AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

William Shakespeare (Antécédent bibliographique)
EAN : 9782020314312
92 pages
Seuil (19/03/1997)
3.5/5   56 notes
Résumé :
Adaptée pour un théâtre nègre, La Tempête de Shakespeare donne un relief accru aux rapports de Prospero et de Caliban ; le maître est blanc, l'esclave est noir. Quant à Ariel l'enchanteur, c'est aussi un esclave, mulâtre.

Césaire ramasse les cinq actes en trois, démystifie le merveilleux, dégrise l'amour. Mais de ce prosaïsme volontaire surgit un nouveau poème : celui qu'une troupe africaine, livrée à ce rituel de révolte, ne peut omettre de créer : ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,5

sur 56 notes
5
2 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis

Frederic524
  30 juin 2022
"Une tempête" est une adaptation d'Aimé Césaire datant de 1969 de la pièce de théâtre de Shakespeare écrite en 1611. Là où la pièce de Shakespeare comprenait cinq actes, Aimé Césaire l'a réduite à trois actes. "Une tempête" est une oeuvre, parmi tant d'autres d'Aimé Césaire, visant à exprimer l'horreur de l'esclavage. C'est un cri perçant, celui du peuple noir, pour l'émancipation, un cri de liberté. On connait tous les combats menés par Aimé Césaire pour la reconnaissance des crimes contre l'humanité commis pendant plusieurs siècles par les nations européennes, les Etats-Unis et les pays arabes. Tous participèrent à la Traite des noirs durant très longtemps. Dans son texte Aimé Césaire change le caractère des personnages. La dimension tragique est fondatrice ici. Ariel devient un esclave mulâtre, Caliban un esclave nègre et Eshu un personnage, dieu-diable "nègre", créé par l'auteur dramaturge. Magnifiquement écrit, ce texte extrêmement court, porte en lui une colère sourde qui s'intensifie jusqu'au dénouement et cet appel à la liberté du peuple noir. On connait tous le rôle majeur joué par Aimé Césaire et son ami Léopold Sédar Senghor dans la définition de la notion de "négritude." Prospéro est duc et magicien tandis que Caliban (que l'on peut rapprocher de Malcom X) s'inscrit dans une lutte viscérale et violente pour se libérer du joug de Prospéro. Ariel lui se rapproche de Martin Luther King par son choix de la non violence. Deux méthodes, deux façons d'envisager la lutte pour le peuple noir. Un récit qui n'a rien perdu de sa force, de sa puissance d'évocation. C'est très court mais intense de par les questionnements soulevés ici par Aimé Césaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
bina
  31 décembre 2012
Une Tempête est une pièce d'Aimé césaire, inspirée d'Une Tempête de William Shakespeare. Tandis que la pièce d'origine met l'accent sur les conflits politiques, Césaire réoriente le texte. Il y a toujours un conflit politique, mais sur fond de conflits entre races et entre classes sociales. Prospéro est un colonisateur autoritaire, Caliban un esclave noir révolté, Ariel, un esclave mulâtre. Tandis que Caliban s'identifie à Malcolm X (aspect contemporain de la pièce) et est prêt à recourir à la violence, Ariel symbolise Marthin Luther King, et souhaite trouver sa liberté sans violence.
La pièce s'ouvre sur une mise en abyme, et les personnages de Shakespeare se retrouve à jouer les rôles de la version de Césaire.
Cet auteur, à l'origine de la négritude, apporte un éclairage particulier à cette pièce, et nous montre que le théâtre des grands auteurs est universel et intemporel.
La fin diffère, mais je vous laisse lire les deux. Césaire peut se lire seul, mais vous goûterez davantage les subtilités du chantre de la négritude si vous connaissez la première version.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Laura94
  17 mai 2014
Césaire reprend un grand classique de Shakespeare pour en faire un pièce moderne et adaptée aux difficultés qui lui étaient alors contemporaine. Sans jamais tomber dans le réquisitoire pur et dur, Césaire préfère au contraire faire passer une leçon derrière des personnages remplis de symbolisme, tout en faisant une certaine violence à la langue qui devient bel et bien une arme pour certains protagonistes. Une pièce très intéressante et très bien écrite donc, qui permet de bien cerner la profondeur de l'écriture de Cesaire.
Commenter  J’apprécie          90
Tmor
  26 juin 2021
Je ne suis pas un grand fan des réécritures d'oeuvres qui sont déjà bien ficelées. Par contre, j'aime la plume de Césaire, parce qu'elle m'échappe assez souvent. C'est le cas sur ce texte. Alors que Shakespeare sait être très clair dès le début là, ça l'est moins. Un peu gênant, puis ça se raccommode. La modernité de Shakespeare ne souffre pas toujours l'ajout de modernité. Par contre, la thématique dégagée, mise en valeur et cher à l'auteur à l'avoir l'esclavagisme, le fait de profiter de la détresse de l'autre pour le mettre à son service, fonctionne à merveille. le troisième acte dénoue tout très simple, de manière limpide et la métaphore de l'île comme isolement par le pouvoir est très marquante. Un moment de lecture sympa quand on aime lire du théâtre.
Commenter  J’apprécie          60
CzarnyPies
  04 février 2022
On pourrait donner cinq étoiles à "Une tempête" pour sa pertinence vis-à-vis d'un débat sur le racisme et colonialisme qui était très actuelle en 1969 quand on a monté cette pièce pour la première fois en 1969. Je le donne, cependant, seulement deux étoiles, parce que sa valeur littéraire est nulle.
L'idée de base a été bonne. Césaire voulait créer une nouvelle version de la "Tempête" afin de démontrer que le racisme n'existe pas seulement dans notre société mais aussi dans notre littérature. On peut dire la même chose sur l'antisémitisme, l'homophobie, le misogynie et bien d'autres chose que l'on voudrait éliminer de notre culture. Pourtant, le fait que la critique soit bonne ne veut pas dire que l'oeuvre littéraire l'est.
Le quatrième de couverture avertit bien le lecteur: "Adaptant pour un théâtre nègre, La Tempête de Shakespeare, Césaire le merveilleux pour mieux surgir le chant de la Liberté". Effectivement le ton de Césaire est entièrement polémique. Miranda ne prononce pas le mots célèbres de la pièce de Shakespeare: "Que le genre humain est beau ! O glorieux nouveau monde, qui contient de pareils habitants ! " (Acte V, Scène I)
"Une tempête" de Césaire n'est qu'une parodie dérisoire de la grande pièce de Shakespeare mais il est toujours actuelle. En plus elle est courte et efficace. Je suis certain qu'un bon metteur scène avec une bonne distribution pourraient en faire un excellent spectacle au théâtre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ElinordeRavenneElinordeRavenne   10 juillet 2022
Caliban
Il faut que tu comprennes, Prospero:
des années j'ai courbé la tête,
des années j'ai accepté
tout accepté:
tes insultes, ton ingratitude
pis encore, plus dégradante que tout le reste,
ta condescendance.
Mais maintenant c'est fini!
Fini, tu entends!
Bien sûr, pour le moment tu es encore
le plus fort.
Mais ta force, je m'en moque,
comme de tes chiens, d'ailleurs,
de ta police, de tes inventions!
Et tu sais pourquoi je m'en moque?
Tu veux le savoir?
C'est parce que je sais que je t'aurai.
Empalé! Et au pieu que
tu auras toi-même aiguisé!
Empalé à toi-même!
Prospero, tu es un grand illusionniste:
le mensonge, ça te connaît.
Et tu m'as tellement menti,
menti sur le monde, menti sur moi-même,
que tu as fini par m'imposer
une image de moi-même:
Un sous-développé, comme tu dis,
un sous-capable,
voilà comment tu m'as obligé à me voir,
et cette image, je la hais! Et elle est fausse!
Mais maintenant, je te connais, vieux cancer,
et je me connais aussi!

Et je sais qu'un jour
mon poing nu, mon seul poing nu
suffira pour écraser ton monde!
Le vieux monde foire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Laura94Laura94   31 mars 2014
Stephano: Je n'ai pas réussis à lui tirer un mot, mais j'ai un moyen de lui délier la langue.
(Il tire une bouteille de sa poche)
Trinculo (l'arrêtant): Dis donc, tu ne vas quand même pas gaspiller cette ambroisie dans la gorge du premier sauvage venu!
Stephano: Égoïste... Va! Laisse-moi accomplir ma mission civilisatrice. (Offrant à boire à Caliban). Remarque, un peu dégrossi, il sera de meilleur rapport et pour toi et pour moi. D'accord? On l'exploite en commun? Marché conclu?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TorticolisTorticolis   13 décembre 2009
Puisque tu manies si bien l'invective, tu pourrais au moins me bénir de t'avoir appris à parler.
Commenter  J’apprécie          90
PiertyMPiertyM   02 octobre 2013
.... le propre d'un homme est de savoir se dominer dans toutes les situations, m^me les plus énervantes.
Commenter  J’apprécie          70
Dine777Dine777   17 septembre 2017
Le Roi ! Le Roi ! Eh bien, il y en a un qui se fout du Roi comme de toi et moi, il s'appelle le Vent ! Sa Majesté le Vent ! Pour le moment, c'est lui qui commande et nous sommes ses sujets !
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Aimé Césaire (84) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aimé Césaire
Aimé CÉSAIRE – Grand Portrait du poète en île, en volcan, en soleil (France Culture, 1993) L’émission « Le Bon plaisir », par Antoine Spire, diffusée le 26 juin 1993. Présences : René Depestre, Jacques Rabemanjara, Maurice Nadeau, Albert Memmi et Annie Le Brun.
autres livres classés : négritudeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le Cid (Corneille)

Que signifie "Le Cid" en arabe ?

le seigneur
le voleur
le meurtrier

10 questions
585 lecteurs ont répondu
Thèmes : théâtreCréer un quiz sur ce livre