AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266257343
320 pages
Éditeur : Pocket (13/07/2016)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 473 notes)
Résumé :
Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa mère et sa sœur adolescente, Valérie. Leur mère arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, malgré ses deux emplois qui lui prennent tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille qui dégénère, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère accusant son petit garçon d'avoir blessé sa soeur. La mère prendra 5 ans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (171) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  03 juin 2020
Première incursion dans l'univers de François-Xavier Dillard et grosse déception.
L'histoire est assez simple. Sébastien, sept ans est accusé par sa mère d'avoir poignardé sa soeur Valérie de treize ans. Sauf que la police n'y croit pas et qu'on finit vite à penser que Sébastien est maltraité et manipulé par sa mère et sa soeur afin de porter une culpabilité qui ne serait pas sienne.
Les années ont passé. Sébastien est aujourd'hui médecin pour les grands traumatisés, il est veuf et père de deux petites filles. Il semble plus que marqué par ce qui s'est passé dans son enfance. Des voix et des cauchemars l'assaillent.
Arrivent alors des décès soudains et mystérieux au sein de son hôpital où l'histoire revêt des allures d'enquêtes, de vengeance et de suspicions envers Sébastien.
Ce thriller ne m'a vraiment pas emballée. L'histoire démarrait plutôt bien mais la plume ne m'a pas convaincue. L'auteur prend son pied un chapitre sur deux à plomber la fin de chacun d'eux par une mise en garde terrifiante de la suite ce qui m'a bien énervée. Une fois passe encore mais si souvent, ça en devient lassant d'autant plus qu'il ne se passe rien de terrible dans cette histoire. Les sujets de la maltraitance ou de la folie ne sont absolument pas travaillés ni fouillés. Aucune psychologie ni empathie envers les personnages.
Un rendez-vous totalement manqué avec ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          944
Ziliz
  31 juillet 2016
Drame chez les Vergne : la fille aînée de treize ans a été blessée à coups de couteau. Les secours trouvent la maman et le petit frère de sept ans hystériques à ses côtés, dans la cuisine. La mère a beau essayer de faire porter le chapeau à son fils, elle sera condamnée à cinq ans de prison. Le père s'étant fait la malle depuis belle lurette, les deux enfants, Valérie et Sébastien, vont être placés en foyer et dans des familles d'accueil...
Le lecteur retrouve Sébastien trente ans plus tard. Comment s'en sort-il ? Peut-on se remettre d'un tel passé ?
François-Xavier Dillard, l'auteur, est directeur de comm dans un grand groupe énergétique français. En découvrant ce profil juste avant de commencer ma lecture, j'ai craint de trouver du polar facile et formaté façon Jacques Expert. En effet, rien d'extraordinaire dans l'intrigue (bien fichue et 'efficace' pour flipper, quand même), hormis le dénouement que je n'avais pas vu venir.
Violences familiales et conjugales, maltraitances sur enfant, folie. J'ai beau alterner les styles de mes lectures (thrillers, romans, ouvrages jeunesse, BD), ces thématiques malsaines reviennent souvent. Je me fais peur ou je me rassure en choisissant cela ?
Ce roman-là est particulièrement dérangeant, il faut le savoir si on ne supporte pas que les principales victimes de la folie humaine soient des enfants...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          441
gruz
  19 mars 2014
Enfant, ne nous dit-on pas qu'il faut toujours écouter ce que nous dit notre maman ? François-Xavier Dillard nous démontre peut-être bien le contraire…
Un nouveau roman qui prouve avec brio à quel point la violence psychologique peut être dévastatrice, à quel point les stigmates de l'enfance peuvent avoir des répercussions dramatiques sur l'adulte, et à quel point elles peuvent occasionner des cicatrices difficiles à refermer.
En se basant sur un fait divers réel, Dillard tire les conséquences d'un événement horrible et en présente les incidences possibles sur la vie et la psyché des personnages.
Même si ce roman utilise tous les codes et les ingrédients du thriller (prologue choc, chapitres courts, chute inattendue, rebondissements à foison) il s'éloigne toutefois complètement des sempiternelles enquêtes policières.
Ici, nous sommes davantage plongés à l'intérieur des personnages qu'à suivre leurs pérégrinations extérieures. On passe d'un esprit à l'autre, c'est la grande force de ce roman. L'atmosphère pesante et les émotions à fleur de peau nous permettent littéralement de briser le miroir et d'aller au-delà des apparences. Profond, très profond.
François-Xavier Dillard mène bien cette introspection sans que le rythme n'en pâtisse, aboutissant à ce genre de roman qu'il est difficile de lâcher, une fois commencé. Un récit court (280 pages) qui accentue cette sensation d'oppression, même s'il y avait matière à faire plus long. C'est un choix qui se défend parfaitement, le récit étant sans aucun temps mort.
En termes d'écriture, le tout est très efficace, fluide et tourné vers l'intrigue. Rien de révolutionnaire, mais l'auteur utilise à bon escient les outils biens connus des histoires actuelles : flashbacks, alternance de récits à la troisième et à la première personne…
L'idée de faire « parler » la jeune fille du protagoniste principal est l'une des bonnes pioches du livre. Une vraie qualité, mais aussi paradoxalement le petit bémol du roman, à mon sens. Les passages issus de la bouche d'une fille de 12 ans sonnent en effet un peu trop matures (même si cette maturité peut effectivement s'expliquer par son vécu). Un plus grand décalage de langage aurait sans doute accentué l'effet recherché.
Cette petite réserve ne gâche clairement pas le plaisir de cette lecture qui est un véritable voyage aux frontières de la folie (et au-delà…). François-Xavier Dillard : un autre très bon faiseur d'histoires comme Fleuve Éditions en a le secret.
Lien : http://gruznamur.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
nadiouchka
  23 octobre 2016
Après le succès de son premier roman AUSTERLITZ 10.5, François-Xavier Dillard nous présente ici son second livre, FAIS-LE POUR MAMAN, un thriller psychologique et d'une inspiration très particulière car touchant le domaine des enfants maltraités et des femmes battues (violence conjugale) qui défraie trop souvent les chroniques des médias.
J'avais rencontré l'auteur lors du dernier Festival du Polar, début octobre à Villeneuve-lez-Avignon et j'avais eu le plaisir de parler avec quelqu'un de très simple, très sympathique et toujours souriant.
C'est donc avec empressement que j'ai entamé la lecture de FAIS-LE POUR MAMAN et j'ai été, dès les premières pages, prise par cette histoire originale bien que très triste, mais qui malheureusement existe.
Dans le prologue, on y montre un petit garçon, Sébastien, recroquevillé sur lui-même. Il vit avec sa soeur, Valérie, et sa mère qui fait vivre sa petite famille grâce un travail ingrat. Mais un jour, arrive un drame et Valérie est grièvement blessée. Elle arrivera à survivre mais la mère accuse Sébastien, son propre fils. Ce dont la police doute fortement.
Puis on passe à Sébastien adulte, devenu médecin et qui s'intéresse particulièrement au sort des enfants en difficulté.
Lui-même, de son côté, tente de reconstruire sa vie familiale avec ses deux filles : Léa (12 ans) et Juliette (7 ans), après le décès de leur mère retrouvée noyée dans leur piscine. Il va aussi rencontrer une commissaire, Claire, qui a tué son mari après de trop nombreuses violences au sein de leur couple. Ils vont se lier d'amitié et se retrouver assez attirés l'un par l'autre.
Les chapitres, plutôt courts, s'enchaînent ainsi que les flash-back au milieu de l'histoire actuelle.
La fille aînée, Léa, fait preuve d'une grande maturité et intervient dans le récit où elle raconte tout ce qu'elle voit et ce qu'elle pense. Elle occupe aussi le rôle de maîtresse de maison, malgré son jeune âge et son père se fie beaucoup à elle et à son jugement. Ce dont elle ne se prive pas. Mais c'est un rôle difficile qui lui échoit et qu'elle assume du mieux qu'elle peut.
Ainsi va le récit, l'angoisse s'amplifiant à mesure que l'on tourne les pages ; l'horreur qui se produit lorsque resurgit Valérie (la soeur de Sébastien, ne l'oublions pas), sortie d'un hôpital psychiatrique et qui ne ressent que de la haine envers son frère et qui est prête à tout pour se venger.
Quand il s'agissait pour moi de chroniquer un thriller, cela m'était plus facile qu'ici, car, évidemment moins on en dit, mieux c'est et je vous rassure, je n'ai raconté que le fond de l'histoire, la trame et il est impossible de se douter de ce qui arrive.
Ce qui touche le lecteur, c'est le drame de ces enfants qui souffrent tellement, ces innocentes petites victimes dont la vie sera ensuite marquée à jamais, ainsi que la folie omniprésente dans ce livre.
Il est vrai que c'est un thriller psychologique mais tout le talent de l'écrivain réside dans le fait de nous mener, diaboliquement, dans cette histoire si riche en rebondissements.
Quand on croit avoir enfin trouvé la solution, eh bien non, il se passe un autre événement qui nous fait douter.
C'est un véritable suspens qui nous fait tourner les pages (on appelle aussi cela un page turner) afin de savoir ce qui peut encore arriver. Et c'est ainsi jusqu'à la fin du livre dont le dénouement nous laisse abasourdis de même lorsqu'on aura lu ce qui s'est réellement passé dans cette histoire machiavélique.
Un livre à découvrir absolument, écrit avec l'immense talent de ce grand écrivain qu'est François-Xavier Dillard, qui se révèle encore une fois d'un génie parfait et d'une écriture sublime, avec une grande maîtrise de son sujet.
Critique de L'écho : Un récit passionnant où émotions et sentiments de chacun vont entraîner le lecteur au-delà des apparences.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
BlackKat
  02 septembre 2014
Je découvre la plume de François Xavier Dillard avec ce roman, sur le conseil de nombre d'ami(e)s. Comme d'hab', je laisse passer un peu l'effervescence entourant certaines sorties, histoire de ne pas me laisser influencer et d'aborder cet auteur sans a priori.
Une maman isolée, à bout de souffle et d'énergie, avec ses deux enfants: Valérie, une ado terrible et Sébastien, 7 ans.
Une scène sanglante: Valérie, sévèrement blessée, en présence de sa mère et de son petit frère. Un choc. Un traumatisme. Et maman est emprisonnée.
Quelques années plus tard, nous retrouvons Sébastien, médecin dévoué, accaparé par son métier, papa veuf de deux jeunes enfants dont Léa, 12 ans, obligée de grandir trop vite pour soutenir un père un peu trop absent. Des meurtres d'enfants parmi ses patients amèneront une policière en disgrâce, Claire, à s'intéresser à ce veuf mystérieux.
Qui est donc responsable de ces décès?
C'est un thriller court, nerveux et trépidant. Par effet de styles devenus classiques dans l'écriture des thrillers (changement de narrateurs, chapitres courts et parfois lapidaires, flashbacks...), mais aussi et surtout par la dynamique de l'intrigue, densifiée et mystifiée par le point de vue de ces multiples personnages étudiés et complexes, et des actions précises et parfois à la limite de l'insoutenable.
Cette énergie déferlante est adoucie et contrebalancée par le récit de Léa, teinté de doutes mais solidement ancré dans l'amour pour son papa. Elle est témoin, elle est actrice, du haut de ses 12 ans... Par l'usage de la 1ère personne, elle est une sorte de relais entre le gamin de 7 ans qu'a été son père et l'adulte que représente Claire.
C'est une histoire qui flirte avec la folie: la folie meurtrière, la folie vengeresse ou salvatrice mais la folie toujours! Qu'elle soit identifiée et bien parquée dans un institut, ou qu'elle s'épanouisse à la vue de tous!
L'auteur est diabolique dans le sens où la trame dessinée pour le bonheur du lecteur se casse la figure pour révéler une horreur inattendue! C'est malin: on s'attache, on tremble, on espère, on identifie le coupables... et pffuiitt, il ne fallait pas... Pourtant, c'était si mignon de voir se rapprocher Claire et Sébastien, deux personnages meurtris par la vie, fragilisés par les épreuves... Mais c'eût été trop simple, comme le dénouement nous l'apprendra...
La psychologie de chaque personnage est fouillée et riche, notre attention ne se fixe ainsi pas sur un seul individu et nous oblige à une certaine gymnastique pour recoller tous les morceaux pour reconstituer l'ensemble de l'histoire: le passé dévoilé, démasqué enfin, le présent assaini mais un futur bien nébuleux...
Les tourments, les épreuves, les traumatismes de l'enfance influent-ils l'avenir? le mal est-il héréditaire? le mal peut-il être guéri?
Que de questions dont les réponses varient au fil de cette lecture!
Je ne donne pas de détails pour ne pas spoiler et gâcher un suspens haletant et bluffant.
Tout en alliant les ficelles convenues du thriller, l'auteur nous a livré une histoire très intéressante, poignante et terrifiante à la fois.
J'ai passé un très bon moment de lecture et bien sûr, maintenant, je ne peux que me procurer le 1er roman de François-Xavier Dillard: Un vrai jeu d'enfant.

Lien : http://livrenvieblackkatsblo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240

Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   27 octobre 2016
Et puis son regard s’arrête soudain sur une chose qui ne devrait pas être là. Un objet qui n’a non seulement aucune raison de se trouver à cet endroit, mais dont la présence même résonne comme un sinistre avertissement. En se saisissant du manche du grand couteau de cuisine, Sébastien a l’impression que le plastique devient brûlant et que la lame se teinte d’une affreuse couleur rouge sang. Il se laisse tomber sur le sol et se met tout à coup à trembler.
P.97
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
AntyryiaAntyryia   16 juillet 2016
Qui donc était cette femme pour venir tenter de remplacer ma mère ? Nous n'avions besoin de personne pour continuer à porter notre chagrin et surtout pas d'une parfaite inconnue. Nous n'avions plus que notre père, donc mathématiquement deux fois moins de parents que les autres enfants, ce n'était pas en plus pour le diviser encore en deux et le partager avec une autre. Pour moi, le plus grand diviseur de l'amour paternel s'était arrêté à deux depuis la mort de maman, pas de place pour un autre multiple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ZilizZiliz   31 juillet 2016
Pour les autres élèves, je suis une orpheline. Je n'ai plus de maman, c'est comme ça. Cela me donne un statut assez particulier, une sorte d'aura faite de crainte, de respect et de mystère. Parce que bien sûr, pour eux, le fait que j'arrive encore à vivre, à rire, à respirer, alors même que je n'ai plus de mère, reste une énigme.
(p. 165)
Commenter  J’apprécie          80
nadiouchkanadiouchka   23 octobre 2016
Quand Sébastien voit ce que ces bâtiments sont devenus, il ne peut s’empêcher de penser qu’il est plus que temps de renommer toutes ces barres d’immeubles. Et il a déjà un nom pour celles-là, Les Désespérettes.
P.16
Commenter  J’apprécie          110
stokelystokely   18 juin 2017
Elle le sait, qu'elle doit aller voir un psy, tout le monde le lui dit, le lui répète à l'envi. Son père, sa mère, ses frères et ses soeurs... Et pour le marteau, elle l'à déjà et c'est dans sa tête qu'il frappe avec enthousiasme. (p62)
Commenter  J’apprécie          100

Videos de François-Xavier Dillard (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François-Xavier Dillard
Cette année encore, Gérard Collard et les libraires de la Griffe Noire vous proposent à l'approche des fêtes de fin d'année, plusieurs idées cadeaux sous forme de coffrets :
https://www.lagriffenoire.com/455-coffret.html

COFFRET POLAR GRAND FORMAT Avant les diamants (Dominique Maison) - La gestapo Sadorsky (Romain Slocombe) - Prendre un enfant par la main (François-Xavier Dillard) https://www.lagriffenoire.com/100777-coffret-polar-gf.html

COFFRET POLAR FORMAT POCHE de bonnes raisons de mourir (Morgan Audic) - Un autre jour (Valentin Musso) - 1793 (Niklos Natt Och Dag)
https://www.lagriffenoire.com/100778-coffret-polar-poche.html

COFFRET HISTOIRE GRAND FORMAT Churchill (Andrew Roberts) - L'aiglon (Laetitia de Witt) - J.E. Hoover confidentiel (Anthony Summers)
https://www.lagriffenoire.com/100771-coffret-histoire-gf.html

COFFRET HISTOIRE FORMAT POCHE La véritable histoire des 12 Césars (Virginie Girot) - La route de la soie (Peter Frankopan) - La goûteuse d'Hitler (Rosella Postorino) https://www.lagriffenoire.com/100772-coffret-histoire-poche.html •
COFFRET LITTÉRATURE FRANÇAISE GRAND FORMAT le tailleur de Relizane (Olivia Elkaim) - Ce qu'il faut de nuit - La Manufacture de livres - Laurent Petitmangin) - Rosa Dolorosa (Caroline Dorka-Fenech)
https://www.lagriffenoire.com/100773-coffret-litterature-francaise-gf.html •
COFFRET LITTÉRATURE FRANÇAISE POCHE Rien n'est noir (Claire Berest) - le baiser (Sophie Brocas) - Venise à double tour (Jean-Paul Kauffmann)
https://www.lagriffenoire.com/132522-coffret-litterature-francaise-poche.html

COFFRET LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE GRAND FORMAT Les autres américains (Laila Lalami) - le rouge n'est plus une couleur (Rosie Price) - Walker (Robin Robertson
https://www.lagriffenoire.com/132720-coffret-coffret-litterature-etrangere-gf.html

COFFRET LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE FORMAT POCHE Taxi Curaçao (Stefan Brijs) - Dévorer le ciel (Paolo Giordano) - Grace (Paul Lynch)
https://www.lagriffenoire.com/132538-coffret-litterature-etrangere-poche.html

COFFRET DÉTENTE GRAND FORMAT Les 7 ou 8 morts de Stella Fortuna (Juliet Grames) - Les corps conjugaux (Sophie de Baere) - Les 3 filles du Capitan (Maria Duenas)
+ Lire la suite
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Fais-le pour maman

Sébastien est

avocat
médecin
enseignant

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Fais-le pour maman de François-Xavier DillardCréer un quiz sur ce livre

.. ..