AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020135256
Éditeur : Seuil (30/08/1991)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 165 notes)
Résumé :
Un jour, vous ne trouvez plus sa main, ses doigts. En moto, quand vous conduisez, elle ne vous serre plus à la taille comme avant. Son rire et ses sourires ne vous sont plus réservés ni même destinés. Vous aimeriez comprendre, vous devriez attendre. Mais vous ne pouvez pas, vous posez trop de questions auxquelles elle préférerait ne pas répondre. Elle y répond pourtant. Mais si, elle vous aime. Seulement elle a besoin d'une autre vie, mais sans vous. Elle vous rassu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
mimipinson
  29 novembre 2011
« L'échec ne réside pas dans la rupture, mais dans l'échec de la rupture. La séparation est le dernier acte de la vie commune. »
A défaut de réussir son union, autant ne pas rater sa séparation….
Partir, sans blesser l'autre. Partir, car comme tout film, un amour comporte un début, et une fin. Et quand c'est fini, quand on regarde dans une autre direction, partir proprement est la moindre des choses….
Dans la séparationDan Franck met sur le devant de la scène un lent et inexorable délitement d'un couple, et d'une famille. Aucun heurt, aucune violence….Beaucoup de non-dit, de silence. Des phrases courtes, souvent sans verbe. Des personnages que l'on ne nomme pas ; des enfants qui sont l'Aîné et le cadet, tout simplement.
L'indifférence d'une femme pour son mari qui ne peut que constater, faute d'avoir de réelles explications. Elle l'aime encore, mais en aime un autre. Elle veut partir, mais ne part pas. Elle joue, manipule, prend en otage deux enfants qui n'ont rien demandé, mais sont spectateurs d'une décomposition familiale et conjugale.
La détresse d'un homme quitté, abandonné……
« Il a toujours détesté Kipling, il n'est pas un homme, si c'est cela qu'on veut savoir. Il est perdu, jeté, abandonné.(…) Il est un enfant. Rien de plus terrible pour un enfant que d'apprendre à se consoler tout seul. Mais il ne s'aime pas assez pour se prendre lui-même entre ses bras. » (L'auteur fait allusion, ici, au célèbre texte de R.Kipling, Tu seras un homme)
Deux enfants dont l'un comprend vite les choses, et les formule à sa façon : « C'est la divorçation ? » demande l'Aîné à son père lui expliquant que Papa et Maman ne s'entendent plus.
Comment ne pas être attendrie par cet homme qui espère, se résigne, se bat pour ses enfants, et ne voit rien venir ?
Comment ne pas détester cette femme qui sachant avoir la loi pour elle devient sans foi ni loi, s'amuse de cet homme tant attaché à son Aîné, comme il l'appelle ,en lui arrachant sa dernière dignité, celle d'être un père comme il le souhaiterait.
Le ton est juste, ni en retrait, ni trop impliqué. Sans pathos, mais avec réalisme, le lecteur fait irruption dans ce couple dont il partage en direct la séparation. C'est à la fois triste, et révoltant. Triste pour ces deux enfants qui sont l'enjeu d'un désamour, et d'une routine conjugale qui les dépasse ; révoltant de par le comportement de cette femme que je qualifierais volontiers de "salope".
Voilà un texte que je découvre, presque par hasard, pour mon plus grand plaisir. Je remercie libfly, et les éditions Points d'en être à l'origine


Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
zabeth55
  15 octobre 2012
Du désamour à la rupture.
Histoire d'un couple qui se sépare
Histoire mille fois écrite
Pourtant, ici, la séparation est vue et ressentie par l'homme.
Homme qui ne comprend pas ce qui lui arrive, qui ne cesse d'aimer.
Homme qui se remet en question
Depuis les premiers doutes de la femme jusqu'à la lente destruction du couple, jusqu'aux scènes, aux déchirements, jusqu'à la séparation.
Une fine analyse, avec des mots bien choisis ; des sentiments finement traduits. Une belle écriture pleine d'émotion.
J'ai ressenti une réelle empathie pour cet homme.
Commenter  J’apprécie          220
aaahhh
  06 août 2012
Quelle justesse dans ce récit sur la fin de l'amour! J'ai lu "La séparation" alors que je venais moi-même de me séparer d'un des grands amours de ma vie et je peux dire que je m'y suis à maintes reprises retrouvée et que j'ai bien sûr été très très touchée par la finesse des observations de Dan Franck et par la beauté de son texte, dont le style simple mais poignant relève la puissance!
C'est un roman triste et déchirant mais aussi tendre et beau. Si il est bouleversant de suivre ce narrateur attachant dans sa descente aux enfers, ça fait du bien aussi, car on sent bien qu'auprès de lui et dans ses épreuves, on touche à l'humain à l'état pur et que dernière cette déchirure se cache beaucoup d'amour!
Commenter  J’apprécie          190
nounours36
  13 juin 2014
Un roman Superbe. Cette histoire démarre avec une petite contrariété lors d'une sortie au théâtre, le jeu des mains : je te prends la main, je la caresse, tu réponds, tu es froide et distante, un contact sensuel et la machine va remarcher !!! souvent, l'on vit des moments identiques. Mais cette fois tout bascule insidieusement, doucement, impossible de résister. Puis le silence s'installe, l'incompréhension, le désir qui s'enfuit, les malaises qui amènent à la rupture. le narrateur à beau se battre pour re construire le couple, il acceptera tout, mais tel face à un tsunami, il sera incapable de résister à la rupture.
J'ai découvert "La séparation" en lisant les critiques du roman "les fidélités" de Diane Brasseur. Donc c'est avec un peu de retard que je me penche sur ce roman. Il a reçu le prix Renaudot en 1991, j'ai été conquis par ce roman qui décortique petit à petit toutes les étapes douloureuses d'une liaison qui se finit, avec ces non-sens, ses incompréhensions, ses aigreurs et ses colères.
Ce roman est un bijou de justesse et de sensibilités. Je l'ai trouvé très émouvant.
Un roman magistral à conseiller, plein d'empathie. Chacun qui a connu une séparation ou des moments douloureux dans la vie de couple se reconnaîtra dans la situation décrite par le narrateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
syannelle
  01 mai 2012
Avec ce livre, Dan Franck a gagné le Prix Renaudot en 1991. Il aurait sans doute préféré ne pas avoir à l'écrire, car il retrace les quatre mois de douleur qu'il a traversé lorsque sa femme s'est séparée de lui, avec tout le cortège de malheur, de peine et de déchirure que cela a impliqué pour lui et les siens. Ce livre est très bien écrit. Il retrace le parcours d'un homme autour de qui tout s'écroule brutalement, sans aucune raison, si ce n'est la vie qui passe, l'érosion du couple, cette envie de vivre ensemble et de partager le même chemin qui disparaît. le pire, c'est que rien ne peut expliquer ce que fait endurer cette femme à son mari. Elle en a simplement assez de lui. du jour au lendemain son comportement change. Elle ne veut plus le toucher, sa vue l'insupporte, ainsi que ses petites manies, celles que nous avons tous. La coupe déborde. Pourtant, il n'y a pas eu de signes avant-coureurs.
Elle prend un amant. Elle est folle amoureuse de cet "Autre", et le lui dit, crânement, rompant ainsi l'accord tacite qu'ils s'étaient fait, de ne jamais rien dire s'ils allaient voir ailleurs. Elle prend un amant, lui dit, et pourtant reste, car elle ne sait pas où elle en est, ni que faire. Elle ne sait pas. Indécision totale. le narrateur se dit "sadisé" en permanence, sombre dans les tranquillisants, l'alcool. Pourquoi lui fait-elle vivre cela, comme cela? Elle a le cul entre deux chaises, entre deux lits, pardonnez-moi l'expression!
Il lui demande ce qu'elle compte faire, rester, partir? Il y croit encore, au début. Ce n'est qu'une crise, elle va revenir, il pourra à nouveau faire l'amour avec elle, avec joie. Mais non, la crise dure, et s'installe, profonde. Elle devient de plus en plus mauvaise, rompt aussi avec son amant, mais déclare qu'elle va partir, sans le faire. Il cherche de l'aide autour de lui, va voir des amis. Ils lui disent d'être patient. Il part avec son fils aîné, cherche à installer une trêve de Noel pour les enfants qui souffrent terriblement de ce que le plus grand appelle "la divorçation". L'issue ne peut-être que dans la séparation, qu'ils réussissent finalement à faire, mais dans une telle douleur.
Ce livre dépeint une crise comme chaque couple peut en vivre à un moment ou un autre. Peut-être pas d'une telle intensité, ni aussi dramatique, car toutes les crises ne mènent pas à la séparation, mais possible, car le temps peut parfois peser, la vie quotidienne aussi, à moins d'y trouver un équilibre, et de se réjouir de vivre avec une personne qui nous insupporte parfois, mais que l'on a envie de croiser chaque jour. J'ai été assez en colère, au début, contre la femme du narrateur, me demandant pourquoi faire les choses comme elle les faisaient, avec autant de méchanceté et de cruauté. Et puis aussi, je me suis dit que pour les enfants cela devait être terrible. N'étant pas fille de divorcés, je ne peux pas comprendre cette douleur, mais je peux comprendre celle de ceux dont les parents sont restés ensemble "pour leurs enfants", pas pour eux-même, ni par amour. Cela aussi peut être dévastateur, à moins de comprendre que ses parents ne sont pas parfaits et ont fait de leur mieux, comme nous le faisons avec nos propres enfants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
mimipinsonmimipinson   29 novembre 2011
« L’échec ne réside pas dans la rupture, mais dans l’échec de la rupture. La séparation est le dernier acte de la vie commune. »
Commenter  J’apprécie          300
lilimarylenelilimarylene   15 décembre 2011
Naguère, dans la rue, elle lui donnait le bras. Désormais, elle marche parallèlement à lui, les mains dans les poches du manteau qu'il lui a offert. Il déteste ce manteau. A cause des poches.
Commenter  J’apprécie          160
mimipinsonmimipinson   29 novembre 2011
« Il a toujours détesté Kipling, il n’est pas un homme, si c’est cela qu’on veut savoir. Il est perdu, jeté, abandonné.(…) Il est un enfant. Rien de plus terrible pour un enfant que d’apprendre à se consoler tout seul. Mais il ne s’aime pas assez pour se prendre lui-même entre ses bras. »
Commenter  J’apprécie          80
aaahhhaaahhh   23 mars 2012
Ils sont dans un grand magasin. Elle se tourne vers lui, qui marche à quinze mètres, et l'appelle : "Hep!"
Il s’immobilise.
"Tu viens?"
Il repart. Désormais, il n'aura plus de prénom, pas de diminutif, plus d'identité intime. Il sera Hep!
Commenter  J’apprécie          80
nounours36nounours36   10 juin 2014
Il se demande ce qu'il a fait, ce qu'il n'a pas fait, ce qu'il aurait du faire, ce qu'elle attendait et qu'il n'a pas donné.
p27
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Dan Franck (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Franck
Payot - Marque Page - Dan Franck - le vol de la Joconde
autres livres classés : divorceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2140 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
.. ..