit débarquer ses ennemis d'autrefois. La vengeance est proche ! Mais voilà que Caliban se révolte, et rien ne sera plus comme avant…
Une tempête est une pièce de théâtre d'Aimé Césaire publiée et jouée pour la première fois en 1969. Cette version de Césaire garde tous les personnages de Shakespeare, mais ajoute que Prospero est un maître blanc, alors qu'Ariel est mulâtre et Caliban est un esclave noir.
Une tempête est en réalité une réflexion sur le concept de race, de liberté, l'injustice de la colonisation. Césaire réussit avec brio à conserver l'intrigue de la version originale tout en passant un message anticolonialiste. Dans ce texte, deux types d'esclave, le docile et le révoltée, ils aspirent à retrouver leur liberté. Deux types d'étrangers, ceux qui veulent imposer leur civilisation et ceux qui s'extasient devant la beauté sauvage de l'ile et souhaite la protéger.
À la fin de la pièce, Prospero rend à Ariel sa liberté, mais reste sur l'île pour en garder le contrôle et maîtriser Caliban. Cela représente une différence certaine avec la version de Shakespeare, où Prospero quitte l'île avec sa fille et les naufragés.

Lien : http://www.voyelles-africa.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EFourn
09 juin 2015
Je n'ai jamais été un grand fan de Césaire. Et cette pièce m'a laissé complètement indifférent. Pas pu aller jusqu'au bout, pas bien épais pourtant le bouquin ! Mais non ! Césaire, j'ai toujours trouvé ça ronflant ! Attention ! J'admire et respect l'homme et son engagement, mais son oeuvre littéraire ! . . . Beaucoup trop riche, trop épais pour moi, ça me pèse sur le foie.
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Laura94Laura9431 mars 2014
Stephano: Je n'ai pas réussis à lui tirer un mot, mais j'ai un moyen de lui délier la langue.
(Il tire une bouteille de sa poche)
Trinculo (l'arrêtant): Dis donc, tu ne vas quand même pas gaspiller cette ambroisie dans la gorge du premier sauvage venu!
Stephano: Égoïste... Va! Laisse-moi accomplir ma mission civilisatrice. (Offrant à boire à Caliban). Remarque, un peu dégrossi, il sera de meilleur rapport et pour toi et pour moi. D'accord? On l'exploite en commun? Marché conclu?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TorticolisTorticolis13 décembre 2009
Puisque tu manies si bien l'invective, tu pourrais au moins me bénir de t'avoir appris à parler.
Commenter  J’apprécie          80
PiertyMPiertyM02 octobre 2013
.... le propre d'un homme est de savoir se dominer dans toutes les situations, m^me les plus énervantes.
Commenter  J’apprécie          30
VoyellesVoyelles05 août 2016
Mais le plus beau, c'est encore le vent et ses musiques, le salace hoquet quand farfouille les halliers, ou son triomphe, quand il passe, brisant les arbres, avec dans sa barbe, les bribes de leurs gémissements.
Commenter  J’apprécie          00
avatar905avatar90509 novembre 2013
La faiblesse a toujours mille moyens que seule la couardise nous empêche d'inventorier
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : négritudeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Théâtre : retrouvez le bon auteur !

Cyrano de Bergerac

Jean Racine
Edmond Rostand
Jean Anouilh
Edmond Jaloux

10 questions
249 lecteurs ont répondu
Thèmes : théâtreCréer un quiz sur ce livre