AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alexis Champon (Traducteur)
EAN : 9782266144704
334 pages
Pocket (12/04/2007)
3.73/5   245 notes
Résumé :
Miranda Cotton pensait que son petit ami Brendan était définitivement sorti de sa vie. Mais deux semaines plus tard, il semble intimement lié avec sa sœur. Bientôt cette situation qui s'annonçait simplement embarrassante va tourner au cauchemar : Brendan est en réalité prêt à tout pour faire partie de la vie de Miranda - même s'il lui faut tuer...
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 245 notes
5
9 avis
4
13 avis
3
8 avis
2
4 avis
1
0 avis

sabine59
  19 décembre 2021
L'écriture à quatre mains est fascinante, je trouve. Comment procèdent les deux auteurs? L'un donne le schéma narratif, l'autre rédige? Ou à tour de rôle?En tout cas, dans le domaine policier comme ici celui du thriller psychologique, les duos ne sont pas si rares, Camilla Grebe et sa soeur, Maj Sjöwall et Per Wahlöö...
J'ai déjà lu plusieurs livres de ce couple de journalistes. Toujours intrigantes, leurs histoires instaurent un climat angoissant subtil. Et j'ai été captivée par ce " Secret smile".
Les questions qui se posent au lecteur ne sont pas les classiques" Qui est coupable?" " Pourquoi?" . Non, la dimension du livre est essentiellement psychologique. On se demande plutôt :" Jusqu'où ira la descente aux Enfers?" et " Comment va-t-on enfin arrêter cette folie destructrice ?"
Car il est connu très vite, ce manipulateur qui ne supporte pas qu'on le rejette. Or, c'est ce qu'a fait la narratrice, Miranda, une jeune femme avec qui il est sorti peu de temps mais qui l'a trouvé en train de lire son journal intime, s'incrustrant chez elle. Elle lui a demandé de partir. Grave erreur! Cela enclenche toute une série de coïncidences troublantes, et de morts suspectes...
Ce qui passionne, c'est le déni de l'entourage, la difficulté de Miranda à convaincre les autres du danger que représente ce Brendon. On s'indigne, on s'angoisse avec elle, on pense même parfois ( malins, les auteurs) que peut-être elle affabule . L'engrenage devient terrible, les apparences se fendillent...Et le final présente un élément inattendu, piquant.
Très addictif, ce thriller, je me suis régalée. Ah, ces êtres effrayants, qui , tout sourire, cachent en fait un esprit diabolique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          395
HORUSFONCK
  16 mars 2017
Le premier thriller de Nicci French que j'ai dégusté.
Un récit bien vénéneux et poisseux comme ce fascinant personnage de manipulateur!... Ce Brendan qui commence très fort en lisant le journal intime de cette pauvre Miranda!... le mec que tu chasse par la porte, et qui revient par la fenêtre. comme un cauchemar récurent. brrrrr.
N'aurions-nous pas un peu de Brendan en nous, mmm?
bref, un livre captivant que ce Sourire en coin.
Commenter  J’apprécie          180
Laurkri
  14 septembre 2012
Bon, je crois qu'à trop lire de Nicci French, on s'en lasse. C'est sans doute ce qui s'est passé pour moi avec ce livre. Ce doit être le 5ème ou 6ème Nicci French que je lis. J'avais vraiment trouvé le premier très bon, et au fur et à mesure des lectures successives, j'ai commencé à les trouver de moins en moins captivants. Certes, comme les autres, ce livre se lit très facilement. Comme c'est un thriller psychologique, je baignais dans une ambiance un rien angoissante qui ne me plaisait pas complètement, mais qui donnait à l'histoire tout son intérêt. Et, j'ai trouvé cela un peu long. On voudrait que l'héroïne rende coup pour coup, et c'est ce qu'elle essaie de faire pendant des pages et des pages, sans résultat. On s'attend à ce que la prochaine fois soit la bonne. Mais non, pas encore. Alors il faut encore attendre, et là, on se dit que si on nous fait languir à ce point, c'est que la fin va être géniale, au delà de toutes nos espérances. Mais non... Là encore, tout se termine vite et avec un rebondissement qui ne tient pas la route. J'ai eu le sentiment que les auteurs étaient à cours d'idées sur la fin. Je crois que je vais faire une petite pause "Nicci French" pour le moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
zazy
  25 janvier 2012
Miranda éjecte brutalement son petit ami de sa vie et… le retrouve peu de temps après, en tendre compagnie de sa soeur. Il entre ainsi, dans la vie de sa famille et personne ne la croit lorsqu'elle crie à la manipulation, on a envie de hurler avec elle.
« Je casse avec toi, quelques jours plus tard, tu tombes sur ma soeur dans la rue et vous commencez à sortir ensemble, c'est difficile à croire. »
Quel démarrage, je pense que je vais aimer et passer une nouvelle nuit blanche à lire ce livre. Mais, voilà, il y a un mais….. Cela m'a paru long pendant une bonne partie du livre. Je ne pouvais pas lire plus de 2 chapitres à la suite tant c'était lourd. C'est vrai, on prend fait et cause pour Miranda, mais je n'ai jamais pu m'attacher vraiment à elle. Rendan est manipulateur, aucun doute là-dessus, mais…Miranda encaisse les coups mais ne les rend pas ; sa passivité m'a exaspérée, sauf…. Dans le dénouement final qui là, pour moi, vaut son pesant de cacahuètes je l'avoue. C'est le moment que j'ai préféré.
Lorsque je relis ma chronique, je m'aperçois que j'ai mis beaucoup de « mais » et cela résume parfaitement mon avis. Il manque à ce livre le petit truc qui fait un bon thriller, la psychologie des personnages est trop convenue. J'ai préféré « jusqu'au dernier ».

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
infini
  19 octobre 2015
Ce livre trainait dans ma bibliothèque..Et je l'ai ouvert pour ne le fermer qu'à la fin ..je l'ai lu d'une traite
Je suis vite rentrer dans le rythme de l'histoire , et j'avais peur avec l'héroine Miranda ..
Un thriller psychologique prenant , j'ai adoré et je me suis demandée pourquoi je ne l'avais pas ouvert avant .
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
domdu84domdu84   26 août 2011
Je sortis tout de même. Je ne pouvais rester dans mon appartement.
Mon appartement! Comment me sentir chez moi avec la crème à
raser de Brendan dans ma salle de bains, la télévision de Kerry sur
mon étagère, leur musique à fond, leur lait de soja dans mon frigo,
leurs pyjama et chemise de nuit suspendus derrière mon canapé ?
Je parcourus le Heath à grandes enjambées, piétinant les feuilles
mortes, soufflant de petits nuages de buée. C’était une merveilleuse
journée, j’avais rencontré un type qui me plaisait, j’aurais dû être
heureuse - or, j’avais cette boule au creux de l’estomac, brûlante
comme de l’acide. Je ne pouvais m’empêcher de penser à Brendan
sur le siège de mes toilettes, allongé dans ma baignoire, mangeant à
deux pas de moi, allant blottir sa tête dans le cou de Kerry, de ma
mèrem, ses cheveux sur ma brosse, sa main sur mon épaule, son
haleine contre ma joue. Je frissonnai, et accélérai l’allure afin
d’éteindre ma rage et d’ oublier mon dégoût
Je m’enjoignis d’être polie et amicale pour faire plaisir à Kerry. Je
shootai dans un tas de marrons que je regardai zigzaguer. Juste quel-
ques jours, une semaine ou deux, et ils emménageraient dans leur
nouvelle maison ; ils seraient occupés à la décorer, à préparer leur
mariage, je les verrais à peine. Mais, j’avais beau me persuader, je
l’entendais encore me parler de ma jolie bouche, je me rappelais ses
lèvres baveuses sur ma joue et la nausée me saisissait aussitôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fred68pianofred68piano   09 mars 2014
Je ne sais pas pourquoi un souvenir d'enfance me revint. Nous faisions une promenade à vélo et je restais à la traîne. J'avais beau pédaler de toutes mes forces, mes parents s'éloignaient inexorablement. Ils m'attendaient, mais à peine étaient-ils repartis que la distance grandissait de nouveau. Je pédalais, pédalais, pleurant de rage et de fatigue. A la fin de la promenade, mon père vérifia ma bicyclette et s'aperçut qu'un frein s'était coincé sur la jante. Cela illustre bien les fois où les choses deviennent trop pénibles. J'avais maintenant l'impression que ma mère avait passé des années les freins serrés et que, depuis que Kerry était amoureuse, ils se débloquaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ade80ade80   30 décembre 2013
Faire l'amour est parfois une chose simple et banale, mais c'est parfois problématique et presque impossible. Deux êtres unissent leurs espoirs, leurs attentes, leurs névroses t leurs désirs ; c'est un peu comme deux mondes qui se télescopent.
Commenter  J’apprécie          80
infiniinfini   19 octobre 2015
Envisager l'avenir me donnait le vertige-comme de regarder dans un puits noir à mes pieds sans en voir le fond .
Commenter  J’apprécie          50
infiniinfini   18 octobre 2015
Avec des maisons , on peut démolir et rebâtir . Pas avec les êtres humains .
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Nicci French (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nicci French
Nicci French - Terrible jeudi, le jour de l'innocence perdue .A l'occasion du Quai du Polar 2015, Nicci French vous présente son ouvrage "Terrible jeudi, le jour de l'innocence perdue" aux éditions Fleuve Noir. Retrouvez le livre http://www.mollat.com/livres/french-nicci-terrible-jeudi-jour-innocence-perdue-9782265098923.html Notes de Musique : © Mollat https://www.facebook.com/Librairie.mollat/ https://twitter.com/LibrairieMollat http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/ https://vimeo.com/mollat https://instagram.com/librairie_mollat/ https://www.pinterest.com/librairiemollat/ http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ https://soundcloud.com/librairie-mollat http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Mémoire piégée

Jane est architecte. Son rituel est de

sabrer le champagne évidemment!
donner le premier coup de pelle.
faire un bon gueuleton.

15 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Mémoire piégée de Nicci FrenchCréer un quiz sur ce livre