AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070406369
Éditeur : Gallimard (29/08/2002)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 367 notes)
Résumé :
Alice, une adolescente de 12 ans, se présente au commissariat d'Amsterdam, une vidéo à la main, et demande à parler d'urgence à l'inspectrice Anita Van Dyke. Elle lui apprend que sa mère est une meurtrière comme le prouve la cassette. En la visionnant, l'inspectrice découvre "le premier assassinat filmé de sa carrière."
L'enquête commence mais Alice, pourtant sous la protection de la police, s'échappe et se cache dans la voiture d'Hugo qui fait partie d'un ré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
rulhe
  11 février 2018
un polar palpitant dans la pure tradition, sombre et tendu. qui met en scène avec punch et émotion un héros sympa. le monde des
films pornographiques avec
des morts réels et ici décortiqué dans toute sa face noire et cruelle.et le duel entre Hugo et la mère d, Alice sera sans merci.un polar qui n'a rien à envier aux productions américaines.👍
Commenter  J’apprécie          290
Kirsikka
  15 août 2018
La quatrième de couverture dit que Maurice G. Dantec n'a jamais laissé indifférent. En même temps, il ne faut pas croire tout ce que disent les quatrièmes de couverture. Ce sera le polar de l'été alléchant mais finalement un peu décevant.
Ça se lit bien, on veut savoir comment les divers personnages finissent par se retrouver au même endroit et comment l'histoire se finit ; bien, évidemment. La thèse du polar a vieilli, à mon avis, ce qui n'est pas très grave en soi ; le seul point gênant est qu'elle est exposée de façon un peu lourde et insistante, sans beaucoup d'arguments de fond pour être convaincante. N'est pas historien ou prophète qui veut.
L'intrigue reste intéressante, mais les scènes d'action sont trop longues et trop décrites, à plusieurs reprises j'ai lu en diagonale pour aller plus vite vers l'étape suivante. Pour autant, les personnages qui auraient pu porter l'histoire restent trop caricaturaux et donc peu surprenants. On aurait gagné à un peu plus de contradictions internes et de décisions inattendues de leur part pour éviter de penser qu'ils servent plus à démontrer la thèse qu'à incarner l'intrigue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Malabar_
  10 juin 2013
Encore un roman lu en quatrième vitesse (road-roman oblige), qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. Car même si l'on avale les pages au même rythme que le héros enfile les kilomètres, il ne reste pas grand chose de cette lecture au final. Au risque de me faire lapider par les thuriféraires de Dantec, je n'ai rien lu de révolutionnaire dans ce pavé là.
Quelques passages un rien trashouille pour choquer le bourgeois et faire grimper les ventes, de grandes théories sur notre joli monde pour faire intelligent, mais cette poudre aux yeux ne fait pas illusion, on est simplement ici dans une oeuvre de genre, un polar nerveux et violent aux personnages caricaturaux.
Ni catastrophique, ni transcendant La Sirène rouge est un divertissement honnête qui gagnerait à s'assumer un peu plus. On a en effet la désagréable sensation que l'auteur cherche à prouver absolument son intelligence, en voulant à tout prix donner un aspect philosopho-géopolitique à ce vaste champ de bataille, comme s'il reniait ce personnage qui défouraille à tout va sans le moindre état d'âme. Sauf que Rambo qui philosophe, au mieux c'est drôle au pire tout le monde s'en fout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
Rodin_Marcel
  31 juillet 2016
Dantec Maurice G. [Georges] (1959-2016) – "La sirène rouge" – Gallimard/Folio-policier, 2016 (ISBN 978-2-07-078435-6) – cop. 1993

C'est à l'occasion de son récent décès que j'ai découvert le nom de cet auteur qui m'avait jusque là échappé : il eut alors droit à des kyrielles d'articles dans la presse bien-pensante gôcho-bobo, malgré ses prises de positions plus ou moins fantaisistes cataloguées "de droite". Je n'étais guère enthousiaste à la vue des diverses biographies publiées, mais bon, je me résolus tout de même aller y voir par moi-même.

Je ne sais si ce roman policier reflète vraiment l'ensemble de son oeuvre, mais il fit à tout le moins l'objet d'une adaptation cinématographique qui – semble-t-il – connut un certain succès. le roman est construit selon les règles aussi classiques que strictes de la thématique du couple de fuyards (un homme, une enfant, tous deux dans le camp des gentils) pris en chasse tant par la police que par des très très méchants-vilains, adeptes et réalisateurs de "snuff-movies". L'écriture est trépidante à souhait, l'intrigue bien menée, rien à redire, ça fonctionne, bien que le tout relève du domaine du hautement invraisemblable (quoique).

L'auteur tente cependant d'insérer cette problématique dans le contexte plus global de la guerre atroce qui – à l'époque de l'écriture de ce roman – déchire l'ex-Yougoslavie et voit les Serbes exercer des violences nazies sur les populations civiles des territoires ravagés. A plusieurs reprises, l'auteur vitriolise les belles âmes des gentils pays européens qui ne cessaient (telle E. Guigoux) de demander aux belligérants de s'envoyer des bisous, désarmant les uns (bosno-croates) pour laisser les autres (serbes extrémistes) massacrer à qui mieux mieux (cf. pp. 208, 283-285, 395).

La thèse centrale du roman est exposée dans les pages 439-440, dans lesquelles l'auteur fait un lien entre ces nantis se régalant de l'ignoble violence des snuff-movies et cette guerre épouvantable dans les Balkans :
"L'enfer s'était déplacé. Non, il proliférait, comme un virus. [] L'Europe succombait à ses virus, le monde occidental moderne à ses limites, montrant là son vrai visage, annonciateur d'un crépuscule redoutablement tangible, encore une fois. le visage ambivalent du yuppie cannibale et humanitaire."

C'est là que le bât blesse.
D'abord parce que – comme nous l'apprend Wikipédia – rien ne prouve que les "snuff-movies" soient autre chose qu'une légende urbaine. Nul ne peut douter qu'il existe hélas des gens suffisamment dérangés mentalement pour se régaler d'en voir d'autres mourir dans d'atroces souffrances : depuis l'empereur romain Néron et les gladiateurs, jusqu'aux camps d'extermination nazi en passant par l'Inquisition, l'histoire est remplie de ces exactions commises rien que sur le territoire européen : et la liste devient quasiment infinie si l'on ajoute le reste du monde !
Mais que des gens se filment en train de commettre ces atrocités, pour ensuite diffuser ces films à prix d'or, n'aurait jamais pu être prouvé à ce jour : les ignobles atrocités commises par les par l'État Islamique bénéficient pleinement de la complicité des médias toujours avides de sensationnalisme, d'une diffusion aussi massive que gratuite via le Web, et sont sensées servir une guerre de civilisation et non des instincts particuliers (ce point là mériterait d'âtre approfondi).

Un auteur comme Dantec aurait pu orienter son propos justement vers ces gens (comme les dignitaires serbes, héritiers de leurs homologues nazis) ; ce qui eût été plus convaincant... Autre piste tout aussi épouvantable : à l'époque de l'écriture de ce roman, plusieurs instances avaient déjà prouvé que certains enlèvements crapuleux visaient purement et simplement à alimenter le trafic d'organes, ce qui collerait mieux avec l'explication finale terminant ce récit.

Du point de vue romanesque, le récit tient vraiment la route ; il n'en va pas de même du point de vue documentaire et insertion dans les réalités qu'il prend lui-même à témoin.
Dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Z0skia
  24 juillet 2016
« Si la cause est bonne, c'est de la persévérance. Si la cause est mauvaise, c'est de l'obstination »
C'est sur cette citation de Laurence Sterne que j'attaquerais cette chronique de la Sirène Rouge de Maurice Dantec. Souvenez-vous, il y a peu de temps sur Acheron tombait l'avis mitigé du roman Les Racines du Mal du même auteur, récit aussi étrange qu'attirant, mais qui avait tout de même suscité chez moi un intérêt particulier malgré une rédaction qui étalait pléthore de théories socio-mystico-religieuse rendant l'appréhension de la bête difficile. J'avais par la même occasion dévoilé mon sadomasochisme latent dans les commentaires, en promettant l'arrivée d'une seconde chronique du Monsieur, car je sentais bien que derrière toute cette masturbation cérébrale un truc c'était produit avec le style Dantec, et comme votre serviteur est un homme de parole me voici devant mon écran quelque temps après avoir refermé La Sirène Rouge. Alors persévérance ou obstination ? Réponse avec la chronique de ce premier roman qui lui valut le prix du meilleur roman francophone en 1994 (Trophées 814).
La Sirène Rouge
Alice est une jeune fille exceptionnelle de par sa maturité et son intelligence. du haut de ses douze ans, elle paraît en avoir beaucoup plus. Enfin c'est ce que la plupart des gens pensent, et surtout l'inspecteur Anita von Dick qui voit débarquer la fillette au commissariat, calme, posée, une cassette vidéo à la main. Alice annonce sans détour que sa mère tue des gens devant une caméra et qu'elle s'amuse à filmer ses exécutions. Une enquête est ouverte, et Alice est gardée sous surveillance. Mais un problème de taille intervient. La mère, gâtée sur l'échelle sociale brouille les pistes pour gagner du temps et fini par s'évaporer dans la nature. Elle enverra un hit squad redoutable et armé jusqu'aux dent pour récupérer Alice coûte que coûte.

Hugo Toorop, lui, vie dans la clandestinité la plus totale empruntant nom d'usage sur nom d'usage depuis son retour de Yougoslavie où il a vu de ses yeux les pires atrocités durant la guerre où il faisait partie de l'organisation Liberty Bell. C'est en réintégrant sa voiture qu'il tombe sur une Alice apeurée qu'il décide d'aider. La petite veut quitter sa Hollande natale pour aller au Portugal retrouver son père. C'est alors que commence un road trip sanglant ponctué par des gun fight musclés, de l'action en pagaille et un rythme soutenu.
Les snuff movies, voilà un sujet qui m'emballe, surtout sachant de quoi l'auteur est capable. C'est donc corps et âme que je me lance dans la lecture de la Sirène Rouge et je dois dire qu'au final je suis assez satisfait. Loin d'une lecture aussi rude que Les Racines du Mal, dès les premiers chapitres le livre s'annonce comme un polar noir qu'on prend plaisir à lire. Globalement le livre nous dévoile une intrigue basique, mais possédant tout de même un atout majeur : du rythme. Exit les quelques moments de stagnation où Dantec arrive avec ses délires philosophiques qui seront les prémisses de son style si particulier, nous suivons les personnages à travers l'Europe, d'Amsterdam au Portugal en passant par la France l'Espagne et l'Allemagne. Dantec nous met dans le bain des pays traversés et nous dépeint l'ambiance de l'air marin, des vagues et du sable chaud avec tout le talent que l'on lui connaît. L'histoire est bien ficelée et les scènes de baston/fusillade nous font rester cramponnés au bouquin, de ce côté-là, donc, pas de soucis.
C'est en cherchant vraiment la petite bête (je suis là aussi pour ça vous me direz) que quelques petits défauts font leurs apparitions. En effet, même si le style d'écriture de Dantec reste assez fluide sur ce roman, il n'en reste pas moins que, parfois, il est difficile d'adhérer complètement à cette morale, au final, assez simpliste et à ses personnages caricaturaux. Que ce soit avec l'histoire personnelle d'Hugo ou bien de la relation entre Alice et sa mère, Dantec traite entre autres de la lutte entre le bien et le mal, l'élitisme, la politique, sujets traités avec une certaine légèreté énervante quand on connaît le bonhomme, alors rajoutez à ça une romance plus que prévisible (et amenée de manière assez grossière) entre deux personnages vous obtiendrez un ZoSKiA dubitatif qui ne comprend pas forcement où l'auteur veut en venir, d'autant plus que certaine thématique présente ici, seront abordées dans le roman suivant...
Ceux qui connaissent bien Dantec et qui apprécie l'auteur pour ses élucubrations philosophiques ne tomberont pas de leurs chaises avec ce roman qui doit être lu pour ce qu'il est, un polar tendu et costaud, qui a d'ailleurs été adapté à l'écran avec Jean-Marc Barre (Le Grand Bleu) dans le rôle d'Hugo et Asia Argento (XXX, L'armée des Morts) dans celui de van Dicke. Alors certes, les bases de ces théories à rallonges sont bien présentes ici, mais ne viennent en rien ralentir le rythme du récit comme c'était le cas dans Les Racines du Mal. 

Je terminerais simplement par un avertissement concernant les snuff movies, le sujet fait simplement office de toile de fond et ne se présente en aucun cas comme un élément majeur du roman, alors si comme moi vous cherchez le grand frisson avec son lot de détails scabreux, passez votre chemin et regardez-vous l'un des seuls films potables de Nicolas Cage, 8 Millimètres (Mimo, ça, c'est pour ta pomme).
Alors persévérance ou obstination ? Je dois avouer que je m'en cogne, l'idée était de voir simplement si Dantec était fait pour moi sur le plan littéraire et je dois dire que La Sirène Rouge a passé le test sans encombre. Malgré ça, je pense que celui-ci sera mon dernier de l'auteur, car au vu des critiques concernant ses autres livres, j'avoue que la suite ne me fait pas franchement envie et je préfère rester sur une bonne image, dommage, car dans le fond, sorti de tout cet étalage inutile d'idées farfelues, Dantec sait faire tourner les pages aux lecteurs dans les moments d'action les plus intenses. La Sirène Rouge est loin de révolutionner le genre, mais s'impose comme un roman direct, nerveux, un brin téléphoné, mais efficace et, au pire, si jamais l'histoire vous intéresse, mais que la flémingite vous foudroie, vous pourrez toujours vous tournez vers le film qui résume plutôt bien l'idée du livre, à vous de voir…
Zoskia

Lien : http://www.acheron-webzine.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   19 février 2016
— Maman…
Quelque chose s’effondrait en Alice. C’était comme si sa mère disparaissait en tant que telle, définitivement. L’ultime noyau d’amour se volatilisa, comme une roche pulvérisée par la dynamite, dans un éblouissement de douleur mentale. Tu n’es plus ma mère, pensait-elle, la glotte bloquée, comme asphyxiée par un gaz intérieur… Tu es la Chose. Tu es devenue…
Commenter  J’apprécie          10
lecassinlecassin   28 janvier 2012
Un problème prévu est un problème en moins.
Commenter  J’apprécie          140
rkhettaouirkhettaoui   19 février 2016
J’ai commis une grossière erreur en ne prenant pas en charge ton éducation moi-même. Je t’aurais enseigné les véritables mystères de la vie. Je t’aurais fait découvrir l’extase de la fusion transpsychique… le rituel du sang, le Saint-Graal… Tu ne dois pas t’en faire, Alice, avait alors murmuré sa mère. Rien ne peut nous arriver… notre généalogie est spéciale, nous… je t’expliquerai plus tard, quand nous serons loin d’ici, je t’expliquerai pourquoi nous appartenons à une race supérieure, faite pour dominer l’humanité dans un futur proche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
rkhettaouirkhettaoui   19 février 2016
Le monde réel n’était pas aussi docile que les jeux d’enfants auxquels elle se livrait encore, dans la solitude de sa chambre ou du grenier. On n’y transformait pas aussi facilement quelques poupées et décors de papier en château de princesse florentine ou en navire magique de quelque fée marine d’inspiration celtique. Ici on était dans le monde dur et concret des adultes. Avec le bruit des fax et des machines à écrire. Avec l’éclairage du néon. Et avec des problèmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lecassinlecassin   22 janvier 2012
Le 17 avril 1993, quelques minutes avant que sa vie ne bascule tout à fait, Hugo Cornélius Toorop avait contemplé son visage dans la glace. Il y avait vu une longue tête un peu mélancolique, avec des sourcils en accents circonflexes.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Maurice G. Dantec (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice G. Dantec
Débat Malek Chebel et Maurice G. Dantec "L'Islam et la raison" chez Ardisson.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1484 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..