AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791095776123
Éditeur : La mécanique générale (02/11/2017)

Note moyenne : 4/5 (sur 21 notes)
Résumé :
La belle et mystérieuse spirite Mina Marten est habitée de visions qui ont permis de confondre des criminels. Scotland Yard doute encore. Arthur Conan Doyle, spécialiste du spiritisme et accessoirement agent littéraire de son ami le docteur Watson propose de soumettre Mina Marten à une expérience.
Les visions et les révélations s'enchaînent, aux confins du surnaturel. Londres retient sa respiration. Sherlock Holmes s'oppose est persuadé que tout cela n'est q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Davalian
  30 janvier 2018
Publié en 2017 par les éditions Ring, L'affaire Mina Marten se révèle être un drôle de pastiche de Sherlock Holmes. Ce roman est tout à la fois atypique et plutôt amusant.
Il faut reconnaître que le format est plutôt impressionnant : 700 pages, pour un format poche cela fait beaucoup et tout particulièrement pour un apocryphe. Ajouter à cela un défi entre Sherlock Holmes, et une spirite soutenue par Arthur Conan Doyle dans un récit qui s'inspire d'un fait divers compilé par le père du célèbre détective et vous aurez des ingrédients pour les moins originaux. Ajouter à cela treize expériences médiumniques qui sont autant de récits enchâssés et ouverts sur le passé et vous obtiendrez quelque chose d'unique !
Ce qui est assez surprenant ici c'est que Sherlock Holmes et Watson sont très présents, mais qu'ils ne jouent qu'un rôle secondaire dans l'intrigue. le premier plan est ici occupé par les récits enchâssés. Il s'agit véritablement de fenêtres ouvertes sur le passé ou plutôt sur un passé possible et plus au moins contesté par la science officielle. Des explications en fin d'ouvrage viendront d'ailleurs apporter des précisions pour démêler tout cela.
Hélas, l'histoire principale et le dénouement sont assez prévisibles et ne sont guère impressionnants. Tout cela pour arriver là ? Et bien oui… Les habitués de Bob Garcia pourront d'ailleurs être déçus par une incohérence manifeste avec l'un de ses ouvrages les plus connus. A moins que cette affaire se déroule avant, ce qui n'est guère crédible…
Le style s'éloigne ici beaucoup de Arthur Conan Doyle. Les points de vue narratifs évoluent au fil des pages. Pour les récits historiques, le lecteur devient spectateur et la narration se fait directe et omnisciente. Pour les autres passages, l'on sent que ce n'est pas vraiment Watson qui écrit.
L'humour tient ici une place de premier plan. A de très nombreuses reprises, de véritables blagues tombent à un moment imprévu. Quelques perles sont particulièrement mémorables : Hercule Poirot se voit qualifier de grosse légume par un Sherlock facétieux, face à Watson totalement dépassé. Un autre passage laissera croire à un personnage que Sherlock et Watson frappent à un monastère pour… adopter un enfant. Tout cela est amusant, fin, sans jamais tomber dans le ridicule. Les holmésiens seront ravis de découvrir ici de nombreux clins d'oeil qui mettront à épreuve leurs connaissances du mythe…
C'est un véritable plaisir d'embarquer dans les visions racontées par la spirite et ce même si la plupart d'entre elles concernent des histoires tristes sinon tragiques. Il va être question de l'histoire de Londres allant de ses origines supposées à Jack l'éventreur en passant par l'époque romaine, le grand d'incendie de 1666 et tant d'autres épisodes emblématiques de la ville. Des personnages échappés du roman Au nom de la rose feront ici plus qu'une apparition aussi imprévue qu'ingénieuse.
L'affaire Mina Marten est donc une pépite : un pastiche tout à fait unique mêlant originalité, humour, spiritisme et références holmésiennes. A lire de toute urgente si vous êtes un(e) adepte. Attention toutefois : vous serez tenté(e) de mettre votre vie en parenthèse, le temps d'achever ces 700 pages…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
LePamplemousse
  14 septembre 2018
Dans ce roman les deux personnages principaux sont Sherlock Holmes et son ami le docteur Watson, mais un troisième personnage joue un rôle essentiel dans l'enquête, à savoir Conan Doyle lui-même, qui est ici l'agent littéraire de Watson. Etant passionné par le spiritisme, Doyle va proposer aux deux autres de s'allier à lui pour assister à une expérience visant à démontrer la réalité des pouvoirs psychiques d'une femme : Mina Marten.
Sherlock Holmes est persuadé que cette Mina Marten n'est qu'une simulatrice, tandis que Conan Doyle est convaincu des pouvoirs de la spirite présumée. Une joute va donc se jouer entre les deux hommes, Watson étant pris entre deux feux.
Au fil des soirées, nos compères vont assister à des révélations étonnantes et découvrir le passé de la ville de Londres, laquelle est merveilleusement décrite, au fil des siècles.
J'ai beaucoup aimé cette enquête palpitante, qui de plus, nous révèle des faits réels (expliqués et commentés à la fin du livre). de surcroît, l'auteur nous propose à son tour de nous révéler le nom de Jack l'éventreur !
Un roman érudit et passionnant de bout en bout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Derfuchs
  29 septembre 2019
C'est avec beaucoup de facilités que j'ai lu ce livre et, même si c'est un pavé de 700 pages, il s'est lu vite et sans difficultés. Une fois la lecture terminée, cependant, je me suis posé la question de savoir si celle-ci était vraiment enrichissante ou pas car un sentiment de vide absolu s'est insinué en moi. Il s'agit en fait de quoi donc? de l'histoire d'un couteau à travers les pages, racontée par une spirite qui entre en transes au contact de l'outil, lequel porte une inscription, à demi effacée, peut-être un nom, sur son manche. Mais pourquoi une spirite et pourquoi un couteau et qui cela intéresse t'il ?
Une jeune fille disparait.
A l'aide d'un objet ayant appartenu à la petite, une voyante, médium, spirite Mina Marten, retrouve l'enfant.
Conan Doyle expert en spiritisme (il a publié des ouvrages à ce sujet), assure que la voyante, Mina Marten, voit et des perçoit des choses pouvant aider la police le cas échéant.
Holmes prétend, lui, le contraire et qu'il s'agit d'une mystification, ni plus, ni moins!
Profitant de la découverte d'un couteau, dans l'appartement de la dernière victime de l'éventreur, Holmes met au défi Doyle que sa protégée ne sera pas capable de raconter l'histoire de ce couteau.
Il s'ensuit 13 séances de spiritismes, où l'histoire du couteau gravé à travers les siècles dans la ville de Londres.
Bien entendu, entre deux séance, Holmes et Watson font se qui est en leur pouvoir pour détricoter l'histoire de la mère Mina.
Pour corser un peu le tout, Doyle, dans le roman, est l'agent littéraire de Watson, scripteur de l'histoire, qui se retrouve assis le cul entre deux chaises fort de choisir entre l'amitié de Holmes et celle de Doyle. Pas facile, pas facile...
Je dis ou plutôt j'écris : treize histoires, c'est trop, tout Londres à travers les âges, les romains, Guillaume de Baskerville, la peste, l'incendie, Jacques II, etc. Etc. Jusqu'à l'éventreur, beaucoup de bla-bla inutile pour un dénouement assez prévisible.
D'autant que Garcia ne fait pas dans la dentelle mais plutôt dans l'horreur, la misère, la crasse, la puanteur, la prostitution et le sexe. Est-ce une découverte, non, ce sont les bases et l'histoire d'une ville comme Londres, Paris ou Rome!
Perso Garcia je l'aime bien, c'est un bonhomme qui a deux passions : Holmes et Tintin qu'il connaît par coeur et qu'il sait très bien mettre en scène, mais, même s'il y a du bon dans ce roman, du bon Holmes et du bon Watson, Lestrade, Doyle et autres, il manque quelque chose, du liant, du vrai Holmes, une enquête plus haletante, plus envoutante, voyez ce que je veux dire, du...Doyle, quoi! et ce n'est pas un reproche envers l'auteur, plutôt une constatation de lecteur.

Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
belette2911
  29 août 2018
J'ai été eue ! Mais bien eue, pour ne pas dire bien bais**… Moi qui me plaignais encore l'autre jour avec une copinaute de ces romans que l'on réédite en changeant ET la couverture ET le titre…
Bardaf, la copinaute avait été eue la dernière fois, cette fois-ci, c'est mon tour !
Comprenez bien que je n'ai rien contre le fait que l'on change la couverture d'un roman lorsqu'il passe du Grand Format au format Poche, mais quand, en prime, on change le titre ET le 4ème de couverture, comprenez bien qu'il y a de quoi y perdre son latin, ou son holmésien, dans ce cas-ci.
Ce roman, je me délectais à l'avance de le lire. 720 pages de Sherlock Holmes, vous imaginez que pour moi, ça fait le même effet qu'une solution à 7% de cocaïne !
Donc, cet épais apocryphe attendait le moment propice pour être dévoré quand, soudain, catastrophe nationale, je reçois un petit commentaire d'un babéliote sous ma chronique de "Penny Blood" qui me disait, en substance : "J'ai l'impression que ce livre est ressorti sous le titre "L'affaire Mina Marten" (sous-titre : Sherlock Holmes contre Conan Doyle). Donc à un prix aujourd'hui beaucoup plus abordable !".
Heureusement que j'étais bien assise sinon, j'aurais défailli ! Bon sang, il a raison l'homme, c'est bien les deux mêmes histoires, même si on a tout renouvelé pour mieux attirer le chaland, sans doute.
De deux choses l'une : soit je me morfondais et tentais de noyer ma peine, ma déception, ma rage, mon ire dans des mojitos (je préconise toujours le rhum brun), soit je le relisais puisque de tout façon, j'avais oublié une grande partie du livre, sauf en ce qui concernait la petite Histoire dans la Grande, mais les détails s'étaient effacés de ma mémoire.
J'avais même oublié que nous avions l'ombre de Jack dans ce roman, c'est vous dire l'état de ma mémoire ! Donc, évitez de boire autant de café et de mojito que moi et tout ira bien pour vos petites cellules grises : vous n'oublierez plus jamais rien.
Folie que de le relire ? Sans doute, mais bon, j'avais un Challenge Pavé de l'Été à honorer, les 675 pages de récit brut étaient les bienvenus et un rafraichissement de ma mémoire aussi, surtout après 5 ans.
Le spiritisme, le voyeurisme (oups) et la voyance, ce sont des foutaises, même Patrick Jane le disait, alors, le coup des fées qui dansent devant des gamines ou des gens qui pensent voir mon avenir ou mon passé, c'est "buiten" (dehors) avec un coup de pied au cul.
J'ai pris plaisir à replonger dans l'histoire, à relire la Grande Histoire de Londres insérée dans la petite en 13 récits (comme le 13 Miller's Court ?) qui nous feront passer de la période des Celtes à celle des Romains, du grand incendie, de Jack, et je le redis une fois de plus, il n'en fallait pas plus et deux récits en moins auraient donné un peu plus de souffle au récit.
Holmes et Watson sont presque fidèles au canon holmésien et notre détective, toujours grand enquêteur, mettra les bouchées doubles pour tenter de savoir si la spirite dit des conneries ou la vérité en les plongeant dans l'Histoire de l'Angleterre.
Les enquêtes de Holmes sont prenantes, on se déguise, on explore Londres et on ira plus patauger dans les bas-fonds que prendre le thé chez la baronne de la Tronche En Biais ou la duchesse Dufermoir de Monsac !
Cette fois-ci, je savais où j'allais et donc, je n'ai pas sursauté lors du retour dans le présent de Holmes, les sauts dans le temps me laissant toujours un peu barbouillée, sans doute à cause des 88 miles à l'heure nécessaire pour passer d'une époque à une autre.
Ne me souvenant plus du final, je pensais être surprise, mais pas de bol, une fois de plus, je l'ai vu venir, mais cela n'a pas gâché cette relecture, que du contraire, le livre a bien vieilli.
Un polar historique composé d'une grosse tranche de petites Histoires brutes et fort sombre. À éviter si vous êtes allergique à l'Histoire ou à la sombritude.
Pour les autres, on peut consommer sans modération, mais prenez tout de même la peine de manger et bouger durant la lecture (et boire, aussi !!).

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
tristecyr
  20 septembre 2020
Le choc des esprits ! D'un côté le rationaliste Sherlock Holmes, détective privé qu'on ne présente plus, de l'autre la mystique (Charlatane?) Mina Marten, une spirite qui vient d'accéder à la notoriété suite à la résolution d'une affaire d'enlèvement récente grâce à ses dons de médium.
Ces deux personnages, que tout oppose, seront pourtant amenés à s'asseoir autour de la même table pour une expérience soutenue par Arthur Conan Doyle (!), agent littéraire du docteur Watson (!)...
Doyle, persuadé de la véracité des pouvoirs de Mina Marten, pense qu'elle peut collaborer avec la police pour résoudre des enquêtes ! le pauvre Sherlock ne l'entend pas de cette oreille car cette rivale ”new age” pourrait le pousser à une retraite anticipée (le paranormal primerait sur la lenteur d'un comportement scientifique rigoureux!) sur le plan professionnel mais c'est surtout sa foi en la logique qui le déterminera à prouver que c'est une mystificatrice de la pire espèce (ce n'est pas pour rien que son classeur comporte un fichier nommé ”médiums,spirites,voyantes,gourous et autres margoulins du même genre ”...).
Durant 13 récits centrés autour d'un couteau rouge (mais pas suisse! Car loin de la neutralité) ayant baigné dans le sang, Mina Marten fera tourner les tables et les têtes crédules d'un auditoire restreint au cours de ces réunions, et la bourrique par la même occasion de ce cher Sherlock Holmes qui devra ronger son frein et verser quelques dessous de table pour délier quelques langues afin de démasquer une éventuelle supercherie...
Le début de ce livre m'a plu mais j'ai trouvé ensuite que la construction convenue (en gros réunion/récit de la spirite/vérification) diluait mon attention (puis trop de scènes lubriques également) pour rebondir heureusement avec le dénouement. Je préfére ”le testament de Sherlock Holmes” du même auteur, même si ce livre mêlant fiction et réalité (le bouquin comporte à la fin des annexes qui éclairent le lecteur!) est intéressant et se lit assez bien (malgré les 700 pages!)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
DavalianDavalian   25 janvier 2018
- J’ai tout vu, moi.
- T’as vu quoi ?
- Deux diables. Ils sont montés sur le bûcher. Y en a un qui avait un couteau à la main. Il a coupé les liens de la sorcière et l’a laissée glisser vers l’autre qui était en bas du bûcher. Après, ils ont disparu tous les trois sous la terre.
L’homme asséna au gamin une telle gifle que le malheureux en tomba sur les fesses, deux mètres plus loin :
- Tiens ! Ça t’apprendra à raconter des sornettes. Tout le monde a vu que c’est un dragon qui enlevé la fille. Même moi je l’ai vu. Et chuis pas un imbécile puisque chuis soldat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
DerfuchsDerfuchs   25 août 2019
La jeune fille sortit du lit, à peine vêtue. Les hommes d'armes firent mine de détourner le regard, mais ne perdirent pas une miette du spectacle ravissant offert par ces seins juvéniles qui pointaient dans le frimas du matin. L'abbé lui même louchait plus que de raison sur la fille.
Commenter  J’apprécie          70
DavalianDavalian   27 janvier 2018
Les riches ne sont pas plus honnêtes que les pauvres. La seule différence, c'est que la loi est toujours de leur côté. Il leur suffit d'y mettre le prix.
Commenter  J’apprécie          110
DavalianDavalian   25 janvier 2018
La pancarte ne mentait pas. C’était le dernier confort. Difficile de trouver au-dessous. L’eau courante provenait d’une fuite au plafond, qui s’écoulait en un goutte-à-goutte lancinant, dans une bassine rouillée. Le chauffage quant à lui, consistait en un poêle à charbon qui dégageait plus de fumée que de chaleur. Les draps, d’une saleté repoussante, avaient certainement été changés au début du mois, sans qu’il soit possible de préciser lequel. Et le meublé était le meilleur de la rue puisque c’était à l’évidence le seul. La pancarte ne promettait rien sur l’odeur. On pouvait comprendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DavalianDavalian   29 janvier 2018
La logique de déduction ne peut rien contre l’irrationalité des hommes. Les Don Quichotte n'empêcheront jamais les moulins de tourner.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Bob Garcia (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bob Garcia
Ces dix destins célèbres ont un point commun : ils ont tous été brisés par un tragique accident de voiture. Racontés comme jamais et exposés par de nouveaux détails révélés ici pour la première fois, Collisions livre un récit inédit au coeur des minutes cruciales qui ont stoppé ces dix icônes mondiales.
L'acteur mythique James Dean, la danseuse Isadora Duncan, l'écrivain Albert Camus, l'actrice et chanteuse Jayne Mansfield, la star du rock Eddie Cochran, les pilotes Bruce McLaren et Ayrton Senna, les princesses Diana Spencer et Grace Kelly, Paul Walker, l'acteur vedette de la saga Fast and Furious. Les enquêtes de Collisions ont nécessité de longs voyages et de longues recherches, difficiles et complexes. Certains faits exposés ici sont rigoureusement absents de toute biographie ou récit d'accidents.
Avant de mourir brisées dans l'acier cinétique, ces dix légendes ont toutes subi de lourds traumatismes dans l'enfance ou l'adolescence dont ils se sont relevés avec bravoure. Isadora Duncan perd ses deux enfants dans un accident de voiture. Albert Camus est condamné à vivre avec une tuberculose incurable qui peut le tuer d'un jour à l'autre. Bruce MacLaren souffre le martyre toute sa vie à cause d'un problème de nécrose osseuse pour lequel il n'existe aucun remède. Même Ayrton Senna doit surmonter une paralysie faciale qui aurait empêché n'importe quel pilote de courir. Tous ont puisé leur force et leur fureur de vivre dans leurs souffrances. Leurs destins pourraient se résumer au titre chanté par Eddie Cochran " Live Fast, Love Hard, Die Young ".
Auteur d'une trentaine de polars et d'essais, Bob Garcia est un spécialiste de course automobile, accrédité par les instances sportives pour couvrir plusieurs épreuves reines de l'endurance dont les 24 Heures du Mans et les 6 Heures de Spa-Francorchamps WEC.
+ Lire la suite
autres livres classés : jack l' éventreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Concours : Gagnez la Bande dessinée La cellule Prométhée, Tome 1 : l'escouade 126

Quelle héroïne célèbre évoluait dans un Paris du début du 20 ème siècle peuplé de "monstres et d'êtres étranges" ?

Adèle blanc-sec
Bécassine
Laureline
Mélusine

10 questions
66 lecteurs ont répondu
Thèmes : ésotérisme , bande dessinée , paranormalCréer un quiz sur ce livre

.. ..