AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290011541
Éditeur : Librio (25/08/2008)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 155 notes)
Résumé :
" Nue devant la glace elle regardait ce gros corps, cette montagne de graisse. Il ne ressemblait à rien.
Même pas une femme, rien qu'un gros sac. A mi-voix elle se répétait : "Sale grosse truie, putain de sale grosse truie, grosse vache." Les yeux pleins de larmes parce qu'il s'agissait bien d'elle "... Evocations tranchantes d'un quotidien noir, de drames intimes ou de rêves inquiétants... Ces nouvelles disent violemment la Femme dans son désir ou son refus ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
canel
  02 octobre 2015
Recueil de onze nouvelles publiées entre 1994 et 1999, donc pendant la période 'Baise-moi', 'Les chiennes savantes', 'Les jolies choses'. Années agitées pour Virginie Despentes, qui semble avoir trouvé un peu de sérénité depuis, sans avoir perdu son mordant et son pessimisme.
En exergue de l'ouvrage, ces mots de Kurt Cobain : « I hate myself and I want to die ». Le ton est donné : lose, galère, misère sociale, exclusion, prostitution, amours impossibles... Tout pour avoir une haute estime de soi et voir la vie en rose. D'ailleurs, ça se termine en général avec des cadavres - terrorisme, meurtres, suicides, avortements, infanticides...
La dernière nouvelle m'a particulièrement interpellée et captivée, un mélange des légendes de Mélusine, petite sirène, louve-garou, femme-gorille/guenon... qui peut donner lieu à plein d'interprétations (bipolarité ? coming-out bisexuel ? transsexualité ? rechutes d'une pathologie physique ? règles ?)...
Hormis dans ce dernier récit, je n'ai pas été éblouie par le talent de l'auteur, et j'ai lu ce recueil dérangeant à petites doses. Il a le mérite de montrer l'évolution de l'écriture de Despentes, aujourd'hui plus travaillée (critique sociale plus argumentée et humour grinçant), où le trash/gore est moins gratuit, même si les thématiques restent les mêmes. Et c'est d'ailleurs le seul reproche que je peux faire actuellement à cette auteur que j'apprécie et admire beaucoup : les personnages se ressemblent beaucoup d'un ouvrage à l'autre. J'ai par exemple vu Vernon plusieurs fois ici, versions masculine et féminine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
ericbo
  11 août 2018
Encore peu de « Virginie Despentes » à mon actif. Manque de temps, curiosité pour d'autres auteurs... mais je ne suis pas prêt d'oublier ceux que j'ai lu. « Mordre au travers » est un de ceux là. Comment fait-elle pour, en quelques pages, nous rendre les témoins involontaires de toutes ces déviances, dont, finalement, les femmes paient le plus lourd tribu. Car je ne suis pas sûr que tout vienne de l'imagination de l'auteur. Toutes ces nouvelles sont bouleversantes de réalisme. Despentes nous plonge dans la déviance quotidienne, ou tout simplement de l'impossibilité de vivre une situation.
C'est un très court recueil de quelques nouvelles « coup de poing », écrites au couteau, avec le sang des victimes.
Commenter  J’apprécie          160
gridou
  10 février 2012
Je me considère plutôt comme une lectrice avertie, rompue aux scènes sanglantes et horreurs en tout genre, pas prude (oh que non!) mais j'avoue que ce recueil a heurté ma sensibilité...
D'une nouvelle à l'autre, c'est l'escalade. de plus en plus noir, de plus en plus acide, de plus en plus violent...jusqu'à l'apothéose, "à terme", dont la lecture est insoutenable. Une nouvelle d'à peine deux pages et demi qui prend aux tripes tellement fort qu'on a du mal à la lire en entier.
Et si c'était justement ça le talent? Camper un personnage en trois lignes, lui faire vivre une histoire en deux pages et conclure, comme ça, en deux lignes, laissant le lecteur sur le carreau, complètement sonné. Parce qu'il en faut du talent pour être aussi concise et aussi percutante. Pour décrire la misère sociale, humaine, les manques affectifs, les traumas avec si peu de mots...
MAIS
je ne peux pas dire que j'ai pris du plaisir à lire ces nouvelles. Je les ai d'ailleurs lues à petites doses, espacées pour ne pas trop m'imprégner de tant de noirceur, au début du moins. Ensuite, j'ai tout lu d'une traite pour en finir plus rapidement et passer à autre chose.
Même si quelques phrases m'ont interpellées et fait sourire - comme ce petit clin d'oeil à Eric Zemmour ( la phrase est dite par un psychopathe "fils à papa"):
"J'y connais rien aux jeunes ni à leur sous-culture débile..."
dans l'ensemble, j'ai été trop gênée pour considérer que j'ai vraiment aimer ce recueil.


Lien : http://lesgridouillis.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
MissSherlock
  11 octobre 2013
Noir, c'est noir, il n'y a plus d'espoir ! le désespoir, c'est ce que j'ai ressenti après avoir terminé ces nouvelles écrites par Virginie Despentes. On est au coeur de la misère sociale, affective et intellectuelle qui pousse les individus aux pires extrémités. Chaque nouvelle est plus sombre et glauque que la précédente. le langage est cru, les situations parfois insoutenables (l'infanticide) et l'ensemble des textes est déprimant.
Et pourtant j'ai bien aimé parce que c'est brutal, choquant et direct. En quelques lignes, Virginie Despentes prend aux tripes et retourne les sangs. Elle a un vrai style _ pas toujours plaisant mais au moins ça fulmine et ça rage. C'est vivant.
Commenter  J’apprécie          122
Gwenaweb
  03 août 2015
La misère, l'obésité, la maternité, vues par Despentes. Ca claque du gore !
Du brut de brut. Un peu comme un champagne sec qu'on boit quand on nous le sert, alors qu'on préfère le moelleux. Ca pique, c'est rêche et rude mais on peut pas dire qu'on aime pas, parce que tout le monde se doit d'aimer le champagne. On avale quand même le bouquin, même si c'est pas agréable. On a un goût de trop peu malgré tout, à cause du format "nouvelles".
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
canelcanel   02 octobre 2015
A poil et à genoux il a rampé jusqu'à ses pieds et s'est mis à lui sucer le bout des pompes, à lui laper le bout des pompes avec gourmandise.
Elle le regardait faire. Ce bonhomme si respectable, la putain d'élite. Le reste du temps, le genre de type qui rigole pas. Et au travail, avec ses subordonnées, comment il devait se comporter. Et si elle l'avait croisé dans la rue et demandé une clope, est-ce qu'il la lui aurait donnée. Et quand elle repartirait, après qu'il se serait assouvi, défoulé, il se rhabillerait et alors quel genre d'homme redeviendrait-il.
Il s'était couché sur le dos, elle lui donnait son talon à sucer. Il se tortillait comme un gros ver. Il était en érection. Une toute petite bite rose, on aurait dit une bite de caniche. Elle laissait faire, parce que ça lui laissait du temps. Et cherchait avec affolement quelque chose à initier ensuite. Mais rien ne venait, seulement d'autres pensées.
Elle pensait à son amant à elle, à qui elle ne dirait rien. Elle pensait à toutes ces semaines qu'ils venaient de passer ensemble et comme l'argent les obsédait. Mille francs, pour se faire lécher les pompes. Elle pensait à son amant à elle, comme c'était humiliant pour lui. Comme c'était humiliant pour elle. Comme c'était humiliant d'être pauvre. Et il y avait dans cette ville plein de trépanés de ce genre, pour qui mille francs relevaient de l'anecdote. Et ils ne les donnaient pas. Sauf si on se laissait lécher les pompes, sauf si on voulait bien rentrer dans leur jeu. Dans leurs sales jeux, leurs jeux grotesques d'hommes de pouvoir qui ne bandent que s'ils se livrent à des pitreries.
(p. 31)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
canelcanel   03 octobre 2015
La poste est bondée, je prends ma place dans la queue. Devant moi un type s'énerve :
- Comment ça, je dois le faire tout seul ? J'ai deux cents lettres à envoyer et vous ne pouvez pas me les affranchir, il faut que je colle moi-même deux cents timbres ? Mais vous avez vraiment de la chance d'être fonctionnaire vous, vraiment de la chance. Et sincèrement, j'espère que vous ne l'aurez plus longtemps.
Tu parles qu'elle a de la chance, la meuf derrière le guichet. Vu les pompes que lui il porte et son pardessus impeccable, vu son gros aplomb de mec habitué à être putain de bien traité, tu parles qu'elle a de la chance. Moi, je voudrais bien le voir à sa place, il ferait moins le malin à la poste.
(p. 47)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
mandarine43mandarine43   16 mars 2011
Quand tu le fais avec moi, comment ils font tes reins ça me fait du bien de haut en bas, avec le bassin tu me casses quelque chose, résistance qui pète en plein milieu, il y a du ciel par là, je suis ouverte en plein milieu, il me sort des lambeaux de nuages, sans interruption, et il y a de la mer qui se déploie dans ma gorge, pourquoi ce plaisir-là vient de toi et c'est toi seulement qui le donnes, soleils roulant sur des arcs tendus, trempée, tu me vas tellement loin, à ce moment-là mon ventre est sûr et c'est pour toi qu'il est bâti, creusé en pente douce pour que tu glisses à l'intérieur et tu n'as jamais de fin, ouvrir les yeux c'est dans les tiens que je tombe et toujours j'ai attendu ça, c'est le centre du monde, j'étais bâtie pour ça, j'étais bâtie pour toi, me renfermer sur toi, m'ouvrir en plein pour toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SpleenlajeuneSpleenlajeune   29 décembre 2011
Nue devant la glace elle regardait ce gros corps, cette montagne de graisse. Il ne ressemblait à rien. Même pas une femme, rien qu'un gros sac. A mi-voix elle se répétait : "Sale grosse truie, putain de sale grosse truie, grosse vache." Les yeux pleins de larmes parce qu'il s'agissait bien d'elle ...
Commenter  J’apprécie          120
LiliteLilite   29 juillet 2010
Je pensais à cette scène quand j'étais gamin et ma mère avait jeté cette mitraillette incroyable qu'on se disputait mon frère et moi. "Voilà, comme ça, elle ne sera pour personne et vous me foutrez la paix."
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Virginie Despentes (67) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Virginie Despentes
Fishbach lit ?King Kong Théorie? de Virginie Despentes .C?est parce que ?King Kong Théorie? est un essai qui commence comme un morceau de rap. « pour les moches, les vieilles, les camionneuses, les frigides, les mal baisées, les imbaisables, les hystériques, les tarées, toutes les exclues du grand marché à la bonne meuf. », que nous avons demandé à Fishbach de vous en lire l?introduction. le sixième livre et premier essai publié par Virginie Despentes, est un manifeste féministe moderne et ravageur qui dynamite l?ordre social tenant le corps des femmes à disposition des hommes.
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox



Quiz Voir plus

Virginie Despentes

Virginie Despentes est un pseudonyme. A quoi fait-il référence ?

au nom de jeune fille de sa mère
à l'anagramme du nom de son chanteur préféré
au quartier des pentes de la Croix-Rousse à Lyon

10 questions
177 lecteurs ont répondu
Thème : Virginie DespentesCréer un quiz sur ce livre
. .