AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782234088702
Stock (08/01/2020)
3.64/5   81 notes
Résumé :
Leçon de Ténèbres : « Genre musical français du XVIIe qui accompagne les offices des ténèbres pour voix et basse continue. Se jouait donc la nuit à l'Église, les jeudi, vendredi et samedi saints. »
Le Musée Greco à Tolède n’est certes pas une Église, et Léonor de Recondo, quoique violoniste, n’y va pas pour jouer, dans cette nuit affolante de chaleur, de désir rentré, de beauté fulgurante, mais pour rencontrer, enfin, le peintre qu’elle admire, Dominikos Theo... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 81 notes
5
8 avis
4
12 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
1 avis

Léonor retourne dans le musée qu'elle a visité à Tolède avec son père et sa découverte des tableaux de Dominikos Theotokopoulos a été un véritable choc : elle est tombée amoureuse du peintre en même temps que de son oeuvre. C'était une évidence, il fallait qu'elle aille à la rencontre de son « amor » dont elle parle avec beaucoup d'emphase, à la recherche d'une extase, d'une révélation.

En fait, c'est beaucoup plus compliqué qu'elle ne le pensait, après le regard plein de doute, voire de suspicion qu'elle perçoit déjà en arrivant (quelle idée saugrenue de vouloir passer « une nuit au musée » !) Elle comprend très vite qu'elle ne pourra pas vraiment être seule, il y a la surveillance, les alarmes, les rondes, donc, elle va être filmée tout le temps, on lui a donné le droit de rester seulement deux heures dans un lieu sans alarme mais où il existe quand même caméras… (Patio et chapelle). Comment la rencontre avec son grand amour va-t-elle pouvoir se passer ?

Je souris. Ils ne savent pas exactement pourquoi je suis là, mais moi je le sais très bien. On leur a dit que j'arrivais de Paris, que c'était une expérience intéressante d'enfermer une artiste toute une nuit dans le musée. Et ça a dû doucement les faire rire.

Pour mieux préparer l'aventure, elle ne s'est pas contentée du musée, elle a visité tous les lieux qui ont été importants dans la vie du peintre à Tolède, à la recherche de cet homme dont elle nous raconte avec brio l'histoire extraordinaire, tragique : il a quitté son pays, la Crète, où il se trouvait trop à l'étroit car il ne voulait plus se contenter de peindre des icônes, abandonnant son premier amour, pour le ciel de l'Italie et des génies de l'époque.

Il s'y sent très vite à l'étroit, non reconnu, alors qu'il a appris les techniques, a côtoyé les grands, et s'embarque pour l'Espagne. Il rencontre celui qui l'accompagnera une grande partie de sa vie. Il retombe amoureux mais le destin s'acharne, sa belle gitane va mourir en couches, il élèvera seul son fils :

Jerónima de las Cuevas a des airs de gitane. Elle a piqué des fleurs dans son chignon, elle porte sa plus belle robe, elle a noirci ses yeux, s'est parée d'un collier, de boucles d'oreilles et d'un châle brodé par son père. Dans sa famille, ils sont tous artisans brodeurs.

Léonor de Récondo alterne ses émotions, sa rencontre avec les tableaux de Greco qui se dérobe à elle, et l'histoire du peintre qu'elle retranscrit de fort belle manière, tout en rendant hommage au passage à trois noms, qui sont au firmament de la peinture espagnole : Goya, Velasquez et Greco. Un lien très fort l'unit à Dominikos Theotokopoulos, ils sont frères d'âme : tous deux ont connu l'exil alors elle est forcément sur la même longueur d'ondes que lui.

On sent au passage toute l'émotion que fait remonter la peinture, la quête de « La Rencontre », chez l'auteure, notamment quand elle lui offre son talent de violoniste en jouant dans le patio pour que les vibrations de l'instrument entrent en communion avec l'énergie du peintre. On se sent un peu voyeur dans ce moment intense mais on imagine ces deux êtres qui se rejoignent dans la beauté et la pureté de l'instant.

On peut sourire parfois devant cet amour qu'elle exprime avec émotion, avec emphase même, mais son enthousiasme est très communicatif ! je connaissais peu l'oeuvre de Dominikos Theotokopoulos, alors je suis allée à sa rencontre via Internet, découvrir les tableaux dont parle Léonor de Récondo, notamment « El Expolio », « l'enterrement du comte Orgaz » et « San Bernardino » peint en 1603-1604.

J'ai choisi ce livre parce que j'aime bien l'auteure, et j'apprécie beaucoup cette collection « Une nuit au musée ». le livre de Lydie Salvayre « Marcher jusqu'au soir » où elle parle de sa nuit avec « L'homme qui marche » de Giacometti, m'a plu.

Je connaissais déjà la sensibilité de Léonor de Récondo que j'ai découverte avec « Pietra viva » brillant hommage à Michel-Ange, pour lequel j'ai eu un coup de coeur à l'époque, ou encore avec « Amours » et une fois de plus, elle ne m'a pas déçue.

J'ai beaucoup aimé ce livre qui m'a permis de mieux connaître El Greco que je verrai plus de la même manière… je l'ai terminé, il y a quelques jours déjà, mais c'est toujours très compliqué de parler d'un livre qu'on a aimé car il rend les autres lectures fades ! Et la chronique va paraître certainement un peu échevelée, mais un peu de tendresse et d'émotion dans ce monde confiné, cela ne fait pas de mal, bien au contraire.

Un grand merci à NetGalley et aux Editions Stock qui m'ont permis de lire ce livre et de retrouver cette auteure que j'aime beaucoup.

#Laleçondeténèbres #NetGalleyFrance


Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
Commenter  J’apprécie          699

La leçon de ténèbres, c'est l'histoire d'un rendez-vous pas comme les autres. Un rendez-vous amoureux ; jusque là, certes rien d'original. Mais un rendez-vous fixé dans une nuit étouffante de juin, au musée El Greco à Tolède, par Léonor de Récondo, à un homme qu'elle vénère, et dont elle ignore s'il viendra. Un rendez-vous particulier, donc, d'autant plus que l'objet du désir ardent de l'écrivaine et violoniste est un certain Dominikos Theotokopoulos, plus connu sous son nom d'artiste El Greco, et mort il y a plus de 400 ans...

Enfermée seule dans le musée, dans l'obscurité et la chaleur, sous l'oeil voyeur des caméras de surveillance, Léonor espère sa venue, espère la rencontre avec l'un des Maîtres du Siècle d'or espagnol, pour lequel elle a eu le coup de foudre 15 ans plus tôt, lors d'une visite en ces mêmes lieux avec ses parents.

Déambulant dans les couloirs, les jardins, la chapelle du musée, elle l'appelle, tente de l'attirer, de le séduire en jouant du violon. En l'attendant, elle nous raconte par petites touches la vie de l'artiste, son parcours de la Crète à Tolède en passant par Venise et Rome, son apprentissage, ses amours, son fils, son oeuvre, son métier, sa mort.

Au fil des pages, les mots et les notes de musique s'envolent et se mêlent pour composer une vibrante et sensuelle déclaration au Greco. Poésie, exaltation, délicatesse, la plume de Léonor de Récondo conjugue une nouvelle fois ces ingrédients dans un beau portrait du peintre, avec en arrière-plan, un hommage touchant à son propre père, lui-même artiste, et à sa famille.

En partenariat avec les Editions Stock via Netgalley.

#Laleçondeténèbres #NetGalleyFrance


Lien : https://voyagesaufildespages..
Commenter  J’apprécie          570

Rendez-vous amoureux avec Le Greco

Léonor de Récondo a passé une nuit dans la maison-musée du Greco à Tolède en espérant pouvoir déclarer son amour au peintre. Avec une arme secrète, son violon, elle va lui offrir la plus belle des Leçon de ténèbres.

Enfermer des écrivains une nuit dans un musée. L'idée émane d'Alina Gurdiel qui en a eu l'idée après un séjour sur l'île japonaise de Naoshima. Elle séjournait dans un hôtel contigu au musée et, n'arrivant pas à dormir, s'est retrouvée seule au milieu des oeuvres d'art. «Petit à petit m'est venue l'idée, et l'envie surtout, d'enfermer des écrivains dans un musée et qu'ils vivent cette expérience pour la raconter. Quel rapport avons-nous exactement à l'art? Et aux musées? Chaque écrivain va raconter ce moment étrange, de solitude dans un endroit où d'habitude on ne peut ni dormir ni être seul. Chaque texte sera différent, inédit, forcement étonnant, personnel, amusant…»

Kamel Daoud a inauguré la collection «Ma nuit au musée» avec le peintre dévorant la femme. Comme pour les deux titres qui ont suivi, Marcher jusqu'au soir de Lydie Salvayre et Nuit espagnole d'Adel Abdessemed, il a passé la nuit au musée Picasso. Trois variations autour d'un même artiste que Léonor de Récondo aurait sans doute pu poursuivre, mais elle a préféré retrouver un musée qu'elle a découvert dans sa jeunesse avec ses parents, celui dédié au Greco à Tolède.

Le rendez-vous est fixé un soir de juin caniculaire. Venant de Madrid où elle a pu retrouver ses habitudes d'«Espagnole», elle doit à un contrôleur de train compréhensif le fait d'avoir pu rejoindre Tolède à l'heure prévue, car le TGV qui reliait la capitale du pays à de la région Castille-La Manche était complet.

Quelquefois, il faut un peu provoquer la chance… surtout quand on veut retrouver un peintre soi-disant mort il y a plusieurs siècles.

En pénétrant dans le musée construit au début du siècle et censé reconstituer la maison du peintre, il n'est toutefois pas là pour l'accueillir. Seuls les gardes face à leur système de vidéosurveillance s'amusent de cette curieuse initiative et ne tardent pas à laisser la visiteuse déambuler à son gré dans le patio, le jardin, la chapelle et les pièces d'exposition plongées dans l'obscurité.

Une ambiance propice à un rendez-vous amoureux, mais pas vraiment à l'analyse des oeuvres d'art, éclairées à la lumière d'un smartphone.

Reste à apprivoiser Doménikos Theotokópoulos, le «Grec de Tolède» qu'on finira par appeler Le Greco. Pour la réussite de cette entreprise Léonor a pris soin de se rendre d'abord à la cathédrale où la coutume veut que l'on caresse une pierre protectrice si l'on veut que ses projets se concrétisent. Léonor imagine que Doménikos a fait ce geste un siècle avant elle, avant de réaliser sa première commande justement destinée à orner l'édifice religieux. S'il veut vivre de son art, il doit réussir après avoir quitté sa Crête natale pour Venise, puis Rome, puis Madrid où il n'a pas pu s'imposer.

Délaissant la biographie classique, la romancière choisit de nous livrer les éléments marquants de la vie de son amoureux, l'enfant qui trouve une vipère sur son chemin et court chercher refuge dans l'église u encore, quelques années plus tard, son choix de quitter la Crête et de s'installer à Venise, de laisser derrière lui la belle Ariana qui mourra peu après ou encore les tentatives de travailler à Rome puis à Madrid.

Enfin l'arrivée en 1577 à Tolède, considérée alors comme «la capitale spirituelle de l'Espagne».

C'est là, à quelques mètres du musée, qu'il finira par poser ses bagages et qu'il réalisera ses oeuvres incomparables aux couleurs brillantes et aux ombres douces qui fascinent Léonor:

« Étirements de bleu

éclairs de blanc,

percées de vert,

étincelles de rouge,

chevauchées de brun,

dentelles de gris. »

C'est là aussi qu'il rencontrera Jerónima et qu'elle mettra au monde leur fils Jorge Manuel auquel il essaiera de transmettre son art. Un fils que l'on retrouve sur l'une de ses toiles les plus emblématiques, la Vue et plan de Tolède.

Mais alors que la nuit s'avance, Le Greco ne semble pas devoir réagir à la sensible déclaration d'amour qui lui est faite, contrairement au garde de nuit qui entend jouer de la sensualité de ce moment.

Il reste toutefois un atout majeur dans le jeu de la visiteuse, son violon. Les notes envoûtantes parviendront-elles à convaincre Doménikos?

Pourra-t-il résister à La leçon de Ténèbres? (Le titre du livre fait en effet référence à un genre musical créé en France au XVIIe siècle et destiné au premier des trois nocturnes qui accompagnent chaque office des Ténèbres, c'est-à-dire les matines et les laudes). Vous le découvrirez en même temps que la belle invitation à (re)découvrir une oeuvre et/ou à filer toutes affaires cessantes à Tolède.


Lien : https://collectiondelivres.w..
Commenter  J’apprécie          310

Enfermée seule une nuit entière dans un musée, quelle chance…je dois bien l'avouer j'aimerai assez !

Après avoir lu tout d'abord « le parfum des fleurs la nuit « de Leila Slimani, « La leçon de ténèbres » de Léonor de Récondo est le second livre que je lis dans la collection « La nuit au musée ».

Pour celui-ci, la romancière est restée enfermée la nuit entière dans le Muséo del Greco à Tolède, musée qu'elle avait déjà visité quinze ans plus tôt avec ses parents. Son souhait : y rencontrer Doménikos Theotokopoulos dit El Gréco, peintre de la couleur et fondateur de l'école Espagnole au XVIème siècle.

Quatre siècles les sépare, peu importe ! Léonor n'en a que faire, elle compte bien passer une nuit d'amour avec celui qui l'a tant subjuguée avec sa peinture il y a quinze ans et dont elle est tombée amoureuse.

Enfermée dans l'obscurité et la chaleur, observée par les vigiles sous l'oeil des caméras, la voici déambulant au grès de ses envies dans les couloirs, les jardins, la chapelle du musée.

Viendra-t-il ? Pa si sûr.

Alors qu'il tarde à apparaitre, Léonor de Recondo décide de l'appeler à travers la musique car dans ce musée, elle y est venue accompagnée de son violon. En plus d'être écrivaine, elle est aussi violoniste. Sa leçon de ténèbres musicale arrivera-t-elle à le séduire au point de traverser quatre siècles pour vivre ce rendez-vous d'amour si mystérieux ?

L'autrice alterne, dans ce petit livre de seulement 150 pages, la biographie de la vie d'El Gréco avec un récit profondément intimiste et émouvant dans lequel ses propres fantômes s'invitent et s'interposent dans ce rendez-vous amoureux. Ce récit empreint d'une extrême sensibilité m'a profondément touchée. Durant toute ma lecture, je me suis sentie comme suspendue à l'attente de cette rencontre.

J'aime énormément l'écriture de cette romancière et j'ai toujours ressenti beaucoup d'émotion à la lecture des romans que j'ai lus d'elle. Celui-ci ne déroge pas à la règle même s'il est totalement différent des autres. Je dois dire que le dernier chapitre de celui-ci est pour moi une merveille de sensualité.

Après cette lecture, je vais donc poursuivre ma découverte de cette collection en lisant prochainement celui de Lola Lafon, « Quand tu écouteras cette chanson »…

Commenter  J’apprécie          312

Léonor de Récondo part à la rencontre d'El Greco à Tolède.

Nimbée du halo de ses fantômes… Charmée de désirs intériorisés…

Une nuit au musée en quête d'extase mystique.

« Doménikos, mi amor, je suis tombée amoureuse de toi par la grâce de tes ciels (...) Tu es le vent et le ciel, et j'entre dans ton ombrage ».

El Greco (1541-1614) artiste peintre, sculpteur, architecte, originaire de Crête, quitte son île pour Venise, auprès du maître le Titien, puis ce sera Rome, avant d'arriver à Tolède, alors somptueuse et riche capitale spirituelle de l'Espagne.

Ecrivaine et violoniste, Léonor de Récondo a été dès l'enfance bercée dans le milieu artistique, initiée à l'art par ses parents tous deux artistes, dessins, peintures, musique…

La musique a sa part de volupté dans l'écriture de ses romans.

Léonor de Récondo se joue des quatre siècles qui la séparent de Doménikos Théotokopoulos ; et c'est par une intense chaleur estivale qu'elle va passer une nuit au Museo del Greco, une nuit d'amour car elle l'admire et le sublime cet artiste, se replongeant au coeur du XVIe siècle.

Poésie et mysticisme sont au rendez-vous pour une relation quasi charnelle avec l'artiste si singulier à l'époque, et fondateur de l'Ecole espagnole.

Leçon de Ténèbres, comme ce genre musical du XVIIème qui accompagne les offices des ténèbres pour voix et basse continue.

De l'art lyrique, intime et spirituel, comme l'écriture de Léonor de Récondo.

Dans la chaleur et le silence de cette nuit, Léonor joue sa leçon de ténèbres sur son violon et en appelle à son Doménikos ; lui l'artiste réfugié dans son disegno interno amenant le dessein à devenir dessin.

« En musique et sans mots ». Auréolée par la présence de Doménikos, Léonor se laisse flotter, emporter, extase vertigineuse et floue.

« Quand je ferme les yeux au milieu de cette chapelle et que je joue du Bach, j'appelle ton corps avec le mien (…) lente attente de toi, Doménikos (…), pour qu'advienne ce nocturne peu avant l'aube, pour que surgisse mon unique leçon de ténèbres ».

La transcendance que l'art du Greco exerce sur Léonor est magnifiquement exprimée comme la fugacité d'instants magiques, ils sont presque tout près l'un de l'autre… et laissent tous les deux leurs souvenirs affleurer… Envolée de couleurs, bleus du ciel et de la Méditerranée, vert des collines de Crête, jaune or du soleil, ocres, rouges des terres de Castille, roses et orange du crépuscule…blancheur de l'aube.

« C'est notre baiser, à la lisière du temps (…)

La lumière, malgré la nuit. »

Un roman – contemplation tout en sensualité, plein de délicatesse et de sensibilité.

J'ai beaucoup aimé.

*

J'apprécie cette collection « Ma nuit au musée » découverte récemment avec « le parfum des fleurs la nuit » de Leïla Slimani, et bien décidée à poursuivre !

Des titres à conseiller amis lecteurs ?

*

Commenter  J’apprécie          200

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation

INCIPIT

Je suis venue à 23 heures précises. Je marche avec Juan dans le jardin. Je remarque sa chemise trempée de sueur. La chaleur est suffocante. Je transpire aussi, la courroie de mon étui à violon glisse de mon épaule nue.

Depuis la veille, la canicule s’est abattue sur la ville. La nuit est brûlante comme le jour. Nous respirons à peine.

Nous nous dirigeons vers le local de sécurité. Nous parlons de l’étuve, du brasier, des incendies. Nous disons plusieurs fois, c’est une fournaise.

En entrant, l’air frais de la climatisation nous saisit. Le collègue de Juan me dévisage.

Je souris. Ils ne savent pas exactement pourquoi je suis là, mais moi je le sais très bien. On leur a dit que j’arrivais de Paris, que c’était une expérience intéressante d’enfermer une artiste toute une nuit dans le musée. Et ça a dû doucement les faire rire.

Dans la pièce où ils sont installés, il y a une grande table, quelques chaises en plastique, un paquet de cigarettes qui traîne, des bouteilles d’eau, des matraques, des talkies-walkies.

Je tends mon passeport à Juan, il note le numéro sur un papier et me donne en échange celui de leur téléphone.

Si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas ! ajoute-t-il, espiègle.

Nous discutons encore un peu.

Au mur, je vois une dizaine d’écrans qui restituent fidèlement ce que filment, à chaque instant, les caméras de surveillance suspendues au plafond de toutes les salles. C’est bien ce que je craignais, je vais être filmée, épiée, mes mouvements scrutés. Je vais être vue regardant, errant, traînant je ne sais où. Les images seront stockées trois mois, puis effacées.

Doménikos, la perspective d’une nuit d’amour avec toi s’éloigne.

Je me prépare depuis des mois à cette fameuse nuit, la seule sans doute. Depuis que j’ai retrouvé le carnet de mon père, je me prépare à la possibilité de te rencontrer. Les quatre siècles qui nous séparent ne sont absolument pas un obstacle. Tu es né en 1541 en Crète, on n’est pas très sûr de la date, mais à une ou deux années près, c’est juste. Moi en 1976 à Paris XIIe, et alors ?

Je suis venue ici il y a quinze ans, mais la rencontre n’avait pas eu lieu. Combien de fois me faudra-t-il revenir ?

Juan et moi sortons du local de sécurité, il m’accompagne dans le jardin pour me montrer le chemin jusqu’à la porte du musée. Il fait nuit noire, il est 23 h 15. Tolède est en liesse, c’est un samedi soir de juin. À chaque respiration, j’avale une bouffée d’air chaud. Je ploie, la chaleur m’écrase.

Je suis émue.

Quand le portail a claqué dans mon dos, quelques instants auparavant, j’ai senti que j’entrais ailleurs, dans un espace clos et ouvert à la fois, dans ce jardin embrassé par le ciel criblé d’étoiles, avec au loin la bâtisse sombre du musée. C’est une belle maison reconstituée du XVIe siècle avec sa cuisine, son patio, ses meubles, ses instruments de musique, ses arbres, ses fontaines, son potager, ses herbes aromatiques. C’est un monde en soi, intime et accessible aux autres. Horaires stricts pour les centaines de touristes qui le parcourent chaque jour. Une nuit, une seule où je pourrai y déambuler loin de la foule. Il y a des pièces pour se cacher, des couloirs pour courir, une chapelle pour sortir le violon de son étui et écouter la résonance longue qui galopera sur la voûte et emplira mes oreilles.

Le violon pour faire vibrer l’espace vide, pour mettre en transe les particules de l’air, pour les mettre en danse afin que Doménikos me rejoigne. Et je ne doute pas de sa venue, comme il ne doute pas de mon désir. Mon seul désir.

Une nuit, une seule, avec lui.

Il n’y résistera pas. Pourquoi résister à l’amour?

Juan me conseille d’utiliser la torche de mon téléphone pour me diriger dans le jardin. Il m’indique où sont les toilettes.

Là, un peu plus loin, il me montre du doigt une baraque. Il me dit aussi qu’il fera une ronde à l’intérieur du musée toutes les deux heures.

La première, à une heure du matin, me précise-t-il.

Il me sourit, tu vas jouer du violon? J’ai l’impression que tu vas à une fête !

Je réponds oui, à tout.

J’attends que les pas de Juan s’éloignent pour écouter l’eau qui s’écoule doucement des fontaines, le vent frémir dans les arbres. Puis, je referme la porte du musée derrière moi, je suis seule avec les tableaux, les caméras, et Doménikos qui est en chemin.

Commenter  J’apprécie          30

Je monte directement à la salle du haut où sont exposées la plupart de ses œuvres. Celles que j’ai vues plus tôt dans la journée en pleine lumière sont maintenant dans le noir. Seulement deux toiles sont encore éclairées. Je n’en reviens pas, je me demande pourquoi les gardes ont presque tout éteint. Pour des raisons de sécurité ? De conservation ? J’en perds mon latin. Je laisse tomber mon sac par terre. Comment examiner les apôtres dans la pénombre ?

Ils sont accrochés les uns à côté des autres sur un mur. Portraits en buste de douze hommes, chacun drapé de ses couleurs, de ses attributs, de son rôle, tous barbus, plus ou moins âgés, peints à l’huile sur toile, et qui devaient m’en dire plus sur Doménikos.

Il y a aussi, au fond de la salle, le célèbre Vue et plan de Tolède où la ville est peinte de manière très détaillée. Aucun éclairage sur ce tableau non plus. Impossible d’observer la restitution exacte qu’a faite le peintre.

J’avais espéré pouvoir fouiller ces tableaux en prenant mon temps, en prenant même une bonne partie de la nuit. À ma guise, à mon rythme, j’aurais exploré chacun des plissés, scruté leurs mains, mais je ne vois plus rien.

Doménikos, je prie pour que tes mains soient aussi longues, aussi diaphanes, aussi éloquentes que celles que tu peins. Des mains qui, dans leurs mouvements, n’indiquent rien, qui prolongent le regard du personnage, en sont sa continuité expressive.

J’observe chacun des apôtres avec la torche de mon téléphone. La tâche de lumière éclaire une petite zone de la toile laissant tout le reste se diluer dans l’obscurité. J’examine ainsi le tableau par fragments successifs, perdant toute idée d’ensemble, d’unité. J’essaie ensuite de reconstituer le puzzle dans mon esprit. Je n’y arrive pas.

Je prends quelques photos de détails pour ne pas oublier, mais le flash écrase la toile, la criblant d’éclaboussures blanches. J’aimerais me souvenir, retenir tous les instants de cette nuit, pouvoir y revenir demain et les jours suivants. Pouvoir y revenir toujours.

Quand tu seras là, Doménikos, il me faudra tout abandonner. Mes armes, l’écriture, le livre, l’espace que j’ai créé pour toi dans mon esprit. Une place de choix, mais sera-t-elle suffisante ? Je sais que tu ne viendras pas de si loin, même pour faire l’amour, si nous n’anéantissons pas nos temporalités respectives.

Commenter  J’apprécie          20

C’est une belle maison reconstituée du XVIe siècle avec sa cuisine, son patio, ses meubles, ses instruments de musique, ses arbres, ses fontaines, son potager, ses herbes aromatiques. C’est un monde en soi, intime et accessible aux autres.

Commenter  J’apprécie          210

Quand il s'installe à Tolède, après la fuite de Crète,aprés dix ans passés à Venise et Rome, après ses espoirs déçus de parvenir au zénith italien de la peinture, il est agé de plus de trente-cinq ans. Et il n'essaie pas d'apprendre correctement le castillan. Non, il préfère s'exprimer avec un savant mélange de grec et de dialecte vénitien. Il teinte seulement ce mélange d'espagnol. On le comprend, et c'est suffisant. Ça lui permet de rester étranger en terre ibérique, d'avoir le verbe haut, de donner son avis dans une langue qui lui est propre. Ça ne mérite pas un effort supplémentaire, l'essentiel n'étant pas là, l'essentiel étant ce qu'il considère comme sa langue intime, une langue étrange, pour certains inintelligible : sa peinture.

Commenter  J’apprécie          50

Je t’aime, Doménikos,

cette nuit, je te suivrai à dos de mule,

j’arpenterai avec délices

les sentiers de terres rouges de Castille,

je traverserai l’embrasement de l’air

sans complainte,

pénitente comme il se doit,

pénitente comme tu aimes,

à genoux,

les yeux remplis de larmes.

Elles seront un coup de pinceau sur ma pupille

dans la transparence

de ta peinture blanche.

Commenter  J’apprécie          90

Videos de Léonor de Recondo (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léonor de Recondo
Léonor de Récondo a répondu en 60 secondes à nos questions, à l'occasion de la sortie au Livre de Poche de son roman "Revenir à toi".
autres livres classés : tolèdeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Amours : Léonor de Récondo

En quelle année se passe l'histoire ?

1542
2000
1947
1908

5 questions
33 lecteurs ont répondu
Thème : Amours de Léonor de RecondoCréer un quiz sur ce livre