AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2267003627
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (01/04/1984)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Je suis comme Cézanne dessinant ; ou comme Kerouac avec son idée originale de croquis en prose... Je ne peux supporter l'odeur de mes mains - encre dont l'odeur à le goût métallique de peyotl - c'est cette nausée qui me hante - je ne cesse de cligner de l'œil - j'ai la tête lourde et contractée. Ce pauvre Journal, qui semblera plus tard, insignifiant, j'aimerais y faire tenir le monde entier et ses mystères si denses et si visibles. Le grand mystère est celui de l'Ê... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
polarjazz
  10 mai 2018
Poète américain qui a obtenu le National Book Award pour son oeuvre The fall of America (quatrième de couverture).
J'ai pensé "sa vie devait être une oeuvre elle aussi".
Je me suis donc plongée dans la lecture de son journal des années 1952 à 1962. Je me suis contrainte à lire ses mots, condamnée à supporter une vie onirique renforcée par les drogues.
Je ne sais pas si Allen Ginsberg est un poète visionnaire. Il y a beaucoup de détresse en lui. C'est propos sont brutes. La sexualité semble tenir une place importante. Ses voyages, ses rencontres, dessinent une silhouette du poète un peu floue.
La lecture ce ce journal m'a hautement déplue.
Commenter  J’apprécie          21
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
OlafOlaf   17 janvier 2013
J’ai demandé : « Es-tu un magicien blanc ou noir ? »
Il a souri : « A la demande. »
Il a parlé de Dieu (à propos du peyotl) et plus tard je lui ai demandé (dans la cafeteria juive ouverte la nuit au coin de la rue où j’ai offert un repas de soupe de légumes, macarons, café et gâteaux) – « Tu as parlé de Dieu tout à l’heure : qu’est-ce que c’est pour toi ? »
« C’est quand l’ordre universel semble organisé – quand tout ce que je vois semble appartenir à un organisme unique, quand tout autour de moi oscille ensemble. »
Différence entre le Dieu T (Tea, l’herbe, cannabis) et le Dieu Peyotl :
« Avec le T tu observes tout l’organisme organisé qui bouge avec ensemble ordre harmonie – avec le peyotl tu en fais partie. »
Il m’a donné, sans que je me sois aperçu que c’était là, à côté de nous, sur la table bricolée à partir d’une pièce de bois compacte ou d’une caisse – trois cônes ou bourgeons de peyotl : j’ai été fortement étonné et impressionné par leur aspect – leur grosseur, leur air vivant – des cônes ou des vortex renfermant un végétal apparemment vivant.
Ils sont disposés sur du papier devant moi tandis que j’écris : le plus parfait est de deux, cinq à trois pouces de long ; le bout et l’enveloppe extérieure du cône sont d’une écorce marron et molle ridée comme une racine ou un tubercule de pomme de terre. La tête est surtout stupéfiante : elle a une couleur de malachite poussiéreuse : un vert qui est peut-être brillant et qui devient plus profond si on la mouille – un cœur de bourre blanche comme une moisissure et, au centre de chacune des parties qui constituent la tête, une petite touffe de bourre. La tête ressemble à une pierre douce et ronde ; où à la peau d’un martien, si bien qu’on n’ose le presser trop fort de crainte de blesser le plasme ou l’animal. Le bas du cône est plus dur : le milieu de la racine semble particulièrement vulnérable. Apparemment c’est lui qui grossit le plus ; il grossit sous terre dans le cône et la tête dépasse de la surface plate du désert, bâillant irréelle au soleil.
L’un des bourgeons a une racine double comme un cactus. Le dernier a le bout coupé et semble blessé et chétif mais le centre est encore bon.
On m’a dit de manger la chair après avoir enlevé le bout, l’écorce et toutes les parties pourries par la blessure à la tête.
Dur à digérer, donc le manger avec du lait, du jus ou mieux de la salade de fruits.
J’ai trimbalé le dieu (petit dieu peyotl) dans ma serviette durant deux jours de balade dans New York et vu les premiers martyrs chrétiens au bûcher dans Quo Vadis avec Gene le lendemain soir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
OlafOlaf   05 février 2013
A quatorze ans, j'étais introverti, athée, communiste et juif, et je voulais encore être président des États-Unis.
A dix-neuf ans, dépucelé, je suçais des bites et croyais à une réalité suprême; anarchiste, hipster reichien totalement apolitique, je désirais plutôt être un grand poète.
A vingt-deux ans, mystique halluciné je croyais à la Cité de Dieu et voulait être un saint.
A vingt-trois ans, un an plus tard, j'étais déjà délinquant, pécheur désespéré, démon de camé; je voulais atteindre le réel.
A vingt-quatre ans, après avoir été taulard, dingo schizoïde à l'asile, j'ai couché avec des filles et fait une psychanalyse.
A vingt-six ans, je suis timide, sors avec des filles; écris de la poésie, suis agent littéraire freelance et recensé comme électeur du parti démocrate; je cherche du travail.
Qu'est ce qu'on en a foutre?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
alzaiaalzaia   14 décembre 2015
VIA AEREA
13 sept 1960


Cher Grégory

1. Les lois sur l'immigration interdisent l'accès du pays à tous les étrangers d'opinion divergente.
2. Avons lancé la bombe atomique alors que ce n'était pas nécessaire et tout le monde a applaudi ou n'a pas réagi
3. dirigé les gouvernements sud-américains à leur profit pendant cinquante ans
4.combattu le communisme russe depuis le début
5.exécuté les Rosenberge quand il ne fallait pas versé le sang
6.exécuté Chessman ce qui était indécent vu les circonstances
7.élu un imbécile hypocrite comme président
8.renversé un gouvernement démocratique au Guatémala
9.soutenu Franco en Espagne
10.anéanti l'opposition gauchiste en Amérique
11.déclenché une hystérie internationale contre les bienfaisant Narcotiques
12.soutenu le gouvernement Rhee en Corée
13.soutenu la dictature de Chiang Kai-shek à Formose
14.financé la France pendant la guerre d'Algérie
15.refusé de reconnaître la Chine et de la laisser entrer à l'ONU
16. détruit le courrier en provenance des pays communiste
17.empêché le libre-échange de relations en Chine
18.interdit la libre expression d'opinions divergentes dans les médias: interdit la controverse
19.présenté des informations tendancieuses sur les événements mondiaux à travers les médias
20.surpropuit de babioles de luxe alors que 1/3 du monde est sous-alimenté
21.attaqué la révolution Cubaine
22.refusé de soutenir le développement économique non capitaliste en Amérique latine
23.utilisé l'aide économique surtout comme adjuvant de la guerre froide militaire
24.été négligents et radins quant à l'aide purement altruiste à l'étranger
25.autorisé la censure de livres importants au travers des lois sur l'obscénité -Burroughs, Miller, Genet, Lawrence, Sade
26.éliminé les opposants du gouvernement, dans l'éducation et à tous les poste clés - les homos et les rouges
27.élevé l'appât du gain au statut d'idéal humain et oublié ainsi la camaraderie démocratique, ce qui a conduit au erreurs susdites
28.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
alzaiaalzaia   29 novembre 2015
A l'extrémité de l'ovale de cette beauté mulâtre, des sourcils pas vraiment symétriques mais à l'arcure parfaite, des yeux noirs en amande, un nez droit, une bouche à la perfection calme - une fille du peuple ou de la petite bourgeoisie mais tellement au dessus de sa classe sociale par son apparence physique que je ne pouvais comprendre ce qu'elle faisait dans le bus ou à Harlem.(...)
Comment est-ce possible que de tels êtres vivent anonymes sans que le premier passant venu en fasse ses héros ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
alzaiaalzaia   14 décembre 2015
Conversation domestique, 9 octobre 1960, transcrite par Allen Ginsberg


Carl Solomon : l'Amérique est rusée mais pas libre... Esenhower est contre les Noirs parce-que tous ces gens de couleur ne sont pas disposés à rester assis dans les écoles de Little Rock jusqu'à ce qu'ils deviennent invisibles comme Ralph Ellison (...) Les Etats-unis sont un pays fasciste, où règnent le capital et les Monopoles... Je n'ai aucun droit qu'on me traite comme un crétin je suis agressé chaque jour par des pédés tyrans dictateurs Docteurs - les libéraux m'ont sacrifié... Le Salut est dans Harry Bridges... C'est un gouvernement bidon. Curran s'est vendu au Capitalisme et maintenant les Démocrates Sociaux ont établi une dictature des Chrétiens blancs, je suis accusé de choses pour lesquelles je ne me sens pas coupable... peux donc pas dire je regrette, vais donc pas embrasser leur cul (...) Le pays est malade anormal, puant, stupide sans projet ignare plein de camés catholique, c'est morbide... Pas une lueur d'espoir - je n'arrive pas à croire que mon salut soit dans une tablette de chocolat Hershey.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Allen Ginsberg (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Allen Ginsberg
Avec qui être gentil (extrait), Allen Ginsberg Lu par Laurent Keller
Dans la catégorie : Poésie américaineVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Poésie américaine (87)
autres livres classés : beat generationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jeu de Dames ....

Dans ce roman d'Alexandre Dumas, la société bourgeoise du XIXe siècle tolérait qu'un homme puisse entretenir une liaison, aussi ruineuse fût-elle, avec une courtisane, mais en aucun cas il ne devait s'éprendre d'une de ces demi-mondaines. C'est pourtant ce qui arrive à Armand Duval....

La Dame aux fleurs
La Dame aux camélias
La Dame aux roses

14 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , écrivain , livres , damesCréer un quiz sur ce livre